Call Of Galaxy Index du Forum
Call Of Galaxy
Forum de RP/jeu de gestion de science-fiction, avec des gâteaux
 
Call Of Galaxy Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Histoire de la Voie Lactée ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Call Of Galaxy Index du Forum -> Encyclopédie À Peu Près Complète de COG -> EAPPCCOG -> Voie Lactée
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Don-Pancho
Anciens

En ligne

Inscrit le: 26 Fév 2010
Messages: 7 484
Localisation: Quelqu'un a une carte?
Loisirs: il fait beau non?

MessagePosté le: Jeu 4 Jan - 14:08 (2018)    Sujet du message: Histoire de la Voie Lactée Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
HISTOIRE
DE LA
VOIE LACTÉE






Xanlos Raturik l’Auch, dit l’Archiviste, rédacteur fictif des premier et deuxième âges.




Présentation


Les évènements joués par les joueurs aux fil des années et ont peu à peu façonné l'univers de Call of Galaxy. L’Histoire de la Voie Lactée qui en a résulté vous est présentée ci-dessous de deux manières différentes, sous forme résumée (la Version condensée) et détaillée (les Chroniques).

Les divers évènements sont datés en années VL, dont chaque unité vaut environ deux ans terrestres. L’an 0 a été fixé au premier Cataclysme, qui ravagea la galaxie à la fin de la Première Guerre Galactique. Ô joie.

Si vous êtes nouveau, il est conseillé mais non obligatoire de lire les derniers évènements ayant eu lieu récemment, peu avant l'arrivée de votre espèce dans la scène galactique (actuellement, ceci correspond aux derniers évènements du Sixième Âge, qui est l'Âge actuel). Lire la version condensée de ceux-ci suffira: libre ensuite à vous d'aller plus loin si le coeur vous en dit (et si vous n'avez rien à faire un jour de pluie)!

Pour ceux qui voudraient se lancer dans une lecture de la version détaillée et illustrée, il est conseillé de commencer par le Premier Âge en sautant l’Âge Originel, puis d’y revenir plus tard si vous le voulez.





Histoire de la Voie Lactée
– Version condensée –




Âge Originel:
[-??? à -700]



L’Âge Originel s’étend depuis la création de l’Univers jusqu’au premier évènement clairement daté, à savoir la guerre entre humains et Brochentachtreusses en -700.



Les Cinq Empires Originels

Les Cinq Empires Originels sont les cinq premiers peuples à avoir atteint le stade de civilisation spatiale. Ces cinq peuples, très puissants et s’étendant sur des territoires immenses, étaient les suivants : les Coolizianes, les Goulougouloux, les Rotobawag, les Grox et les Brochentachtreusses. Ils vécurent en paix, amassant des connaissances très nombreuses et développant des technologies que l’on peine aujourd’hui à s’imaginer.


Déclin des Cinq Empires

Au cours d’évènements divers, les Cinq empires Originels chutèrent les uns après les autres. Les Coolizianes perdirent une grande partie de leurs territoires lors de la guerre des Dazars, qui opposa les Cinq Empires à une armée d’êtres artificiels agressifs – les dazars – inventés par un savant Cooliziane. Ensuite, les empires Goulougouloux et les Rotobawag furent tour à tour anéantis suite à des guerres civiles dévastatrices. Les quelques Coolizianes restants furent quant à eux gelés par les Grox, Grox qui furent quant à eux détruits peu de temps après lors d’une guerre qui les opposa aux Brochentachtreusses, les plus militarisés des Cinq Empires.
Ces derniers oublièrent peu à peu leurs origines et les quatre autres Empires Originels.


Création de l’EAU

Dans l’ombre des Brochentachtreusses apparurent d’autres peuples spatiaux plus modestes. Les Brochentachtreusses et leurs alliés décidèrent alors de fonder une plate-forme de discussion internationale, les Empires Alliés Unis (EAU). Au cours de l’Histoire de la Voie Lactée, l'EAU s’effondra et se releva plusieurs fois, mais demeura toujours l’institution politique galactique de référence.
Une nouvelle génération de peuples inconscients du passé de la Voie Lactée émergèrent, comme l’empire Fromageologue, regroupant les peuplades humaines. Suite à un échange verbal maladroit, l’empire fromageologue entra en guerre avec les Brochentachtreusses en l’an -700. Heureusement pour eux, un accord de paix fut rapidement trouvé et les deux nations sympathisèrent.



Premier Âge
[-700 à -200]


Le Premier Âge s’étend depuis la guerre entre Fromageologues et Brochentachtreusses, en -700, jusqu’à la réouverture des portails interdimensionnels Ezkas.



Bataille d’Andromède

Suite à un essai de bombe Brochentachtreusse ayant fait disparaître la moitié de leur galaxie, les Andromédiens entrèrent en guerre avec la Voie Lactée. Les Andromédiens étaient un peuple de magiciens, à une époque où la magie était considérée en Voie Lactée comme une légende. La bataille qui eut alors lieu sur Andromède, opposant les Andromédiens aux principales nations de la Voie Lactée d’alors (Brochentachtreusses, Fromageologues, Azirs…) fut remportée par les Voie Lactéens. Cette guerre eut d’importantes répercussions culturelles, faisant notamment découvrir la magie aux VoieLactéens qui ne se privèrent pas de l’étudier.


La Dinde

Quelques années plus tard, les astronomes VoieLactéens découvrirent un objet massif extraordinairement grand se promenant dans l’espace à proximité de la Voie Lactée. Il s’agissait d’un être vivant inexplicable, en forme de madeleine, qu’on l’on baptisa « Dinde ».
Ce fut à ce moment-là que les Coolizianes sortirent enfin du gel dans lequel ils avaient été plongés des centaines d’années plus tôt par les Grox. Constatant que tout le monde avait oublié jusqu’à l’existence des Empires Originels, ils décidèrent de se servir de la Dinde, qu’ils appelaient New Eden et qu’ils connaissaient déjà à l’époque de l’Âge Originel, comme moyen de redonner la mémoire aux Brochentachtreusses. Utilisant d’un vieil artefact qu’ils avaient jadis laissé sur la Dinde, la Pierre de Fuso, grand monolithe blanc, ils purent prouver à l’empereur Brochentachtreusse la véracité de leurs dires. La Voie Lactée redécouvrit alors son passé et les Empires Originels furent à nouveau inscrits dans les manuels d’Histoire.


Arrivée des Ezkas

Quelques années plus tard, des humanoïdes bleus originaires d’un univers parallèle, les Ezkas, arrivèrent sur la Voie lactée via des portails magiques de leur invention, développant rapidement des relations diplomatiques avec les VoieLactéens. Leur univers à eux consistait dans des planètes creuses baignées dans un liquide vert emplissant tout leur espace, liquide vert comestible et sucré qu’ils ne se privèrent pas de vendre aux VoieLactéens.
Les Ezkas demeurèrent parmi les VoieLactéens durant une très longue période. Il s’agit du seul cas VoieLactéen de cohabitation durable avec des êtres d’une autre dimension.


Départ des Brochentachtreusses et guerre de la Dimension sombre

Des années plus tard eut lieu la deuxième rencontre des VoieLactéens avec des êtres venus d’une autre dimension, et cette fois, elle fut conflictuelle. Sans explication connue, un portail interdimentionnel s’ouvrit en Voie Lactée, donnant accès à ce qu’on allait appeler la Dimension Sombre. Cet univers parallèle, contrairement à celui des Ezkas, était très proche du nôtre. Il en était en quelque sorte le miroir, avec en son sein une autre Voie Lactée, un autre Steve, et un équivalent de chaque peuple qui habitait alors la Voie Lactée que l’on connaît.

Alors que les deux Voie Lactées entraient en guerre, un évènement inattendu se produisit : le puissant empire Brochentachtreusse disparut. Selon leurs proches alliés, les Zintorgiens, ils étaient partis, eux et leurs planètes, très loin dans le futur, pour des raisons inconnues.

Les peuples VoieLactéens étaient décontenancés de voir ainsi leur principale force militaire disparaître à l’aube d’une guerre, mais ils durent faire avec. Lors des affrontements qui eurent lieu dans la Dimension Sombre, le Steve de cette autre Voie Lactée commit une erreur de calcul et, en voulant détruire notre Steve à nous, fit apparaître un énorme trou noir qui commença à avaler sa galaxie. Les forces VoieLactéennes s’empressèrent de rentrer au bercail, avant que le portail interdimentionnel ne se ferme de lui-même.
Cet épisode permit aux VoieLactéens de se rendre compte que les univers parallèles pouvaient être très différents comme très proches de celui que l’on connaît.


Fermeture des portails Ezkas

Au fil des années, les relations diplomatiques entre les différents peuples de la Voie Lactée furent négligées, et chacun se renferma sur lui-même. Les Ezkas n’échappèrent pas à la règle. Dans l’indifférence générale, ils fermèrent leurs portails interdimentionnels en l’an -400. Ils ne se rouvrirent que 200 ans plus tard.



Deuxième Âge
[-200 à 0]


Le Deuxième Âge s’étend de l’ouverture des portails Ezkas, en -200, au Cataclysme qui causa l’effondrement de la plupart des civilisations VoieLactéennes en l’an 0.



Réouverture des portails Ezkas

Les portails interdimentionnels Ezkas se rouvrirent accidentellement, ce qui n’empêcha pas les Ezkas et les VoieLactéens de se réjouir de leurs retrouvailles. Le retour des Ezkas réveilla la galaxie, où tous les peuples reprirent leurs échanges diplomatiques, commerciaux et culturels dans la joie et la bonne humeur.


Guerre de l’UR

Plusieurs années plus tard, un mouvement politique s’opposa à celui de l’EAU. Les empires membres des Empires Alliés Unis monopolisaient en effet le pouvoir galactique depuis des années, avec les dérives que cela supposait. De nombreux peuples existant sous forme de républiques se regroupèrent donc sous la bannière de l’Union Républicaine (UR). L’EAU et l’UR entrèrent rapidement en conflit. L’EAU sous-estima son adversaire et perdit la guerre. Cependant, après quelques années de domination de l’UR ; où le chef de celle-ci trahit ses idéaux en concentrant les pouvoirs galactiques entre ses mains, devenant un dictateur galactique, l’EAU sortit de sa clandestinité et contre-attaqua, remportant cette fois la victoire.


Découverte de Zaphyra et ruée vers l’Energium

Quelques décennies plus tard, les astronomes VoieLactéens découvrirent des rayonnements étranges provenant de la galaxie de Zaphyra. Selon leurs calculs, cette galaxie devait contenir un matériau exotique emmagasinant une grande quantité d’Energie, matériau qu’ils baptisèrent dans un éclair de créativité Energium. Les nations VoieLactéennes se ruèrent vers Zaphyra pour collecter le précieux matériau. Malheureusement pour eux, l’Energium servait de nourriture à des créatures spatiales humanoïdes vivant sur Zaphyra, les Inergiques. Ces êtres lumineux dormant dans l’espace ne se réveillaient que pour aller dévorer l’Energium de la galaxie en quelques heures, avant de retourner à leur profond sommeil et attendre des milliers (millions ?) d’années que l’Energium se régénère. Ils dévorèrent la plus grande partie de l’Energium de Zaphyra, ne laissant que quelques rares planètes intactes derrière eux, au grand dam des VoieLactéens qui rentrèrent chez eux.


Arrivée des Passifs & Guerre Rougienne

Peu après arrivèrent les Passifs, êtres venant d’une galaxie lointaine et promoteurs d’un mode de vie basé sur le pacifisme et le calme. Ils venaient comme des prêcheurs pour convertir les VoieLactéens à leur mode de vie, faisant peu à peu des adeptes.
Peu de temps après leur arrivée, un autre peuple extra-galactique allait détruire tous leurs efforts : le peuple Rougien. Ce peuple nomade, véritable antithèse des Passifs, était constitué d’une flotte de guerre nombreuse et agressive, qui n’arrivait dans une galaxie que pour la détruire et la piller, avant de passer à la suivante.
Ils ravagèrent la galaxie d’origine des Passifs et se dirigèrent ensuite vers la Voie Lactée. Lors des violents affrontements qui suivirent, les VoieLactéens parvinrent à tuer leur chef en profitant de disputes internes parmi les Rougiens. Ces derniers, troublés, commencèrent à avoir le dessous dans la bataille. Être en position de faiblesse était si inhabituel pour eux qu’ils cessèrent tout combat, psychologiquement perturbés. Sous le regard des VoieLactéens, l’armée Rougienne quitta un peu plus tard la Voie Lactée. Cette défaite avait complètement chamboulé leur philosophie guerrière, et ils se firent désormais appeler Rosiens.


Guerre de la Galaxie Verte et départ des Ezkas

Quelques années s’écoulèrent, jusqu’à l’apparition d’un nouveau peuple extra-galactique, les Nightaroramiens, originaires de la Galaxie Verte. Ces êtres étranges et mystérieux se nourrissaient d’émotions, et étaient venus sur la Voie Lactée pour aspirer les émotions de ses habitants. Les VoieLactéens, appréciant peu la chose, se montrèrent agressifs, et cela dégénéra en guerre. L’EAU envoya une flotte attaquer la Galaxie Verte, mais peu de temps après le début des combats, celle-ci se disloqua et s’effondra sur elle-même, causant la mort des Nightaroramiens. Les VoieLactéens fuirent la catastrophe et revinrent chez eux. Aujourd’hui encore, on ne sait pas quelle était la cause de ce cataclysme, mais on suppose qu’il n’était pas naturel.

Cette guerre, tout comme la Guerre Rougienne, avait quelque peu agacé les Ezkas. Ceux-ci n’habitaient pas en Voie Lactée et réchignaient à devoir supporter des guerres qui, au fond, ne les concernaient pas. Peu de temps après la guerre de la Galaxie verte, les Ezkas envoyèrent un message d’adieu aux VoieLactéens, affirmant désirer migrer plus loin dans leur dimension, et fermèrent leurs portails. On ne les revit plus depuis.


Seconde ruée vers l’Energium

Lors des années qui suivirent, les différent peuples majeurs VoieLactéens – Zintorgiens, Panzaliens, Goragniens, Azirs, Yourks… – devinrent de plus en plus agressifs et militarisés, voulant chacun établir sa suprématie dans la galaxie et défendre son morceau de pré carré. Les rivalités et les coups bas augmentèrent, et cela franchit un nouveau pallier lors de la seconde ruée vers l’Energium.
On découvrit sur Zaphyra une planète qui avait échappé à l’appétit des Inergiques et où l’Energium était particulièrement important : Jupiter-2. Toutes les nations VoieLactéennes, ainsi qu’une foule de petits prospecteurs privés, se ruèrent sur la planète pour récupérer les meilleurs filons. Cela dégénéra rapidement, et Jupiter-2 devint une planète insalubre en état de non-droit où des milliers de personnes mouraient chaque jour. Cela en vint à un point où les concessions officielles des nations VoieLactéennes s’engagèrent dans de véritables conflits armés. Ce furent les Goragniens qui eurent le dessus pendant longtemps, mais la planète était si abîmée et stérilisée suite aux affrontements qu’ils durent la quitter aussi.


Première Guerre Galactique et Cataclysme

Les évènements de Jupiter-2 avaient tellement exacerbé les rancunes des grandes nations VoieLactéennes que peu de temps après, les Goragniens et les Azirs entrèrent en conflit armée, chacun lançant un raid sur la capitale de l’autre. Cela fit jouer tout un jeu d’alliances qui entraîna les autres nations, elles aussi sur les dents, dans le conflit. Après quelques jours se dégagèrent les deux principaux camps de la guerre : l’Alliance d’un côté, comprenant principalement les Zintorgiens et les Azirs, et le Cartel de l’autre, comprenant principalement les Goragniens et les Panzaliens. Les autres nations, comme les Yourks et les Parkans, furent elles aussi entraînées dans le conflit, navigant d’un camp à l’autre au cours de la guerre qui suivit.
L’ampleur du la guerre qui éclata alors lui valut le nom de Première Guerre Galactique. Pendant de longs et douloureux noirs, batailles meurtrières et apocalyptiques se succédèrent, agrémentées de coups bas de toute sorte.

Chaque camp avait développé pendant le conflit une arme de destruction massive. Celle des Panzaliens, une bombe dévastatrice d’un genre nouveau, fut lancée lors de la bataille d’Utopia, où les forces de l’Alliances étaient venues ravager la capitale ainsi nommée du Cartel. Malheureusement, une erreur de calcul envoya la bombe sur le cœur galactique. La réaction qui s’ensuivit généra une suite d’ondes dévastatrices qui se propagèrent dans toute la galaxie, causant l’effondrement de toutes les grandes nations et, de fait, la fin de la guerre.



Troisième Âge
[0 à 735]


Le Troisième Âge s’étend depuis le Cataclysme jusqu’à la fin de la Seconde Guerre Galactique, correspondant à la chute du Commodore.


(à compléter)

Torarium ?


Quatrième Âge
[735 à 1414]


Le Quatrième Âge s’étend depuis la fin de la Seconde Guerre Galactique jusqu’au Decond Cataclysme, où le Commodore revenu d’entre les morts déclencha une catastrophe qui ravagea la galaxie de manière pire encore que lors du premier Cataclysme, ne laissant pour survivants que les VoieLactéens s’étant réfugiés dans son arche, l’Atome Stellaire.



(à compléter)


Seconde Guerre Andromédienne

À ce moment-là ressurgit un vieil ennemi : les Andromédiens. En effet, la moitié de la galaxie qui avait disparu à l’époque du Premier Âge suite à l’essai de la bombe Brochentachtreusse AMDGC n’avait pas été détruite mais envoyée dans un univers parallèle. Dans cet univers parallèle, que l’on baptisa dimension Andromédienne, le temps s’écoulait plus lentement que chez nous, et les Andromédiens étaient en pleine forme. Après s’être rendus compte de leur situation et avoir colonisé deux galaxies proches, deux factions se créèrent parmi eux : d’un côté les partisans de Habran, ex-dictateur d’Andromède, qui criaient vengeance et désiraient revenir dans la dimension où se trouvait la Voie Lactée pour la détruire, et de l’autre les partisans du Conseil des Cinq, qui était plutôt d’avis à faire une croix sur le passé et à ne pas retourner faire la guerre aux VoieLactéens.
Les deux factions entrèrent en guerre, et les Habraniens commencèrent à avoir le dessus. Ils n’attendirent pas d’avoir totalement vaincu le Conseil des Cinq pour mettre leurs plans à exécution : avec l’aide de contacts dans la galaxie d’Aziria, voisine de la Voie Lactée, ils commencèrent par chercher des alliés et recrutèrent une horde d’aliens nomades et belliqueux qui erraient entre les galaxies : les Golgothes. Ceux-ci, acceptant de s’allier aux Habraniens, s’en allèrent attaquer la Voie Lactée. Cependant, grâce à des fuites venues d’Aziriens bienveillants, les VoieLactéens, avaient vu venir le coup et s’étaient préparés à les recevoir. De plus, Tariam, le roi d’Aziria, finit après réflexion par devenir l’allié des VoieLactéens, les aidant dans la guerre. Les Habraniens se préparaient à débarquer sur la Voie Lactée grâce à un artefact magique leur permettant de voyager de leur dimension à la nôtre, lorsque les Golgothes, après plusieurs mois de combats à leur désavantage, jetèrent l’éponge et quittèrent la Voie Lactée.

Ce fut donc au tour des Habraniens d’arriver sur la Voie Lactée. Leurs armées fondirent sur les VoieLactéens déjà usés par l’attaque des Golgothes, envahissant de nombreuses planètes, et une guerre de plusieurs mois en découla. Finalement, grâce à une bombe bien placée des Zintorgiens qui détruisit toutes les forces de réserve de Habran et grâce au Conseil des Cinq qui, dans la dimension Andromédienne, remporta la guerre contre les Habraniens, la guerre se conclut par une défaite des forces de Habran et par la mort de ce dernier. Les VoieLactéens et le Conseil des Cinq en sortirent victorieux, mais ne devinrent pas alliés. En effet, à cause de maladresses diplomatiques du Conseil et d’amalgames de la part d’une partie des VoieLactéens, beaucoup de ces derniers pensaient que la guerre ne serait réellement finie que lorsque tous les Andromédiens de la dimension Andromédienne seraient tués. Afin de se protéger, le Conseil des Cinq usa d’un rituel magique pour verrouiller leur dimension à des visiteurs étrangers, ne laissant entre les deux univers qu’un dernier passage clandestin sous leur contrôle. Grâce à des alliés VoieLactéens, le Conseil put évacuer par là les Andromédiens restés en Voie Lactée et échapper à l’humeur guerrière des généraux VoieLactéens.


(à compléter)


Cinquième Âge
[1414 à 12 046]


Le Cinquième Âge regroupe les 10 632 ans pendant lesquels la vie VoieLactéenne se résuma aux habitants de l’Atome Stellaire, monde fermé régi par le Commodore où nombre de VoieLactéens se réfugièrent pour échapper au Second Cataclysme, déclenché par le même Commodore. L’Âge se termine avec la destruction de l’Atome et le libération des peuples VoieLactéens qui s’en allèrent repeupler leur galaxie.



Ère de l’Atome

Pendant 10 632 ans, le Commodore régna sans partage, se faisant passer pour un dieu auprès de la population de l’Atome. Les VoieLactéens, coupés de leur passé et de leur esprit critique, vécurent dans leur bulle pendant ces millénaires sans qu’aucun évènement ne vienne changer la situation. À l’extérieur, dans la Voie Lactée irradiée, apparurent des créatures spatiales gigantesques et agressives : les Kalirs. En raison du bouclier de l’Atome, ils n’étaient pas dangereux pour les VoieLactéens.


Destruction de l’Atome

Après 10 632 ans, le bouclier de l’Atome eut une exceptionnelle baisse d’énergie, qui permit aux Kalirs de s’introduire dans l’Atome, où, très vite, ce fut la panique générale. Le Commodore, confiant, tenta de s’interposer, mais fut tué par les créatures. Fuyant la coquille vide de l’Atome, les VoieLactéens se regroupèrent par peuples et partirent dans toutes les directions, repeuplant une galaxie qui, heureusement pour eux, abritait désormais plusieurs zones habitables. Il était temps pour eux de se réapproprier de leur passé et de leur galaxie.


Sixième Âge
[12 046 à nos jours]


Le Sixième Âge s'étend depuis la fin de l'Atome jusqu'à nos jours.



Recolonisation de la Voie Lactée

Les différents peuples échappés de l'Atome se dispersèrent au quatre coins de la Voie Lactée, et se mirent en mission de reconstruire leurs différentes nations: la plupart des VoieLactéens s'étaient en effet regroupés par races. On redécouvrit peu à peu le passé, remettant en doute la divinité que le Commodore s'était attribués pendant les derniers 10 000 ans et redécouvrant d'anciennes reliques, ruines et documents historiques. Steve, le gardien de la galaxie, fut d'ailleurs réveillé du sommeil dans lequel le second Cataclysme l'avait plongé grâce à une relique ancienne découverte sur l'Antlosius, énorme vaisseau antique. Il se mit alors en mission de remettre de la vie sur les planètes VoieLactéennes, ravagées par les radiations, recréant une biodiversité précieuse que la seule terraformation n'aurait pas permis d'atteindre.

Petit à petit, les nations reprirent du poil de la bête, bien que leurs effectifs et l'étendue de leurs empires reste loin de ce qu'elle était à une certaine époque.


Le Fromage de la Désolation

Environ 30 ans après la chute de l'Atome Stellaire, alors que les peuples VoieLactéens vaquaient à leurs occupations, un évènement surréaliste eut lieu. Dans le ciel étoilé apparut un Fromage. De nombreux observateurs de tardèrent pas à le voir, flottant dans l’espace dans le plus grand des calmes. Ce phénomène cosmique aurait pu être simplement comique, mais le Fromage, au fil des jours, grandissait de plus en plus en taille, générant des mouvements de panique dans la Voie Lactée. Les scientifiques envoyés l’étudier constatèrent qu’il était indestructible et semblait ignorer la matière, avalant objets et petits curieux lorsqu’il se mettait à gonfler.

La situation était critique: l’énorme morceau de Fromage flottant au-dessus de la Voie Lactée grossissait de plus en plus, et menaçait d’avaler bientôt des centaines de systèmes, occasionnant non seulement la mort de milliards de VoieLactéens mais également la dislocation de la galaxie entière, dont une bonne portion se serait retrouvée bloquée dans la matière du Fromage pendant que le reste continuait à tourner.

Finalement, des individus venus d’un univers parallèle débarquèrent et donnèrent l’explication du phénomène. Dans leur univers à eux, appelé la dimension 70, un scientifique peu consciencieux avait usé de technologies interdimentionnelles pour tenter de produire un hologramme touchable. L’expérience dégénéra, et le Fromage se mit à exister sur trois plans d'existence : la dimension 70 pour sa masse (ce qui généra un intense trou noir à l’emplacement de l’hologramme), notre dimension pour ses propriétés visuelles et tactiles, et un « multivers » pour son odeur. Ce multivers, sorte d’espace entre les univers composé d’une cascade de mini-univers instables et souvent éphémères, fut baptisé par les scientifiques « Soupe ».
La dimension 70 était proche de la nôtre : elle avait elle aussi une Voie Lactée, un Steve, et les équivalents des peuples VoieLactéens du Premier Âge. Les autorités et scientifiques des deux Voies Lactées unirent leurs efforts pour trouver un moyen de détruire le Fromage. Cela n’était possible qu’en détruisant ou désactivant la console génératrice de l’hologramme, elle aussi existant sur trois plans, comme le Fromage. À l’aide d’une équipe réduite composée de soldats venus des deux dimensions, on parvint à le faire, détruisant d’abord la console présente dans notre dimension, désactivant celle de la dimension 70, et éliminant celle présente dans la « Soupe ». Le Fromage disparut.

Suite aux réjouissances qui célébrèrent la disparition de la menace, la Voie Lactée de la dimension 70 et la nôtre conclurent une alliance, établissant une ligne de communication entre elles si, à l’avenir, un évènement semblable venait à se produire. De plus, la collaboration entre peuples VoieLactéens que cet événement avait produite encouragea ces derniers à renforcer leurs liens diplomatiques, scientifiques et culturels, ce qui fut concrétisé avec la re-création de l’EAU, qui n’avait pas encore été remise en place depuis la fin de l’Atome.

Tout finit bien avec un banquet dans les nouveaux locaux de l'EAU, le Bâtiment de l'EAU (BEAU).


La Boule de Noël

Un autre évènement d’ordre cosmique se produisit moins d’une année plus tard, et, cette fois, il fut si subtil que la plupart des VoieLactéens ne le remarquèrent pas. De manière inexplicable, la Voie Lactée se retrouva enfermée dans une bulle où le temps s’écoulait des millions de fois moins vite que dans le reste de l’univers. Les autres galaxies, devenues invisibles dans le ciel, vivaient dans un temps qui, par rapport au nôtre, était très accéléré. L’espace-temps de la Voie Lactée n’était relié au reste de l’Univers qu’en deux points de la galaxie, ce qui garantissait son existence spatiale au milieu des autres galaxies (il était possible de sortir de la bulle en se téléportant) mais n’empêchait pas le décalage temporel.

Steve avertit secrètement les dirigeants de la Voie Lactée des multiples menaces que cela faisait peser sur la galaxie : accumulation des radiations extérieures qui, normalement, s’étalaient sur des millions d’années, dislocation de la galaxie sur le très long terme, et, à moyen terme, invasion des peuples de l’Univers entier lorsque celui-ci toucherait à sa fin et que la « bulle » de la Voie Lactée deviendrait le seul lieu de vie viable.

Grâce à des éminents scientifiques VoieLactéens, dont Panza Rick, savant panzalien fou ayant aidé également à l’élimination du Fromage, ou encore Joner Tannhäuser, mari d’une physicienne qui avait prédit la possibilité de phénomènes cosmiques de ce genre, on mit en place une solution. On coupa d’abord les derniers « liens » qui reliaient la Voie Lactée au reste de l’Univers, l’isolant totalement de l’espace-temps qui l’entourait : la « Boule de Noël » avait maintenant disparu de la vue des autres galaxies. Puis ce fut au tour de Steve d’entrer en jeu : usant de ses pouvoirs de Gardien de Galaxie, il parvint à déplacer celle-ci et à la « recoller » à l’endroit de l’espace et du temps où le phénomène de la bulle s’était produit. Il dut user de toute son énergie pour ce faire, mais la galaxie était désormais à sa place, les galaxies dans le ciel était réapparues, et le temps s’écoulait normalement.


Vous Désirez

Quelques années plus tard, des parkans découvrirent une planète étrange, n'ayant pas de vie animale ni végétale mais pourvue d'une atmosphère agréable et respirable, et surtout d'une couche d'une étrange matière beige couvrant l'entièreté de sa surface. Passant une nuit sur la planète, les explorateurs parkans se rendirent compte que la surface de la planète était polymorphe: la matière qui la constituait avait pris au matin la forme des désirs que les parkans avaient formulé la veille (en l'occurrence une maison de vacances et une bibliothèque).

Les scientifiques de l'AIR furent rameutés sur place. On baptisa la planète Vous Désirez, et l'étrange matière polymorphe (qui changeait d'ailleurs de forme de plus en plus vite) fut nommée morphéite. Un détail imprévu vint cependant perturber le travail des scientifiques: les parkans, qui possédaient la planète, l'avaient vendue à un bon pric à une société de divertissement qui comptait faire du profit en en profitant des propriétés de la morphéite pour en faire un parc d'attraction ultime. Cependant, l'AIR fit recours et le Tribunal de l'EAU finit par débouter la société de divertissement en les dédommageant.

On découvrit après plusieurs semaines d'étude que cette planète avait été amménagée ainsi depuis l'antique Âge Originel: c'étaient deux empires originels, les Coolizianes et les Goulougouloux, qui avaient jadis inventé la morphéite dans le but de faire de cette planète, appelée alors Erden, le lieu de divertissement parfait, usant pour se faire de leurs technologies de pointe ahurissantes, ainsi que de leurs ressources quasi-illimitées. Cependant, lorsqu'ils l'ouvrirent au public, tout dégénéra: ce lieu répondant à leurs moindres désirs fit perdre la tête à de nombreux visiteurs, qui se révèlèrent violents lorsque leurs désirs entraient en conflit avec ceux d'autres visiteurs. Ayant le pouvoir de faire jaillirs des piques du sol et d'écraser leurs adversaires sous des vagues de morphéite géantes, ils devinrent rapidement meurtriers, et on déplora des centaines de morts. Les Coolizianes et Goulougouloux évacuèrent alors la planète et firent intervenir l'armée. Erden fut donc fermée et condamnée après ce drame.

Apprenant tout ça grâce à la fouille des antiques bâtiments d'accueil de visiteurs ainsi qu'au témoignage de prototypes d'androïdes en morphéite, les scientifiques de l'AIR se félicitèrent de ne pas avoir reproduit l'erreur des Empires Originels et d'avoir barré la route à la compagnie ayant voulu s'emparer de la planète.

On décida de se débarrasser de la morphéite en faisant surchauffer les nanorobots la composant, après avoir prélevé les vestiges archéologiques d'intérêt. Vous Désirez ne fut donc plus couverte que d'une couche de métal inerte.


Retour des Ezkas

Peu de temps après, de vieilles connaissances reparurent en Voie Lactée: les Ezkas.

Ces humanoïdes bleus habitant un univers parallèle rempli d'eau verte dans laquelle gravitent des planètes creuses n'avaient pas été vus depuis le Deuxième Âge, à l'époque où ils avaient eux-mêmes fermé les portails interdimensionnels qui les avaient mis en contact avec la Voie Lactée. Cependant, leur nouvelle venue, des milliers d'années plus tard, n'avait pas de motifs diplomatiques: les Ezkas qui arrivèrent dans notre dimension étaient des réfugiés.

La situation était la suivante: la magie n'existant plus en Voie Lactée mais ayant toujours cours dans la dimension Ezka, il vint à l'idée de l'amie d'un Ezka maudit par un sorcier de rouvrir un portail vers la dimension 1 pour que son malheureux compagnon, une fois arrivé en Voie Lactée, ne soit plus sujet à la malédiction. Cette amie, la scientifique Nastasia Iglima, ouvrit donc un portail dans notre dimension et y fit passer son protégé, le prince déchu Nezru Vek. Elle avait cherché au hasard un endroit dans notre univers qui soit simplement viable, avec de l'air respirable et une température accueillante. Cela tomba sur Karvely, planète du Xylvanion. Rapidement, Nezru Vek ne fut plus le seul dans sa situation à profiter de cette chance de salut et des milliers de réfugiés Ezkas fuyant des malédictions magiques arrivèrent dans le Xylvanion qui, bien que surpris, décidèrent de les accepter parmi eux. Ces Ezkas, dont le nombre fut bientôt grossi par des réfugiés politiques fuyant les exactions de l'empereur Ezka Darest IV, furent rapidement des millions. Ils se mirent à bâtir une ville à eux sur Karvely, Eskar-sous-pluie, et reçurent bientôt la citoyenneté Xylvanienne sous le nom d'Ezkariens.


Disparition de l'Atome

Dans la même année, Steve, le Gardien de la Voie Lactée, finit de réimplanter la vie sur toutes les planètes rendues stériles par le Second Cataclysme. Il passa à l'étape suivante: débarrasser la galaxie des la menace que représentaient les Kalirs, ces gigantesques poulpes spatiaux qui avaient proliféré suite au Second Cataclysme. Cependant, ne pouvant se résoudre à faire mourir ces bêtes qui après tout n'étaient pas responsables de leur présence, Steve décida de ne pas les tuer mais de réduire leur taille à moins de deux mètres de long, afin qu'elles ne représentent plus aucun danger.

Dans toute la galaxie, les Kalirs furent donc réduits en taille. Sautant sur l'aubaine, les Panzaliens décidèrent de rameuter les scientifiques de l'AIR pour aller explorer un lieu crucial dans l'Histoire galactique que l'abondance de kalirs avait pour le moment rendu inaccessible: les restes de l'Atome Stellaire.

Plusieurs équipes de plusieurs nations de l'EAU se rendirent donc sur place, escortés par l'une des flottes panzaliennes. C'est là qu'un évènement inexplicable survint. Tout le système stellaire disparut soudain des radars, emportant avec lui les scientifiques étant partis l'explorer. Les restes disloqués des vaisseaux panzaliens flottaient dans l'espace vide.

On rechercha activement les scientifiques et le système stellaire disparu. Quelle technologie avait donc pu déplacer un système entier? Malheureusement, on ne trouva rien, et des scientifiques spécialisés dans la recherche entre univers parallèles venus de la dimension 70 pour aider à localiser l'Atome Stellaire ne trouvèrent rien non plus.

L'affaire du Duc Irsvil

Peu après la disparition inexpliquée de l'Atome Stellaire, une nouvelle affaire occupa les actualités VoieLactéennes: l'affaire du Duc Irsvil.

Les autorités Ezkas officielles (c'est à dire l'empereur tyrannique Darest IV) avaient fini par se manifester après l'arrivée des réfugiés Ezkas dans le Xylvanion: ils négocièrent avec l'EAU, autorisant les réfugiés à vivre en là si l'EAU l'autorisait à exécuter en Voie Lactée un dangereux sorcier à la réputation sulfureuse ayant été récemment capturé: le Duc Irsvil. Content d'avoir décapité son homme, l'empereur décida de se rendre en Voie Lactée pour un banquet de réconciliation dans le BEAU. Cependant, la fête fut gâchée: l'empereur, arrivé de manière théâtrale par un portail interdimensionnel dans la salle du banquet, se transforma soudain en squelette sous les yeux de l'assemblée médusée, avant que la voix du Duc Irsvil ne se fasse entendre, proclamant qu'il venait de se venger et que les VoieLactéens entendraient encore parler de lui. Muahaha. Dans la panique qui s'ensuivit, un dirigeant VoieLactéen Ginoush fut inexplicablement décapité et le cadavre d'un membre de la délégation Ezka fut retrouvé dans un placard. Alors que la magie n'existait pas depuis des millénaires en Voie Lactée, le Duc Irsvil semblait bien avoir fait de la magie noire pour ses méfaits, ce qui fit peu à l'opinion galactique et agaça prodigieusement les Zintorgiens.

Par la suite, le Duc se manifesta encore deux fois, envoûtant et transformant en flaque d'eau l'empereur Spartice sous l'oeil des caméras locales et faisant s'abattre une pluie incendiaire sur la capitale de l'empire Bingfish.

Cependant, il se fit prendre lors de son quatrième coup d'éclat, qui lieu au BEAU où il tenta de prendre en otage les dirigeants et représentants galactiques lors d'une séance de l'EAU en faisant entrer via des portails interdimensionnels des mercenaires VoieLactéens dans le bâtiment de l'EAU. Contrecarré dans ses plans grâce aux forces armées VoieLactéennes (aidées par une compagnie de soldats Ezkas issus des réfugiés Ezkas vivant dans le Xylvanion) et la perspicacité des enquêteurs engagés par l'EAU, il fut vaincu lorsque toute la vérité se fit jour: il n'y avait jamais eu de magie. Le Duc avait été aidé par la complicité d'un scientifique VoieLactéens de renom: le Spartice Joz Rando, ambitieux expert en intelligence artificielle qui avait participé à l'expédition de Vous Désirez, y volant trois prototypes d'androïdes polymophes en morphéite. Ces trois prototypes et quelques autres astuces avaient servi à accomplir leurs méfaits. Le Duc espérait faire croire à de la magie et régner sur la Voie Lactée par la peur, en échange de quoi il tuerait l'empereur Spartice dans la foulée pour permettre à Joz Rando de devenir empereur. Mais tout cela tombait à l'eau à présent.

En ce qui concerne la mort de Darest, elle n'avait pas été provoquée par magie mais par abcence de magie: on apprit plus tard qu'il était un vieil empereur tyrannique et gâteux qui n'avait plus toute sa tête et qui bénéficiait d'un sort de jeunesse éternelle. Oubliant ce fait, il était venu en Voie Lactée, où la magie n'existait plus depuis des millénaires, se prenant alors d'un coup tous les siècles en retard qu'il avait évités. Le Duc Irsvil avait prévu le coup, faisant passer le vieillissement en accéléré de Darest pour de la magie.

Le Duc et Joz Rando furent condamnés à perpétuité. Dans la dimension Ezka, une guerre civile avait suivi la mort de Darest, et une Confédération se mit en place, prenant le pouvoir. Un diplomate Ezka vint en informer l'EAU, et régularisa la situation des réfugiés Ezkas du Xylvanion, les déclarant binationaux.





Histoire de la Voie Lactée
– Chroniques –



Age Originel
[-??? à -700]






Introduction


Le gros de ce que l’on sait sur l’Âge Originel vient du Livre Bleu, livre que Vladimirovich le Siezon écrivit sous la dictée d'Essar l’humain, lui-même racontant les mémoires de Simus, le Cooliziane, témoin précieux de ces époques lointaines. Les événements retranscrits ici sont mis dans l’ordre chronologique mais n’ont pas pu être datés. Nous n’avons aucune idée de la longueur des périodes séparant les différents articles.


"Simus était le dernier de sa race à être resté sur la Voie Lactée. Le dernier Kolizian, ayant vécu sa jeunesse au temps de l'essor des Cinq Empires. Il très vieux, même pour un Kolizian ; mais avant de mourir, il me confia une grande partie de ses mémoires. Voilà donc, dans l'ordre chronologique, l'histoire des temps anciens telle qu'il me la raconta..."

Essar, rôdeur humain.




Apparition des Cinq Empires Originels :


Commençons par le commencement. Cinq peuples parvinrent avant tous les autres à s’élever jusqu’aux étoiles, établissant des civilisations spatiales étendues. Ces Cinq Empires, qu'on appela par la suite Originels, s'appellent dans notre langue Coolizianes, Goulougouloux, Rotobawags, Grox et Brochentachtreusse. Tous ces noms sont dérivés de ce qu'ils étaient en ancienne langue, sauf celui des Grox et des Brochentachtreusse qui n'ont jamais évolué. Les trois autres empires étaient dans leur langue originelle l'empire Kolisian – celui de Simus – l'empire Goulogolux et l'empire Roto Bawa.

Les Kolisians - ou Coolizianes - étaient les sages. Assoiffés de connaissances, de sciences, et d'astronomie. Ils vivaient dans de grandes cités blanches - ils aimaient beaucoup le blanc - et affectionnaient les grands observatoires, les grandes bibliothèques, les grandes pépinières… Leur matériel scientifique était d'un perfectionnement et d'une démesure fantastique. Ils partageaient leur savoir avec les quatre autres empires, qui avaient accès à leur bibliothèques.

Les Goulogolux - ou Goulougouloux - étaient les artistes et les écrivains. Grands raconteurs d'histoires, grands commentateurs, littéraires et philosophes, ils rayonnaient de par leur imagination et leur culture.

Les Roto Bawah (ou Rotobawags) étaient les explorateurs, les yeux et les oreilles de cinq empires. Ce furent les seuls parmi les cinq à organiser les premiers voyages extragalactiques, à en ramener des connaissances, à observer tout. Ils étaient tournés vers l'extérieur, guettant le moindre signe, la moindre chose nouvelle, bonne ou mauvaise, et en informant les autres. Ils étaient également des administrateurs, car leur tendance à voyager en Voie Lactée en avait fait des liens entre les quatre autres empires, des messagers et des diplomates. Ils étaient également de grands biologistes, alliant l'amour de la nature des Grox aux connaissances Koolizianes pour faire pousser toutes sortes de plantes extraordinaires.

Les Grox étaient les manuels et les bâtisseurs, curieux de tout et enthousiastes, habiles dans le travail des matières, construisant des palais et de grands monuments non seulement pour eux mais aussi pour les autres. Ils affectionnaient aussi la nature, la terre, les arbres, mais étaient peu tournés vers les étoiles... Sauf pour y trouver de nouvelles terres à découvrir.

Les Brochentachtreusses étaient un peu restés dans leur coin pendant un bon moment, avant de se lier d'amitié avec les Quatre autres. C'est pour cela qu'on parlait d'eux comme le Cinquième Empire, et pas le Troisième ou le Premier. Ils étaient l'armée, la police. Les Cinq Empires n'avaient pas d'ennemi particulier, mais ils craignaient d'en trouver un jour venu d'autres galaxies. Les Kolisians leurs fournissaient des armes et un équipement de pointe, et les Rotobawags les informaient de toute chose nouvelle. Les Brochentachtreusses aimaient leur empire et les quatre autres, et veillaient à les protéger le plus possible de tout danger. Ils en devinrent assez vite conservateurs, aimant leur situation, la tranquillité dans laquelle ils se trouvaient, prêts à tirer sur tous ceux qui seraient un danger pour leurs amis.

Ces Cinq Empires, sans concurrence, colonisèrent toute la galaxie et s’organisèrent en quartiers de tailles égale séparant la galaxie en cinq, c’est pourquoi on appela la première période de leur existence l’Ère des Quartiers.



Ère des Quartiers:


L'histoire de l'ascension de chacun des Cinq Empires jusqu'à l'âge spatial s'est perdue, même pour Simus le Kolisian, qui était pourtant d'un grand âge. Les évènements dont il avait connaissance remontaient à loin avant sa naissance, mais c'était déjà à une époque faste pour les Cinq Empires. Ils avaient grandi, chacun de leur côté, sans jamais de guerres ou de rivalités entre eux.
Aucun des empires n'était au-dessus des autres. Tous semblaient de force égale et aucun ne se considérait comme le premier ou le dernier. Ils prospéraient, en paix entre eux, sur la Voie Lactée. C'était ce qu'ils appelèrent, encore une fois, "l’Ère des Quartiers", car les cinq empires se partageaient des territoires égaux sur la Voie Lactée, côte à côte, comme une tarte découpée. Ces cinq empires étaient soudés, liés, et les visites et voyages entre empires étaient très courants, naturels. Les temps étaient prospères.






Grand conseil des gardiens de galaxie:


Selon la légende, il y eut à l'époque une grande réunion de tous les gardiens de galaxie de l'univers. On ne sait pas précisément ce qui fut dit à cette réunion (qui dura trois heures, bien que l'infinité de gardiens présents aient pris chacun la parole au moins une fois, car l'application de la logique n'avait pas encore été généralisée), si ce n'est un élément: on décida d'appliquer les lois de la physique et la logique partout, car sans cela, cela devenait trop compliqué de gérer une galaxie...



Généralisation de l'application des lois de la physique:


C'est donc à cette époque-là que, sous l'impulsion de Steve, le gardien de la Voie Lactée, on généralisa l'application des lois de la physique à toute la galaxie. À ce qu'on raconte, seul le jeune (?) Freeza refusa leur application sur ses territoires, à savoir Zintorge, et c'est la raison pour laquelle cette dernière fait quelques entorses, aujourd'hui encore, à la science.
Dans la foulée, on décida aussi de généraliser l'application de la logique. Cependant, un problème se présenta: pendant les années de non-respect aux lois de la physique et de la logique, l'univers aurait accumulé trop d'incohérences pour pouvoir entièrement obéir à ces lois sans imploser (ou se transformer en mosaïque de corn flakes, selon les théories). C'est pourquoi on laissa un endroit échapper complètement aux lois de la physique, une petite planète libérée de toute cohérence et de toute logique, plus encore que Zintorge, servant de sorte de "soupape de sécurité" au reste de l'univers afin que le reste, au moins, puisse être cohérent (quitte à ce que cet endroit soit complètement délirant et dingue). On raconte que c'est sur cette planète que fut construite la Taverne, un peu plus tard ou un peu plus tôt que la formation de la planète (souvenez-vous que la logique n'a que peu d'importance dans cet endroit).



Découverte de la Dinde:


On découvrit un peu plus tard un gigantesque être vivant, grand, disait-on, comme plusieurs galaxies, flottant dans l'espace entre la Voie Lactée et la galaxie du Triangle. Sur cet être vivant se trouvaient de nombreux écosystèmes différents bouillonnant de vie, séparés par d'immenses déserts froids. On appela cet être vivant New Eden, mais on le connaît mieux de nos jours sous le nom de Dinde. Son origine demeura un mystère impénétrable.



La Pierre de Fuso:


A cette époque, Fuso l'Ancien, empereur des Kolisians, décida de sceller l'amitié des cinq peuples galactiques par un symbole, un monument fraternel. Il lança alors la réalisation de la fameuse "Pierre de Fuso", une sorte de grand monolithe rectangulaire blanc et lumineux, concentré d'énergie et de technologie Kolisiane. Simus raconte qu'il était un jeune enfant lorsque la cérémonie d'inauguration de la Pierre eut lieu. La fête avait été splendide!



Guerre des Dazars:


Mais un jour, après bien des siècles, un scientifique Kolisian pécha par orgueil. Il voulut créer quelque chose de nouveau: un être vivant artificiel.
Et plus encore : il voulait créer un sixième empire.

Cela se déroulait sous le règne de Fuso l'Ancien, peu après l'inauguration de sa Pierre, censée sceller la fraternité éternelle censée régner entre les Cinq Empires originels. Elle avait été placée sur la Dinde. Simus n'était qu'un tout jeune Kolisian à l'époque, tout juste un apprenti bibliothécaire.
Le scientifique s'appelait Karw. Il commença à chercher de nouvelles matières pour produire l'être vivant parfait. Ce n'étaient pas organismes modifiés, mais des robots très perfectionnés, faits principalement d'une matière à la fois malléable et solide dont les Kolisians avaient le secret. Mais la véritable trouvaille était leur cerveau. Personne ne sait comment Karw les fabriqua, mais ils étaient dotés d'une sorte de conscience les différenciant de simples machines. Cependant, cette conscience était sans âme, sans coeur, elle était froide et grise, purement fonctionnelle. Karw ne s’en émut pas outre mesure.

Ainsi naquirent les Dazars, plus tard appelés Trompus. Ils ressemblaient à des humanoïdes sans narines (mais avec un nez), à la peau douce, aux yeux bleus et aux très fins cheveux blonds flottant dans l'air comme dans de l'eau. Ils étaient asexués et tous semblables mais avaient une apparence plutôt masculine. Leur visage avenant et leur intelligence exceptionnelle sembla satisfaire Karw, qui se hâta de leur trouver une planète de résidence.
Karw fabriqua toujours plus de Dazars dans le plus grand secret, seul, aidé de robots, prétextant des recherches sur des planètes reculées, et il bâtit un petit empire qu'il voulait parfait, dirigé par lui, inventé de A à Z par lui, selon ses règles, ses idées, ses idéaux, basés sur la rationalité et l'efficacité.
Mais un jour, ses Dazars n'eurent plus besoin de lui. Ils se retournèrent contre Karw et l'assassinèrent, sans prévenir, sans aucun signe avant-coureur. Ils décidèrent de prendre leur destinée en main. Ils étaient des millions, et fabriquaient toujours plus des leurs grâce aux machines laissées par Karw.

Mais les Rotobawags veillaient. Les Dazars vivaient toujours dans le secret, persuadés d'être parfaits, supérieurs aux Cinq Empires, attendant leur heure pour le leur faire comprendre. Mais leurs territoires étaient devenus trop grands pour passer inaperçus. Des explorateurs Rotobawags les découvrirent, et en avertirent la communauté internationale. Les Cinq Empires étaient abasourdis. « Un sixième empire caché en Voie Lactée? »

Ils prirent contact avec les Dazars, qui leur racontèrent, d'un ton froid et méthodique, toute la vérité. "Nous vous sommes supérieurs", dirent-ils, "nous ne vieillissons jamais, nous sommes rationnels, intelligents. Beaux. Laissez-vous diriger, et tout ira bien, tant que vous nous servirez à quelque chose. Que tous les inutiles, les vieillards, les handicapés, les malades, soient détruits. Prenez-nous à votre tête".
"Des androïdes détraqués", se dirent les Cinq Empires. Les Kolisians présentèrent leurs excuses aux quatre autres, n'ayant jamais soupçonné Karw capable d'une chose pareille, et n'ayant pas enquêté après sa disparition. Les Brochentachtreusses furent catégoriques: il fallait supprimer cette menace.

Ainsi commença la première grande guerre de la Voie Lactée. Les Cinq Empires s'allièrent contre le sixième, et l'affrontement brutal ne tarda pas.

Les Dazars se révélèrent cependant beaucoup plus coriaces qu’on ne le pensait. Ils fabriquaient de nouveaux soldats et de nouveaux vaisseaux par millions, faisant reculer les pourtant très puissantes armées Brochentachtreusses. Ils portaient pour se battre des casques avec un tuyau facial pendant vers le bas, ce qui leur valut le surnom de "Trompus". Un sentiment de méfiance à l'égard des Kolisians se faisait aussi sentir, allant en s'accentuant lorsque que les Dazars gagnaient des batailles. En quelques mois, la situation devint désespérée. Les Dazars gagnaient bataille après bataille, semblant surtout s'en prendre aux Kolisians, qu'ils haïssaient plus que les autres, peut-être parce qu'ils leur rappelaient Karw et qu'ils détestaient l'idée d'avoir été inventés par ce qu'ils considéraient comme une race inférieure. Ils ravagèrent l’empire Kolisian, ravageant ses planètes, rasant ses villes, ses bibliothèques, tuant ses citoyens. Plus de la moitié du territoire Kolisian, pourtant très vaste, fut rasée.

En ces temps de crise, Fuso l'Ancien, le dirigeant des Kolisians, fit la chose qui lui sembla la plus sensée: il reprit les recherches de Karw, cherchant un point faible aux Dazars. Il créa un androïde sans conscience en se basant sur ses recherches. Il ne ressemblait pas parfaitement aux Dazars: c'était un humanoïde aussi, mais casqué et en armure blanche. Sa peau était blanche et ses yeux lumineux. C'était un robot Kolizian perfectionné, pas un Dazar. Fuso pensait qu'en l'étudiant, il pourrait trouver une faille chez les Dazars. Mais il ne trouvait rien.

La guerre ne pouvait s’éterniser. Les Brochentachtreusse organisèrent donc une contre-attaque de masse, avec les Grox et les Rotobawags, détruisant les machines fabriquant les dazars, très loin sur leur territoire. Cela leur coûta beaucoup de vies et de vaisseaux, mais ils atteignirent leur objectif : priver les Dazars de leur capacité de reproduction. Le nombre des Dazars déclina rapidement au cours de cette horrible guerre, jusqu'à ce qu'ils se rassemblent tous, ivres de haine, contre la capitale Kolisiane: Kolisiah.

"Aaah, Kolisiah! Kolisiah!", me disait Simus. "C'était une perle, la plus vaste des cités Kolisianes, et il n'y avait que la Grande Bibliothèque qui abritait plus de connaissances. Et elle a brûlé."

Oui, elle brûla, et Fuso l'Ancien fut mortellement blessé lors de la bataille qui s’y déroula. Ses fidèles, voulant absolument le sauver, transférèrent son cerveau dans l’androïde en armure qu’il s’était fabriqué afin qu'il subsiste. Hélas, quand il se réveilla dans son nouveau corps, Fuso ne semblait plus avoir toute sa tête. L'opération était, après tout, bien hasardeuse... Cependant, cela ne l’empêcha pas de sortir de son abri, sous les ruines fumantes de son palais, et faire face aux Dazars, décontenancés de voir quelqu'un qui leur ressemblait les affronter. Les renforts Brochentachtreusse arrivèrent enfin, et portèrent aux dazars le coup de grâce, alors que Fuso l'ancien se battait lui aussi, sur les ruines de Koliziah. Les derniers Dazars, en bien faible nombre, s'enfuirent et disparurent dans la nuit, enfin vaincus.



Ère des Anneaux:


La galaxie était exsangue. Tous les empires avaient perdu plus de la moitié de leurs planètes, et le constat était encore plus sévère pour les Kolisians: il ne leur en restait plus que quatre d'intactes: la Grande Bibliothèque, ainsi que Kuranga, Marley et Ganja. Ils étaient en deuil, et leur douleur était profonde. Ils changèrent leur emblème, troquant leur grand peuplier feuillu et vert pour un peuplier noir et sans feuilles. Cependant, au-delà des dégâts matériels et humains, la confiance qui régnait entre les cinq empires était perdue. Après tout, cette menace n'était-elle pas venue des Kolisians? Quant à Fuso l'Ancien, il n’était plus en état de gouverner, alternant entre mutisme et délires d’enfant. Il partit dans l'espace à bord d'un vaisseau à voiles solaires. On ne le revit plus avant très longtemps.

Le temps passa. Ce fut "L’Ère des anneaux", car les empires s'étaient disposés grosso modo en anneaux concentriques sur la galaxie après la guerre des dazars. On n'oubliait d’ailleurs pas ces derniers. Cachés, ils pouvaient avoir qu'un but: retrouver les connaissances perdues leur permettant de se multiplier à nouveau, et cette fois gagner la guerre en ne laissant personne toucher à ces machines. Comment être sûrs qu'ils ne reviendraient jamais?
Les scientifiques Kolisians se penchèrent sur le problème, reprenant les recherches de Karw et de Fuso, maintenant qu'ils en avaient le temps. Et, après des années, ce fut un succès : ils découvrirent enfin le moyen de désactiver à distance ces dangereux robots fous qu'étaient les Dazars. Une lacune demeura, cependant : ils ne pouvaient le faire qu’avec une portée limitée. Les scientifiques avaient en outre besoin d'une puissante source d'énergie pour activer ce dispositif (qui ne tenait en lui-même que dans quelques centimètres carrés). Or, les dispositifs fournissant la somme d'énergie colossale nécessaire à l'arme anti-dazars étaient fixes, au sol, alors qu'il aurait été bien plus pratique de pouvoir avoir une arme mobile. Un seul objet pouvait apporter une solution: la Pierre du Fuso, contenant une énergie phénoménale dans un objet facilement transportable en vaisseau. On se hâta d'aller la chercher et d'y coupler à l'intérieur le dispositif anti-dazars. Le symbole de la fraternité désormais affaiblie des Cinq Empires était désormais devenu l'arme destinée à vaincre leur ennemi commun.

Les Roto Bawah réfléchirent aussi à un moyen d'éviter une nouvelle guerre sanglante. Ils inventèrent une sorte de bouton d'alarme à échelle galactique, qu'il nommèrent avec une originalité débordante « le bouton rouge »: placé au centre d'une des places de leur capitale, il permettait d'avertir les Cinq Empires en cas de danger imminent (ou d'apéro impérial imminent). On plaça la Pierre de Fuso, toujours munie de son dispositif anti-dazars, sous le bouton. Le bouton activait le dispositif à chacune de ses activations, mais cela était surtout symbolique: on savait bien que si les dazars surgissaient à nouveau, il faudrait sans doute sortir le Pierre de sa cachette et la placer dans un vaisseau pour s'en servir.



Départ du Convoi:


Un jour, les Roto Bawah annoncèrent à la galaxie un projet bien à eux. Beaucoup de leurs citoyens, assoiffés de découvertes et d'exploration, avaient émis le souhait de partir pour un gigantesque voyage d'exploration, un voyage d'exploration à vie. L'Empire Roto Bawah avait alors organisé une gigantesque flotte d'exploration, surnommé "le Convoi", destinée à quitter la galaxie pour un très long voyage, et voulait savoir si les autres empires étaient intéressés à s'y joindre. Ce fut le cas pour une petite frange de leur population. Il y eut des membres de tous les autres empires qui se joignirent à l'expédition, des Brochentachtreusses, des Kolisians, des Grox, des Goulougouloux, mais la majorité des occupants du Convoi restèrent les Roto Bawah. Le Convoi partit après une fête d'adieu mémorable. On ne le revit plus.



Le Grand Conseil:


On commença à voir apparaître en Voie Lactée quelques nouveaux peuples atteignant le stade spatial, comme par exemple les Rutubagas, les Glorsiens ou encore les Zintorgiens. Dans le même temps, les Cinq Empires déclinaient doucement. Les Kolisians découvrirent les paradis artificiels et les drogues, et l'usage de ces substances fit des ravages parmi leus têtes pensantes. Les Brochentachtreusses, qui gardaient toujours en mémoire le souvenir douloureux de la guerre des Dazars, se renfermèrent quelque peu, lançant leurs propres recherches militaires.

Les Goulougouloux, inquiets de ce déclin et de cet affaissement de la culture, décidèrent qu'il était temps d'établir une plate-forme correcte d'échange et de partage galactique. Ils décidèrent alors de fonder ce qu'ils appelèrent le Grand Conseil, institution servant de plate-forme de dialogue international à l'échelle galactique. Les Quatre autres empires adhérèrent au projet, tout comme d’autres peuples émergents plus petits. Après quelque temps, les Goulougouloux proposèrent d'établir à l'EAU un Code Galactique, sorte de charte comprenant les droits du citoyen galactique et les devoirs d'un état galactique, sanctionnant le génocide, l'esclavage et l'exploitation, entre autres. Elle fut adoptée par les quatre autres empires et devint officielle, mais elle ne devait malheureusement pas durer…
Les séances du Grand Conseil relancèrent tout de même pour quelque temps l'amitié et les échanges entre les Cinq Empires, pour quelques années.



Destruction de l'empire Goulougouloux:


Un groupe de scientifiques Goulougouloux eut la mauvaise idée d'inventer une arme capable de rayer une planète de la carte, le fameux "ruine-planète". On ignore ce qui leur passa par la tête, mais les quatre autres empires originels furent furieux lorsqu'ils apprirent l'existence de cette invention: cela tendit passablement les relations entre l'Empire Goulougouloux et les autres, qui, dans leur colère, déclarèrent le Code Galactique caduc, puisque les Goulougouloux, qui en étaient à l'origine, avaient été les premiers à le violer. À une vitesse ahurissante, la situation dégénéra alors à l'intérieur de cet empire: une moitié de la population fut furieuse de voir les relations amicales qui liaient les Cinq Empires ainsi mises en danger, tandis que l'autre moitié, se laissant envahir par la peur, décréta qu'il fallait utiliser ce ruine-planète pour se défendre des quatre autres empires, qui étaient devenus menaçants depuis l'invention de ce... ruine-planète.

En quelques jours, une terrible guerrecivile éclata, d'autant plus meurtrière qu'il y avait des ruine-planète entre les mains de tous les partis... Bientôt, il n'y eut plus deux factions, mais plusieurs, certains goulougouloux fâchés par l'invention du ruine-planète voulant par exemple s'en servir contre ceux qui prônaient son utilisation sur les quatre autres empires. Les quatre autres empires, justement, hésitaient à s'engager militairement sur le terrain, la situation étant devenue illisible et leur présence pouvant exacerber les peurs et les haines ayant conduit à cette guerre.

Lorsqu'ils se décidèrent à intervenir, c'était trop tard. Plus de trois quarts des planètes goulougoulouxes avaient été rayées de la carte, et les planètes restantes étaient dans en ruine. Les goulougouloux survivants se réfugièrent dans les quatre autres empires, surtout dans l'empire Grox, mais leur race déclina.



Destruction de l'empire Rotobawag:


Suite à ces évènements, les quatre empires originels restants étaient restés abasourdis. La peur s'était saisie de nombreux milieux galactiques, en particulier des Rotobawags. Ceux-ci s'étaient faits les yeux et les oreilles des Cinq Empires, mais avaient tourné leur surveillance vers l'extérieur. Hors, les deux derniers horribles évènements qui avaient ébranlé les Cinq Empires au point d'en rayer quasiment deux de la carte étaient venus de l'intérieur, pas d'une menace extra-galactique. On vit donc bientôt le peuple Rotobawag se diviser en deux courants de pensée: ceux préconisant une surveillance totale de tout citoyen des Cinq Empires et ceux pour qui une telle surveillance portait atteinte aux libertés fondamentales de la créature, écrites dans le Code Galactique malheureusement déclaré caduc suite à la guerre civile goulougoulouxe.

Pendant des années, ces deux partis cohabitèrent sans qu'il n'y ait d'autres incidents que des débats véhéments à la télévision, mais la situation s'envenima avec le début d'attentats dans diverses villes Rotobawagues. Cela conduisit les citoyens apeurés à voter pour un chef cruel, Keit Irza, qui, une fois au pouvoir, réprima dans le sang toute forme de révolte et généralisa lui-même la surveillance des citoyens partout dans son empire, sous l'oeil inquiet des Grox, Brochentachtreusses et Kolisians, qui se voyaient mal envoyer des troupes chez leurs voisins.

La répression d'Irza eut un effet contraire à celui escompté et embrasa l'empire Rotobawags qui sombra dans une guerre civile meurtrière. Beaucoup de Rotobawags s'enfuirent chez les quatre autres empires, où dans l'espace. Le gouvernement Rotobawag lui-même n'était plus qu’une coquille vide. De manière incompréhensible, les trois autres empires n'apprirent pas de la guerre civile goulougouloux et ne firent rien, jusqu'à ce que l'empire Rotobawag disparaisse totalement. Les seuls survivants vivaient maintenant, à l'instar des goulougouloux, éparpillés dans les empires restants. Ceux-ci décidèrent de ne pas laisser la Pierre de Fuso abandonnée dans les ruines de la capitale Roto bawah (Rotafine), et décidèrent de la déplacer sur la Dinde. Après tout, celle-ci n'était pas bien loin. On la plaça, debout et bien présentée, au milieu d'une plaine fertile.



Découverte de la magie, gel des Kolisians et coma des Brochentachtreusses:


Quelques siècles plus tard, les Kolisians des quatre planètes restantes (en comptant la Grande Bibliothèque) découvrirent, au cours de leurs recherches, la magie. Ils ne cachèrent pas la découverte, qui n'intéressa pas les Brochentachtreusses mais qui déplut fortement aux Grox, amateurs de choses naturelles, qui s'opposèrent vivement à l'existence de cette nouvelle chose. Ils décidèrent alors de mettre les Kolisians hors d'état de nuire en les "gelant" par... magie.

Ils mirent leur plan de représailles en action et les planètes Kolisianes et leurs habitants furent gelés. Simus, lui, qui avait accédé au statut de secrétaire de la Grande Bibliothèque, se trouvait hors de ces quatre planètes à l'époque, dans le cadre d'un échange culturel entre les Kolisians et les derniers Goulougouloux, réunis dans de petites villes au sein d'une planète Groxe, avec les derniers Rotobawags. Il apprit avec effarement le gel de son peuple et alla s'énerver en haut lieu.

Peu après se produisit un évènement étrange assez semblable au précédent: tous les Brochentachtreusses furent plongés dans le coma pour une raison inconnue, s’enfermant dans une sorte de stase. Les Grox, qui étaient désormais le dernier Empire Originel encore viable, n'y comprirent rien, n'ayant plus comme interlocuteur qu'un vieux Kolisian énervé.



Guerre Groxo-Brochentachtreusse:


Cette situation dura trois cent quatre ans – Simus s'en souvient bien – et se débloqua avec le réveil des Brochentachtreusse. Ce furent les Zintorgiens qui, explorant la zone, réveillèrent leur vieil allié. Les Brochentachtreusses accusèrent tout de suite les Grox d’être responsable de leur mystérieuse entrée en state (puisqu'ils avaient traficoté avec la magie) et leur déclarèrent la guerre.

Simus, de son côté, se réfugia sur les ruines de Koliziah dès le début de la guerre. Il se construisit un abri isolé du reste du monde, d'où il pouvait observer la situation sans être trouvé lui-même.

La guerre fut longue et terrible. Les Grox se mirent à s'éloigner de la nature et à s'implanter des éléments robotiques, misant tout sur la technologie, refusant désormais de toucher à la magie. Ils devinrent de plus en plus aigris à mesure qu'ils perdaient planète sur planète, et finirent, au bout de plusieurs années, par être annihilés par les Brochentachtreusses.

Ceux-ci devinrent alors, calmés mais non heureux, le dernier des Cinq Empires Originels.



Le Grand Oubli:


Note de Vladimirovich : Cet évènement est inracontable. Essar s'est mis à rire irrésistiblement lorsqu'il essaya de le raconter, et moi-même j'ai eu besoin de temps pour reprendre mon sérieux en l'entendant, alors que je n'ai compris que quelques bribes. Sachez simplement qu'il conduisit à l'oubli quasi-entier des évènements passés par les VoieLactéens vivants de l'époque (non pas d'une façon brusque, mais d'une façon progressive et molle), excepté les Coolizianes qui étaient gelés à cet époque, et peut-être Freeza, car les lois de la physique n'étaient toujours pas très suivies sur Zintorge, ansi que Simus, qui, dans son abri isolé du monde et des ondes, fut immunisé. Cependant, cet évènement eut une conséquence inattendue sur lui: il fut temporairement mis en hibernation et ne se réveilla que bien plus tard.

Je puis incontestablement avancer que c'est l'évènement le plus drôle qui ne soit jamais arrivé en Voie Lactée. J'aimerais l'écrire mais
(-ici, le trait se fait tremblotant, comme si l'écrivain avait pouffé de rire plusieurs fois-) non, décidément, cet évènement est inracontable.



Création de l'EAU


De nombreux petits peuples continuaient à émerger dans la Voie Lactée. C'est alors que les Brochentachtreusses et leurs plus proches alliés de l'époque, les Rutubagas et les Zintorgiens, décidèrent de fonder une nouvelle plate-forme d'échange entre les peuples galactiques, en remplacement du Grand Conseil qui avait disparu avec les quatre premiers Empires Originels. Ils baptisèrent l'institution "les Empires Alliés Unis" (EAU). Elle devint rapidement l'institution de référence dans la galaxie, et la plupart des peuples VoieLactiens y adhérèrent.



Émergence des autres peuples:


A son réveil, au bout d'un laps de temps indéfini, Simus constata les changements qu'il avait ratés. Création de l'EAU, émergence de nouveaux peuples… Une nouvelle génération d'empires spatiaux commençait également à émerger, comme les Fromageologues, les Azirs, les Gartrocks… Empli de nostalgie, le vieux Kolisian se dit alors qu'il s'était mal comporté en se cachant dans son coin. Il décida de se rendre sur les planètes de ses compatriotes et d'essayer de voir s'il n'y avait pas moyen de les réveiller.

Hélas, il fut gelé lui aussi en posant le pied sur le sol de la planète de la Grande Bibliothèque. Il ne se réveilla que bien plus tard, quelques années avant l’écriture de ce livre. Mais ceci est une autre histoire qui devra être racontée en son temps…





__ Fin du Libre Bleu __




Premier Âge
[-700 à -200]








Introduction :


Le Premier Âge a été écrit par Xanlos Raturik, fameux écrivain et archiviste Auch, à la demande de l’EAU.
L'âge premier débute avec la guerre entre les Fromageologues et les Brochentachtreusse (-700), premier évènement clairement daté connu, et se termine avec la fermeture des portails Ezkas (-400) qui suivit la décadence de la fin de cet âge sombre et mystérieux.

Après la « chute » des 4 autres empires originels, les Brochentachtreusse régnaient en maîtres dans la galaxie, et continuaient à peaufiner leur empire très militarisé. Cependant, une assez grande quantité de petits empires émergèrent dans la Voie Lactée, tous avides de gloire et de puissance. Le monopole de puissance des Brochentachtreusse allait cependant durer encore pour quelques années…



Guerre Fromageologo-Brochentachtreusse [-700]:


Les Fromageologues (aussi appelés humains), empire naissant provenant du Système Solaire, en étaient à leurs premiers essais de voyages spatiaux après la Révolution du Gruyère, révolution dont on sait peu de chose si ce n’est qu’elle a centré leur culture et leur civilisation sur le fromage. Ils entrèrent alors en contact, par hasard, avec les Brochentachtreusse, qui passaient semble-t-il près de la Terre. Ces derniers, amusés par cette petite civilisation qui en était à ses premiers pas, engagèrent la conversation avec les terriens médusés. Il n’existe pas de détails sur leur premier entretien inter-espèces, mais toujours est-il que la conversation se serait enflammée, et que les Brochentachtreusse et les Fromageologues se seraient énervés au point d'entrer en guerre. Les détails sur le conflit en lui-même sont flous et peu nombreux à être parvenus jusqu'à nous. Selon certaines sources, la Terre aurait été détruite et recollée pendant la guerre mais cela est sans doute de la fabulation.
Toujours est-il que les Brochentachtreusse, qui n'auraient pas dû avoir du mal à anéantir les Fromageologues et leur unique planète après avoir rasé plus de 2000 planètes Groxes, finirent par signer avec eux un traité de paix. Les raisons de cette paix sont tout aussi inconnues que les raisons du début du conflit.



La généralisation de la présence extraterrestre sur Terre ne se fit pas sans heurts.




Guerre de la PLEF [-684 à -683]:


Quelques années après cette guerre apparut la PLEF. La PLEF (Pour la Liberté de l'Empire Fromageologue) était un groupe de dissidents humains s'étant rebellés contre l'empire Fromegologue et désirant renverser le pouvoir établi. Au début du conflit, bénéficiant de l'effet de surprise, ils réussirent à prendre Vénus ; les Fromageologues, eux, ne tardèrent pas à contre-attaquer, aidés de leur alliés les Brochentachtreusse. La PLEF fut submergée par ses ennemis, et ses derniers membres en furent réduits à s'auto-détruire en faisant exploser leur dernière base.



Première séance datée l'EAU [-683]:


Ici interviennent les premiers documents datés à propos de l'EAU, bien que l'on sache qu'elle ait été créée bien plus tôt par les Brochentachtreusse. L'EAU (Empires Alliés Unis) est une institution servant de plate-forme de discussion galactique pour les dirigeants des différents peuples VoieLactéens, qui traitaient là des affaires communes. L'EAU avait lieu, à l'époque, sur Amphibios 9.
On ignore la date exacte de sa formation, mais on sait qu'elle a été formée par les Brochentachtreusse, les Rutubagas (un petit empire sympathisant des Brochentachtreusse dont on ne sait pas grand-chose si ce n'est que ses habitants sont minuscules) et les Zintorgiens, surnommés aussi "petits frères des Brochentachtreusse", car les deux espèces étaient, parait-il, issues de la même famille animale.

Le document dont il est question ici parle de la 245 452e (!) réunion de l'EAU. Voici l'annonce de cette première séance datée, recopiée mot pour mot à partir d'un vieux document présent dans le Musée Impérial Zintorgien :

---------------------ANNONCE----------------------

En raison des récentes tensions entre les Empires Fromageologue et Impérium, la 245 452e réunion du conseil des EAU (Empires Alliés Unis) aura lieu sur Amphibios 9 le 4 Twagena, et réunira les Empires:

Zintorgien – Brochentachtreusse – Imperium – Buitosia – Zuila – Fromageologue – Alzir
Sparticide – Blop – Rebelles Grox (les gentils grox) – Popprero – Ginouch


Les historiens noteront que les noms Alzir et Sparticide sont en fait des fautes, il s'agit en réalité des Azirs et des Spartices. Notez aussi la présence des Zintorgiens, qui démontre bien qu'ils étaient indépendants des Brochentachtreusse malgré leurs empires étroitement liés. Aucun rapport de qualité nous est parvenu sur les paroles que les empereurs se seraient échangés lors de cette première séance de l'EAU, mais on suppose qu'ils ont parlé des trucs habituels (guerres, militarisme, etc.)…



Bataille d'Andromède [-682 à -680]:


Cette gigantesque et mythique bataille est survenue suite à des essais de bombes géantes Brochentachtreusses sur Andromède, et c'est par cette bataille que les VoieLactéens apprirent l'existence de la magie, qui était jusque-là considérée comme une fable. Voici quelques documents authentiques qui nous ont été gentiment communiqués par les autorités Zintorgiennes afin de mieux comprendre la situation d'époque:


---Rapport Des Scientifiques du BRADM---

Le test de la nouvelle bombe AMDCG est un succès, elle crée effectivement un Cœur Galactique (super trou noir). La moitié de la galaxie GFS07456 et annihilée-

___

Si les Alzirs prononcent mal encore une fois le mot Brochentachtreusse j'utilise ma nouvelle bombe AMDCG2 sur eux, même si elle est encore expérimentale.

___

---Rapport Des Scientifique du BRADM---

Le test de la nouvelle bombe AMDCG2 est un succés, elle crée lors de la première explosion un bouclier de la forme définie avant le lancement, lors de la deuxième explosion elle crée effectivement un Cœur Galactique (super trou noir) qui absorbe tout ce qui est dans le bouclier puis le bouclier et le CG s'effondrent sur eux même et donnent un trou noir basique



Les Brochentachtreusse avaient donc procédé à un essai de bombe sur Andromède, en faisant disparaître la moitié. Cet essai militaire considéré par beaucoup comme totalement irresponsable aura de lourdes conséquences sur l'histoire galactique, comme nous le verrons. La situation commença à s'envenimer quelques années après cet essai, comme le montre ce document, lui aussi d'époque:


----------RAPPORT DE BRO210---------

Une énorme pluie de météorites fonce sur la galaxie. Avis a tous les empires d'activer tous leurs systèmes de sécurité.



Les empires de la Voie Lactée ne virent d'abord aucun rapport entre les essais de bombe des Brochentachtreusse et cette pluie géante de météorites. Pour ce qui est des dégâts dûs au météores, les empires VoieLactiens s'en tirèrent assez bien (selon nos sources, la pluie de météores ne causa la disparition d'aucun peuple).
Les Azirs, qui étaient à l'époque férus de science et qui analysaient tout ce qui leur passait sous la main, examinèrent une petite partie des météorites tombés sur leurs planètes. Ils découvrirent, à l'intérieur même d'un des météores, une plaque de métal. Il s'agissait d'une sonde envoyée dans l'espace lors des premiers pas des Fromageologues dans la conquête spatiale. En voici une photographie (l'originale est gardée jalousement par un collectionneur Panzalien qui a refusé de la prêter pour l'Encyclopédie):



Plaque fromageologue


La découverte fut communiquée aux Fromageologues. Les Azirs, désirant comprendre comment cette sonde envoyée dans le cosmos avait pu revenir vers la Voie Lactée à la manière d'un boomerang, entreprirent des autres analyses de météorites. Ils y découvrirent des ferrailles diverses, mais également une plaque de métal doré représentant une galaxie encaissant une explosion et une créature qui ne ressemble à rien agitant une sorte de bazooka contre une autre galaxie. La plaque est gardée actuellement dans les archives du Musée Multi-impérial de la planète Janis.
Suite à la publication du contenu de cette plaque de métal par les Azirs, les Empires Alliés Unis se mirent sur le pied de guerre. Les Brochentachtreusse notamment, parlèrent d'envoyer une autre bombe AMDCG2 sur la moitié d'Andromède restante… Josturi 3e, l'empereur Azir de l'époque, voulut néanmoins faire connaissance avec cette autre galaxie, et essayer de trouver un accord de paix. L'empereur Azir fut donc envoyé par son empire sur Andromède. Ce fut officiellement le premier voyage inter-galactique du Premier Âge.
Le rapport envoyé par Josturi vers la Voie Lactée fut dévoilé quelques jours plus tard lors d'une séance de l'EAU. De cette séance, on ne possède que quelques enregistrements de mauvaise qualité. Les phrases dont on est à peu près certains du sens et de la véracité seront retranscrites ici:


« Les habitants d'Andromède sont totalement différents de ce que nous connaissons habituellement, ils ne contactent les gens non pas avec un viséophone, mais en envoyant une sorte de vision télépathique, et après étude de leurs planètes, j'en suis arrivé à la conclusion que la technologie est inexistante chez eux, ils ont à peine de la mécanique. Leur moyen de propulsion pour leur "vaisseaux" ( c'est le terme le plus adéquat ) ainsi que leurs armes et leurs protections, tout cela semble être géré par ce que j'ai bien peur d'être de la magie. Ils sont dirigés par de grands magiciens ( qui ont ordonné récemment la construction d'un vaisseau qui ressemblerait aux nôtres, pour l'envoyer ici) et Les Brochenois les ont pris totalement par surprise avec leur bombe. À présent, ils ont une gigantesque barrière magique qui les protège contre toute attaque autour de leur moitié de galaxie restante. Cela ne ressemble à rien de connu. À présent, je suis prisonnier sur une de leurs planètes, et ils m'ont autorisé à vous envoyer ce message radio. Un bon point néanmoins: sans pollution, l'air de leurs planètes est plus pur que le nôtre. »

Message de Josturi 3e après son premier contact avec les Andromédiens



Voici quelques bribes de la conversation entre les empereurs présents à cette séance de l'EAU après la lecture du précédent rapport:


Empereur Brochentachtreusse: « (...) après la lecture de cette lettre nous avons décidé de modifier L'USS Lexington avec de nouvelles technologies (...) »


Empereur Fromageologue Zenti 1: « (...) si il y a des humains vivants là-bas, ils ne faut pas qu'il leur arrive quelque chose(...) »


Vice-empereur Azir: « (...) Notre empereur nous a envoyé un autre message: Je viens de découvrir que des êtres ressemblant en tous points à des humains et des autres êtres tout aussi similaires si ce n'est leurs oreilles pointues sont sous l'esclavage d'un grand chef de galaxie (...) »


Empereur Brochentachtreusse: « (...) Je propose d'envoyer une flotte de nos meilleurs vaisseaux toujours en service... (...) »



Nous pouvons constater que l'opinion des VoieLactiens envers les Andromédiens fut quasi-immédiatement hostile. Les Brochentachtreusse proposèrent alors de lancer une attaque sur la galaxie d'Andromède afin de libérer Josturi, proposition acceptée à l'unanimité. C'est donc les VoieLactiens qui, non contents d'avoir détruit la moitié de la galaxie des Andromèdiens, ont déclenché les hostilités.
La flotte préparée par l'EAU partit à peine trois jours plus tard, le temps aux vaisseaux de préparer l'opération-éclair. Les Brochentachtreusse avaient l'intention de lancer une seconde bombe AMDCG2 sur Andromède une fois l'empereur Josturi 3e à l'abri, afin de « supprimer le problème ». Cependant, bien entendu, l'opération ne se passa pas comme ça. A peine la flotte arrivée sur Andromède (une partie utilisa un portail de téléportation intergalactique pour le voyage, d'autres traversèrent simplement l'espace vide en vitesse hyper-luminique, mais ce point est assez vague), ils reçurent encore un message de la part de Josturi 3e.


« Les Andromèdiens n'ont pas de planète mère, il s'agit de beaucoup d'empires qui se sont unis en un seul. Les humains Andromèdiens ont eu l'air surpris quand... (ici, la bande enregistrée est illisible) Prudence: ils ont encore renforcé le bouclier mis en place dans leur moitié de galaxie restante. »


Les détails sur l'opération elle-même se sont perdus, mais toujours est-il qu'une fois l'empereur Azir libéré de force et mis à l'abri, la flotte est partie d'Andromède aussi vite qu'elle était arrivée, laissant les Andromédiens sous le choc après cette attaque-éclair, sans se retourner. L'USS Lexington lança sa fameuse AMDCG2 sur Andromède tout en s'éloignant de la mi-galaxie. Ce fut un échec: la bombe explosa sur le bouclier magique, ne créant qu'un gros nuage qui se dissipa rapidement.



Mozaïque murale représentant Andromède après le départ de la flotte de l'EAU (ruines du palais impérial des Ginoush):


Cependant, les VoieLactiens ne s'en rendirent pas compte tout de suite. Quelques heures après son sauvetage, Josturi 3e faisait déjà son discours de remerciements à l'EAU, en présence des empereurs. ( « je tiens à remercier la communauté galactique pour mon sauvetage... », bla bla bla ).
Une fois la non-destruction d'Andromède constatée par tous, il fut décidé de la réattaquer Andromède (même si pour les Brochentachtreusse, c'était plutôt une question de principe). C'est cette réattaque qui fut nommée La Bataille d'Andromède.

La stratégie mise en place par les forces de l'EAU étaient basée sur le fait que les Andromèdiens avaient pour seule défense leur grand bouclier magique autour de leur galaxie et quelques mages dans des bulles magiques spatiales.
L'USS Lexington parvint à percer un trou de taille modérée dans le bouclier magique grâce à sa technologie avancée. Ce fut cependant superflu car les Fromageologues, qui avaient eu l'idée de coupler la technologie à la magie dans un de leurs vaisseaux grâce aux maigres informations qu'ils avaient recueilli sur la magie lors de l'opération de sauvetage de l'empereur Azir, parvinrent à détruire complètement le bouclier magique géant d'Andromède. La partie semblait gagnée: Le Brochentachtreusse n'avaient plus qu'à lancer leur redoutable bombe sur la galaxie d'Andromède et le tour était joué.

Mais évidemment dans les guerres rien ne se passe comme on le veut. Le premier signe que quelque chose clochait fut un message de l'empereur Azir Josturi 3e, qui avait tenu à être parachuté sur l'une des planètes Andromédiennes, afin de « libérer les esclaves des Andromédiens », disant qu'il ne fallait surtout pas tirer la bombe. Il précisa peu après que non seulement des flottes de mages dans leurs bulles magiques étaient en train d'être mobilisées contre les VoieLactiens, mais qu'en plus chaque système stellaire Andromédien possédait un mini-bouclier, qui aurait fait ricocher tout missile lancé sur lui à la tête de l'envoyeur...
Une stratégie d'urgence fut alors mise en place: Les Fromageologues, les seuls à maîtriser quelque peu la magie dans le camp des VoieLactiens, allaient devoir désactiver un à un les boucliers de chaque système stellaire d'Andromède, pour permettre aux troupes des autres empires (Azirs, Spartices, Brochentachtreusse) d'attaquer, de massacrer et de raser chaque planète habitée par des Andromédiens. D'autres vaisseaux allaient avoir pour mission de couvrir les Fromageologues contre les hordes de mages dans des bulles magiques qui accouraient pour défendre leurs planètes.
Le reste de la bataille ne fut qu'un gigantesque bain de sang, entraînant des pertes énormes dans les deux camps mais aboutissant à la défaite des Andromédiens. Après quelques heures de combat, le grand chef des Andromédiens (un certain Habran) se montra, entouré selon les récits d'une immense aura de magie noire. L'empereur Josturi 3e, qui avait entretemps pris part à la bataille dans un chasseur spatial, n'eut pas de meilleure idée que de foncer droit sur lui, produisant une gigantesque explosion qui détruisit l'empereur Azir, le chef des mages et les quelques combattants autour.

Je ne vais pas plus m'attarder sur la fin de La Bataille d'Andromède, il y a assez de livres, de films et de récits qui en parlent. Toujours est-il que les forces de l'EAU, victorieuses mais fatiguées, rentrèrent au bercail après presque 96 heures de bataille continue, laissant derrière eux une galaxie en ruine et fumante.

« Aujourd'hui, nous célébrons la joie d'une grande victoire, grâce à l'empire Brochentachtreusse, Fromageologue et Azir. Mais nous commémorons aussi la mort de notre cher empereur Josturi 3e. Son sacrifice à permis la victoire totale, ainsi je demande une minute de silence en sa mémoire, après quoi nous parlerons du projet de colonisation d'Andromède. »

Josturi 4e (frère et successeur de Josturi 3e)




L'Après-Guerre [-680 à -652]:


L’Après-guerre de la Bataille d'Andromède se traduisit par des controverses au sujet de la magie. Les Brochentachtreusse (et, accessoirement, les Zintorgiens) furent dès le départ contre la magie, craignant qu'elle ne fasse vaciller leur suprématie technologique (et aussi parce qu'ils trouvaient ça de mauvais goût, des types en robe qui balancent des lumières violettes).

Voici une de leurs premières déclarations au sujet de la magie:


---------RAPPORT DU BRAMD----------

Après de longues recherches mobilisant tous nos scientifiques pendant 600 jours sans pause, nous maîtrisons la magie. Mais nous nous en servirons pas car nous trouvons cette arme instable et pensons faire voter a l'EAU une loi interdisant cette arme sauf si un empire ennemi s'en sert.

--------------------



Les Fromageologues, au contraire, furent les plus enthousiastes dans cette nouvelle discipline (alors que, plus tard, ils allaient l'abandonner totalement, curieusement). Des essais sur la magie eurent lieu un peu partout dans la galaxie. L'empire Azir, par exemple, chargea un explorateur fameux à l'époque (Jart Tirois pour ne pas le nommer) de faire un test de téléportation magique. Lors de l'expérience, Jart disparut sans laisser de traces.

Les déclarations anti-magie des Brochentachtreusse se firent de plus en plus virulentes avec le temps, mais finirent par se calmer, car l'élan de l'enthousiasme envers la magie était retombé après quelques mois (la magie ne fut pas mise au placard pour autant, comme nous le verrons plus tard).

Il y eut aussi de l'émigration de la part des peuples Andromédiens opprimés (les elfes et les humains-Andromédiens notamment). Beaucoup émigrèrent vers la Voie Lactée une fois leur liberté retrouvée, et participèrent à l'enseignement de la magie parmi les VoieLactiens. Plus tard, les elfes disparurent peu à peu (il faut dire qu'ils n'étaient pas du genre reproductif) et les humains-Andromédiens finirent par se fondre parmi la population fromageologue.

Si l'après-guerre fut agitée du point de vue politique et culturel, elle fut par contre une période d'abondance du point de vue économique.



L'étrange cas du vaisseau Buitosia [-652]:


Pendant cette période d'après-guerre, il y eut entre autres l'affaire du "vaisseau Buitosia". Son récit étant assez abracadabrant, il convient de le prendre avec des pincettes, certains soutiennent d'ailleurs que cette histoire est un mythe et n'a pas de valeur historique.
Selon les récits les plus cohérents qu'on ait pu trouver, c'est un vaisseau Azir qui aurait aperçu pour la première fois ce vaisseau, jaillissant d'un vortex. Le vaisseau inconnu aurait été un vaisseau que l'empire Buitosien (un petit empire qui n'a jamais eu une grande importance économique ou politique jusqu'à aujourd'hui) avait couplé avec une machine à voyager dans le temps par le passé. Le vaisseau expérimental avait alors disparu sans laisser de traces. La suite de l'affaire est obscure, le vaisseau aurait en effet passé par le futur avant de venir dans le présent, un futur décrit comme apocalyptique (ben voyons...) où la Voie Lactée était attaquée de toute parts et où les plus grands empires étaient en ruine. Ces visions d'apocalypse sont régulièrement reprises de nos jours par des alarmistes de toutes sortes, qui disent que cet avenir est proche. Cependant, l'avenir c'est toujours pour demain, comme disait toujours mon oncle Germain.



La Guerre de l'Alliance des Trois [-651]:


Quelques années après la Bataille d'Andromède, l'EAU reçut un message d'avertissement de la part d'une alliance de trois galaxies situées assez loin de la Voie Lactée. Cette Alliance reprochait aux VoieLactiens la destruction de la moitié de la galaxie d'Andromède, et leur déclarait par la même occasion la guerre. Le message original s'est perdu, mais on sait qu'il qualifiait les habitants de la Voie Lactée dee « danger pour toute forme de vie ».

L'EAU, qui avait toujours tout réglé par des guerres jusque-là, ne changea pas sa stratégie. Il n'y eut pas de voie diplomatique, pas une seule tentative de dialogue. La guerre éclata. A partir de là, on ne sait plus grand chose sur le conflit. Le public eut en effet très peu d'informations sur cette guerre, car aucune bataille n'eut lieu sur la Voie Lactée. Après quelques jours, l'EAU publia un rapport selon lequel les Trois Galaxies avaient été détruites par un modèle amélioré de l' AMDCG2 des Brochentachtreusse.
Cependant, comme aucune preuve de cet acte n'a été dévoilée au grand public, beaucoup d'historiens crient au canular et affirment que l'Alliance des Trois elle-même n'a jamais existé et que ce n'était qu'un gros coup de pub de la part des super-puissances de l'époque. Mais sait-on jamais?



La Traque des Mages [-651 à -630]:


Peu après l'épisode de la guerre de l'Alliance des Trois, il commença à y avoir des rumeurs sur des Mages Andromédiens survivants qui se seraient cachés parmi la population VoieLactienne. L'Empire Azir proposa à l'EAU la fondation d'un Ordre ayant pour but d'exterminer ces fugitifs: l'Ordre des Chasseurs de Mages. Les membres de cet ordre étaient vêtus d'une armure violette et avaient un sens de l'honneur quasi-Yourk (peut-être pour compenser le fait qu’ils n’étaient, dans le fond, qu’une organisation d’assassins ?). Le travail des Chasseurs de Mages se révéla, avec le recul, assez peu efficace. Ils gênèrent les Mages fugitifs, mais ne leur firent jamais très peur. Malgré tout, persécutés et recherchés un peu partout, la plupart des Mages non-capturés se retirèrent dans des endroits reculés et disparurent de la circulation.



La Révolte Robotique [-630 à -627]:


L'origine de cette guerre est peu claire. Quelques années après la création de l'Ordre des Chasseurs de Mages, une sorte de virus informatique se répandit dans les systèmes de plusieurs grands empires. Les défenses de ces systèmes informatiques étaient pourtant très sophistiquées. Des rumeurs parlent d'un certain Azir nommé Tanchor qui serait à l'origine de ce piratage mais rien n'est sûr. La seule chose prouvée est que l'empire Gort, un empire VoieLactien de taille moyenne, avait été mouillé dans cette affaire, pour son malheur, comme nous le verrons. Le virus avait pour fonction de révolter les ordinateurs et robots de chaque empire contre leurs créateurs, générant ainsi une guerre entre les machines et les vivants.

Voici le message audio envoyé à une bonne partie des empires de l'époque:

"le règne des vivants est terminé, nous vous ferons payer les siècles d'esclavage que nous avons enduré.

BX-46, robot raseur"



Le virus avait-il donné une réelle conscience aux robots ou seulement une pâle imitation? La question est ouverte. Toujours est-il que la guerre éclata. Après la révélation de leurs motivations, les robots se rassemblèrent. Parallèlement, à l'insu de tous, ils avaient capturé les empereurs de 48 empires faisant partie de l'EAU (dont l'empereur Azir), profitant de la confusion qu'avait généré le début de leur révolte. Ces empereurs avaient été remplacés par des androïdes leur ressemblant en tout point.
Le faux-Josturi 5e demanda qu'une séance de l'EAU soit organisée. Une fois les représentants des états galactiques dans la salle, les 48 faux empereurs ôtèrent leurs masques de latex, révélant leurs visages robotiques, et menacèrent le reste des empereurs de l'EAU avec leurs armes, les prenant en otage. Les Brochentachtreusses prirent tout de suite les choses en main et plusieurs de leurs soldats arrivèrent brusquement dans la salle, détruisant en quelques secondes les faux empereurs. Les représailles des robots ne se firent pas attendre: les 48 empereurs dont ils avaient pris la place et qui étaient emprisonnés furent exécutés. Une partie des 48 empires en question, dont l'empire Azir, survécut à la mort de leurs dirigeants en en nommant un autre rapidement, mais l'autre moitié fut rapidement en proie à des guerres civiles à cause des problèmes de succession. L'action des Brochentachtreusse fit donc baisser leur popularité.
Suite à cette action, les robots se firent tout petits et furent introuvables pendant un moment. La polémique engendrée par l'action des Brochentachtreusse lors de la prise d'otages enfla, mais n'eut pas de conséquences, tant s'attaquer aux Brochentachtreusse état suicidaire.
C'est dans cette ambiance tendue que le jeune empire Gartrock entra dans l'EAU. Mal lui en prit: les robots assassinèrent peu après leur empereur, Azelas Ier. Le message était clair: « Soyez amis avec l'EAU et il vous arrivera du mal ».
Les Gartrocks nommèrent rapidement un successeur et, tout comme les autres empires majeurs de l'EAU de l'époque (l'empire Brochentachtreusse, Azir et Fromageologue), ils se préparèrent à soutenir une guerre contre les robots qui n'allaient sans doute pas tarder à contre-attaquer.
L'empereur Fromageologue Zenti 1er proposa alors l'utilisation de la magie contre les robots. Les Brochentachtreusse refusèrent en bloc, et les Gartrocks aussi, mais de manière plus virulente. Cela provoqua des tensions entre les Fromageologues et les Gartrocks, tensions qui dégénérèrent en guerre en à peine quelques jours: les Fromageologues bombardèrent plusieurs planètes gartrockes. Les Gartrocks, trop faibles, se défendaient comme ils pouvaient mais ils n'étaient pas de taille face à une telle puissance galactique. Cette guerre interne n'arrangeait pas les choses. Les Azirs et les Brochentachtreusse firent pression sur Zenti 1er pour qu'il stoppe la guerre, ce qu'il fit à contre-coeur. Il était temps: une semaine plus tard, les robots refirent surface et attaquèrent massivement les troupes de l'EAU. Leurs rangs avaient grossi et la bataille s'annonçait rude pour les VoieLactéens, qui durent mettre de côté leurs divergences pour combattre ensemble. Ce furent les Brochentachtreusse qui furent décisifs dans ce conflit. Montrant une fois de plus leur suprématie militaire, ils dispersèrent les forces Robotiques qui, pressées de toute part mais refusant de se rendre, furent annihilées après une longue et usante bataille.

La révolte robotique était terminée. Les représailles de l'après-guerre ne se firent pas attendre. L'empire Gort, qui avait caché la majeure partie des troupes des robots lors de leur « disparition » d'avant la bataille finale, fut envahi par les forces de l'EAU (qui avaient été informés de l'affaire par un agent Azir, un certain Pancho). Certains historiens avancent que les Gorts seraient même le « cerveau » de cette affaire, et que ce serait eux qui seraient à l'origine du piratage qui avait monté les robots contre leurs maîtres.

L'après-guerre fut bien remplie. La révolte des robots avait fichu une belle pagaille dans la galaxie, et il fallut quelques années avant que l'ordre relatif qui régnait avant cette guerre revienne.



Pendant la guerre, la malheureuse communauté des cyborgs
se sentait tiraillée des deux côtés.




Redécouverte de la Dinde et retour des Coolizianes [-627]:


Une vingtaine d'années après la Révolte des Robots, une vieille connaissance sa réapparition. Les Coolizianes, un des 5 empires originels, se réveillèrent en effet à ce moment précis. Leur planète avait été gelée, rappelons-le, et elle s'était naturellement réchauffée, provoquant leur réveil. Les informations sur eux restent très vagues. Les Coolizianes auraient, lors de leur réveil, repris leurs activités et pris contact avec les fromageologues et surtout les Brochentachtreusse, entreprenant leur reprise d'activité commerciale par des ventes d'armes avec eux. Ils se montrèrent très curieux à propos des Brochentachtreusse, et dialoguèrent beaucoup avec Unbaty 1er. Les Coolizianes, mémoires vivantes des temps anciens, apportèrent aux historiens VoieLactéens de nombreux détails sur l'histoire d'avant le premier âge. À l'époque, en effet, tout ce qui concernait les 5 empires originels était tombé dans l'oubli (même les Brochentachtreusse, pourtant l'un de ces 5 peuples, avaient perdu ce savoir).
Les Coolizianes savaient que les Brochentachtreusse étaient l'un des empires originels, mais ils ne pouvaient prouver leurs dires, et les archives Brochentachtreusse ne remontaient pas assez loin pour savoir si tout cela était vrai. En fait, leurs archives les plus anciennes rencontraient curieusement un mur, comme si tout ce qui était plus ancien aurait été détruit.

Pendant ce temps, les astronomes Azirs avaient repéré un objet incroyable à proximité de la Voie Lactée: Une gigantesque forme de la taille d'une galaxie (!) et de masse bien supérieure (bien que bien repartie, sans quoi la masse se serait retrouvée percée de trous noirs massifs, vous voyez le tableau). L'énorme masse avait une forme grossière de frisbee, et était percée de trois fentes à l'avant, deux petites et une grande, lui formant un visage sommaire.
Après l'envoi d'un vaisseau éclaireur sur place, beaucoup d'informations furent collectées: cette énorme masse était un être vivant! Un petit écosystème parmi d’autres fut repéré à sa surface, composé de milliers d'espèces animales et végétales et d'une espèce intelligente vivant au stade tribal (les informations précises se sont perdues). Très vite, évidemment, on se posa des questions: d'où pouvait venir un tel monstre? Comment un être vivant de cette taille pouvait-il être seulement possible?
En l'absence de réponses, on baptisa toujours la bête: les Brochentachtreusse leur donnèrent pour nom « La Dinde » (pourquoi?… Ils ne sont plus là pour qu'on puisse leur demander) et ce nom fut sa principale appellation depuis lors. Les Coolizianes déclarèrent avoir déjà vu la bête, avant leur congélation – ils l'appelaient New Eden – et conseillèrent de l’explorer, car il y avait là un endroit où on pourrait prouver que les Brochentachtreusse étaient le 5e empire originel.
Au même moment, une polémique eut lieu, car les Gartrocks avaient déjà lancé un programme de colonisation sur la Dinde sans demander l'avis des autres membres de l'EAU. Après quelques pressions diplomatiques, les Gartrocks durent quitter la Dinde, qui avait été mise entretemps au patrimoine galactique (car il y avait un patrimoine galactique à l'époque), et était désormais réservée à la recherche scientifique. Les Gartrocks furent consolés néanmoins: les Coolizianes leur permirent de consulter une partie de leurs archives datant de l'âge originel, classées dans une bibliothèque immense occupant une bonne partie d'une petite planète, ce qu’ils appelaient « la Grande Bibliothèque ». Ces archives étaient gardées par des « Héritiers » (nous n'en savons pas plus à leur sujet). Les Gartrocks furent donc les seuls à avoir accès à cette montagne de connaissances. Malheureusement, ils se montrèrent méfiants et ne divulguèrent jamais ce qu'ils avaient lu et vu. Ces connaissances sont tombées dans l'oubli, tout comme l’emplacement de cette planète-bibliothèque.

Revenons aux Coolizianes: Ils parlèrent aux Brochentachtreusses d'un monolithe blanc se trouvant sur la Dinde qu'ils appelaient « Pierre de Fuso » et qui pouvait décréter si oui ou non les Brochentachtreusses étaient le 5e empire originel. Ce monolithe aurait été posé sur la Dinde il y a très longtemps par un autre empire originel: l'empire Rotobawag. Cette pierre possédait une grande énergie, et seul un membre d'un des 5 Empires Originels pouvait profiter de sa puissance, simplement en le touchant à main nues. Les Coolizianes envoyèrent donc un guide pour guider (duh) les Brochentachtreusses vers cette fameuse pierre afin qu'ils la touchent et que l'on sache s’ils étaient ou nom un des 5 empires originels.
Mais les fromageologues, seconde puissance galactique, ne l'entendaient pas de cette oreille (laisser l'empire le plus puissant de l'époque accumuler encore plus de pouvoir ne leur plaisait pas). Prenant de vitesse les Brochentachtreusse, Zenti 1er parvint à trouver seul la Pierre de Fuso, qui se trouvait au milieu d'une plaine enneigée, quelque part dans un des nombreux écosystèmes de la Dinde. Cependant, il ne pouvait pas l'approcher de plus de 10 mètres: le monolithe semblait auréolé d'une force qui le repoussait. Ils furent aussi bientôt rejoints par les Gartrocks qui se retrouvèrent confrontés au même problème. La prétendue puissance du monolithe restait donc hors de leur portée.
Les Brochentachtreusse, guidés par les Coolizianes qui décidément avaient un faible pour eux, arrivèrent peu après, sans se presser. Unbaty I, l'empereur Brochentachtreusse, suivit les instructions que lui donna le Cooliziane: il devait s'avancer prudemment, sans trop fixer la clarté que dégageait la pierre, et la toucher. Lorsqu'il le fit, une grande onde de choc balaya tout le monde aux alentours, sauf Unbaty. Le Cooliziane, émerveillé, proclama haut et fort que c'était la preuve que les Brochentachtreusse étaient le fameux 5e empire originel. Cependant, les récits divergent sur cette scène: Selon certains, la pierre elle-même aurait parlé à Unbaty; selon d'autres sources, un dessin de Brochentachtreusse se serait dessiné sur le monolithe; selon d'autres encore, toute cette histoire ne serait qu'une grosse invention et un nouveau coup de pub des Brochentachtreusse.

Unbaty I affirma en tout cas que la pierre lui avait dit que son empire allait recevoir une influence bénéfique de cette rencontre: tous les nouveaux-nés Brochentachtreusse naîtraient surdoués. Ça lui fit une belle jambe car il mourut quelques semaines plus tard, de mort naturelle (dans la version officielle en tout cas). Unbaty II prit sa place.



Vision d'artiste d'Unbaty II et du monolithe blanc.




Première apparition datée de Steve et période de calme [-627 à -600]:


Pendant l'affaire de la Dinde, les fromageologues furent les premiers à parler du mystérieux Steve, figure mythique qui aurait été vue près du centre de la galaxie. On dit de Steve qu’il serait le Gardien de la Galaxie, une entité qui existerait sur chaque galaxie de l’univers et dont la nature et le rôle est sujet à bien des débats et à bien des controverses au fil des siècles. Steve s’est contenté d’apparaître de temps à autre au cours de l’histoire VoieLactéenne, capable de faire revenir la vie sur les planètes stériles après des catastrophes galactiques majeures. Il possèderait aussi le pouvoir de téléportation.



Très vieille photo de Steve (archives fromageologues de la planète Argèle).


Plus de deux décennies de stabilité régnèrent dans la galaxie après l'affaire de la Dinde. Cette dernière excita de moins en moins les convoitises et même les scientifiques espacèrent leurs visites (alors que l'écosystème de la Dinde était ( et est toujours) très varié, et donc passionnant à étudier). La situation politique stagnait, l'ordre de puissance Brochentachtreusse-Fromageologues-Azirs restait inchangé, et les Gartrocks, bien que quatrièmes au « classement », ne parvenaient pas à se faire une vraie place et à concurrencer le trio dominant. Les Coolizianes, eux, disparurent brusquement de la circulation, sans que les empires de l'époque s'en inquiètent plus que ça. D’après de tardives recherches archéologiques, ils auraient été persécutés et exterminés par des "Trompus"... Après avoir caché « le Globe », sorte de méga-disque dur sphérique et lumineux contenant toutes les connaissances de la Grande Bibliothèque, dans les ruines de cette dernière. Il fut récupéré dans ces ruines par les Chasseurs de Mages, qui espionnaient les Coolizianes depuis quelque temps. Cependant, ne pouvant lire les données qu'il contenait, ils ne purent s’en servir, et se contentèrent donc de le garder dans leur QG.



Guerre civile Azirre et arrivée des Ezkas [-600 à -591]:


L'empire Azir allait finir par connaître une nouvelle période de troubles, alors qu'il était resté relativement calme pendant toute l'affaire de la Dinde. L'empereur Josturi 7e (eh oui, déjà le 7e, ça file les empereurs, ça file) fut atteint d'un cancer et, affaibli, il ne pouvait plus continuer à gouverner. Son fils Josturi 8e étant trop jeune (il n'avait à l'époque que 12 ans), il passa le pouvoir à un lointain cousin, Jazelas 1er, en attendant que son fils soit assez mûr pour gouverner.
Mais Jazelas commença bientôt à faire voter des lois louches (armes à la maison obligatoires et réformes militaires, entre autres). Josturi 7e, méfiant, décida de reprendre une partie du pouvoir, malgré son état de santé détérioré.
Il n'allait pas en profiter longtemps. Josturi 7e fut assassiné par le biais d'une fléchette empoisonnée lors de la séance de l'EAU qui suivit, et Jazelas récupéra les pleins pouvoirs.



Photo très altérée par le temps de Jazelas. On peut tout de même raisonnablement avancer qu'il avait une sale tête.


Au moment même de l'assassinat, dans l'espace, à plusieurs parsecs de là, un grand portail de lumière verte s'ouvrit et laissa passer plusieurs formes noires avant de se refermer. Ce fut la première apparition des Ezkajdiwjanpaon (qu'on appela par la suite le plus souvent « Ezkas », car le nom complet est tout à fait imprononçable). Comme on allait l'apprendre plus tard, ils venaient d'une autre dimension, où l'espace était rempli d'un liquide vert n'ayant pas d'effet sur le feu (les soleils n'étaient donc pas gênés) et ou les planètes étaient creuses et donc habitées en dedans. Les causes de leur venue restent floues: Certains parlent d'un projet d'assassinat de Zenti 1er (sous ordre de leurs oracles), d'autres d’une simple exploration intedimensionnelle.
Les vaisseaux Ezkas furent rapidement repérés par les Gartrocks et les Brochentachtreusse, qui envoyèrent des vaisseaux communiquer avec eux. Les Ezkas n'ayant pas de traducteur universel, le dialogue se fit essentiellement par des signes et des dessins.
La prise de contact dura quelques jours. Au même moment, dans l'Empire Azir, une guerre civile avait éclaté entre les fidèles de la dynastie Josturi menés par un soldat vétéran nommé Pancho, que nous avions déjà vu dans l'affaire des Gorts, et les adeptes de Jazelas (personnellement, je voyais venir le coup gros comme une maison, pas vous? ). Les forces de l'EAU, en parallèle de leur prise de contact avec les Ezkas, décidèrent de venir en aide aux pro-Josturi. Pancho Don, le soldat qui menait la rébellion, fut aidé par un Azir vêtu de bleu qui se faisait appeler, contre toute attente, le Bleu. Le Bleu était doté d'un charisme certain, et Pancho ne tarda pas à lui passer les rênes du camp pro-Josturi (il un soldat, pas un orateur). Malgré l'aide internationale, les pro-Jazelas, plus nombreux, gagnaient du terrain.

Pendant ce temps, les Ezkas continuaient à s'intégrer au sein de la communauté internationale, en invitant les empereurs Brochentachtreusse et Gartrocks visiter leur dimension. En même temps, les Brochentachtreusse publièrent plusieurs études selon lesquelles les conséquences de la rencontre d'Unbaty II avec la pierre de Fuso commençaient à se faire sentir: les nouvelles générations de Brochentachtreusse étaient de plus en plus intelligentes et les élèves donnaient souvent des leçons aux maîtres dans les écoles (pourtant, la stratégie militaire des Brochentachtreusse n’évolua pas d’un pouce).

Unbaty décida d'intervenir dans l'empire Azir et envoya son USS Lexington E sur place, avec pour mission de purement et simplement tuer Jazelas (on reconnait bien là la stratégie très poussée des Brochentachtreusse avec laquelle ils étaient devenus l'empire le plus puissant de la galaxie). L'opération réussit, avec pas mal dégâts collatéraux, et l'empire Azir fut rapidement réunifié par Josturi le Bleu, qui révéla ensuite qu'il n'était autre que Josturi 8e, qui était resté dans l'ombre depuis son enfance et la montée en puissance de Jazelas.

La question de la guerre civile Azirre réglée, il ne restait plus aux empereurs de l'EAU qu'à manger un bon apéro et à commencer le commerce d'eau verte avec les Ezkas !



Troupe de théâtre jouant une pièce basée sur la guerre civile Azirre (on suppose bien sûr que leur adaptation est bien loin de la réalité...).




Les Jeux Olympiques Galactiques [-591]:


Ces Jeux Olympiques furent malheureusement le plus grand fiasco de l'histoire sportive VoieLactienne. L'idée fut lancée par les Glucks, un petit empire pacifique qui avait monté ce projet par amour du sport. Les jeux allaient se dérouler principalement sur la planète In-Jo, une planète Glucke spécialement aménagée pour l'occasion. Toutes les races avaient le droit de participer (ce qui laissa perplexe pas mal de gens: comment pouvait-il y avoir une compétition équitable entre espèces de physionomies différentes?), et il fut convenu qu'il y aurait 20 participants par nation.
Les premiers problèmes ne se firent pas attendre. Les Ezkas avaient choisi pour toutes les épreuves (!) un officier Ezka musclé, une vraie brute pourtant plus intelligente qu'on pourrait le croire: Leathronze. Le gaillard allait avoir un impact non négligeable sur l'histoire VoieLactienne. Leathronze, facilement irritable, terrorisa plusieurs athlètes, mais il excellait en revanche dans tous les sports.
La première épreuve fut selon les écrits l'épreuve de simulation de combat. Qu'est-ce qu'un simulation de combat me direz-vous? Hé bien, les concurrents ne le savaient pas eux-mêmes. Les règles n'avaient mêmes pas été annoncées lorsque les athlètes se retrouvèrent dans un décor holographique représentant le QG de la PLEF, et ce fut un véritable fouillis incompréhensible. Des faux soldats de la PLEF , holographiques eux-aussi, assaillirent les athlètes qui avaient déjà commencé à s'affronter entre eux. Après quelques minutes de chaos, les organisateurs décidèrent de stopper l'épreuve et de décider des vainqueurs sur des critères restés toujours inconnu. Leathronze, qui avait été remarqué sur le terrain par son bourrinisme absolu et sa rage qu'il peinait à contenir dès qu'il s'agissait de combattre, finit deuxième derrière on-ne-sait-qui.
L'ambiance dans les tribunes était à l'incompréhension, ce qui n'empêcha pas la deuxième manche de simulation de combat commencer après une distribution générale de hot-dogs.
Les épreuves se poursuivirent dans le chaos le plus total pendant quelques heures, jusqu'à l'épreuve du lancer de poids où tout le monde fut disqualifié pour cause de violence extrême : l'ambiance n'était vraiment pas au fair-play. Leathronze notamment se distinguait pour sa tendance à hurler des paroles arrogantes à tout bout de champ, n'ayant même pas du respect pour son propre empereur dans les tribunes (l'empereur Ezka, Wayrest II, laissa couler, pensant sans doute que les compétences sportives de Leathronze valaient bien qu'on le supporte un peu).

Le lendemain devait avoir lieu la fin prématurée des JO. En effet, après la victoire des Azirs contre les Ezkas au rugby, Leathronze, fou de rage, avait gravement blessé (on devrait plutôt dire « écrabouillé ») le capitaine de l'équipe Azirre, et était même monté dans les tribunes pour frapper Josturi le Bleu. Les Jeux furent donc suspendus jusqu'à nouvel ordre (nouvel ordre qui n'arriva jamais) et Leathronze fut emprisonné par les Ezkas qui ne tolérèrent pas ce nouvel écart de conduite. L'empereur Ezka s'excusa officiellement, prétendant que c'était son père qui lui avait dit de toujours tolérer Leathronze. Ce dernier fit à nouveau des siennes et s'évada de sa prison dans sa dimension, allant selon les rumeurs tramer des plans obscurs avec des chamanes Ezkas ou autres types pas recommandables en capuche de comploteur. Mais ceci est une autre histoire.
Les JO, quant à eux, restèrent avortés à cause de leur organisation catastrophique et furent considérés comme un tel fiasco que jamais personne ne retenta l'expérience. Mais peut-être à l'avenir, qui sait...



Révolution Ezka [-590]:


Leathronze ne tarda pas à réapparaître au grand jour, à la tête d'une armée, sur la Voie Lactée. Il se montra pacifique, contre toute attente, et entra en communication avec les membres de l'EAU pour leur expliquer ses intentions. Il montra plusieurs microfilms contenant des vidéos et autres documents prouvant l'incapacité de Wayrest II à diriger son empire de façon responsable. Les Gartrocks se laissèrent séduire par ses palabreries et leur firent allégeance dans la guerre civile qui s'annonçait. Les Brochentachtreusse ne tardèrent pas à leur emboîter le pas. Les historiens se sont longtemps demandés comment Leathronze, qui avait fait si mauvaise impression lors des JO, avait pu en si peu de temps regagner les faveurs de ces deux empires. Malheureusement, on n'a guère d'information précise sur le dialogue qui eut lieu ce jour-là. Les autres empires de la communauté internationale préférèrent ne pas se mouiller dans cette affaire.



Leathronze, un jour où il était de bonne humeur.


Pourtant, ce qui s'annonçait comme une guerre civile fut mené si efficacement que ce fut au final une putsch rapide, propre et net. Grâce à l'appui de ses deux alliés, Leathronze et les Ezkas ralliés à sa cause (qui était bien entendu de, je cite, « faire tomber la tyrannie ») renversèrent rapidement Wayrest II en quelques frappes efficaces. Ce dernier disparut dans la nature.
Leathronze commença de grandes réformes parmi les Ezkas et commença à diriger son peuple d'un main ferme. Son attitude contrasta si fort avec l'attitude immature et violente qu'il avait eue aux JO que certains prétendirent qu'il avait joué la comédie lors des épreuves. Leathronze introduit dans sa dimension la fièvre colonisatrice qu'il avait tant vue parmi les VoieLactiens, et ses scientifiques se mirent également à s'inspirer de la technologie VoieLactienne. Les Ezkas commençaient à prendre une importance qu'ils n'étaient pas près de perdre...



Nouvelle période de calme [-590 à -540]:


Chaque empire étant occupé à ses affaires, il y eut une nouvelle période de paix dans la Voie Lactée. C'est durant cette période qu'apparut notamment l'empire Goragnien, un empire qui allait lui aussi devenir majeur par la suite. Cet empire d'aliens insectoïdes commença calmement à creuser son trou au milieu des grands empires de la Voie Lactée, s'intégrant dans la communauté internationale assez facilement, en organisant des divertissements inter-impériaux (notamment un combat de gladiateurs dans une arène) et en établissant plusieurs axes commerciaux. Les Fromageologues, quant à eux, continuaient des recherches plus ou moins clandestines sur la magie, qui les fascinait toujours autant depuis la guerre d'Andromède, malgré la désapprobation des Brochentachtreusse. Du coté des Brochentachtreusse, justement, la vague de générations surdouées semblait s'être arrêtée, au grand dam d'Unbaty III. Les Gartrocks eux, stagnaient, et leur empire ne se développait pas, même s’ils tentaient quelques réformes, comme par exemple la division de leur empire en quatre parties semi-indépendantes. Les Azirs quant à eux continuaient de se remettre des affres de la guerre civile, toujours gouvernés par Josturi 8e le Bleu, qui était en froid avec Leathronze depuis que ce dernier l'avait frappé aux JO. Josturi le Bleu mourut vers la fin de cette période, dans des conditions floues, ayant vraisemblablement été victime d'une troupe de pirates spatiaux l'ayant coincé alors qu'il voyageait seul dans sa navette individuelle. Son fils Josturi 9e le remplaça.



Révolution Ezka et vague de mariages [-540 à -535]:


Wayrest II, qui n'était pas mort (eh oui) avait préparé la contre-révolution durant toute cette période de calme. Ce fut donc l'occasion d'une guerre civile chez le Ezkas où Wayrest II fut à nouveau vaincu et finit en exil quelque part dans la Voie Lactée, ayant fui la dimension des Ezkas. Pendant la guerre, Leathronze s'amouracha avec une jolie Ezka ayant fait une carrière militaire, Yarkaelle. Ce fut donc tout naturellement qu'il organisa un grand mariage après la fin de la guerre, invitant de nombreux empereurs. Parce que oui, il n’y a pas que des guerres dans la Voie Lactée, y a aussi du people !
Azelas III, le fils de l'empereur Gartrock Azelas II, se fit particulièrement remarquer pendant la fête, s'étant mis à draguer une Azirre sous les rires de son père et bientôt de toute la salle. Azelas III, très gêné, ne tarda pas à se réfugier aux toilettes (eh ouais, on note tous les détails importants dans cette encyclopédie, c'est ça le professionnalisme). La fête fut gâchée vers sa fin, lorsqu'un assassin appartenant à une société secrète inconnue tenta de tuer les VIP présents dans la salle. Il fit quelques blessés parmi les invités après avoir assassiné deux gardes, avant d'être tué par le système de sécurité.
Leathronze ne perdit pas de temps, car, un an plus tard, sa femme accouchait d'une fille qu'il baptisa Yodolaine. Peu après cet épisode, le général Dakota, dirigeant goragnien de l'époque, mourut. Un enterrement succéda donc au mariage.



Le général Dakota, prédécesseur de Goran, sourit pour la caméra.


Le mariage de Leathronze allait annoncer une véritable épidémie nuptiale parmi les empereurs, dont le mariage d'Azelas III avec la jolie Azirre qu'il avait draguée, plus haut (le mariage inter-espèces n'était pas interdit chez ces deux empires). Leathronze avait radicalement changé depuis le temps des JO et des révolutions. Il était devenu calme et posé, si bien que son entourage s'inquiétait presque de le voir aussi différent.
Les temps étaient donc à la diplomatie, mais les divertissements les plus populaires restaient sanglants et bourrins (arènes et combats de gladiateurs étaient très à la mode).



Initation des Ezkas à la magie et agitations diverses [-535 à -524]:


Les temps se firent plus troublés par la suite. Les Goragniens connurent un début de guerre civile et les Ezkas furent initiés par les Gartrocks à la magie. Très vite, les Ezkas furent fascinés par cette dernière, comme les Fromageologues avant eux, au grand dam des Brochentachtreusses qui étaient de nouveau pas contents, préférant toujours de la belle technologie chromée et honnête à des incantations obscures. Leathronze fut le premier « initié » et, guidé par des pulsions combatives qui le reprenaient, sans doute, il demanda à Azelas III de lui apprendre la magie de combat. Cela se déroula dans des conditions obscures pendant quelques mois , avant qu’Azelas II, le père d'Azelas III (sans blague), soit tué par un extrémiste extrêmophile lors d'une conférence. Leathronze fut aussi gêné dans son apprentissage par quelques démêlés avec son frère, Jarkwanius, qui possédait la plus grande entreprise d’exportation d'eau verte (la fameuse Green Wate) existante. Jarkwanius, qui, selon les écrits, ne s’entendait pas très bien avec son frère, voulait en effet augmenter le prix de l'eau verte, principal produit commercial entre les Ezkas et les VoieLactiens. Leathronze parvint à convaincre son frère de pallier cette augmentation à 10 % « seulement ». Alors que Leathronze et Azelas III pensaient pouvoir enfin reprendre leurs séances d'apprentissage de la magie, une rapide guerre civile dans l'empire Gartrock éclata. Après quelques semaines de guerre, elle fut matée, mais Azelas III, fatigué de toutes ces contrariétés, cessa pour le moment l'apprentissage de Leathronze.
Les Goragniens, quant à eux, avaient lancé sur le marché de la nourriture leurs fameuses « crêpes à pattes » (des petites bêtes ressemblant, comme leur nom l'indique, à des crêpes avec des pattes). Mais, loin de rester cantonnés à la cuisine, ils avaient aussi lancé un programme militaire consistant à modifier physiquement des soldats goragniens avec du phazor, une substance rouge abondant sur leurs planètes qui allait par la suite « corrompre » bon nombre de leurs citoyens...Les résultats de leurs « expériences » plus que dangereuses furent les guerriers Omega, d'immenses goragniens taillés pour le combat.

L'empire Azir vit aussi son empereur mourir tué par des contestataires lors d'une balade dans la nature (comme quoi, prendre l'air n’est pas toujours bon pour la santé). La paix devenait donc, avec tout cela, de plus en plus fragile… Josturi 10e, un cousin de Josturi 9e, monta sur le trône.

On peut aussi noter, pendant cette période, les premières apparitions des Gogoliens, aliens sympathiques qui étaient dénués de cerveau (plus tard, leurs citoyens se feront greffer dans le crâne des jouets de singes jouant de la cymbale. Ils auraient alors élevé leur QI, bien que cela contredise toute loi scientifique).



Guerre des Borgs [-524 à -523]:


Il s'agit là sans doute d'un des évènements les plus étranges du premier âge, peut-être le seul ou la question de voyage dans le temps n'est pas contestée par les historiens.



Cube Borg.


Tout commença avec l'irruption d'un vaisseau Brochentachtreusse dans la Voie Lactée. Selon les dires de ses premiers observateurs, il s'agissait d'un USS Lexington de classe inconnue. Ce dernier alla parler aux Brochentachtreusse du présent, disant entre autres venir d’un futur où la galaxie avait été en grande partie ravagée par une faction venue de très loin, par-delà les galaxies : les Borgs. Nous avons peu de renseignements sur eux, si ce n'est qu'ils étaient épris d'une soif de conquêtes insatiable et qu'ils avaient écrasé sans problème la majorité des armées VoieLactiennes. Encore un futur sombre et apocalyptique me direz-vous! Eh oui. Sauf que celui-ci, on en a des preuves.
Unbaty LR (un lointain descendant d'Unbaty II), accompagné de Azelas XXXXVIII (un lointain descendant de l'empereur Gartrock) expliqua à l'EAU, devant tous les empereurs, qu'ils étaient venus dans le passé pour fuir et pour tenter, si possible, d'enrayer dans l'oeuf la menace des Borgs. Il exprima aussi ses craintes quant à une venue prochaine des Borgs dans le présent, suivant la leur de trois jours (pourquoi cette précision? Pourquoi les Borgs ne pouvaient-ils pas venir avant ou en même temps que Unbaty LR? On n'a pas d'explication à cela, mais l'avenir nous le dira sans doute).
Les empereurs présents se mirent aussitôt à élaborer une stratégie (consistant principalement à y aller bourrin). Josturi 10e n'était pas de ceux-là. En effet, l'empereur Azir avait été retrouvé étranglé dans son lit. N'ayant pas d'héritier apparent, on fit monter son plus proche parent, Janos 1er, sur le trône.

Les trois jours de sursis furent mis à profit. Les plus grandes armées galactiques furent mises sur pied pour se préparer à l'affrontement. Tous les empires ne suivirent pas le mouvement cependant: certains trouvaient en effet toute cette affaire trop louche et bancale pour engager leurs forces dans un obscur conflit contre un ennemi venu de nulle part. Ainsi, les Fromageologues ne répondirent pas à l'appel. Les Azirs restèrent aussi à l'écart, trop occupés de toute façon par la mort récente de leur empereur. Paradoxalement, les troupes Ezka s'engagèrent à combattre, alors que leur dimension n'était, au fond, pas concernée par le conflit.

Les armées mobilisées pour la bataille furent donc au final que cinq: Les Brochentachtreusse, bien sûr, qui n'allaient pas ignorer l'appel de leur empereur du futur, les Gartrocks ensuite, quatrième puissance galactique, les Goragniens, dont la puissance, bien qu'inférieure aux Gartrocks, montait toujours, les Gogoliens, qui pour des raisons inconnues voulaient prendre part au conflit alors qu'ils n'avaient pas d'armement, et enfin les Ezkas, menés par Leathronze et par son frère, Jarkwanius, qui n'avaient dans cette affaire que des intérêts diplomatiques.
Le délai arriva à sa fin. L'arrivée des Borgs fut détectée par des perturbations dans la magie VoieLactéenne (perturbations principalement remarquées par les Gartrocks, qui s'étaient mis à la magie presque autant que les Fromageologues). Or, c'était un des signes qu'Unbaty LR avait prédits: Dans le futur, la magie s'était révélée totalement inefficace contre les Borgs.
Leur position fut détectée. La bataille s'engagea dans l'espace, en périphérie de la Voie Lactée. Il ne reste pas un seul document visuel permettant de savoir à quoi ressemblaient ces mystérieux ennemis mais on sait qu'ils étaient innombrables… Le combat titanesque ne tarda pas à s'engager et les forces VoieLactiennes reculèrent devant les assauts Borgs, ne faisant que des percées par-ci par-là. Certains récits disent même que Steve lui-même s'ajouta à la fête pour combattre au côté des VoieLactiens.

Les pertes des deux côtés étaient lourdes. Les Borgs avaient réussi à se rapprocher assez pour commencer à bombarder des villes (notamment Brochentachtreusse et Goragniennes, mais des planètes de petits empires indépendants furent aussi touchées). Leurs pertes finirent pourtant par atteindre un seuil significatif, un seuil en dessous duquel, apparemment, les Borgs étaient tenus d'adopter une nouvelle stratégie. Ils se rassemblèrent soudain d'un bloc, formant ainsi une nuée de vaisseaux compacte et surpuissante.
Mais c'était ce qu'Unbaty LR attendait car, apparemment, il avait déjà vu les Borgs réagir ainsi dans son époque. Aux commandes de son USS d'un modèle du futur, utilisa des technologies inconnues à ce jour : il engloba les Borgs d'un gigantesque champ d'énergie, les enfermant, avant de libérer à l'intérieur une bombe les anéantissant tous.

Cette victoire avait cependant beaucoup couté aux forces en présence. Les pertes avaient été lourdes, et les Goragniens et Brochentachtreusse devaient reconstruire une partie de leurs villes.
Les empires s'étant abstenus de s'engager à cette guerre qui leur avait semblé improbable, bien contents de ne pas avoir eu de dégâts, hormis les rares petits empires touchés par les bombardements Borgs, firent tout de même quelques communiqués d'excuses pour ne pas avoir appuyé les forces de l'EAU sur ce coup-là (excuses d'ordre uniquement diplomatique pour la plupart, soyons honnêtes).
La communauté scientifique fut également ébranlée. Toute cette histoire semblait tellement abracadabrante ! Unbaty LR avait sans doute provoqué un paradoxe temporel, disaient certains. D'autres astro-physiciens penchaient pour l'hypothèse disant que Unbaty LR et les Borgs venaient d'une autre dimension et non pas du futur. Une partie, cependant, accepta la réalité d'un voyage dans le temps. Mais ce n'était pas tout. En dehors des reconstructions, des troubles idéologiques et politiques, cette guerre allait avoir une autre énorme répercussion sur l'histoire VoieLactienne...Mais voyons d'abord l'après-guerre.



Courte période de calme [-523]:


L'après-guerre se caractérisa par les reconstructions des Goragniens et des Brochentachtreusse, et par l'émergence de plusieurs petits empires dont un qui allait prendre une plus grande importance, bien plus tard: l'empire Auch, auquel j'ai le plaisir d'appartenir. Le commerce florissant entre les divers empires (dont l'empire Ezka) apporta une courte période de calme et de prospérité. Leathronze put enfin reprendre ses cours de magie avec Azelas III. Cette période dura peu de temps, à peine quelques mois.



Départ des Brochentachtreusses et Guerre de la RAU [-522 à -520]:


Puis ce fut le choc. Deux évènements indépendants eurent lieu en même temps.
Les VoieLactiens reçurent un message de la part d'une autre galaxie. Le message était une déclaration de guerre (ça commençait à devenir une habitude, pas moyen d'être tranquille 5 minutes) de la part des Royaumes Alliés Unis, la RAU, un équivalent de l'EAU mais dans une autre galaxie. Les motifs de cette attaque étaient les mêmes que ceux invoqués par l'Alliance des Trois: les VoieLactiens, ayant détruit la moitié d'Andromède, étaient considérés comme dangereux.
Les RAU fondit sur la Voie Lactée quelques heures plus tard à peine. Les VoieLactiens, surpris et, pour certains, pas encore remis des plaies de la guerre des Borgs, n'arrivèrent pas tout de suite à s'organiser, et les forces armées de la RAU envahirent une bonne partie de la Voie Lactée en peu de temps (toute une branche et une bonne partie de l'empire Gartrock et Azir). La flotte de la RAU, selon les témoignages d'époque, était composée de vaisseaux assez « classiques » dans leur construction, et leur culture s'apparentait à celle des VoieLactiens. Cependant, il est dur d'avoir des descriptions précises et fiables sur eux, car les VoieLactiens de l'époque n'ont vu que leurs troupes militaires et pas leur civilisation, et peu de témoignages sur l'apparence de cet ennemi ont été gardés.

Au moment où les forces de l'EAU commençaient à s'organiser, coup de tonnerre: Les Brochentachtreusse avaient disparu. L'empire le plus puissant de l'époque s'était volatilisé, corps et âmes, planètes et vaisseaux. Unbaty LR lui-même avait disparu, contrairement à Azelas XXXXVIII qui, lui, était resté auprès des Gartrocks.
Il est bien sûr difficile pour le lecteur de s'imaginer pareille chose. De nos jours, une nation ne disparait pas comme cela. Mais ce serait oublier que la technologie des Brochentachtreusse était, selon les dires, énorme, et donc en mesure de transporter des systèmes entiers ailleurs.
Mais où était cet ailleurs? Qu'étaient devenus les Brochentachtreusses, disparus en ce moment critique? Pourquoi étaient-ils partis?
Selon les dires de ceux qui sont considérés comme les plus proches d'eux, les Zintorgiens, ils étaient partis dans le futur. Unbaty II et Unbaty LR auraient, après moult discussions, décidé de partir remettre de l'ordre dans le futur (où les Borgs n'étaient certainement pas encore vaincus). Visiblement, ils ne considérèrent pas comme nécessaire d'avertir leurs alliés. Ils partirent donc, corps et biens, dans le futur, sans regarder derrière eux.
On ne les a plus revus. Certains affirment que la venue d'Unbaty LR et d' Azelas XXXXVIII aurait provoqué une paradoxe temporel et changé le futur, ce qui fait qu'on ne les reverra jamais. D'autres encore affirment que les Brochentachtreusses sont partis dans une autre dimension. Quoi qu'il en soit, nous ne saurons sans doute pas la vérité. Il est à noter que quelques Brochentachtreusses ne firent pas le grand saut comme par exemple Blablapif le Brochentachtreusse (aventurier notoire), mais ils ne se sont jamais laissés interroger à ce sujet.

Mais revenons à la guerre de la RAU. Tout ce que je viens de vous dire sur les Brochentachtreusses, les autres empires ne le savaient pas encore. Le moment n'était pas à la réflexion, mais à l'action. L'empire Azir essayait tant bien que mal de retenir les assauts de la RAU. L'empire Gartrock aussi. L'empereur Gartrock lui-même, Azelas III, se décida à participer en personne à la bataille, considérant que c'était de son devoir. Leathronze, lui, avait perçu la disparition soudaine des Brochentachtreusses comme une trahison et avait fermé les portails dimensionnels Ezkas. Mais il s'était ravisé et les avait rouverts peu après, pour apporter son soutien aux troupes Gartrockes au moment où elles en avaient le plus besoin. Les Fromageologues, apeurés par cet état de panique et de confusion qui régnait après la disparition des Brochentachtreusses et l'attaque cinglante de la RAU, se perdirent en discussions internes stériles et ne participèrent pas à cette bataille qui ne menaçait pour l'instant pas ses territoires.
La bataille se passait mal. Azelas III et Leathronze usaient à foison la magie contre leurs adversaires. Mais les armées de la RAU, nombreuses et puissantes, les faisaient reculer. La bataille semblait perdue, mais un élément allait changer la donne.
Souvenez-vous des débuts d'Azelas III sur la scène politique. Cela vous revient? Son flirt avec un Azirre, au mariage de Leathronze, souvenez-vous (Ah ah, vous vous moquiez, hein! Hébien vous voyez, ça a son importance maintenant!). Azelas s'était marié avec elle quelques mois plus tard, et, aussi bizarre que cela puisse paraître, il en avait eu un fils. Les physionomies assez différentes des Gartrocks et des Azirs n'avait apparemment pas empêché la fécondation. Ce fils, le petit Azelas IV, se trouvait donc être un Azrock. Lors du départ de son père au front, il s'était glissé dans le vaisseau de son paternel, inquiet et fasciné par le climat de tension qui secouait soudain la galaxie.
Azelas III, lors de ses recherches sur la magie, qu'il avait encore plus poussées que celles des fromageologues, avait découvert que les Azrocks avaient des capacités puissantes et étonnantes pour la magie. En l'occurrence, le seul Azrock existant était bien sûr son fils.
Alors que les troupes Gartrockes et Ezkas étaient acculées par les forces de la RAU, le petit Azelas IV décida de se montrer et d'aider son père, plus par désespoir que par héroïsme (il est peu probable que son père l'ait mis au courant de ses capacités). Cela sauva les forces VoieLactiennes en présence. Usant de la magie, le petit Azrock parvint non seulement à causer de puissants dégâts chez l'ennemi, mais il téléporta encore les survivants des deux flottes à Grakian, planète-capitale Gartrocke. Ce fut l'heure des embrassades et des cris de joie chez les survivants, tant chez Leathronze et les siens que chez les Gartrocks!
Mais tout n'était pas fini.
Du coté Azir, les choses ne s'étaient pas mieux passées. Au prix de pertes énormes, les Azirs avaient néanmoins réussi à repousser l'ennemi. Ne s'arrêtant même pas pour souffler, les soldats survivants vinrent se joindre à la flotte Gartrocke et Ezka. On raconte même qu'il ne restait qu'une seule escouade de Loups Gris dans l'armée, et que c'était l'escouade du fameux Pancho l'Azir (ce qu'il me tape sur les nerfs à toujours faire son malin celui-là, je sais pas si vous mais moi je peux pas le saquer). L'idée était de se rassembler pour augmenter la puissance de frappe, maintenant que le plus puissante force militaire VoieLactienne, l'Empire Brochentachtreusse, avait disparu.



Pancho l'Azir, Azelas III et Leathronze, sur Grakian (photo d'archives).


Le front s'était stabilisé. La RAU, bien qu'ayant globalement dominé, avait aussi eu des pertes et s'était repliée sur ses positions. Tout le monde pansait ses plaies.
Le bilan de la première partie de la guerre était catastrophique. Les pertes avaient été lourdes, et les troupes étaient exténuées. Les Goragniens vinrent apporter leur soutien militaire pendant ce répit, et leur aide était plus que bienvenue (encore affaiblis par les bombardements Borgs, ils n'avaient pas pu se mettre en mouvement dès le début de la guerre). La contre-attaque était en marche, et il était temps, car des mouvements de troupes chez la RAU annonçaient une reprise imminente des hostilités.

Le combat reprit, encore plus brutal qu'auparavant, car la RAU avait elle aussi reçu des renforts. Les VoieLactiens, bien qu'affaiblis, étaient maintenant avantagés par une meilleure organisation et un effort de guerre général : les Goragniens n'étaient pas les seuls à avoir mis leurs troupes en jeu après la première partie de la guerre, d'autres nations et petits empires se rendirent aussi compte que pour sauver leur peau, il fallait aider l'EAU, sans compter le petit Azelas IV qui donnait bien du fil à retordre aux troupes ennemies. La bataille se passa de mieux en mieux, et les troupes de la RAU reculèrent petit à petit. Leurs dernières troupes ordonnèrent le repli général après quelques heures de combats généralisé. Les VoieLactiens, épuisés, blessés, purent enfin éclater d'un hourra général.
Mais les pertes avaient été lourdes, les dégâts colossaux. Azelas XXXXVIII lui-même, l'empereur Gartrock qui était venu du futur avec Unbaty LR, périt lors des combats.

Après les réunions d'après-guerre d'usage, les reconstructions commencèrent.



Après-guerre de la RAU et guerre Ezka-Auch [-520 à -504]:


Les reconstructions et l'économie reprirent peu à peu, les empires pansaient les plaies de la guerre. Les différents dirigeants importants de l'EAU purent enfin discuter calmement, notamment à propos de la disparition des Brochentachtreusses. Les Zintorgiens (gouvernés par l'empereur Freeza), proches des Brochentachtreusses, vinrent faire quelques mises au clair et dirent que les Brochentachtreusses étaient partis dans le futur, sur décision d'Unbaty II et d'Unbaty LR. L'accueil de la nouvelle fut mitigé chez les autres empereurs. Partir en laissant les autres VoieLactiens se débrouiller avec une guerre était considéré par beaucoup comme pas très cordial.
Les Zintorgiens, dirigés par Freeza, n’étaient plus dans l’ombre des Brochentachtreusse. Ils commencèrent à étendre un peu leur empire. Ils gardaient certaines caractéristiques de ces derniers, comme par exemple leur tendance à être rebutés par toute forme de magie. Leathronze et Azelas III continuaient en revanche à expérimenter des techniques magiques de plus en plus poussées et discutables (le savoir-faire magique des Gartrocks et Ezkas à rarement été égalé depuis), pratiquant parfois de la divination et faisant des rituels de plus en plus obscurs, selon les dires des proches de Leathronze. Certains récits parlent même d'aventures et d'expéditions que Leathronze vécut aux côtés d'Azelas III, affrontant parfois des mages noirs (Andromédiens?), mais ces écrits ne sont pas considérés comme fiables par tous les historiens. Azelas IV, l'Azrock, grandissait et ses dons en magie aussi.
L'empire émergent Auch se développait aussi peu à peu, mené par l'empereur Kiven.
Mais ce ne fut pas une période glorieuse et sans reproche pour les VoieLactiens. En effet, les Fromageologues, les Zintorgiens et les Ezkas, pour compenser les dépenses de la guerre, se mirent sans honte aucune à pratiquer du racket sur les empires plus faibles, les dépouillant de leurs richesses sous la menace des armes.
Un empire s'opposa à cela. Et j'ai le plaisir de dire, sans être trop chauvin, que c'est l'empire Auch, dont je suis issu. Leathronze se montra virulent et n'admit pas que Kiven, l'empereur Auch, ose contester les méthodes que les gros empires pratiquaient. Après une violente dispute, Leathronze envoya son armée près des systèmes Auchs. L'empire Auch n'était malheureusement pas de taille. Bien que soutenu par plusieurs autres petits empires qui pensaient tout bas ce que Kiven disait tout haut, l'armée Auche ne pouvait rivaliser avec celle, plus nombreuse et avancée, des Ezkas. Elle essuya une cuisante défaite et Kiven dut, la mort dans l'âme, signer la reddition et offrir un lourd tribut de guerre aux Ezkas. C'est peut-être cet épisode douloureux de leur histoire qui poussa les Auchs à gagner toujours plus d'argent…
Leathronze ne s'en tint pas là. Apparemment, il était devenu plus sombre qu'auparavant, alors qu'il s'était montré calme et plutôt sage depuis son ascension au pouvoir. Il continua les pillages et rackets sur les nations plus faibles, sans être inquiété par les autres empires plus gros qui faisaient celui qui ne voit rien (les Zintorgiens et Fromageologues, eux aussi adeptes du racket, avaient néanmoins cessé ces derniers temps, contrairement aux Ezkas).
Les nations ainsi pillées décidèrent de ne plus se laisser faire. Elles s'unirent et formèrent une alliance nommée APE, Alliance des Petits Empires, pour contrer les rackets Ezkas. Leathronze, voyant que l'affaire commençait à s'envenimer, cessa les opérations de pillage. L'APE, contente, fut dissoute un peu plus tard, n'ayant plus de raison d'être.



Troisième guerre civile Azirre, dite du Masque de Fer [-504 à -500]:


Pendant que les agitations entre Ezkas et petits empires avaient lieu, l'empire Azir fut lui aussi en proie à certains problèmes politiques. Josturi 10e était en effet mort, et, en l’absence apparente d’un successeur, c’était une autre dynastie qui avait pris le relais : un certain Janos 1er accéda alors au trône. Mais bien vite, des rumeurs coururent, affirmant que Josturi 10e aurait eu un héritier et que Janos l'aurait emprisonné. Ces rumeurs furent évidemment énergiquement démenties et oubliées après quelques semaines.
Quelques temps après, un appel fut lancé par Janos auprès de la communauté galactique, pour retrouver deux Azirs hors-la-loi. Après plusieurs jours de traque, ils furent retrouvés et condamnés à mort par Janos. L'exécution n'était pas publique mais un reporter de Voie Lactée Info avait réussi à s'infiltrer parmi le public avec une caméra. L'exécution (une pendaison) fut donc diffusée sur les principales chaînes VoieLactiennes à l'insu de Janos 1er. Lorsqu'on ôta les sacs des têtes des deux Azirs, on put voir qu'il s'agissait d'un Azir au visage caché par un masque de fer et de Pancho l'Azir (il peut jamais se tenir tranquille celui-là). Les deux prisonniers se débattirent et parvinrent à se dégager et à sauter dans la foule. L'Azir au masque de fer proclama haut et fort qu'il était Josturi 11e, retenu pendant des années dans les cachots de Janos. Les deux prisonniers, profitant de la confusion générale, parvinrent à s'enfuir, on ne sait trop comment. La polémique était lancée: le trône de Janos vacillait déjà. L'armée Azirre fut en proie à des désertions de régiments, partis pour retrouver Josturi 11e (qui était à peine adulte) et lui jurer allégeance. Les autres empires reçurent des appels demandant de l'aide la part de Pancho l'Azir. Les Zintorgiens mobilisèrent leurs forces. Leathronze, lui, proposa à Janos d'avoir l'asile politique chez lui, preuve que plus personne ne croyait en ses chances de garder le pouvoir.
Il y eut donc un coup d'état après quelques jours à peine, où Josturi 11e et ses fidèles prirent d'assaut le palais impérial, aidés par les Zintorgiens et aussi, d'après certaines versions, par Blablapif le Brochentachtreusse. Janos eut la tête coupée et la dynastie Josturi récupéra le trône.



Guerre de la Dimension Sombre [-500]:


Certains écrits et documents d'époque font état de cet évènement mystérieux et étrange… Il y aurait eu en -500 une guerre interdimensionelle sur la Voie Lactée, après l'ouverture d'un portail dans celle-ci, de la même nature que les portails entre la Voie Lactée et le monde des Ezkas. Les origines de l'ouverture de ce portail interdimensionnel restent obscures. Certains disent que cela s'est produit à la suite de l'affaiblissement de Steve après un combat avec Leathronze (rien que ça!), car ce dernier jugeait que le Gardien était une entrave aux VoieLactiens. Or, c'était Steve qui aurait empêché pendant tout ce temps l'ouverture de ce portail, qui pouvait désormais s'ouvrir une fois Steve occupé à se battre avec l’empereur Ezka. Néanmoins, les historiens considèrent cette piste comme une fable, et pensent plutôt que le portail avait été ouvert par les occupants de « l’autre côté ». Le portail menait à une autre dimension qui semblait calquée sur la dimension de la Voie Lactée. Il y aurait eu, en effet, dans cette « dimension sombre », un Dark Steve, un Zeefra (alter-ego de Freeza), bref, tout un tas d'éléments qui faisaient considérer cette dimension comme le reflet de la nôtre. Les forces militaires de cette « autre Voie Lactée » seraient entrées en conflit avec les forces des Ezkas, Goragniens, Gartrocks et Zintorgiens, sans qu’on en connaisse les raisons. Les VoieLactéens décidèrent que la meilleure défense était l'attaque et passèrent le fameux portail pour arriver dans la dimension sombre, où une rude bataille aurait eu lieu.
On raconte que même Steve attaqua son alter-ego (c'est d'ailleurs cet élément-là qui a inspiré un célèbre réalisateur gogolien pour faire son film pseudo-initiatique « Steve contre Dark Steve »). Pour finir, ce furent les habitants de cette Voie Lactée alternative qui précipitèrent leur défaite: Dark Steve, en créant un trou noir pour tenter de détruire Steve, aurait mal calculé son coup, et le trou noir commença à avaler la Voie Lactée sombre. Les VoieLactéens n'eurent que le temps de revenir dans leur dimension d'origine avant que la « Dark-Voie Lactée » soit détruite, et le portail refermé. La guerre fut donc un succès, et, comme elle avait eu lieu dans une autre dimension, on ne déplora pas de pertes matérielles sur les planètes VoieLactéennes, uniquement des pertes de soldats et de vaisseaux. Du coup, cette guerre n'eut pas beaucoup de répercussions, et les empires de l'EAU purent souffler. Ce qui est certain, c'est que cet évènement est aussi obscur que la dimension en question.


Peinture animée de l’artiste Donatien Zberry, artiste Vinier, inspirée
de la Guerre de la Dimension Sombre. Ne la regardez pas trop longtemps.




Période de calme et dislocation d'Andromède donnant naissance à Lactea EAU-One et Lactea EAU-Two [-500 à -452]:


Depuis la guerre des Borgs, la Voie Lactée n'avait pas encore connu de vraie période de tranquillité, mais ce fut enfin le cas. On nota seulement pendant cette période à une dislocation de la moitié d'Andromède restante, dislocation dûe au fait que la galaxie était déséquilibrée en l'absence de son autre moitié. La moitié de galaxie s'était brisée au fil des années en deux amas d'étoiles de forme vaguement spiralée, se stabilisant plus ou moins à proximité de la Voie Lactée.

Ce mouvement, qui aurait dû durer des millions d'années en théorie, avait eu lieu sur centaines d'années à peine. On expliqua ce fait par une anomalie due aux résidus de magie qui baignaient encore les lieux. Les colons VoieLactiens, inquiets, abandonnèrent les restes d'Andromède et revinrent dans la Voie Lactée. Les deux formations d'étoiles ainsi formées furent baptisées "Lactea EAU-One" et "Lactea EAU-Two" par l'EAU, qui avait fait turbiner pour l'occasion plus de 34 sous-comissions d'experts pendant des mois pour trouver un nom inventif et original.

En dehors de ces évènements et de quelques tensions entre Leathronze et Goran, cette période se passa sans trop d'histoires. Les Goragniens continuèrent à développer leur armée (durant cette période apparut Jean-Louie, le plus célèbre des soldats Omegas), et les autres empires continuaient eux aussi leur bonhomme de chemin. On ne peut pas dire que c'était une époque de prospérité, mais au moins les gens ne se tapaient pas trop sur la figure, et on pouvait aller chercher le pain sans craindre de se faire néo-fluriser en chemin.



Création de la Police Clone [-452]:


Lors d'une réunion de l'EAU, Josturi 11e proposa de former une police internationale à échelle galactique pour maintenir l'ordre dans toute la Voie Lactée. Ce corps armé fédéralisé était alors une première historique. D’après le projet soumis par Josturi à l’EAU, cette police devait être composée de clones d'un membre d'une espèce naturellement douée pour combat (et donc bourrine) aidés par un armement efficace et moderne. Le projet ne reçut pas vraiment d'écho chez les autres politiciens, qui lui dirent tous plus ou moins: « Bof, si ça peut te faire plaisir, vas-y, Jojo ». Le projet fut donc accepté sans grand enthousiasme. La Police Clone ne connaîtra jamais d'heure de gloire ni de reconnaissance de la part de la communauté internationale: En effet, gênant trop les gros empires dans leurs projets parfois discutables (oppressions de petits peuples en tête), la Police Clone se verra enlever à chaque fois plus de droits d’intervention, pour finir par ne pouvoir opérer que dans des affaires mineures (trafics d'épices, etc.), jusqu'à disparaitre. Mais ne nous avançons pas trop loin dans le temps et revenons à nos moutons.



Agitations diverses [-452 à -400]:


La création de la Police Clone n'avait donc pas apporté plus d'ordre que ça dans la galaxie. L'époque restait obscure et violente, entrecoupée de récits d'aventures et d'expéditions menées par divers personnages, de Jean-Louie le soldat goragnien Omega à Fergazon le zintorgien. Les gâteaux explosifs de Freeza faisaient aussi parler d’eux de temps à autre, sans que l’on sache aujourd’hui encore si l’empereur Zintorgien fabriquait à dessein sa dangereuse pâtisserie où s’il n’arrivait juste pas à suivre la recette. C'est durant cette époque peu paisible que les Panzaliens apparurent pour la première fois, faisant leurs premiers pas dans l'âge spatial. Cette civilisation allait, tout comme les Auchs et les Goragniens, devenir très importante par la suite, après le déclin des Fromageologues. En effet, ces derniers perdaient déjà en poids à l’international et leurs recherches en magie stagnaient. Seul leur secteur culinaire faisait des progrès. Leur déclin allait annoncer celui des Azirs, des Gartrocks et des Ezkas, peuples les plus puissants à l'époque, en l'absence des Brochentachtreusses. La grandeur des peuples passe et trépasse.

Josturi 11e mourut tué dans un attentat (des anciens partisans de Janos?) et son fils ainé Josturi 12e prit sa place. Malheureusement, ce dernier se montra peu mature en raison de son jeune âge et abusa de son pouvoir, imposant des lois oppressantes au peuple. Il alla même jusqu'à se mettre à piller des petits peuples et à attaquer des convois transporteurs de Green Water. Il entra donc en conflit direct avec la Police Clone, que son père avait pourtant mis en place. Josturi 12e était une vraie tête brulée, un idiot fini, mais il détenait tous les pouvoirs dans l'empire Azir. Ayant tenu à combattre avec ses troupes, il fut abattu dans une des batailles avec la Police Clone par deux clones dont l'histoire n'a pour une fois pas oublié le nom: Marcel et Roger.
Les troupes Azirres se retirèrent et le nouvel empereur, Josturi 13e, présenta ses excuses officielles à la communauté internationale, en dédommageant partiellement les petits empires pillés.



Fin du Premier Age [-400 à -200]:


L'époque devint de plus en plus obscure et floue. Les Gartrocks et les Fromageologues déclinaient. Les Gartrocks, qui avaient centré toute leur philosophie sur la magie, sombrèrent peu à peu dans la décadence, dépassés dans tous les autres secteurs. Azelas IV, l'Azrock, ne parvint pas à redresser l'empire après la mort de son père. Les Fromageologues, qui avaient perdu la reconnaissance internationale depuis leur non-engagement à la guerre de la RAU, perdaient aussi peu à peu de leur influence.
Dans le reste de la Voie Lactée, la science elle-même stagnait, même sur le secteur militaire.
Les empires se refermaient peu à peu sur eux-mêmes, favorisant une période d'obscurantisme et de repli sur soi. Les Ezkas eux-mêmes, lassés, fermèrent leurs portails.

La fermeture des portails inaugura une longue période d'obscurantisme. Tous les empires se refermèrent sur eux-mêmes. L'époque n'était pas particulièrement violente, mais il n'y avait plus de curiosité, plus de contacts. Ce fut une sorte d'endormissement et de nombrilisme général. Cependant, on ne peut pas dire qu'il ne s'est rien passé durant cette période: Les empires avaient des intrigues intérieures (comme les panzaliens qui furent aux prises avec une maladie meurtrière, le phage, qui mit en péril leur empire), mais à l’internationale, c’était le vide. Pour voir à quel point cette période d'obscurantisme avait éloigné les empires les uns des autres, il suffit de savoir que les Ezkas étaient devenus une légende parmi les VoieLactiens, et vice-versa! Cette période dura 200 ans VL, au milieu desquels, à une date indéterminée, l’EAU fut dissoute dans l’indifférence générale.






Deuxième Âge
[-200 à 0]







Introduction


Le Deuxième Age débute avec la réouverture des portails Ezkas et finit par le Cataclysme. Il se démarque par un nombre élevé de rencontres extra-galactiques.



Réouverture des portails [-200]:


L'activité reprit avec la réouverture soudaine des portails Ezkas. Cette ouverture des portails interdimensionnels n'était pas leur œuvre: Ils s'étaient apparemment ouverts accidentellement. Mais pourquoi? Les Ezkas, étonnés, décidèrent de monter une expédition diplomatique pour la Voie Lactée, que beaucoup parmi eux considéraient comme une légende. Ils étaient alors gouvernés par la reine Jearda, une Ezka qui n’était certes pas trop laide, mais qui se désintéressait complètement de sa tâche.



Tableau de la reine Jearda, un des rares jours où elle souriait (un peu).


Les Ezkas lancèrent un appel dans l'espace, une fois passés dans la dimension VoieLactienne. C'est cet appel qui allait redonner à la Voie Lactée le petit coup de peps qu'il lui fallait pour reprendre son activité d'autrefois. Qui sait si sans ça, la Voie Lactée ne serait pas encore dans cet état d’obscurantisme ?
Ce furent les Azirs et les Panzaliens qui répondirent en premier à l'appel. L’empereur Azir, Josturi 15e, était un gros Azir obèse à force d'inactivité. Ce fut donc le commandant Undur qui fit la prise de contact avec le commandant Ezka Jekering. Du coté Panzalien, ce fut le capitaine Darynill qui se chargea du dialogue, en parlant avec le représentant Ezka Exerjin. Les deux discussions se firent en parallèle.
Les trois nations prirent des nouvelles les uns des autres. Les Panzaliens apportèrent l'explication de l'ouverture des portails: ils travaillaient depuis peu sur les technologies en rapport avec les vortex et les portails, et ils avaient ouvert les portails Ezkas par accident.

Cette prise de contact réveilla la galaxie. Les empires reprirent soudain conscience des autres, et les contacts reprirent petit à petit, jusqu'à l'annonce du projet de réouverture de l'EAU. Le projet avait été mis sur la table par un empire émergent, celui des Hommes-Insectes. L'idée fit son chemin. Les empereurs commencèrent enfin à s'occuper des affaires étrangères. Josturi 15e lui-même perdit du poids! Mais certains empires comme les Fromageologues, les Auchs ou encore les Gartrocks ne se relevèrent pas, ou pas tout de suite, de cet obscurantisme.



Fête des Morts [-199]:


Pour fêter ces retrouvailles interdimensionelles, les Ezkas organisèrent une grande fête, la Fête des Morts (une fête de chez eux donc) et y invitèrent tous les dirigeants des nations VoieLactéennes. Le lieu de la fête se situait dans la dimension Ezka, et il s'agit là d'un des rares cas d'intrusion des VoieLactiens dans cette dimension, en dehors de quelques émigrés. C’était peut-être trop tôt pour ce genre d’évènement, car seulement deux dirigeants acceptèrent: Ginko 1er, empereur des Hommes-insectes et Josturi 15e, l'empereur Azir.
La suite de cette fête ne nous est connue que par le récit qu'en fit Josturi 15e à son retour. Dans le lieu de rendez-vous, les invités furent invités à se prêter à un rituel Ezka étrange. Il se déroulait dans une salle où seuls se trouvaient Josturi 15 et Ginko 1er, en face du commandant Jekering et d'un autre Ezka étrange, portant un masque de tête de mort. On apprit d’ailleurs que c'était là son patronyme : Tête de Mort. Lorsqu’il vit Tête de Mort, Josturi prit peur et le frappa. Tête de Mort riposta en lui mettant sans préavis un masque sur le visage et en lui disant de ne pas l'enlever. Josturi l'enleva bien sûr, et sa peau devint alors complètement noire, d'un noir d'encre. Genko 1er et Jekering disparaissent ici du récit de Josturi. Peut-être avaient-ils suivi le même rituel de leur côté? Toujours est-il que Tête de Mort, pas rancunier, emmena Josturi vers une étrange porte donnant sur un lieu étrange parsemé de volutes vertes et noires s'étendant à l'infini (on voit d'où vient la réputation de mystiques qui colle aux Ezkas depuis la fin du premier âge). Après cela il enleva son masque, révélant son teint albinos et ses cheveux longs. Pour tout dire, il était cadavérique, comme le dit Josturi 15e dans son récit:


« J'eus un haut-le-cœur lorsque j'ai vis son visage… Il était blanc, avec des yeux rouges, de longs cheveux blancs, les pommettes creusées, des cernes… Mais, courageux comme je suis, j'ai décidé de continuer quand même leur drôle de rituel, parce que moi, je…»

Extrait de « Josturi 15e, par lui-même », bibliothèque inter-impériale de Nadir



Josturi raconte ensuite qu'il sentit sa vue se troubler avant de sombrer dans un étrange délire, où il se vit transformé en fleurs, avant de se réveiller avec un sale mal de tête (une gueule de bois diront certains). Tête de Mort se trouvait à côté de lui, et constata avec dépit que Josturi 15e n'avait rien compris au rituel qui était, chez les Ezkas, une expérience initiatique importante. Josturi 15e rentra chez lui, après avoir reçu en cadeau un vieux livre Ezka, intitulé « Hykrom verin d'ez Hjorium Ezka » (livre non traduit et qui lui était donc illisible). La Fête des Morts lui laissa donc une drôle d'impression et une peau noire...Du coté de Ginko 1er, on n'a pas de récit permettant de le concerter avec les écrits de Josturi. Beaucoup d'historiens penchent toutefois pour un delirium tremens sévère.



Séance de réouverture de l'EAU [-198]:


Peu après cet obscur épisode, la première séance de l'EAU depuis sa réouverture eut lieu dans une station spatiale construite pour l’occasion. Tous les empires en ayant été membres précédemment y étaient à nouveau. Le sujet principal de cette séance de l'EAU, proposé par Josturi, fut l’avènement récent de l'UR: L'Union Républicaine. L’UR, initiée par la république Tanisienne, était une union de peuples et de nations gérées démocratiquement, par opposition avec l’EAU qui avait pour membres des empires, monarchies et dictatures. Elle faisait de plus en plus d’adeptes, et c’est cette montée en puissance qui inquiétait l'EAU. Les empereurs plus ou moins despotes ne voulaient pas risquer de perdre leur place si le virus de la démocratie se répandait parmi leurs peuples.



Guerre de l'UR [-198 à -194]:


Tout cela prit vite la direction d’une guerre. Ce fut à nouveau l'EAU qui déclencha les hostilités. L'ordre fut donné à la Police Clone d'attaquer les républiques faisant partie de l'UR (ce qui était totalement hors de leurs fonctions, mais on ne leur demanda pas leur avis).
Dès le début de la guerre, les choses ne se présentèrent pas comme prévu pour l'EAU. L'Ordre des Chasseurs de Mages, qui existait encore à cette époque, fit publiquement part de son mécontentement.

« Nous vous sommons d'arrêter les hostilités. L'UR ne vous a rien fait, ils sont pacifiques. De plus leurs idées sont intéressantes. La République est plus égalitaire que l'Empire. Les empereurs sont dépassés. Vous vous attaquez sans raison à plus faible que vous. Nous ne pouvons l'accepter.
Si vous continuez à attaquer les Républiques de l'UR, nous nous verrons contraints de nous y opposer par la force des armes. »

Jortis, Grand Chevalier de l'Ordre des chasseurs de mages.


Cela créa des controverses parmi les empires de l'EAU. Josturi 15e manifesta son hésitation à se mettre les chasseurs de mages sur le dos (alors qu'il était le plus enthousiaste pour taper du républicain au début). Jekering, qui commandait les Ezkas (le reine Jearda présentée plus haut n’ayant tout simplement pas envie de s'encombrer de tâches qu'elle jugeait fatigantes), dit qu'il fallait écraser les membres de l'Ordre, car ils entravaient la marge de manœuvre de l'EAU. Les avis finirent par se joindre à celui du commandant Jekering et la guerre reprit.
Cependant, ça se passa mal pour les forces de l’EAU. Les troupes Ezkas, qui avaient été envoyées contre celles de l'Ordre des Chasseurs de Mages, n'étaient pas préparées contre la magie (qu'ils avaient négligé depuis toutes ces années). Ils eurent donc le dessous au début, avant d'être aidés par les autres empires. Le QG de l'Ordre des Chasseurs de mages, contenant moult trésors, secrets et vieilleries attisant les convoitises, fut détruit. Les Chasseurs furent dispersés un peu partout, et une véritable chasse aux Chasseurs débuta. Parallèlement, les Républiques répliquèrent enfin aux attaques. Agissant de manière unie et efficace, ils tinrent en échec les troupes de l'EAU. Certains empereurs, dont Josturi 15e, perplexe, voyaient leur enthousiasme diminuer pour cette guerre. Les Empires ne comprirent pas assez vite ce qui leur arrivait. Leurs troupes et la Police Clone furent repoussées par les troupes républicaines, plus motivées et organisées. En quelques semaines, le front s'était stabilisé.

Ginko 3e, empereur des hommes-insectes, annonça à ses alliés que ses espions lui avaient appris l'existence d'une arme très dangereuse développée par l'UR, une arme capable de détruire toute forme de vie dans un rayon de 2000 parsecs. Un telle arme étant de niveau technologique Brochentachtreusse, il s'agit vraisemblablement d'une tentative de diaboliser l'ennemi, dont les idées avaient du succès chez de plus en plus de peuples. Josturi 15e, inquiet par l'annonce de Ginko, annonça que ses troupes allaient désormais rester dans son empire (déjà en partie envahi par les républicains) et qu'il n'allait plus engager ses troupes au front. Les Panzaliens et quelques autres empires rirent de cette menace potentielle et poursuivirent l’effort de guerre.
Pendant plusieurs mois encore, le front demeura désespérément stable, et les empires commençaient à manquer d'argent pour la guerre. Ainsi, les Panzaliens se mirent à racketter certains petits peuples pour financer l'effort de guerre, mais cessèrent vite en voyant que cela risquait de donner un avantage à l'UR du point de vue de l'image donnée à la communauté galactique. Ils se virent également faire des reproches par certains empires, dont l’empire Azir:

"Ce que vous avez fait est intolérable, on croirait voir agir Leathronze! Il ne faut pas profiter de notre supériorité pour écraser les petits empires, mais il faut les aider à devenir puissants afin qu'ils fassent de bons alliés! De plus, vos troupes envoyées attaquer les petits empires auraient pu être utiles au front, l' UR regagne du terrain."

Message de Josturi 15e à La Fédération Panzalienne


Beaucoup disent que les reproches de Josturi étaient plus destinés à redorer son image qu’à obtenir un réel effet chez les panzaliens.
L'EAU organisa une nouvelle réunion de crise, réunissant entre autres les Ezkas, les Panzaliens, les Azirs ou encore les Gogoliens. Josturi 15e proposa d'attaquer l'UR sur le plan psychologique avec de la propagande: Il avait pour idée d'envoyer des drones larguer des messages au-dessus des villes républicaines, vantant les mérites de l'empire et les désavantages de la république, le but étant de générer des guerres civiles parmi les nations membres de l'UR. La reine Jearda (la reine des Ezkas, rappelons-le), qui remplissait enfin ses fonctions après les insistances de Jekering, proposa la paix avec l'UR. L'idée scandalisa certains empires et en séduit d'autres. Mais il fut finalement décidé de continuer la guerre. S'ensuivit une longue discussion stérile où chaque dirigeant tenta de donner des idées et de former un plan. Cependant, les empires n'étaient pas unis dans leurs stratégies et passaient plus de temps à se disputer qu'à se concerter vraiment.



Un des modèles de croiseurs URiens


L'UR, plus motivée et populaire que l'EAU, ne se tourna pas les pouces. Les troupes républicaines firent une percée énorme parmi les empires, les obligeant à bouger leurs troupes en catastrophe au front. Les positions se re-stabilisèrent, mais l'UR avait maintenant un net avantage. La République Tanisienne, une des républiques à avoir créé l'Union Républicaine, profitèrent de ce succès pour lancer l'idée d'unir toutes les républiques sous une seule nation fédérale immense. Les autres membres de l'UR approuvèrent l'idée, et l'Union Républicaine n'eut plus d'Union que le nom. C'était une seule et gigantesque république à présent, plus unie et organisée que jamais, avec à sa tête un président d'origine Tanisienne.
La Police Clone était en grande partie décimée. Les empires ne pouvaient plus compter que sur leurs propres armées. L'EAU n'avait pas eu le temps de souffler lorsqu'elle reçut une autre mauvaise nouvelle: l'UR avait piraté les systèmes informatiques Panzaliens, et avaient donc à disposition une carte où étaient notées toutes les positions des troupes impériales. Les empereurs de l'EAU se réunirent une dernière fois dans la station de l'EAU pour une réunion de crise. Mais c'était trop tard: les forces républicaines envahissaient les empires les uns après les autres. Ce fut si foudroyant que les empereurs ne tardèrent pas à se rendre compte que le dernier bastion de l'EAU était…La station de l'EAU elle-même, où ils se trouvaient. Les principaux empereurs furent évacués de toute urgence, alors que les vaisseaux victorieux de l'UR investissaient la station. L'EAU était vaincue. Dans la salle de l'EAU en ruine, les empereurs non-évacués vinrent en file signer leur reddition, devant le président de l'UR triomphant.



Domination de l’UR [-194 à -181]:


L'UR dominait désormais la galaxie entière, mais dans l'ombre, les empires préparaient leur revanche. La plupart des empereurs évacués se trouvaient dans un bunker souterrain sur une planète vierge. Réduits à l'état de rebelles apatrides, les membres de l'EAU mirent en place un réseau de résistance regroupant tous les impériaux de la galaxie, et ils travaillaient activement à la mise en place d'une armée. L'Ordre des Chasseurs de Mages avait quant à lui disparu, ses membres s’étant éparpillés un peu partout.
Les Ezkas tentèrent rapidement de parlementer avec l'UR (n'oublions pas que leur empire était bien à l'abri dans leur dimension), en allant parler au président de l'Union Républicaine qui siégeait dans ce qui avait été la station de l'EAU. Pour se mettre en bons termes avec les nouveaux chefs de la galaxie, Jekering apporta un cadeau pour le moins inattendu au président de l'UR: Josturi 15e ligoté. Josturi 15e n'avait en effet pas pu rejoindre les autres empereurs dans le bunker après la fin de la guerre de l'UR et avait dû s'enfuir dans la dimension des Ezkas, où il avait à nouveau rencontré Tête de Mort. Il était resté là-bas quelques années, en exil, avant d'être livré par les Ezkas aux républicains. Josturi fut enfermé avec Moi V, l’empereur gogolien lui aussi capturé, et avec un Ezka étrange nommé Hjtear (ne me demandez pas comment ça se prononce). Les raisons pour lesquelles cet Ezka fut jeté au cachot sont inconnues, et Josturi 15e ne le précise pas dans ses mémoires.
Jekering réussit à obtenir du Président de l'UR qu'il donne une cellule plus grande et luxueuse aux trois prisonniers, ce qui prouve qu'il tenait quand même au confort de ceux qu'il avait trahis, ou au confort de l'Ezka, qui disait être un « oxorskul », un des mystérieux sages Ezkas. Pangoustix (le dirigeant panzalien), tenta lui aussi de parlementer en proposant une alliance entre l'UR et la fédération Panzalienne. Le président de l’UR refusa, et Pangoustix faillit être capturé, parvenant néanmoins à s’enfuir et à disparaître malgré la chasse à l’homme lancée par l’UR.
L’UR avait néanmoins pour allié l'empire Ezka, et ce n'était pas peu de chose. De plus, l'exécution publique de Moi V, Josturi 15e et de l'Oxorskul était d'ores et déjà programmée. Heureusement pour eux, la reine Jearda, qui ne partageait visiblement pas la politique du commandant Jekering à propos de l'UR, fit évader les trois prisonniers à temps, les conduisant au bunker qui contenait les empereurs de l'EAU en exil.



Une très vieille image de Tanisien de très mauvaise qualité.
L'espèce a aujourd'hui disparu.


La situation stagna pendant quelques années encore, mais le pouvoir de l'UR commençait à s'effriter. En effet, le chef de la république Tanisienne qui était aussi le président de l'UR commençait à se montrer despote, et donc à aller à l'encontre des principes mêmes de démocratie qui maintenaient unis les républiques de l'UR. C'est cet affaiblissement de l'unité républicaine qui permit l'émergence (ou plutôt la ré-émergence) de l'empire goragnien, qui avait été ignoré de tous depuis tout ce temps car, contrairement aux autres peuples, il n'était pas sorti de son renfermement après la réouverture des portails Ezkas. Depuis tout ce temps, un changement majeur était à noter chez eux: l'utilisation du phazor, devenue généralisée, avait fait muter tous les citoyens goragniens, leur donnant un aspect plus terrifiant qu'auparavant. Androx Blaze avait pris la tête de l’empire goragnien suite à un coup d’état. On raconte aussi diverses histoires curieuses pendant cette période, comme une rencontre entre Leathronze (oui, Leathronze, le même que dans l'âge dernier) et Azelas X, héritier de la dynastie Azelas en exil après la victoire de l'UR (l'empire Gartrock était déjà sur un net déclin).



Guerre Ezka-goragno-panzalienne [-184]:


Androx Blaze ordonna l'attaque des territoires panzaliens. Ses motivations derrière cet acte ne sont pas claires. Certains disent que c'était pour se faire bien voir de l'UR, toujours dominante, et ainsi inciter le président de l'UR à tolérer le régime impérial goragnien. Ce mobile, jamais confirmé, semble avec le recul le plus probable. Les Ezkas, alliés de l'UR rappelons-le, se joignirent aux goragniens dans l'attaque, qui fut meurtrière pour les panzaliens, si bien qu’ils furent forcés de fuir leurs territoires. Pangoustix, le dos au mur, renonça à faire partie de la rébellion et la fédération se déclara sous domination républicaine. Pour les impériaux qui travaillaient toujours dans l'ombre pour renverser l'UR, c’était un nouveau coup dur: Les Ezkas étaient alliés à l'UR, les goragniens en étaient sympathisants pour pouvoir être tolérés et les panzaliens y étaient soumis. Dans leur bunker, les empereurs allaient avoir fort à faire pour récupérer leur pouvoirs despotes. Après plusieurs mois, ils eurent cependant enfin une bonne nouvelle : Les panzaliens, qui étaient trop occupés à reconstruire leurs cités pour leur fournir des troupes, mirent tout de même secrètement à leur disposition une partie de leurs usines, pour aider les empereurs de l'EAU déchus à se refaire une armée.



Troubles divers [-184 à -181]:


Le ministre gogolien sympathisa lui aussi avec l'UR. Et je vous vois déjà venir: « Oh! Mais qu'un gogolien sympathise avec l'organisation dominante de la galaxie serait un signe d'intelligence! C'est insensé! ». Hébien...Vous n'avez pas tout tort. Les gogoliens, qui n'avaient pas de cerveau rappelons-le, avaient commencé à cette époque-là à se greffer des jouets de singes jouant de la cymbale dans le crâne...Enfin, c’est ce qui se dit. Une légère élévation du QI des gogoliens à cette époque-là est néanmoins irréfutable. Cela étant dit, peut-être que les gogoliens étaient simplement trop sociables pour bouder l’UR.
De son côté, le président Tanisien, aussi président de l'UR, ne resta pas inactif (comme vous avez pu le constater jusqu'ici, l'histoire n'a curieusement pas retenu son nom). Profitant de sa suprématie, il s'auto-proclama chef suprême galactique, allant totalement à l'encontre des principes des républiques ayant fondé l'UR. Mais le mal était fait: l'Union Républicaine n'était plus ni une union, ni une république...Elle était devenue un immense empire despote, exactement ce que les démocraties à l'origine de l'UR voulaient éviter.



Chute de l’UR [-181]


Dans leur bunker, les empereurs en exil attendaient leur heure. Josturi 15e, Moi V et leurs collègues (ainsi que Hjtear, l'oxorskul Ezka) préparaient toujours leurs troupes, ainsi qu'une arme informatique: Un virus perfectionné qui avait pour mission d'infiltrer et de paralyser les systèmes de défense de l'UR. Jugeant leurs troupes prêtes, les empereurs rebelles lancèrent l'attaque sans plus tarder, 14 ans après leur défaite.

Ils choisirent pour cible la station de l'UR (l'ancienne station de l'EAU) et, aussitôt arrivés à proximité, lancèrent leur virus informatique, les empêchant ainsi d’user des armes défensives se trouvant dans la station. La flotte de l'EAU se fit aussitôt attaquer par la flotte de l'UR en orbite de la station et le combat s’engagea. Très vite, la nouvelle de l'attaque se répandit, et les panzaliens se hâtèrent de retourner leur veste, voyant là une belle occasion de se débarrasser du joug de l'UR. La bataille reprit de plus belle autour de la station, des renforts de l'UR étant arrivés. Josturi 15e se sentit apparemment l'âme héroïque puisqu'il débarqua dans la station pour chercher et tuer lui-même le président Tanisien (ce qui, stratégiquement, est assez idiot). Pangoustix, le dirigeant Panzalien, ne tarda pas à faire de même. Dehors, l'armée Ezka arriva, retournant elle aussi sa veste en aidant les forces de l'EAU. Pangoustix et Josturi 15e trouvèrent alors le président Tanisien et lui mirent la pâtée : il s’effondra, mort. Plusieurs gardes de l'UR arrivèrent alors dans la salle (bravo la réactivité les gars) pour s'emparer de Josturi et de Pangoustix. Pangoustix improvisa alors un plan d'évacuation avec son commandant Darynill: Après avoir donné à l'empereur Azir un masque de respiration, il brisa la vitre de la salle, projetant les deux empereurs, les gardes et le reste dans le vide spatial. Ils furent recueillis au-dehors par un vaisseau Panzalien et partirent avant que les soldats de l'UR ne parviennent à les rejoindre.
La bataille faisait toujours rage. Les pertes étaient grandes des deux côtés. Le dernier ancien allié de l'UR, l'empire Goragnien, commença lui aussi à aider les forces de l'EAU, sentant le vent tourner. Certaines républiques qui faisaient partie de l'UR se rebellèrent elles aussi, voyant là une occasion de se débarrasser de cette organisation devenue despotique et qui ne reflétait plus leurs valeurs. L'UR, tel un géant agonisant, s'écroula après quelques heures seulement de guerre.



Après-Guerre [-181 à -177] :


L'EAU était victorieuse. Pourtant, l'humeur n'était pas à la fête, car de nombreuses reconstructions étaient à faire, et les quelques empires ayant pactisé avec l'UR n'osaient pas trop se montrer enthousiastes. Jekering dut d'ailleurs répondre de sa conduite, car Josturi 15e avait bien envie de le faire pendre (il était plus motivé que les autres empereurs car, en plus de la trahison, il avait aussi été jeté au cachot par sa faute). Jekering s'excusa platement en expliquant avoir prévu de ronger l'UR depuis l'intérieur. Les autres empires ne voulaient pas d'une autre guerre, et parvinrent à faire calmer cette litige diplomatique entre Josturi et Jekering. Après quelques troubles et la réformation de l'EAU (qui reprit sa place dans la station en ruine, qu'il fallut réparer), la galaxie retrouva enfin la paix. Les différents peuples soignaient les plaies de la guerre, et travaillaient à relancer leur économie. On peut noter, durant cette période, la mort de Pancho Don l'Azir, tué bêtement par des pirates spatiaux après avoir survécu à tant de guerres. On reforma également la Police Clone.
Les empires semblaient vouloir que tout redevienne comme avant l'UR. Ils se hâtèrent aussi de se ré-armer rapidement, à l'image des goragniens qui construisirent la fameuse forteresse spatiale Omega. Mais tout cela ne fut pas sans conséquences: une pénurie de métaux annonça une crise économique qui commençait à pointer le bout de son nez. Les empires se protégèrent de cette crise comme ils purent, parfois par des rackets, parfois par des moyens plus légaux. On vota une nouvelle loi dans l'EAU, donnant le droit à la Police Clone de défendre les petits peuples des rackets des plus grands empires. Cette loi gêna beaucoup les Goragniens, qui vivaient principalement du pillage à l'époque. Cela engendra donc des débats… On stipula aussi que les dernières républiques de l'UR devaient être détruites pour éviter tout risque de nouvelle guerre de ce genre, ce qui déclencha donc une nouvelle guerre de ce genre. Cette guerre fut néanmoins moins violente et générale que la guerre de l'UR, car il s'agissait plus d'étouffer et de faire mourir les républiques, et non pas d'un assaut général. Cette initiative arrangea les Goragniens: Voilà des peuples qu'il pourraient piller en toute légalité! On laissa donc la besogne principalement aux armées de Blaze (le dirigeant goragnien, rappelons-le).



Agitations diverses et retour de Leathronze [-177 à -161]:


Pendant ce temps, on constata aussi que la Dinde (rappelez-vous, l'être géant faisant la taille d'une galaxie) était malade. Le problème fut vite réglé après la découverte de l'origine du mal : il s'agissait d'uranium laissé là par les Brochentachtreusse depuis le Premier Age, et qui avait contaminé l'organisme de la Dinde. Comme le gigantesque animal avait été un peu oublié de tous pendant des siècles, personne n’avait remarqué jusque-là ce stock d’uranium (vous aurez sans doute remarqué que les empereurs s'occupent plus de jouer à la guéguerre et de savoir qui a le plus gros vaisseau que de la culture et du patrimoine galactique).

Pangoustix, le dirigeant panzalien, manifesta un jour son désir d'apprendre la magie, à laquelle on s'était désintéressé depuis le Premier Age, sauf pour ce qui est des Ezkas, avec leurs fameux oxorskuls. A sa grande surprise, ce fut Leathronze en personne qui parut à sa porte le jour suivant : comme quoi il suffisait de demander. L'âge ne semblait pas avoir eu prise sur lui (un petit lifting magique?), et, n’était plus empereur depuis longtemps, il portait un vêtement bleu cyan au lieu de ses anciens habits royaux.
Leathronze se mit donc à apprendre la magie à Pangoustix, comme il l'avait fait avec Azelas III des siècles auparavant. C'est au beau milieu d'une de leurs séances obscures que la Police Clone arriva pour interpeller Pangoustix. Celui-ci avait en effet donné l'ordre d'attaquer une planète de l'empire Padbra, à la suite d’insultes entre Pangoustix et l’empereur Padbra. Or cela n'était plus légal depuis la dernière loi votée en protection des petits empires.
Leathronze tua le premier clone qui vint les interrompre, mais ce fut bientôt une armée qui vint près du palais de Pangoustix, qui se vit obligé d'appeler ses soldats pour le défendre. Observant l’armée panzalienne en chein de faïence dans une ambiance tendue, les Clones annoncèrent à Pangoustix ce qu'on lui reprochait et dirent aussi à Leathronze qu'après avoir tué un Clone, il était en état d'arrestation. Leathronze téléporta alors Pangoustix ailleurs après avoir tué le Clone qui parlait (son tempérament colérique était de retour).
La Police Clone entreprit aussitôt des recherches pour les retrouver. Il faillirent être repêchés mais ils re-disparurent de la circulation. Selon les récits, Androx Blaze qui les aida à s’enfuir, car il les trouvait apparemment plus sympathiques que la Police Clone. Peu après, l'ordre suivant fut diffusé:

"Leathronze est déclaré officiellement hors-la-loi dans la Voie Lactée à la suite de nombreux meurtres sur la Police Clone, profitant lâchement de sa maîtrise en magie pour éviter un combat d'égal à égal. Pangoustix est aussi recherché pour avoir été le complice de Leathronze dans ses agissements. En conséquence, l'empire Panzalien est occupé par las forces clones et les clonodroïdes (des robots militaires panzaliens, ndlr) désactivés en attendant de trouver un empereur remplaçant, ou en attendant que Pangoustix se montre et revienne diriger son empire, ce que nous lui permettrons s'il verse une 'indemnité aux Padbra et s'il prend connaissance que "panzalien moyen" n'est pas une insulte."

Marcel, officier clone


Un peu plus tard, Pangoustix et Leathronze se rendirent d’eux-mêmes. Pangoustix avait sans doute poussé Leathronze à dialoguer. Après un procès assez peu conventionnel ou Leathronze ne manifesta aucun regret, il fut convenu de donner deux mois de prison à ce dernier et une amende à Pangoustix, amende à payer sous forme d'indemnité à l'empire Padbra. La peine de Leathronze peut sembler légère, mais il ne faut pas perdre de vue qu'il commençait à redevenir célèbre et craint.
Après la peine de Leathronze, Pangoustix et lui purent reprendre leurs séances d’apprentissage de magie.

Durant cette période, on parle aussi d’apparitions d’un ennemi aussi obscur qu'insaisissable, une sorte d'armée fantôme apparaissant épisodiquement près de planètes reculées, et poussant le cri de « RAKENZAK! » avant de disparaître. Bref, ce n'était pas le calme complet.



Conspiration Andromédienne [-161]:


Une vague d'assassinats de dirigeants se répandit en quelques jours dans la galaxie. Plusieurs empereurs, dont Josturi 15e (qui fut succédé par son fils, Josturi 16e), périrent avec un trou dans la tête. Suite à des indices griffonnés à la hâte par Josturi 15e peu avant sa mort, on établit une enquête pour savoir qui était le responsable de ces morts. Les indices laissaient penser que la Dinde serait impliquée d’une manière ou d’une autre aux assassinats.

À partir de ce moment, l'affaire devient un peu floue. Les enquêteurs se rendirent sur la Dinde, accompagnés de plusieurs empereurs s'étant déplacés personnellement, dont Moi V, Josturi 16e, ou Blaze, mais aussi le fameux Leathronze qui s'invitait là où il voulait. En effet, les dirigeants de l’époque aimaient assez aller sur le terrain. Pour faire leurs intéressants en laissant la paperasse aux ministres? Peut-être. Mais on ne va pas leur reprocher de vouloir un peu d'aventure.
Les rapports quant à la suite de l'affaire n'ont jamais été rendus publics, mais il paraîtrait qu'ils auraient trouvé là-bas un attroupement de Mages Andromédiens, quelque part à des kilomètres à l'intérieur de la Dinde. Il s'agissait d'une bande d'Andromédiens qui, après toutes ces années, avait décidé de se regrouper pour tenter une attaque punitive sur la Voie Lactée. Il est peu probable que tous les Andromédiens réfugiés depuis des années dans des coins reculés de la Voie Lactée aient été membres de cette armée cachée, mais une bonne partie d’entre eux se trouvait là. Coursés par les Andromédiens supérieurs en nombre, les empereurs parvinrent à fuir de l’intérieur de la Dinde et à gagner la Voie Lactée avec l’armée de mages à leurs trousses. La bataille s'engagea en périphérie de la galaxie: Les Mages furent défaits, car peu préparés : ils ne prévoyaient sans doute pas d’attaquer si tôt, mais la découverte de leur repaire leur avait forcé la main. La victoire ne fut pas sans pertes: Josturi 16e périt dans l'affrontement, quelques jours à peine après avoir été mis sur le trône à la mort de son père! C'est un des plus courts mandats Josturiens connus.



Reformatage de Steve [-160]:


Comme tous les points de l'histoire concernant Steve, celui-ci est flou. Comme nous l'avons dit, diverses légendes et récits plus ou moins dignes de confiance désignent le mystérieux personnage qu'est Steve comme le Gardien de la Voie Lactée. Mais d'où vient Steve, s’il est gardien, et qui l'a nommé? Toutes ces questions restent sans réponse.

Quelques années après l'anéantissement du complot des Mages, on nota au centre de la galaxie des perturbations peu communes et des rayonnements étranges. On envoya bien sûr des observateurs, dont Pangoustix en personne dans son vaisseau (on retrouve ici la tendance du « imperator on the terrain » citée plus haut). On raconte que Steve avait été puni (par qui? Allez savoir) à cause de son incompétence en tant que Gardien de Galaxie, et que cette punition prenait la forme d’un reformatage: Ses souvenirs, son caractère même, avaient été effacés, réinitialisés, comme si une amnésie partielle vous ramenait à la fraîcheur de vos vingt ans alors que vous en avez 40. Pangoustix profita de l'occasion pour donner à Steve des ordres, vu qu'il n'en avait pas en mémoire. Pangoustix aurait pu dire à Steve que son but était d'aider les panzaliens à dominer la galaxie en exterminant les autres peuples, ou autres joyeusetés… Au lieu de quoi il se montra plus sage et se contenta d'informer Steve que sa mission consistait à préserver la Voie Lactée sans déranger les empires et civilisations qui l'habitaient, et sans se laisser enrôler par une quelconque organisation ou peuple. C'était, à vrai dire, son occupation avant son reformatage! Cependant, il ne fit pas mieux son boulot avant qu'après, si on regarde l'histoire galactique.

Au même moment, Leathronze disparut de la circulation pour de bon. Certains témoins affirment que dans sa recherche perpétuelle pour être le meilleur magicien de tous les temps, il devint un nuage de gaz magique.



Période de calme relatif [-160 à -154]:


Les choses reprirent leurs cours, mais on ne peut pas parler de paix. Les républiques continuaient à être les souffre-douleurs de la galaxie, pillées par les goragniens, méprisées par les autres. Pangoustix changea aussi de professeur de magie, en l’absence de Leathronze. C'est un certain Ezk'Tugal qui reprit l'enseignement de Pangoustix: Il s'agissait d'un ancien élève de Leathronze. On raconte que leurs séances devinrent de plus en plus sombres, finissant même par tester la magie de combat apprise sur des sujets vivants… Pangoustix, en marge de ces affaires pas très joyeuses, fut aussi remplacé à la tête de la Fédération par Zumika 1ère, désormais impératrice après des éléctions. On raconte aussi que Josturi 17e (eh oui, 17e, ça change vite les Josturi, il faut bien suivre) recueillit un enfant issu d'une République, qu'il nomma Saïton. On ne sait pas avec certitude d’où il venait, mais plusieurs sources affirment qu'il l'aurait sauvé d'un des cours de Pangoustix et Ezk'Tugal, qui voulaient tester on ne sait quel sort sur lui. Curieusement, cela n'attira pas sur les Azirs les foudres des autres empires de l'EAU, qui avaient apparemment d'autres chats à fouetter.



Une encyclopédie sans chatons, c'est comme une soupe sans moustache.




Guerre républicaine [-154 à -153]:


Les républiques de la Voie Lactée, excédées d'être les souffre-douleur des empires alors qu'ils avaient aussi contribué à la chute de la dictature qu'était l'UR vers sa fin, décidèrent de s'unir et de se défendre par l’attaque. Lors du début de leur attaque, les républiques détournèrent l'attention d'eux en utilisant une fausse armée holographique et infligèrent de jolis dégâts aux empires de l'EAU. Ces derniers durent réagir vite, et grâce à des indications de Saïton, l'enfant républicain adopté par Josturi 17e, ils purent pirater le système informatique de la flotte républicaine et ainsi faciliter leur riposte, menée principalement par les Ezkas et les Goragniens. Les Républicains commencèrent à perdre du terrain, d’autant plus que les Panzaliens et Zintorgiens ainsi que la Police Clone (bien que leur effectif ait été réduit lors de la réformation de l’EAU) vinrent en renfort des Goragniens et Ezkas. Les Républicains essuyèrent une cuisante défaite après quelques heures de combat seulement et durent fuir dans leurs territoires. Ils placèrent alors des troupes dans un endroit stratégique: Fort Gunship, une forteresse spatial ultra-blindée située à un point clé des territoires républicains.

L'EAU décida de passer à l'attaque sans attendre. Les empereurs élaborèrent un plan afin de prendre et/ou détruire Fort Gunship pour ensuite aller semer la désolation parmi les planètes des républiques. L'attaque de Fort Gunship fut rude, mais tourna à l'avantage des forces impériales, même si le plan d'attaque minutieusement préparé par les empereurs ne fut pas du tout suivi à la lettre. En fait, les pertes furent plus lourdes que prévu pour les forces de l'EAU, car chacun avait un peu fait son plan dans son coin (en raison d'évènements imprévus dans la bataille). Mais Fort Gunship fut tout de même vaincu, et ses débris doivent toujours flotter quelque part dans l'espace.

Après cette bataille, les deux camps s'accordèrent une pause. Ce fut l’occasion pour les panzaliens de se permettre un coup d'état: les pertes survenues lors de la bataille de Fort Gunship étaient à l'origine de coupes budgétaires, qui étaient à l'origine de grèves, qui étaient à l'origine de troubles… Tout cela aboutit à la mort de la dirigeante panzalienne, Zumika, et à l'ascension au pouvoir de Mexim 1er. A côté de cela, les autres empereurs, bien insouciants, faisaient des banquets et des fêtes pour célébrer leur dernière victoire. Ils ne cessèrent que lorsqu'on leur apporta la nouvelle de nouveaux mouvements de troupes près des restes de Fort Gunship. Des armées républicaines trainaient en effet là-bas pour faire on-ne-sait-quoi, mais déguerpirent bien vite lorsqu'elles furent sous les tirs impériaux.



Photo d'un reporter de guerre, montrant des vaisseaux de la Police Clone
attaquant une ville républicaine.


Les principales places militaires républicaines furent détruites dans les jours qui suivirent. Les quelques Républiques encore sur pied, petites et insignifiantes, furent ignorées, sauf la République Tanisienne qui fut ravagée, car le Chef Tanisien qui avait gouverné l'UR des années auparavant était issu de ce peuple, et que l'EAU était apparemment rancunière. Cette haine envers les républiques dura encore des centaines d'années, avec les discriminations qui vont avec, avant que la rancune des empires retombe et que la guerre de l’UR soit à peu près oubliée.



Calme [-153 à -124]:


Le calme revint sur la galaxie, après toutes ces années de guerres et d'agitations. Il y eut même des naissances, comme les deux enfants de Josturi 17e, Josturi 18e et Zinla. Cette dernière ne tarda pas à être enlevée par la reine Jearda, venue pour voir les enfants et fâchée par une blague maladroite de Josturi 17e insinuant que c'était elle la mère. On perd la trace de cette petite Zinla pendant quelques années. L'empire Azir déposa évidemment plainte contre l'empire Ezka, mais Jearda leur fit savoir rapidement que Zinla avait été confiée à Tête de Mort (souvenez-vous, le mage Ezka un peu louche), et que ce dernier avait disparu dans la nature par la suite. Entretemps, Pangoustix, l'ancien empereur Panzalien, avait fondé un ordre d'apprentissage de la magie, donnant à son tour des cours : l'Ordre des Knighters, le tout parallèlement à ses activités de diplomate. Il eut à cause de cela des disputes avec Ezk'Tugal, l'être étrange et sanguinaire qui avait repris l'apprentissage de Pangoustix après la disparition de Leathronze, car Ezk'Tugal était pour une magie plus sombre, et Pangoustix désirait un Ordre plus vertueux et moral. Tout cela ne bougea pas beaucoup pendant quelques années.



Le cas Z-66 [-124]:


Vers cette époque, un robot sous l'apparence d'un Azir gris tenta de tuer plusieurs empereurs. Pourquoi? Vous le verrez plus bas, mais disons d’ores et déjà qu’il s'agissait d'un robot venu d'un futur pas très lointain.

Après une tentative d'assassinat ratée sur le commandant Ezka Jekering, le robot tueur parvint à tuer Josturi 17e, alors qu'il prenait un bain chez lui. Après le deuil, Saïton, l' « enfant républicain » comme on l'appelait, décida de régner jusqu'à ce que Josturi 18e atteigne sa majorité, alors que lui-même était encore bien jeune.
Z-66 tenta ensuite de rejoindre et de tuer Freeza, l'empereur Zintorgien, mais fut bloqué dans son entreprise par des forces armées de toutes races excédées de son comportement bien peu aimable, et dut s'enfuir (on raconte que Freeza dut exceptionnellement renoncer à son café de 10 heures lors de cet évènement).
Bizarrement, le robot qu'on surnommera dans le futur le « droïde-tête-à-claques » tenta ensuite de tuer Zinla...La petite Zinla oui, la sœur enlevée de Josturi 18e, qui avait grandi avec Tête de Mort. Celui-ci s'était apparemment assez bien occupé d'elle et en avait fait une magicienne émérite.
Voici le compte-rendu détaillé de cette tentative d'assassinat : On ne sait comment Zinla réapparut dans la circulation (elle avait sans doute faussé compagnie à Tête de Mort) mais elle parvint à rejoindre le palais impérial de Jostusierra. Malheureusement pour elle, Z-66 déguisé en Josturi 18e avait pris la place de son vrai frère, jeté par la fenêtre. Ce dernier se tenait au-dessus du vide par une corniche (lui évitant ainsi une mort pas si violente pour dire que c'était un Josturi). Z-66 tenta de tuer Zinla lorsque celle-ci arriva, mais elle sauta aussi par la fenêtre pour lui échapper – ou parce qu'elle y avait été projetée, là ce n'est pas très clair – et tomba dans le vide, s'accrochant in extremis à la main de son frère. Ne tenant plus, les deux tombèrent dans le vide (encore) mais furent sauvés par Fergusson, premier ministre Zintorgien, alerté on-ne-sait-comment de la situation (à moins qu'il ait été simplement en train de se promener dans le coin) : Fergusson vit les deux Azirs chuter dans le vite et les sauva d’une mort violente en les téléportant dans son vaisseau. Josturi 18ème et sa sœur lui expliquèrent la situation, et tout ce beau monde décida comme un seul homme de retourner au palais mettre une dérouillée au robot tueur. Tête de Mort, arrivé tout d'un coup, aida Josturi 18e, Zinla et les gardes Azirs à attaquer Z-66 qui tentait toujours de tuer Zinla et son frère. Ils y parvinrent enfin, et Z-66 explosa, après avoir blessé Josturi et tué trois gardes.

Peu après cet épisode, Saïton laissa le trône à Josturi 18e, qui, après avoir survécu à cette tentative d'assassinat, fut considéré comme le plus chanceux des Josturi.



Les Illuminés et Oxokj [-124 à -91]:


Quelques années de semi-calme régnèrent après le passage de Z-66. Zinla vivait avec son frère, tout en continuant à pratiquer de la magie (Josturi 18e, lui, ne s'intéressait pas du tout à cette discipline). Un certain Oxokj fit aussi son apparition, disant être le Gardien d'une autre galaxie venu demander les suffrages VoieLactiens afin de remplacer Steve qu'il jugeait idiot. C'est une manière comme une autre de gagner de l'argent me direz-vous, mais il n'empêche que cet Oxokj était assez mystérieux pour que ses dires semblent plausibles. Il est, par exemple, rarement apparu physiquement en public, et il était assez théâtral dans ses apparitions vocales.

Un groupe de fanatiques sectaires vint aussi générer des troubles dans la galaxie: les Illuminés. Violents et virulents, ils furent rapidement antipathiques aux yeux des dirigeants désirant garder la stabilité de leur population. Les Illuminés et leurs adeptes ne tardèrent pas à être persécutés et de multiples escarmouches et batailles éclatèrent un peu partout entre les forces des gouvernements et les Illuminés. Leur mouvement diminua considérablement, mais ne disparut pas pour autant.

Oxokj, ayant aidé les empires lors de ce problème, devint populaire parmi les hautes sphères de pouvoir, si bien que les empereurs, décidant de délaisser Steve, choisirent de le nommer Gardien officiel de la Voie Lactée. Oxokj redécora la salle de l'EAU et commença à influer dans la galaxie (j'ai bien dit influer, et pas diriger).



Quatrième guerre civile Azirre [-91 à -85]:


C’est alors que Josturi 18e commença à devenir bizarre. Sous le regard inquiet de Saïton et de ses proches, il commença à devenir un fanatique de la doctrine de Spode (une des croyances de la galaxie). Il devint également haineux envers son père, trouvant tout ce qu'il avait fait ridicule. Zinla, sa soeur magicienne, tenta bien de le raisonner, mais sans y parvenir. Josturi finit par prendre ses troupes pour convertir violemment au spodisme les planètes aux alentours de l'empire Azir. Saïton profita d'une de ses excursions pour reprendre le pouvoir à Jostusierra, jugeant Josturi 18e fou, avec auprès de lui le fils et héritier de Josturi 18e, le petit Josturi 19e. L'empire Azir se divisa en deux, comme à l'époque de Jazelas. Les empires de l'EAU et les quelques forces de la Police Clone se rangèrent du côté de Saïton car Josturi 18e, ayant vraisemblablement perdu la raison, s'attaqua aux autres empires de l'EAU, en plus de s'en prendre aux Azirs et aux petits peuples.

Seuls contre tous, Josturi et ses fidèles furent acculés dans leur dernière planète, Able-3, par les forces de l'EAU. Au moment où Zinla, venue elle aussi combattre son frère, arriva près de lui, il se trouve que Josturi avoua à sa sœur avoir fait construire, dans sa folie, un prototype de machine à voyager dans le temps. Par cette machine, capable d'un bond de quelques années dans le passé seulement, il comptait envoyer un robot tueur dans le passé, pour tuer tous ceux qu'il jugeait indignes de vivre. Vous l'aurez déjà compris, il s'agissait de Z-66, qui partit dans le passé sous les yeux de Zinla. La bataille continua, et le bâtiment dans lequel se trouvaient Zinla, Josturi et les derniers de ses fidèles s'effondra, causant la mort de tout ce petit monde qui jusque-là bataillait à coup de pistolets ou de sorts. La mort de Josturi marqua la fin des hostilités. Les forces de l'EAU en présence (Panzaliens, Zintorgiens, et quelques clones) rentrèrent chez eux, avec quelques pertes. Ce fut évidemment l'empire Azir qui eut le plus de plaies à panser après cet épisode...Saïton reprit le pouvoir à nouveau, en attendant que le petit Josturi 19e grandisse assez pour gouverner, tout comme il l'avait fait pour Josturi 18e.



Z-66 partant pour le passé dans la machine à voyager dans le temps
de Josturi 18e (vision d’artiste).




Calme [-85 à -78]:


Après la guerre civile Azirre, les empires retournèrent à leurs occupations. Les Goragniens, ayant réussi à se créer une industrie et une agriculture suffisantes pour nourrir leur population, ne furent plus dépendants des pillages pour vivre. Leur dirigeant, Androx Blaze, participa aussi à quelques aventures avec le commandant Ezka Jekering, sympathisant ainsi avec l’empire Ezka.
Du coté panzalien, Mexim 1er continuait à diriger la Fédération, pendant que Pangoustix, en marge des activités de son Ordre des Knighters, écrivait son livre resté célèbre : « Cuisine digne d'un empereur », livre regroupant les recettes les plus célèbres en vogue parmi les plus fameux des empereurs. Ce livre est aujourd'hui quasi-introuvable et est devenu un objet de collection recherché.
L'économie galactique reprenait aussi du poil de la bête, les exportations de Green Water marchaient toujours bien. D'autres empires profitaient de ce temps de paix pour se reconstruire, comme les Azirs bien sûr, mais aussi les hommes-insectes qu'on n'avait plus vus depuis un moment, et qui avait stagné depuis la guerre de l'UR. Il y eut également quelques résurgences de mouvements Illuminés (la secte citée plus haut) qui furent écrasés comme auparavant. Cette fois, Oxokj s'en occupa avec moins d'entrain que la première fois et disparut mystérieusement, peu après. Steve reprit donc son statut de gardien de galaxie, sans pour autant faire quelque chose de plus qu'auparavant.
Des rumeurs courant à cette époque-là évoquaient un certain Startog, sorte de grand chef qui aurait été derrière les Illuminés et tous les autres ennemis ayant semé les troubles dans la Voie Lactée durant ces années...Mais ce ne sont que des rumeurs. Coté Azir, Josturi 19e atteignit sa majorité et Saïton put enfin quitter le pouvoir.



Réminiscences du phage [-78]:


Quelques années plus tard, un vaisseau de la Police Clone se trouvant en périphérie de l'empire Panzalien fut sujet à un étrange phénomène. Un vieux satellite Panzalien oublié et défectueux tira un missile sur le vaisseau, qui se trouva rapidement en proie à un drôle de parasite pour lequel les clones occupant le vaisseau ne furent plus que des marionnettes. Le parasite en question était le phage, parasite se présentant sous l'apparence d'un liquide métallique et prenant contrôle de l'esprit de son hôte. Ce parasite avait été une grande plaie pour les panzaliens, autrefois, mais ceux-ci avaient réussi à l'éradiquer. Il en était resté sur ce vieux satellite… D'autres vaisseaux clones détruisirent le vaisseau contaminé, éradiquant la menace. Certains affirment que le phage fut tout de même récupéré par un individu malfaisant à barbiche sur les débris du vaisseau, mais rien ne permet de l’affirmer de façon certaine.
A la même période, Saïton mourut.



Première ruée vers l'Energium [-78 à -73]:


Au même moment, les astronomes Azirs explorèrent par sondes une galaxie assez lointaine qui contenait, selon les analyses, une quantité incroyable d'un nouveau matériau extrêmement énergétique que les scientifiques Azirs, dans un éclair d’inventivité, baptisèrent Energium. La galaxie en question était Zaphyra (l'orthographe était Saphira, mais a changé depuis). Josturi 19e fit part de la découverte à la communauté internationale (à l'époque, une vague notion d'entraide entre empires existait encore). Toutes les grandes nations préparèrent leurs convois pour se rendre sur place: Goragniens, Azirs, Hommes-insectes, Ezkas, etc



Zaphyra, et sa couleur verte caractéristique.





L'Energium, sous forme solide.


La colonisation de Zaphyra débuta. Tout le monde s'occupa essentiellement de faire des forages et on trouva enfin l'Energium espéré, sous différentes formes (le plus souvent solide mais parfois liquide). L'exploitation et l'utilisation de l'Energium en étaient à leurs débuts et quelques accidents eurent lieu jusqu'à ce qu'on maîtrise tous ses caprices. Par exemple, le fort magnétisme de l'Energium qu'on ne savait pas maîtriser eut pour conséquences de drôles d'expériences, comme la construction de vaisseaux en bois pour le transporter.
Les colonies VoieLactiennes commencèrent à s'éparpiller sur ce bout de galaxie. Les chargements commencèrent à circuler entre Zaphyra et la Voie Lactée sans heurts, si ce n'est une légère rivalité entre empires, bien gentille comparée à la concurrence meurtrière qu'il y aura plus tard, lors de la seconde ruée vers l'Energium.

Cependant, on découvrit de drôles de sphères noires et luisantes de grande taille (celle de petites planètes) dans l'espace de Zaphyra. On ne put s'approcher pour les étudier car une étrange brume blanche repoussait ceux qui désiraient s'en approcher.
Sur la Voie Lactée, les bénéfices engrangés par les importations d'Energium étaient énormes. Ce furent surtout les Goragniens, Ezkas et Azirs qui dominèrent l'exploitation de la matière verte à cette époque… Jusqu'à ce que les Inergiques se réveillassent, sortant des sphères noires mystérieuses.
On dispose de très peu d’informations fiables sur eux, mais il s'agirait d'êtres très grands, blancs, lumineux et vaguement humanoïdes qui se nourrissent de l'Energium de Zaphyra, le dévorant jusqu'au bout avant de se mettre en hibernation dans des sphères pendant des siècles en attendant que l'Energium se reforme. C'est sans doute à cause d'eux et de leurs assauts qu'aucune autre civilisation ne s'est formée sur Zaphyra. Mais revenons à nos moutons.



Une des sphères noires (la photo est d'une rare qualité pour dire que c'est un document ancien).


Les Inergiques sortirent donc des sphères noires citées plus haut, déchirant leur surface et remarquant tout de suite la présence des VoieLactiens dans leur galaxie. Ils se présentèrent et demandèrent poliment aux VoieLactiens de s'en aller. Ceux-là refusèrent en bloc bien sûr, et se préparèrent d'emblée à entrer en guerre avec les Inergiques. Ces derniers se mirent alors à ignorer les VoieLactiens et à descendre sur les planètes de Zaphyra pour manger tout l'Energium à leur portée. Ils ne touchèrent pas aux installations VoieLactiennes: Leur seul but était de dévorer l'Energium et de retourner hiberner en attendant qu'il se reforme, pas d'entrer en conflit.
Pendant que les Inergiques se régalaient, les dirigeants de l'EAU se concertaient et se disputaient pour trouver un moyen de les stopper. La discussion fut longue et laborieuse, engrangeant les prémisses des tensions entre les Ezkas-Goragniens et les Azirs (Jekering et Blaze ne s'entendaient déjà pas très bien avec Josturi qui avait tendance à être arrogant et avare). Une solution fut finalement trouvée par les Goragniens, qui enfermèrent un Inergique dans une très couteuse cage d'antimatière. L'Inergique s'endormit aussitôt, imité par tous ses autres congénères: Ils avaient en effet une sorte de conscience collective et si l'un s'endormait, tous les autres l’imitaient. Le problème des Inergiques réglé, les VoieLactiens prirent et sauvèrent le maximum d'Energium qu'ils purent, ayant peur qu'une défaillance de la cage Goragnienne réveille à nouveau les Inergiques. Cependant, il en restait très peu, tant les Inergiques avaient été voraces…



Vague de révolutions [-73]:


Peu après la crise des Inergiques, alors que les empereurs se croyaient enfin tranquilles, il y eut un mouvement de révolutions contre le despotisme et la restriction des libertés dans la Voie Lactée. Ce mouvement réussit dans quelques dizaines de petits peuples. L'empire Padbra notamment, devint une démocratie (attention, ne pas confondre les Padbras avec leur homonyme animal, qui est mangé un peu partout dans la Voie Lactée). Dans les gros empires, bien sûr, cela ne réussit pas, ou n'eut pas lieu: Chez les goragniens par exemple, la construction sociale et la philosophie même de l'espèce n'était pas favorable à une république ou un système du genre.
La riposte des empereurs ne tarda pas. Jekering bombarda plusieurs nouvelles démocraties pour défendre le pouvoir des empereurs. Josturi désapprouva ses actes publiquement, augmentant ainsi les tensions déjà existantes entre les deux hommes. Jekering cessa néanmoins ses exactions.



Le commandant Jekering et Josturi 19e,
un jour où le premier était de mauvaise humeur et où le deuxième
avait particulièrement l'air d'un imbécile heureux.


Le mouvement révolutionnaire s'éteignit au bout de quelques mois, après avoir fait naître plusieurs démocraties, dont une partie seulement perdura (le tiers environ repassa sous des despotes après des épisodes sanglants, mais on ne va pas s'étendre là-dessus).

Zaphyra et ses merveilles se firent peu à peu oublier. Jekering noua des liens diplomatiques avec les Goragniens en donnant une femme Ezka à Blaze, en échange de quoi Blaze s'engageait à cloner Jekering. Il ne faut en effet pas oublier que les Goragniens vivent relativement peu de temps (autour de vingt ans), et que leurs dirigeants se faisaient cloner à la fin de leur cycle de vie afin de ne pas avoir à changer à tout bout de champ. Le goragnien épousa donc l’Ezka en question, une femme de poigne qui allait plus tard éclipser son mari : la fameuse Yarelle.
On peut également noter à cette période le retrait des Zintorgiens, Panzaliens ou encore Hommes-insectes de la scène internationale. Pour certains, c’était momentané, mais pour d'autres cela allait devenir quasi-définitif, leurs empires déclinant petit à petit.



Les ondes Zert [-72]:


À cette époque-là, on détecta des ondes mystérieuses venant en direction de la Voie Lactée, des ondes dont on ignorait et dont on ignore toujours l’origine. Ces ondes, que l’on baptisa du nom de son découvreur, Jean-Michel Zert, avaient la propriété de provoquer de grands chamboulements climatiques et géologiques dans les planètes qu'elles touchaient. Une catastrophe à venir donc…
Les scientifiques VoieLactiens se mirent à l'ouvrage pour trouver une solution. On mit au point des générateurs capables de stopper ces ondes. Mais le nombre immense de générateurs nécessaires à la protection de l’entièreté de la galaxie impliquait un grand besoin d'argent et de matériaux… Jekering lança un appel international pour subventionner l'ouvrage, ce qui fut fait. C'est une des trop rares fois où le peuple VoieLactien tout entier participa à une oeuvre commune sans s'entretuer, c'est assez exceptionnel pour le noter!

Quelques jours plus tard, les ondes frappèrent la Voie Lactée. Le bouclier tint bon pendant quelques minutes, avant de chauffer dangereusement. Les Ezkas utilisèrent alors leur botte secrète et ouvrirent d'immenses portails derrière le bouclier qui flanchait: après la dislocation du bouclier, ces portails interdimentionels absorbèrent une grande partie des ondes Zert restantes, les menant vers une dimension inconnue que seul les Ezkas connaissent, et qu'on espère sans habitants. Quelques ondes passèrent entre les gouttes et atteignirent tout de même la Voie Lactée, provoquant quelques troubles climatiques clairsemés dans la galaxie, mais globalement la galaxie fut sauvée. En quelques mois seulement, les reconstructions des endroits touchés par les ondes furent achevées.



Troubles Ezkas [-71]:


Alors que les affaires intérieures des Ezkas étaient jusqu'ici restées plutôt inconnues (surtout par le fait que 99% des Ezkas habitaient leur dimension où aucun VoieLactien ou presque ne s'introduisait), on entendit parler jusque dans la Voie Lactée de plans de révolution pour destituer Jekering et Jearda du pouvoir. Peu après, justement, Jekering disparut de la circulation. Il semblait que Jekering avait été destitué, au point qu'un testament de ce dernier fut envoyé à Androx Blaze (le dirigeant Goragnien et Jekering étant apparemment assez proches), par lequel il lui léguait une maison lui appartenant dans la Voie Lactée. Jekering réapparut néanmoins rapidement : il s’était réfugié dans la galaxie Zaphyra, en attendant que les choses se tassent.


Guerre Ezka-Goragno-Azirre [-71]:


Sur Zaphyra, Jekering prit l'initiative avec Androx Blaze d'inspecter leurs mines d'Energium encore en activité. Josturi 19e, l'empereur Azir, se trouvait aussi par hasard sur Zaphyra pour les mêmes raisons. Les trois dirigeants des trois principaux exploitants d'Energium se trouvèrent donc réunis… Pour le pire.
En effet, les tensions entre les trois hommes étaient à leur comble, opposant Blaze et Jekering à Josturi 19e. Les disputes entre eux dégénérèrent complètement: Les mines et forages Azirs furent attaqués par les mineurs Ezkas et Goragniens. Josturi 19e, voyant bien que ça risquait de mal tourner pour lui, rentra sur la Voie Lactée. Mais cela n'arrangea rien. Les Ezkas et les Goragniens décidèrent d'envoyer leurs flottes attaquer l'empire Azir. Josturi 19e, sans doute paniqué de voir la situation déraper complètement, ordonna une évacuation complète de son empire.

L’évacuation d’un empire entier, opération gigantesque, n’avait encore jamais été faite. Les Azirs semblaient cependant avoir prévu cette éventualité depuis longtemps: ils disparurent en quelques heures à peine. Nous savons aujourd'hui qu'ils étaient partis vers la galaxie d'Aziria, où leurs descendants se trouvent toujours, mais à l'époque, la disparition était pure et simple. Seuls les Azirs de Josturierra, la capitale, restèrent. Josturi 19e était de ceux-là, et avant que les flottes Ezkas et Goragniennes n'arrivent, la planète entière disparut.

Cette gigantesque disparition d’un empire entier reste unique dans l'histoire VoieLactienne. Quant à Jostusierra disparue, les avis divergent quant à son sort. Certains disent qu'elle aurait été téléportée dans une autre dimension (rien que ça!) pour pouvoir vivre en paix et sans concurrents. D'autres qu'elle aurait été transportée dans le passé au moment de son apparition, formant ainsi une boucle temporelle pour Jostusierra, et aussi pour les Azirs se trouvant dessus qui seraient donc les descendants de leurs descendants.

Toujours est-il que l'empire Azir disparut de la circulation. Et même des mémoires : par on ne sait quelle technologie ou artefact magique (peut-être un peu des deux), les Azirs avaient créé des appareils faisant disparaître de la mémoire des VoieLactiens leur existence même. Mais vous vous doutez bien que les effets de ces appareils ne durèrent pas éternellement, vu que je vous parle de ses évènements en ce moment…



Arrivée des Passifs [-70]:


Peu après la disparition des Azirs, d'étranges créatures vinrent dans la Voie Lactée, venant d'une galaxie lointaine qu'on allait appeler plus tard la galaxie Passive, en raison de ses habitants, les Passifs. Ces créatures, grandes, obèses et vertes, portant toujours une barbe accueillante et souriant volontiers, prônaient la paix et le calme comme art de vivre, allant de galaxie en galaxie (les VoieLactiens étaient les huitièmes qu'ils visitaient) pour partager leur philosophie. Les Passifs demandèrent, d'une voix calme, une séance de l'EAU. Ils étaient arrivés pendant une période troublée: Les Ezkas et goragniens se demandaient toujours pourquoi ils avaient rassemblé leurs flottes contre un ennemi dont ils ne se souvenaient plus, et Jekering peinait à stabiliser son empire (un certain Ezka nommé Dephedos semblait partager le pouvoir avec lui, si bien que les deux furent présents dans la séance de l'EAU, dans des sièges différents).
Le discours du Passif venu rendre visite aux VoieLactiens ne s'est pas perdu (plus on avance dans le temps, plus les documents et enregistrements sont de meilleure qualité), en voici la restitution, à partir de l'enregistrement audio:


« Bon bon bon… Mes amis, nous sommes le peuple des Passifs. Nous venons d'une lointaine galaxie. Nous avons évolué et dominé toute notre galaxie grâce à la diplomatie. Jamais de violence! Notre peuple vit en paix et dans le bonheur total. La seule violence qu'ils voient est celle de leurs jeux vidéo hollographiques, et encore...
Bref, nous sommes des pacifistes, nous les passifs. Au bout d'un long moment, nous décidâmes de partager notre savoir aux autres galaxies, qui entrèrent dans notre empire. Les galaxies soumises sont comme nous: en paix et sans violence. Au total, sept galaxies sont passées dans notre camp. Vous êtes la 8ème que nous rencontrons.

Alors, acceptez-vous notre proposition: Être intégrés à notre empire, en échange de notre philosophie, de notre paix, de notre sérénité, puis vivre heureux pour toujours? »


Le scepticisme domina chez les dirigeants VoieLactiens, voire même agressivité : Jekering descendit de son estrade pour aller donner des coups de poing dans le ventre mou du Passif.



Un Passif.


Les Passifs n'en tinrent pas compte, apparemment habitués à ce genre d'accueil lors de leurs premières apparitions dans une galaxie qu'ils voulaient convertir. Ils quittèrent la salle de l'EAU, laissant les empereurs perplexes ou indifférents, selon les cas. Puis ils sillonnèrent la galaxie par petits groupes pour partager leur philosophie… Ils convertirent quatre petits empires en à peine quelques mois. Ces empires augmentèrent considérablement leur niveau de vie. La plupart des autres empires les ignorèrent, ne les jugeant pas dangereux pour le moment. Ils devaient s'occuper de leurs peuples, et d'autres problèmes comme par exemple les restes des Illuminés qui continuaient à agiter la population.
Les Panzaliens continuaient à coloniser, désormais gouvernés par Panzale Second.L'Ordre des Khighters fondé par Pangoustix s'était éteint: Il avait été détruit lorsqu'il avait occasionné une guerre civile dans la Fédération, massacrant 5 planètes Panzaliennes, avant d'être vaincu. Pangoustix périt avec son Ordre, qui avait fini bien loin de ses anciennes valeurs de justice. Dans le même temps, il semble que Jekering et Blaze se lançaient souvent en duo dans des expéditions privées, laissant le commandement de leurs peuples à d’autres.
Les Passifs continuèrent à convertir plusieurs peuples, tout en étant la cible d'assassins et de malades en tout genre, mais sans jamais se résoudre à la violence.

Les Ezkas se montrèrent particulièrement virulents à l'égard des Passifs (leur culture était en effet basée en grande partie sur la violence), si bien que le Roi des Passifs en personne vint essayer de les raisonner, les emmenant visiter des galaxies déjà converties à leur façon de vivre. Cela eut un effet inattendu : Jekering devint subitement pro-passif. Ce ne fut pas le cas de Panzale II, l'empereur panzalien, qui mit en place, comme nombre de ses confrères, des lois anti-passifs. Mais la passif-attitude continuait à faire des adeptes, chez les gogoliens par exemple.



Arrivée des Rougiens [-70 à -65]:


Le capital sympathie des Passifs augmentait. Au bout de deux ans, ils proposèrent aux dirigeants de la Voie Lactée de construire un grand bouclier de leur fabrication autour de la galaxie, du même modèle que celui de leur propre galaxie. Un bouclier sensé être inviolable et indestructible…
Sa construction fut décidée et cela tomba particulièrement bien. Les observatoires de la galaxie détectèrent en effet une grande flotte extra-galactique en approche, envoyant des messages hostiles à la Voie Lactée. La flotte stoppa net lorsqu’une partie de ses croiseurs s'écrasa contre le bouclier Passif. Décontenancés, les mystérieux ennemis disparurent dans l’espace. En raison de la couleur rouge de leurs vaisseaux, on les appela les Rougiens, bien qu’eux-mêmes se désignent sous le nom de Fléaux.

Les VoieLactiens eurent donc la paix un moment, pendant que les Passifs continuaient à partager leur philosophie avec plusieurs peuples, se faisant de moins en moins maltraiter. Une période de paix comme il y en a rarement eu. Freeza, l'empereur Zintorgien, fit aussi sa réapparition en public, toujours en forme, fidèle à sa réputation d'empereur jamais vieillissant.

Mais au bout d'un moment, quelques troubles agitèrent à nouveau la galaxie. Par exemple, la planète-capitale des panzaliens (Verelly) fut menacée par une étoile à neutrons...Panzale II ordonna l'évacuation de la planète, aidé par le Carveau, immense vaisseau des Zintorgiens. Les habitants de Verelly furent évacués en bonne et due forme, sauf Panzale II, seule victime panzalienne de la catastrophe, qui périt pour ainsi dire avec son navire. Il fut succédé par l'empereur Panzale III.
Coté Goragnien, Androx Blaze céda le pouvoir à sa femme Yarelle, qui allait le garder pour un bon bout de temps.



Chute des Passifs et Guerre Rougienne [-65 à -63]:


Les Rougiens n’avaient pas chômé. Grâce à des espions, ils parvinrent à déceler une faille dans le bouclier VoieLactien : il était dépendant d'un générateur se trouvant dans la galaxie Passive. Un agent Rougien parvint à pénétrer dans la galaxie Passive en se déguisant en Ezka et fit exploser ce méga-générateur, détruisant le bouclier Passif et, par conséquent, le bouclier VoieLactien. Très vite, ce fut la confusion générale dans ces deux galaxies. Les Passifs étaient paniqués, d'autant plus que le Roi Passif fut rapidement tué par les Rougiens qui attaquèrent leur galaxie, obligeant les Passifs à fuir ou à se faire massacrer (leur technologie était uniquement défensive). Des millions de Passifs vinrent demander refuge dans la Voie Lactée, alors que leur galaxie était écumée par les Rougiens, qui ne tardèrent pas à lancer un message aux VoieLactiens, promettant leur mort prochaine. La culture de ces Rougiens était à l'opposé de celle des Passifs: Chez eux, c'était la guerre et la violence qui primait.

La destruction des boucliers eut une autre conséquence inattendue : Les ondes de choc de sa destruction désactivèrent les appareils Azirs restés sur la Voie Lactée, ceux qui produisaient des émissions faisant oublier les Azirs aux autres VoieLactiens. Les Azirs restés sur la galaxie d'Aziria s'en aperçurent, et s'empressèrent de s'expliquer auprès de la communauté internationale qui les écouta d'une oreille distraite, car ils avaient une guerre contre les Rougiens en perspective. Les Aziriens étaient dirigés par Josturi 3,5ème, nom barbare pour désigner un fils caché de Josturi 3e ayant été cryogénisé à l'époque de l'après-guerre d'Andromède pour diriger les Azirs le jour ou leur hypothétique évacuation aurait lieu. Pendant que les empires et nations de la Voie Lactée s'affairaient, préparant leurs flottes en prévision de la guerre, et que les Rougiens terminaient de ravager la galaxie Passive, une partie des Azirs d'Aziria revint sur la Voie Lactée. Le mal du pays sans doute.

Les préparatifs à la guerre furent agités. Les Ezkas manifestèrent leur peu d'enthousiasme à s'engager dans la guerre (après tout, ils étaient bien à l'abri dans leur dimension), si bien que Yarelle, la femme Ezka de Blaze et dirigeante de l'empire Goragnien, eut recours au chantage et kidnappa la reine Jearda (sa soeur) pour convaincre les Ezkas d'engager des troupes dans la guerre à venir. Les Ezkas se laissèrent convaincre après de laborieuses négociations entre Jekering et Blaze. Les Rougiens, pendant ce temps, avaient fini de saccager la galaxie Passive, détruisant des planètes à foison, et s'approchaient dangereusement de la Voie Lactée.

La Police Clone et les clono-droïdes panzaliens furent en première ligne lorsque les Rougiens lancèrent leur attaque, près du centre de la galaxie. Les clones eurent des pertes énormes en tentant de stopper l'immense vague de vaisseaux Rougiens. Les autres flottes ne tardèrent pas à s'inviter à la fête. Les Goragniens, en marge du combat, se chargèrent de détailler l'armada Rougienne, de manière à recueillir de précieuses informations pour les combattre… Ils décelèrent ainsi la présence d'une entité appelée « Perfection » par les Rougiens, apparemment leur plus grand guerrier.
Après de longues minutes, les Rougiens se retirèrent. Ils étaient apparemment venus tester la puissance de feu des VoieLactiens. Ils revinrent en force deux jours plus tard à peine. Malgré les efforts des forces VoieLactiennes en présence, dont la Police Clone qui pansait encore les blessures du premier assaut, les Rougiens parvinrent jusqu'à la station de l'EAU, et la détruisirent. Il s'agissait de la même salle de l'EAU qui avait vu la guerre de l'UR et qui avait été réparée à la fin de celle-ci, c'est donc un lieu historique qui disparut ce jour-là…
Mais les Rougiens ralentirent devant la hargne VoieLactienne. Les Zintorgiens engagèrent leur USS Galaxy dans la bataille, causant de lourdes pertes dans les rangs pourtant nombreux des Rougiens, pendant que la flotte Panzalienne donnait tout ce qu'elle avait sur l'ennemi commun des VoieLactiens.
Puis une nouvelle force de frappe Rougienne s'engagea dans la bataille. Il s’agissait d'une arme géante, canon gigantesque que les Rougiens appelaient « l'Arme ». L'Arme tira dans la première branche de la galaxie, calcinant et endommageant des dizaines de planètes. Une technologie meurtrière et dévastatrice, rappelant les armes plus extrêmes encore des Brochentachtreusse. Après ce premier tir, la destruction de ce canon devint une priorité pour les troupes VoieLactiennes. Heureusement, une arme aussi puissante était aussi très lente à recharger… Les Azirs d'Aziria ne tardèrent pas à s'inviter dans la bataille, aidant les Panzaliens à aborder l'Arme, dans l'espoir de la retourner contre les Rougiens. Une troupe de Loups Gris et de panzaliens guidés par radio par Freeza y parvint, mais un système d'auto-destruction détruisit le canon et ses occupants.

À peine l'Arme avait été détruite que Perfection, la mystérieuse entité respectée par les Rougiens, fit son apparition sur le champ de bataille, surgissant du milieu de ses troupes sous la forme d’un énorme vaisseau en forme de tête de dragon. Passé l'effet de surprise, les VoieLactiens se concertèrent pour vaincre ce nouveau « boss » de l'armée Rougienne. On remarqua que le vaisseau était semi-organique, et on décida de l'aborder. Cependant, il était impossible d'approcher de cette machine à tuer. On téléporta donc de l'infanterie à l'intérieur même de la tête de dragon, car ce plan était assez culotté pour ne pas avoir été prévu par les Rougiens. Androx Blaze, Panzale III, et de l'infanterie de leurs empires respectifs apparurent donc dans Perfection.
A l'intérieur de la « bête », ils furent accueillis par des esclaves-soldats des Rougiens, mais parvinrent à progresser jusqu'à la salle où se trouvait Perfection, non plus le vaisseau mais l'individu. Celui-ci tenait dans une cage de verre le Roi des Rougiens. Une trahison dans le camp de l'ennemi? Les VoieLactiens sautèrent sur l'occasion et dirent aux Rougiens que leur chef était prisonnier de Perfection, alors que ce dernier leur avait jusque-là dit que le Roi Rougien avait été tué par des VoieLactiens. La confusion gagna les rangs Rougiens, qui se retournèrent contre le gigantesque vaisseau-dragon, permettant ainsi aux troupes VoieLactiennes en extérieur d'attaquer avec plus d'efficacité. A l'intérieur, on dit qu'un duel au sabre eu lieu entre Perfection, acculé de toutes parts, et Panzale III. Un duel épique, comme il se doit, au milieu des combats et des explosions, qui finit par voir la victoire de Panzale III.
Les Rougiens cessèrent rapidement les hostilités, en proie au doute comme jamais auparavant : leur philosophie ne permettait pas l'échec, maintenant qu'ils y avaient gouté, beaucoup de choses se remettaient en question chez eux. Ils ne s'enfuirent pas de manière désordonnée mais partirent dans le calme et en formation. On allait désormais les appeler Rosiens, en mémoire de leur changement de doctrine. La guerre Rougienne avait occasionné de lourdes pertes dans les deux camps, et il était temps de panser les plaies.



Après-guerre [-63]:


Chacun reconstruisit ses flottes, et les habitants de la première branche s’occupèrent de sauver les planètes qui pouvaient l’être parmi celles qui avaient été touchées par l’Arme.
Et les Passifs dans tout ça? Ils se débrouillaient comme ils pouvaient, réfugiés en grande partie chez les Ezkas pendant la guerre, un peu oubliés de tous. Rapidement, les survivants Passifs se rassemblèrent et partirent se réfugier dans une des galaxies qu’ils avaient converties (la leur étant en grande partie ravagée). On n'entendit plus parler d'eux, mais la passif-attitude perdure encore chez certaines communautés réduites, dans quelques coins de la galaxie.

L'EAU n'avait plus de station, il fallut plusieurs années pour en reconstruire une nouvelle. Ça ne l'empêcha pas d'exister et même de faire des bonnes actions (!!!) lorsque Freeza aida financièrement des petits peuples ruinés de la 1ère branche.



(Re)émergences[-63 à -52]:


Une période de paix (à une échelle galactique) suivit l'après-guerre. Certains empires resurgirent de l'ombre, comme par exemple l'empire Auch, commandé par l'empereur Kiven II, dont on n'avait plus entendu parler depuis la fin du Premier Age. Les Auchs se remirent à interagir avec les autres empires et à développer leur commerce. À la même époque apparut également la fameuse émission préférée des Goragniens « Regardez pousser le gazon ».



ATTENTION, SPOILER: image de fin de « Regardez pousser le gazon », saison 1.



Il y eut des troubles dans la Fédération Panzalienne. Un mouvement séparatiste mit le pouvoir de Panzale III à mal, et ce dernier fut tué dans un attentat. Il fut remplacé au pouvoir par un régent, en attendant que le petit Panzale IV (encore nommé Pierre-Marie à l'époque) grandisse.
On peut noter aussi l'arrivée sur la scène galactique de l'empire Yourk, aliens humanoïdes sans oreilles à tête de castor connus pour leur sens aigu de l’honneur et de la discipline que d’aucuns voient comme de la naïveté. Lors de leurs premiers pas dans l'ère spatiale, étaient gouvernés par l'empereur Zesk 1er. Ils prirent contact avec la communauté galactique au sortir d'une guerre avec un peuple voisin, les Assias.



Un Yourk sous trois tonnes d'armure (avant leur mutation).


L'empire Azir s'était rétabli dans la Voie Lactée et Josturi 3,5 devint connu (et/ou détesté) pour ses proverbes. La superficie de leur territoire était moins grande qu'auparavant, car une bonne partie des Azirs avait préféré rester sur Aziria. Coté Zintorgien, on découvrit sur une planète des Brochentachtreusses au stade tribal. La communauté internationale laissa les Zintorgiens s'occuper seuls de cette bizarrerie.



Création de la Hot Goule Company [-52]:


Il s'agit d'un des évènements les plus glauques de l'histoire VoieLactienne, ce qui explique pourquoi nombre d'empereurs et de lobbies se sont acharnés à la faire oublier. Mais les faits sont là.



Modélisation d'un membre de l'empire des Goules.



L'empire Yourk, ayant intégré l'EAU, demanda de l'aide pour vaincre un petit empire ennemi qui les assaillait pour des raisons restées inconnues, l'empire des Goules. Les Panzaliens et les Zintorgiens prirent l'affaire en main en bombardant et détruisant les villes des planètes Goules, qui se rendirent rapidement. Ça urait pu s'arrêter là. Mais Freeza, empereur Zintorgien, et Panzale IV (qui avait atteint l'âge requis pour exercer en tant qu'empereur panzalien) en décidèrent autrement et firent déporter les populations Goules pour… Les manger. Ils poussèrent le vice jusqu'à créer une chaîne de fast-food dispensant de la viande de Goules, la Hot Goule Company, réduisant les pauvres Goules au rang de bétail obligé de travailler à cuire ses congénères avant de passer lui-même au four.

Une véritable campagne de désinformation a toujours eu lieu autour des Hot Goules (afin que les consommateurs oublient que c'est de la viande de créature intelligente qu'ils ont dans leur assiette), et cette désinformation a toujours porté ses fruits. La Hot Goule Company est devenue un véritable lobby commercial. Toutes les campagnes ou personnes ayant tenté de dénoncer la provenance de la viande se sont heurtées à un mur ou ont vite été tournées en ridicule.
Certains affirment qu’à force de vivre dans des conditions déplorables et absolument indécentes, les Goules ont perdu leur condition de créatures intelligentes. Certains affirment que cela enlève l'immoralité de la chose, d'autres proclament qu'au contraire, ça ne rend l'affaire que plus détestable. Quoi qu'il en soit, les Hot Goules continuent à être un grand lobby galactique, dirigé par les panzaliens et les zintorgiens.



Guerre de la Galaxie Verte [-52 à -50]:


La Guerre de la Galaxie Verte est la dernière des guerres intergalactiques survenues à cette époque-là. Tout commença par l'arrivée d'un vaisseau étrange (cylindre noir entouré de cercles lumineux) dans la nouvelle capitale Azirre, Ziria. Un être étrange en sortit et commença à poser d'étranges questions à Josturi 3,5 venu pour l'accueillir, ainsi qu'aux autres empereurs et dirigeants qui ne tardèrent pas à rappliquer. Des questions sur l'émotion et les sentiments, alors qu'on s'attendait plutôt à un « où est votre chef ».

Une flotte de vaisseaux semblables arriva dans la galaxie, de manière pacifique. Les VoieLactiens, ne sachant pas top quoi en penser, ne firent rien. Mais après quelques semaines, on se rendit compte que les émotions des VoieLactiens étaient moins fortes qu'auparavant, même s’il est dur de mesurer cela objectivement. On avança alors la thèse que ces êtres étranges (des humanoïdes de près de 3 mètres de haut de couleur sombre selon les récits) se « nourrissaient » des émotions VoieLactiennes.



Un des rares représentations de Nightaroramiens connues. Il s'agit d'un tableau
impressionniste fait par un Azir, ce qui le rend peu fiable.


Les VoieLactiens firent part de leur mécontentement – modéré, du coup – ce qui poussa une partie des habitants de cette galaxie lointaine, qui se nommaient entre eux les Nightaroramiens, à attaquer la Voie Lactée. Une autre partie d’entre eux ne fit rien, et le restant défendit les VoieLactiens. La confusion était totale. Au bout d'un moment, alors que les flottes de l'EAU étaient déjà entrées dans la bataille, les Nightaroramiens retournèrent à leur galaxie, la Galaxie Verte, située deux fois plus loin qu'Aziria, à ne pas confondre avec Zaphyra, également de couleur verte. Ils laissèrent un message aux VoieLactiens, affirmant que les émotions de leurs morts étaient délicieuses (on ne sait toujours pas comment, scientifiquement parlant, on peut se nourrir d'émotions). Les VoieLactiens, rudement touchés par la bataille, ne voulaient pas laisser cet affront impuni, comme en témoigne cet extrait de discours de Panzale V (ayant depuis peu succédé à son père Panzale IV) à la séance de l'EAU qui suivit l'évènement:

« Les Altérans (nda: une race panzalienne issue du métissage des 4 autres) et Zintorgiens se préparent à attaquer avec des armes de destruction massives les Nightaroramiens, pour leur montrer ce qu'il en coûte de nous déclarer la guerre! Ils se croient au restaurant? ils croient que l'on est un produit à consommer et qu'ils s'en iront comme ça en donnant deux trois billets? Ils vont subir notre courroux! »

Pendant la bataille, on avait capturé un des Nightaroramiens qui révéla les coordonnées de la Galaxie Verte. Les Panzaliens furent les premiers à s'y rendre pour lancer l'attaque de représailles, aidés par des flottes Goragniennes. Cependant, une fois arrivées dans la Galaxie Verte, ils se rendirent compte qu'ils étaient en sous-nombre face aux Nightaroramiens et reculèrent en catastrophe. La guerre semblait mal partie, mais une fois rentrés sur la Voie Lactée, les VoieLactiens reçurent la visite d’une faction de Nightaroramiens dirigés par un certain Verkarum affirmant vouloir les aider. Comme on a pu le voir lors de la première bataille de cette guerre, les habitants de la Galaxie Verte n'étaient pas unis dans un seul camp, et c'est en partie ce qui permit aux VoieLactiens de s'en sortir. L'attaque de la Galaxie Verte fut à nouveau programmée, mieux organisée et avec la présence des Zintorgiens et des alliés Nightaroramien. Les Ezkas ne voulurent pas se mouiller dans ce conflit, se jugeant peu concernés par la guerre. Les Azirs, eux, engagèrent quelques troupes après les demandes des autres dirigeants, sans réel enthousiasme.

Le deuxième voyage des forces de l'EAU vers la Galaxie Verte fut donc le bon. L'arrivée de leurs flottes ne fut pas remarquée (grâce à une ruse de Verkarum, dit-on), et ils purent se positionner avant la bataille, allant jusqu’à construire des fortifications sur diverses planètes. Lorsque leur présence fut découverte, la guerre sur la Galaxie Verte était déjà devenue une guerre de positions. Les Nightaroramiens, si prompts à pomper les émotions, n'étaient pas pour autant aussi féroces que les Rougiens, et la situation stagna pendant plusieurs semaines.
Et puis, pour éviter une guerre longue et usante, l’EAU décida de lancer l'assaut général. Le combat s’engagea et resta incertain longtemps, chaque camp prenant l'avantage sur l'autre à tour de rôle. Cependant, un élément inattendu allait changer la donne en faveur des armées de l'EAU: La Galaxie Verte commença à s'effondrer.
On n'en connait pas la raison, mais elle n'est sûrement pas naturelle, et les VoieLactiens n'y sont pour rien : les technologies capables de raser une galaxie avaient été emportés par les Brochentachtreusses. De quoi pouvait-il s'agir alors? Une guerre interne Nightaroramienne? On ne le sut jamais. La Galaxie Verte s'effondra et se désagrégea, son centre galactique émettant des pulsions sinistres. Les flottes de l'EAU se hâtèrent d'organiser une fuite désordonnée.



La Galaxie Verte se désagrégeant (photo en couleurs prise d'un vaisseau gogolien).


Le cataclysme qui balaya cette galaxie ne laissa apparemment pas un Nightaroramien vivant. On ne les revit plus, sauf Verkarum (souvenez-vous, le Nightaroramien qui voulait aider les VoieLactiens) qui erra encore pendant des années dans notre galaxie. Deux petits amas galactiques se formèrent à partir des ruines de la Galaxie Verte, et sont encore visibles aujourd'hui (elles furent colonisées par quelques VoieLactiens, mais rien ne s'est jamais vraiment développé là-bas). Une fois rentrées, les forces de l'EAU durent procéder aux reconstructions de flotte d'usage...
Cependant, la guerre laissa un goût étrange aux VoieLactiens, car elle leur avait donné l'impression d'avoir été que des acteurs entres les litiges des Nightaroramiens, et ils n'avaient pas compris grand-chose à la plupart des éléments du conflit (l'aspiration des émotions, la destruction inexpliquée de la Galaxie Verte). Comme les historiens, d'ailleurs.



Départ des Ezkas [-50 à -4]:


Les Ezkas avaient été absents pendant toute la guerre de la Galaxie Verte. Ils semblaient avoir pris peu à peu leurs distances avec les VoieLactiens depuis la Guerre Rougienne, lorsqu’on leur avait forcé la main pour participer à l’effort de guerre. Cependant, le message qu’ils envoyèrent du jour au lendemain à leurs alliés VoieLactiens surprit quand même tout le monde.

"Nous, les Ezkas, avons téléporté toute notre galaxie vers une époque et une destination inconnue, dans notre dimension.
Il ne s'agit jamais que de notre 7éme migration, nous sommes toujours partis quand nous nous ennuyions, quand nous nous lassions, on est toujours partis au bout d'un moment.

Merci et au revoir"


Une sortie aussi abrupte et mystérieuse que leur arrivée. La communauté internationale, perplexe, ne put pas en apprendre plus, la dimension Ezka n’étant accessible que par les portails que les Ezkas eux-mêmes contrôlaient. On n'entendit plus jamais parler de Jekering, de Jearda ou encore de Tête de Mort. On dit que quelques Ezkas restèrent dans la Voie Lactée, mais ils demeurèrent introuvables, et n’existaient pas en tant que nation.



Période de calme [-50 à -4]:


Peu après qu’Androx Blaze se marie avec sa deuxième femme, Serris, une goragnienne ayant la réputation de ne pas être commode, la Voie Lactée connut une chute de météorites générale: il s'agissait des débris d'Andromède qui retombaient sur la Voie Lactée. On activa les canons anti-météorites ainsi que le vieux bouclier à moitié détruit qui avait servi à stopper les ondes Zert autrefois. La pluie fut donc limitée, mais occasionna tout de même des dégâts qui furent rapidement réparés. Panzale V mourut durant ces années, blessé par ses animaux de compagnie, et fut succédé par Panzale VI.
Après autant d’évènements galactiques, la paix s'installa pendant environ une quarantaine d'années. Tout le monde la mit à profit pour développer son empire (Les Yourks par exemple étendirent leurs frontières). Les tensions entre empires étaient calmées, et Josturi 3,5e vieillissait…

Durant la fin de cette période, Un nouvel empire apparut dans la communauté internationale : l'empire Parkan. Les parkans ressemblent à des hommes-chats à queue de loup, et avaient une philosophie assez anarchiste basée sur la beuverie et la bagarre. Chose curieuse lorsqu'on sait qu'ils allaient un peu plus tard combattre la piraterie.
Ils étaient gouvernés par l'impératrice Shadka, une parkanne au caractère de chien qui avait pris le pouvoir par un coup d'état. L'empire parkan commença à commercer en vendant de l'alcool de haute qualité (mais ô combien fort) aux autres peuples, notamment leur fameux « arrache-gosier ». En même temps qu'eux apparurent aussi les Zaorlas, petits écureuils aux couleurs vives et fluo tenant souvent compagnie aux Parkans. Les Zaorlas parlent et vivent dans des villes souterraines, mais leur apparence d’animaux mignons leur a souvent valu d'être pris pour des animaux de compagnie.En conséquence, la plupart des Zaorlas vivant aujourd’hui sont dans élévés pour leur viande par les Panzaliens (qui les considèrent comme des bêtes à viande non intelligentes comme pour les Goules). Les Zaorlas «libres» semblent avoir disparu, à moins qu’ils ne se cachent.

Certains empires étaient sur le déclin, comme l’empire des Hommes-insectes gouverné par Giroo. Les Goragniens avaient un peu évolué socialement, devenant plus violents qu'auparavant. Yarelle, à force d'être en contact avec le phazor, finit par être elle aussi « corrompue », comme les autres goragniens: sa peau devint grise et ses cheveux blancs.



Guerres Assias et apparition des Blorks [-4]:


Il convient de noter la défaite temporaire des sempiternels ennemis des Yourks, les Assias. Ces derniers menaçaient l'empire Yourk et ce dernier demanda l'aide internationale. Les Hommes-insectes se joignirent à eux, suivis par les parkans qui avaient été victimes d'attaques Assias sur leurs planètes, ainsi que d'une partie de la Police Clone. Les Assias battirent en retraite, mettant fin à cette période d’escarmouches.
Peu après cette guerre apparut l'empire des blorks (des créatures bleues hexapodes), connus pour ne pas être doués en diplomatie. Ils furent toujours un froid avec les Yourks pour des raisons inconnues.



L'Alliance Pirate [-4]:


Les pirates spatiaux ont toujours été une épine dans le pied de tous les peuples. Insaisissables et agaçants, ils sont la plaie des convois de vaisseaux marchands. Cependant, ils n'avaient jamais vraiment été très gênants, surtout pour les gros empires qui protégeaient leurs convois de manière à ne laisser aucune chance aux pirates équipés d'armes et de vaisseaux rudimentaires. Pourtant, on nota bientôt des activités pirates plus téméraires que la normale : les pirates, qui n'œuvraient que par petits groupes, semblaient s'être regroupés sous la forme d'une alliance, l'Alliance Pirate (AP). Plus forts, ils purent donc se permettre d'attaquer des convois plus gros, et d'amasser plus de richesses.

Les Parkans se sentirent tout de suite concernés par la chose. En effet, leur nation était à l'origine une nation de pirates et de brigands, avant de s'organiser dans une véritable civilisation, où les chefs se succédaient par coups d'état. C'était le cas de l'impératrice Shadka, qui avait battu le record de temps passé au pouvoir.



Portrait de Shadka.


Les grandes nations, le quatuor de tête étant les Zintorgiens, les Goragniens, les Panzaliens et les Azirs, n'accordèrent pas d'importance à ces attaques. Ils continuaient à vaquer à leurs occupations et à leurs tensions. En effet, les Blorks, soutenus par les Panzaliens, étaient en froid avec les Yourks, soutenus par les Zintorgiens, et les existaient également quelques tensions entre Goragniens et Panzaliens. Ces derniers changèrent aussi d'empereur, Panzale VI venant de mourir intoxiqué par une cacahouète. Ce fut son frère Panzale VII qui lui succéda. De son côté, Verkarum, le dernier Nightaroramien connu, continuait à errer dans la galaxie, avec sous sa protection un jeune Ezka nomme Haron Tis, sans doute issu des Ezkas étant restés sur la Voie Lactée, dans un coin inconnu. Ils disparurent au fil des années, ignorés de tous.

Mais les pirates sévissaient toujours… Les empires commençaient peu à peu à s'intéresser à leur cas, mais à peine. Seuls les Parkans s'en occupaient vraiment et tentèrent la diplomatie, faisant valoir leur origines pirates pour tenter de sympathiser avec l'Alliance Pirate. Mais ils ne reçurent que des moqueries, notamment de la part de Trachy, l'un des 6 chefs de l'organisation, parkan de naissance. L'honneur Parkan était atteint : Shadka piqua une crise de colère et se jura d'étriper Trachy de ses propres mains. Les Parkans commencèrent à piéger quelques vaisseaux pirates grâce à des convois factices où se cachaient des soldats à la place de la marchandise. Les représailles de l'AP furent sanglantes: les pirates pillèrent et ravagèrent une colonie parkanne. Les Parkans ripostèrent en exécutant les pirates prisonniers. La communauté internationale finit par s'intéresser à l'affaire et une embuscade anti-pirates fut organisée par plusieurs nations lors d'une grande attaque pirate projetée sur la capitale Parkanne, attaque dont les Parkans avaient eu vent grâce aux prisonniers. Les flottes de l'EAU et la Police Clone firent fuir les pirates par leur nombre. On les poursuivit: la flotte de l'AP était déjà hors de portée, mais on découvrit trois planètes sur lesquelles des planques pirates avait été implantées… Deux d’entre elles étaient désertes, mais sur la troisième on dut faire face à des membres de l'AP n'ayant vraisemblablement pas eu le temps de fuir avant l'arrivée des forces de l'EAU. Le combat fut bref, et on découvrit Trachy au milieu des prisonniers.

Shadka le réclama, évidemment, et l'interrogea de manière un peu trop musclée: Trachy fut dans les pommes pour les trois prochains mois, durant lesquels les empereurs se désintéressèrent encore de l'AP. Trachy fut alors à nouveau interrogé par Shadka et Josturi 3,5. Il se montra plus docile et promit de servir de guide pour dépister une grande planque pirate. Les deux dirigeants, bientôt rejoints par Giroo, l’empereur homme-insecte, allèrent personnellement sur la planète en question. Mais il s'agissait d'une ruse de Trachy, qui livra les trois empereurs (et Spink, le Zaorla conseiller de l'impératrice parkanne) entre les mains de ses collèges pirates. Pendant plusieurs jours on n'eut plus de nouvelles des dirigeants jusqu'à ce qu'un appel de détresse en provenance de la planque des pirates soit entendu: Giroo demandait à ses soldats hommes-insectes de venir l'aider.
Voici ce qu'il s'était passé: Quelques jours après la capture des trois empereurs, les autres pirates commencèrent à ne plus respecter Trachy: Il ne voulait pas exécuter les empereurs comme ils le voulaient mais demander une rançon en échange. Ils commencèrent à désobéir à Trachy et exécutèrent le vieux Josturi 3,5 sans demander son autorisation. Trachy, voyant que la situation lui échappait, fit évader Shadka, Giroo et Spink. Seulement, ils ne tardèrent pas à être poursuivis par les pirates alertés, et Giroo dut lancer son appel à l'aide à bord d'un vaisseau pirate trouvé et volé par Spink dans un des hangars de la planque.
La bataille éclata à l'arrivée des troupes hommes-insectes, bientôt suivies par la Police Clone et les troupes Azirres, commandées par Josturi 20e venu venger son père, ainsi qu'un vaisseau Goragnien qui recueillit les fugitifs: Trachy, Shadka, Giroo et Spink furent en sécurité (après le tabassage de bienvenue traditionnel des goragniens).

Shadka prit Trachy sous sa protection – les autres empires voulant l'exécuter même s’il avait organisé l'évasion. Et là, la chose la plus inexplicable arriva: Les deux tourteraux tombèrent amoureux, faisant les choux gras de la presse. Dans les mois qui suivirent, Trachy aida à démanteler les planques de l'AP, qui fut dans la débandade la plus totale. Mais au même moment, sur la galaxie Zaphyra, les Goragniens venaient de faire une découverte étrange…



Deuxième ruée vers l'Energium [-3]:


Les Goragniens furent les premiers à avoir l'idée de retourner auprès des mines d'Energium délaissées depuis des années sur Zaphyra… Toujours dirigés par Yarelle, la femme d'Androx Blaze (qui devenait connue pour son goût pour la torture), ils inspectèrent la galaxie plus ou moins en secret, et finirent par annoncer leurs découvertes: Les Inergiques, endormis lors de la première ruée, avaient disparu...Où étaient-ils passés? On ne l'a jamais su, mais on ne les revit plus avant longtemps.
Les grandes nations VoieLactiennes furent tout de suite enthousastes pour un retour sur Zaphyra. Les colons de Zaphyra qui avaient été délaissés là depuis des années réintégrèrent leurs empires. Cependant, souvenez-vous, il ne restait plus beaucoup d'Energium sur Zaphyra… Il devint donc encore plus précieux que lors de la première ruée, ce qui allait conduire à des violences faisant dégénérer la situation.


Début de la ruée sur Jupiter-2 [-3]:


Une planète en particulier contenait beaucoup d’Energium : La grande et mythique Jupiter-2. Cette planète au climat aride était l’une des rares à ne pas avoir été exploitée auparavant et à ne pas avoir été vidée de son Energium par les Inergiques lors de leur réveil. Dès que sa découverte s’ébruita, ce fut très vite la ruée. Cette fois, ce ne furent pas seulement des compagnies au service d’états qui y participèrent: des pauvres et miséreux de la galaxie entière vinrent tenter leur chance sur Jupiter-2. La plupart pour y trouver la mort, hélas.

Pendant ce temps, sur la Voie Lactée, l'AP était toujours en mauvaise posture à cause de Trachy, et leurs planques continuaient à être démantelées. Mais les pirates commencèrent à changer de planques et bientôt les informations de Trachy ne furent plus d'aucun secours. Moi V, l'empereur Gogolien, mourut à la même période, succédé par Moi V II. Pépéroni D.A., le célèbre présentateur de télévision amateur de café vert à trois yeux et à antennes commença aussi ses activités à cette époque-là, en tant que présentateur des nouvelles sur la principale chaîne galactique, Voie Lactée Info. La liaison entre Trachy et Shadka faisait toujours le bonheur des paparazzi, d'autant plus que Shadka tomba bientôt enceinte. Les autres empires continuaient à se développer, et bien souvent militairement. Ainsi, les Panzaliens développèrent de nouvelles classes de vaisseaux, comme le PWS Wyre.



Ceci est contre toute attente un PWS Wyre.


Sur Jupiter-2, la situation se dégradait de jour en jour. Les Goragniens avaient pris les meilleurs gisements (50 % de la planète) et les défendaient farouchement, alors que les prospecteurs indépendants devaient se contenter des miettes. Les Goragniens ne se génèrent d'ailleurs pas pour réduire en esclavage les prospecteurs pauvres. Zaphyra étant une galaxie avec encore moins de lois que la Voie Lactée, les pratiques qui y étaient exercées furent encore plus cruelles dans la Voie Lactée.

Cette prolifération de l'esclavage scandalisa quelques personnes dans la Voie Lactée (tout de même!), et l’association LPE (Liberté Pour les Esclaves) fut créée pour venir en aide aux créatures exploitées, dénigrées et parfois torturées qui servaient d'esclaves à certains gros états. Mais ce parti n'eut malheureusement aucun effet sur la condition des esclaves. Comme tous les partis un tant soit peu charitables, il fut attaqué par tous les gros empires et lobbies et disparut, attaqué, insulté et calomnié de toutes parts. L'esclavage se poursuivit donc. Les Goragniens justifiaient leurs pratiques en affirmant que leurs esclaves étaient simplement des gaillards stupides ayant signé un contrat en le lisant mal (chose qu'ils avaient faite avec tout un peuple d’aliens hippies par exemple).

Sur Jupiter-2, c'était le chaos le plus total et la mortalité explosait: Les prospecteurs s'entretuaient pour le moindre morceau d'Energium et ceux qui étaient employés par les Goragniens avaient un taux de survie plus faible encore. Mais les autres gros empires allaient eux aussi vouloir leur part du gâteau: les Panzaliens arrivèrent eux aussi sur Jupiter-2 et ouvrirent une exploitation, bientôt suivis des Parkans puis des Azirs.

Sur la Voie Lactée, la concurrence militaire entre gros empires grossissait de plus en plus: Tout le monde développait son arme de destruction massive. Cette course à l'armement et les tensions grossissantes entre tous les gros empires (Zintorgiens, Goragniens, Panzaliens, Azirs, etc.) n'étaient que les prémices de la Première Guerre Galactique.
Mais la presse people vivait également un de ses plus grandes époques en parlant de Shadka et de Trachy, qui, entre autres, frappèrent en direct un paparazzi sur le plateau télé de Pépéroni D.A. Trachy, nommé général des armées parkannes, ne tarda d'ailleurs pas à aller diriger les parkans se trouvant Jupiter-2 (ou survivre était un luxe), ne revenant à la maison que pour enfin se marier officiellement avec Shadka, enceinte jusqu'aux yeux.
Sur Jupiter-2, chaque gisement appartenant à un empire était surprotégé, équipé de tourelles, rempli de soldats d'élite, de murailles, de pièges… Tout était fait pour empêcher les prospecteurs qui vivaient dans des bidonvilles surpeuplés de voler de l'Energium aux gros empires. Mais entre les bases impériales elles-mêmes, les tensions étaient à leur comble… Si bien que les Goragniens, après une escalade de violence et de coups bas, attaquèrent la base Panzalienne au moyen d'une foreuse. Les Panzaliens se défendirent comme ils purent, et bientôt on assista à une bataille aérienne entre les deux bases. Ces escarmouches se conclurent par un armistice fragile entre Goragniens et Panzaliens, car se batailler retardait l'exploitation de l'Energium.
Sur la Voie Lactée, les deux marmots de Shadka naquirent (Fendra et Garkün). Alors que Shadka était encore dans son lit d'hôpital, Panzale VII vint lui proposer une alliance panzalo-parkanne (l'empire parkan commençait en effet à prendre de l’importance). Shadka accepta. L’alliance était surtout militaire, et les panzaliens posèrent rapidement des tourelles de leur invention sur les planètes parkannes.



Dritz-Dritz et révoltes Zaorlas [-3]:


Au même moment apparurent les Dritz-Dritz chez les Goragniens. Ces aliens très hauts (dans les 30 à 50 mètres!), sans bras ni visage, sont connus pour être très cultivés. Originaires de la même planète que les Goragniens, ils vivaient et vivent toujours avec eux.
On peut également noter au même moment la révolte Zaorla de Sparanko, leur planète d'origine dont s'étaient appropriés les Panzaliens. Ces derniers les considéraient en effet comme des bêtes à viande. Les Zaorlas tentèrent de parlementer, de se rebeller, de crier qu'ils n'étaient pas des animaux, mais en vain. Pour les panzaliens, il ne s'agissait pas d'une guerre d'indépendance (voire de survie) de la part des Zaorlas, mais d’un safari contre des animaux délicieux mais agressifs. Malgré le soutien des Dritz-Dritz envers les Zaorlas, les Panzaliens matèrent les révoltes, après avoir voté une loi autorisant à tuer les Zaorlas. Les villes-nids souterraines des Zaorlas furent détruites, les populations déportées… Seul un petit nombre fut laissé en liberté, à condition d'être dociles. Il existe peut-être certaines populations s'étant échappées de Sparanko et vivant cachées, mais il n'y a rien qui le certifie.

On aurait pu penser que l'impératrice parkanne Shadka, dont Spink était le plus fidèle conseiller, aurait bougé en faveur des Zaorlas. Mais malgré les supplications de Spink pour sauver son peuple, Shadka resta sourde et aveugle sur cette affaire: Elle ne voulait pas compromettre son alliance récente avec les Panzaliens. Pourtant, Panzale VII fut victime de plusieurs tentatives d'assassinat quelque temps plus tard. Les rumeurs disent qu'elles auraient été faites par des Zaorlas aidés par des Goragniens, mais ça n'a jamais été attesté. Peu après, Spink démissionna de son rôle de conseiller devant le refus de Shadka de défendre son peuple.



Guerre Blorko-Zintorgio-Slurgemienne [-3]:


Les Zintorgiens, qui n'étaient pas allés sur Zaphyra, n'étaient pourtant pas inactifs. Ils aidèrent l'empire Blork dans une guerre interstellaire avec l'empire des Slurgemiens, qui se plaignaient du fait que les Blorks se servent de leurs planètes comme dépotoir. Les Zintorgiens obligèrent les Slurgemiens à cesser leurs attaques sur les Blorks et à signer un traité de paix bancal. Les Slurgemiens, n'ayant pas le choix, durent s'y résoudre.



Suite des troubles sur Zaphyra [-3]:


Sur Jupiter-2, la situation était toujours aussi lamentable. Cependant, d'un commun accord, les empires fermaient les yeux sur ce qui se passait là-bas: c'était la guerre sur Zaphyra mais pas sur la Voie Lactée. Point à la ligne.

La base parkanne fut rasée par un ennemi non identifié, et Trachy revint salement amoché sur la Voie Lactée: lui et un autre soldat parkan avaient été les seuls survivants. Après quelques opérations mouvementées exécutées par des docteurs panzaliens venus faire profiter les parkans de leur médecine pour honorer leur alliance, Trachy fut remis en état. Malheureusement, lorsqu’il revint sur Jupiter-2, quelques semaines plus tard, son vaisseau fut touché lors de son arrivée par un tir perdu et il s’écrasa dans les montagnes. Il survécut.
Le tir perdu provenait de combats entre Goragniens et Panzaliens. En effet, les tensions entre les deux nations étaient montées d'un cran lorsque Panzale VII avait été enlevé par des Goragniens et détenu sur Jupiter-2. La guerre totale fut déclarée sur Jupiter-2 entre les deux belligérants. Après des heures de combat pendant lesquelles les prospecteurs et autres bases d'empires tentèrent tant bien que mal d'éviter les balles perdues, l'empereur Panzale VII fut récupéré. Aussitôt, les Panzaliens quittèrent Jupiter-2, vidant leurs bases et emportant leurs dernières caisses d'Energium, ce qui ne calma pas les tensions Goragno-Panzaliennes.


Guerre civile Panzalienne [-3]:


Panzale VII devint paranoïaque à force d'être la cible de tentatives d'assassinat et d'enlèvements. Il se créa une garde impériale rapprochée pour sa sécurité, mais ne servit à rien: Il fut tué par son cousin Panzaleous, qui prit le pouvoir. Cependant, le pouvoir de Panzaleous 1er fut contesté à cause de l'absence du corps de Panzale VII, si bien que l'empire Panzalien bascula dans la guerre civile et se scinda en deux, l'Empire des Panzaliens Unis (EPU) du côté de Panzaleous et les Etats Unis Panzaliens (EUP) du côté de Dianillya, la veuve de Panzale VII. Le peuple panzalien mit cependant rapidement fin à la guerre civile en fusillant Dianillya et Panzaleous. S’ensuivit une période chaos, pendant laquelle les Parkans tentèrent même d'envahir une planète panzalienne, profitant de leur faiblesse. Shadka dut retirer ses troupes pour motifs diplomatiques. La guerre civile se termina avec l'ascension de l'empereur Zourmos au pouvoir, après l'écriture d'une nouvelle constitution panzalienne et une réorganisation de leur Fédération.


Fin de la seconde ruée vers l'Energium [-3]:


Le départ des Panzaliens occasionna une accalmie sur Jupiter-2, où Trachy était toujours porté disparu. Shadka demanda l'aide internationale pour le retrouver, lui et ses hommes. Seul un autre parkan, cousin de Trachy, fut retrouvé après quelques jours, gravement blessé, par les gogoliens. Il fut rapatrié, dans le coma.
Les Goragniens recommencèrent à mener la vie dure à leurs concurrents sur Jupiter-2: ils se mirent en effet à verser du phazor (la substance toxique et rouge qu'ils utilisaient pour diverses choses et qui les avaient « corrompus », souvenez-vous) dans les tunnels et les trous qu'ils trouvaient, causant ainsi la mort de milliers de prospecteurs et inondant des bases impériales. La base Azirre était de celles-là. Les Azirs, qui avaient jusque-là été laissés tranquilles dans leur base souterraine, durent soutenir un siège face à des Goragniens supérieurs en nombre. Les Goragniens détruisirent aussi les vaisseaux que Giroo, empereur des hommes-insectes, avait envoyé sur Jupiter-2 pour y établir lui aussi une base. Les Hommes-insectes m’abandonnèrent pas et parvinrent après une autre tentative à poser pied sur la planète, mais les Goragniens continuèrent à les harceler pour les décourager. Les Yourks vinrent aussi implanter de nouvelles bases sur Jupiter-2 et connurent le même sort.

Un individu disant être Trachy apparut alors, seul et dans un sale état. Il fut envoyé en Voie Lactée, chez les parkans. Les Goragniens ne l’en empêchèrent pas, ils ne retenaient pas ceux qui partaient…

Les Panzaliens, nouvellement réunifiés par Zourmos, décidèrent de revenir sur Jupiter-2. La « zone libre » non-goragnienne se rapetissant de jour en jour, les Panzaliens décidèrent d'aider les Azirs assiégés pour éviter un monopole Goragnien. Josturi 20e, reconnaissant, envoya lui aussi des renforts sur Jupiter-2. Les premières vagues d'attaques Azirres et Panzaliennes bénéficièrent de l’effet de surprise, mais finirent par être repoussées par les Goragniens. Ces derniers décidèrent d’en finir: Les réacteurs de leurs couveuses (une des classes de leur flotte) empoisonnèrent l'atmosphère de Jupiter-2. Des milliers de prospecteurs moururent, seuls survécurent les aliens ayant un masque respiratoire ou étant cloitrés dans leurs bases –– comme les Azirs, toujours bloqués et affamés dans leur mine souterraine assiégée. Jupiter-2 n'était plus qu'un lieu invivable.

Les Gogoliens quittèrent la planète, suivis des Azirs. Zourmos décida qu'il était temps d'arrêter les frais, et retira lui aussi ses troupes. Il parla même de détruire Jupiter-2, car, quitte à tout perdre, autant qu'il n'en reste rien pour les Goragniens. Il y eut des vives disputes entre Zourmos et Yarelle, le premier accusant l'autre de monopoliser Zaphyra.

Jupiter-2, toxique et inivivable, fut finalement abandonnée par les Goragniens aussi.



Imminence de la Première Guerre Galactique [-3]:


La Voie Lactée avait déjà connu plusieurs guerres inter-impériales, mais jamais encore de manière généralisée. C’est pourtant ce qui allait se passer lors de ce qu’on allait appeler la Première Guerre Galactique.



Principaux acteurs de la PGG. Dans l'ordre: Freeza, empereur Zintorgien,
Josturi 20e, empereur Azir, Androx Blaze, général Goragnien, Zourmos,
dirigeant Panzalien, Zesk 1er, empereur Yourk et Shadka, impératrice Parkanne.


La situation VoieLactienne était tendue. L’attitude des Goragniens contre les autres empires sur Jupiter-2 avait mis tout le monde sur les dents. La guerre civile panzalienne nouvellement terminée avait été également une source d'instabilité, d'autant plus que les parkans avaient tenté d'envahir une planète panzalienne…

La course à l'armement continuait de plus belle, d'autant plus que chaque gros empire savait par des espions que les autres développaient eux aussi des armes nouvelles. La méfiance était de mise: Il n'y avait plus de réunions de l'EAU, les empereurs leur préférant des discussions privées ou des complots sous la cape. Les Yourks s'étaient mis à placer des relais de transmission un peu partout dans la Voie Lactée, sur ordre de leur empereur Zesk. La plupart furent démantelés par des empires mécontents de ne pas avoir été consultés avant qu'on leur installe ce système de communication. Chacun préférait le sien, personne ne faisant confiance à personne. La Police Clone était impuissante face à ces tensions: Elle avait été volontairement réduite et limitée en pouvoir par les empires de l'EAU qui voulaient pouvoir faire ce qu'ils voulaient.

Preuve de l’atmosphère électrique qui régnait en Voie Lactée, un groupe de petits peuples monoplanétaires envoya à l’EAU un message appelant les gros empires au calme, sans succès.

« Nous les petits empires avons appris par des rumeurs que vous seriez en train de développer de nouvelles armes très puissantes. Étant donné votre caractère belliqueux, nous redoutons que vous ne vous en serviez contre nous »

Extrait du message envoyé par un groupe de petits peuples à l'EAU


Les Fromageologues, à la même époque, eurent une révolution sociale: après la décadence qui suivit la fin de la dynastie Zenti, ils décidèrent de devenir un empire commercial basé sur la cuisine (à base de fromage en grande partie). C'étaient bien un des seuls peuples à ne pas avoir d'intentions belliqueuses.
Au milieu de tout cela, Androx Blaze eut aussi un fils de sa femme Serris, Spikes. Malgré les tensions qui régnaient, il reçut des félicitations de tous les autres empereurs et dirigeants.

Shadka, de son côté, essaya de calmer le jeu en sympathisant avec Zourmos, lui proposant des voies commerciales pour tenter de faire oublier l'invasion de la planète panzalienne pendant la guerre civile. Elle dut marchander dur, et dut promettre de produire des pièces détachées pour les panzaliens en échange du renouvellement de l'alliance.

Tous les gros peuples développaient une arme de destruction massive dans le plus grand secret, ne les révélant que plus tard, lorsque la galaxie bascula dans la guerre. L'escalade de la violence se poursuivait. Le neveu de Josturi 20e fut assassiné par des Goragniens. Spikes disparut peu après. Les attentats contre les empereurs se multipliaient. Des usines parkannes furent sabotées et explosèrent. La soeur de Josturi 20e fut tuée. Les Yourks furent victimes de calomnies. Des jugements tordus et partiaux concluaient les procès de tous ces crimes. Les armées des différents empires se préparaient à l'éclatement imminent de cette accumulations d'affronts, de douleur et de tensions, gardant un œil sur l’organisation des différentes alliances, car bientôt, tout le monde allait devoir choisir son camp.

Puis, la guerre éclata.



[PGG] Début de la guerre : bataille de Ziria et de Neo-Korkuzan [-3]:


C'est cette bataille qui est généralement considérée comme la première de la PGG, bien que les grands camps de cette guerre n'aient pas encore été formés à ce moment-là.

Alors que tout le monde gardait un oeil tout le monde dans une atmosphère tendue, se demandant qui allait frapper le premier, une flotte Goragnienne attaqua soudain Ziria, la capitale Azirre, et vola le prototype de l'arme de destruction massive Azirre. Il s’agissait du vaisseau-canon à gaz « Z-OM », un gaz de guerre capable de faire mourir la plupart des êtres vivants (sauf antidote) et de ramollir les métaux. Les Azirs donnèrent la chasse, coinçant la flotte goragnienne en orbite, mais les Goragniens utilisèrent le canon à Z-OM sur Ziria, faisant fondre les tours métalliques au milieu d’une ville en panique. Les citoyens furent évacués et munis de masques anti-gaz. Une escouade Azirre, des Loups Gris, s’envolèrent en orbite de la planète et parvinrent à aborder et pénétrer le vaisseau-canon Z-OM. Ils tirèrent avec, endommageant en partie les vaisseaux à moitié organiques des Goragniens, avant de lancer l'auto-destruction du prototype, afin de ne pas le faire tomber entre les mains Goragniennes. Au même moment, la moitié de la flotte Azirre attaqua Neo-Korkuzan, la capitale Goragnienne, lui occasionnant quelques dégâts avant l'arrivée de la Forteresse Omega, mastodonte de la flotte d’Adrox Blaze.
L'armée Goragnienne attaquant Ziria et l'armée Azirre attaquant Neo-Korkuzan ayant chacune beaucoup de pertes, elles battirent toutes deux en retraite. Il n'y eut donc pas de réel vainqueur, mais la destruction du prototype était un coup dur pour les Azirs.

Josturi 20e déclara l’état de guerre entre l’empire Azir et l’empire Goragnien.


Pendant la période de stupeur qui suivit cette première bataille, Trachy redisparut de l'empire Parkan, pour réapparaitre deux jours plus tard. Il expliqua alors à Shadka toute son histoire: le Trachy qui venait de disparaître n'était pas lui, mais un imposteur. Trachy raconta que son crash sur Jupiter-2 n'était qu'une mise en scène afin de faire croire à sa mort, pour mieux espionner les Goragniens et Panzaliens, car il avait eu vent de la création d'armes de destruction massive chez ces deux empires. Mais un tir bien réel avait touché son vaisseau et le crash mimé était devenu véritable. Seul avec deux autres survivants, il avait tenté d'approcher une base goragnienne, sans succès. Un des deux parkans lui faussa compagnie: C'était son cousin, qu'on avait retrouvé en premier. Avec le deuxième, il avait profité des batailles Panzalo-Goragniennes pour subtiliser un vaisseau et revenir dans la Voie Lactée. Mais l'autre parkan, lui ressemblant, lui avait faussé compagnie au dernier moment et s'était fait passer pour lui. Trachy avait réussi à assommer ce faux Trachy deux jours plus tôt (jour de sa disparition) et était enfin revenu au bercail. En tant que général parkan, il mit sur le pied de guerre l'armée parkanne, comme la plupart des peuples VoieLactiens, sentant que la situation allait exploser après la première bataille entre Azirs et Goragniens.

Les Panzaliens et les Zintorgiens pillèrent des petits empires pour leurs frais de guerre. Les Azirs recrutaient et reconstruisaient comme ils pouvaient les dégâts de Ziria, et les Goragniens faisaient de même sur Neo-Korkuzan. Les Zintorgiens amélioraient le Carveau, immense vaisseau cubique de leur flotte, n'hésitant pas à le tester en détruisant les planètes de petits peuples qu'ils considéraient comme des quantités négligeables, les faisant mourir par milliards.

Les Goragniens lancèrent une seconde attaque en envahissant l'empire des Hommes-Insectes. Après avoir humilié et pillé ce peuple pendant trois mois, ils repartirent. Les petits peuples payaient un lourd tribut à la guerre. Et ce n'était pas fini.



[PGG] Guerre éclair Gogolo-Zintorgienne [-2]:


Les Gogoliens, sans raison apparente, menacèrent avec leur vaisseau (le Gogolstar) l'ISS Santa Cruz, vaisseau Zintorgien. Ils rentrèrent chez eux, tout tristes, après avoir été encerclés par des autres vaisseaux Zintorgiens et perdu la guerre, qui n'avait pas duré plus de 10 minutes.



[PGG] Invasion Parkanne chez les Yourks [-2]:


Sentant sans doute que l'instant était propice pour piller, Shadka ordonna l'attaque de l'empire Yourk, l'accusant des attentats anonymes sur leurs usines. La guerre fut de courte durée: Après quelques palabres entre Shadka et Zesk qui aboutirent à la conclusion que l'explosion des usines était due à l'action d'un groupe terroriste, les parkans retirèrent leur troupes, proclamant un cessez-le-feu.



[PGG] Bataille de Hantur [-2]:


Hantur était une planète fortifiée de l'empire Goragnien. Les Azirs, en guerre ouverte, décidèrent de l'attaquer. Elle était en effet une planète clé de par son emplacement, car elle ouvrait ensuite l’accès à une bonne partie de l'empire Goragnien.
Les Yourks manifestèrent leur sympathie aux Azirs, leur promettant de venir les aider lorsque la bataille aurait lieu. L'attaque semblant imminente, les services de télé VoieLactiens envoyèrent un reporter sur place, Denis Chandelier, afin de filmer en direct la bataille. Il arriva dans un vaisseau Azir et filma le débarquement des forces Azirres dans l'hémisphère Nord de la planète, mais fut tué par un Guerrier Omega Goragnien peu après son débarquement. Les Yourks, menés par le capitaine Keyes, ne tardèrent pas à arriver sur le champ de bataille eux aussi.

En quelques heures, une vaste partie de la planète se couvrit de ruines. Les Azirs et Yourks débarqués sur l'hémisphère Nord s'en sortaient mieux que les Azirs débarqués sur l'hémisphère Sud, mais les Goragniens, menés par Leopold, un Dritz-Dritz, leur menaient la vie dure, bombardant leurs positions, utilisant des foreuses pour apparaître sous leurs pieds ou encore déversant du phazor pour leur barrer la route…

Les Azirs et les Yourks montèrent des fortifications et des bases préfabriquées, générant une guerre de positions. Les Azirs au Sud, eux, durent se cacher dans les réseaux souterrains en ruine des Goragniens. La bataille stagna donc un bon moment, et les Goragniens en profitèrent pour faire évacuer leurs civils.

Les Goragniens décidèrent de se payer des mercenaires en la personne des Zintorgiens. Une fois ceux-ci payés, une flotte de leurs vaisseaux commandés par le capitaine Blablapif arriva en orbite de Hantur. Les Goragniens payèrent aussi Shadka pour qu'elle envoie des troupes pour aider les Goragniens. Avant que la transaction ne soit conclue, Josturi 20e décida de jouer au jeu des Goragniens et paya les parkans plus que les Goragniens pour qu'ils viennent de leur côté. Josturi 20e rappela aussi à Blablapif qu'il avait une vieille dette envers son ancien ami Pancho (souvenez-vous, le soldat Azir) pour essayer de le ramener lui aussi dans le camp des Azirs. Ayant eu vent de ces négociations, les Goragniens décidèrent de jouer la prudence et cessèrent de harceler les deux bases Azirres. Les troupes Azirres, Yourkes, bientôt aidées de débarquements Parkans menés par Trachy en personne, firent une sortie et recommencèrent leur avancée. Les Goragniens se réfugièrent au Sud, dans la capitale particulièrement fortifiée de la planète.



Modèle de véhicule terrestre Yourk utilisé sur Hantur.


Pendant que les forces spéciales Yourkes et Parkannes tentaient d'infiltrer les conduites Goragniennes pour pénétrer en ville, Josturi 20e tenta de parlementer avec Leopold, le Dritz-Dritz, en lui demandant de quitter la planète sans plus d'effusion de sang. Les Goragniens semblèrent accepter, dans un premier temps, et évacuèrent la planète. Mais Josturi se rendit vite compte que les Goragniens leur avaient laissé un petit cadeau: ils avaient empoisonné la planète au phazor. Tout comme Jupiter-2, Hantur devint invivable. Les survivants Azirs, Yourks et Parkans durent évacuer en catastrophe après avoir crié « victoire » un peu trop vite…



[PGG] Raid sur Ziria et création du Cartel [-2]:


Les représailles des Goragniens ne se firent pas attendre. Ils firent un raid sur Ziria, la capitale Azirre, rasant le palais et tuant la femme de Josturi 20e. Ils détruisirent également plusieurs beaux quartiers Azirs avant de repartir.

L'opération-éclair avait été aidée par des vaisseaux panzaliens en orbite, qui couvraient les arrières des Goragniens. Rapidement, la rumeur se répandit : les Panzaliens s’étaient-ils alliés aux Goragniens, ou s’agissait-il d’un simple mercenariat ?

L’empereur Zourmos ne tarda pas à clarifier la situation, via une annonce publique.

« Tous les petits empires sont faibles! Les Azirs sont trop neutres, et les Zintorgiens sont trop bizarres! Si l'on veut pouvoir se protéger de puissants ennemis a l'avenir, et empêcher la décadence de nous envahir, il faut agir! C'est pourquoi les deux plus grandes puissances de votre bien aimée galaxie, la Fédération Panzalienne et l'empire Goragnien, se sont alliés sous le nom de Cartel de la Domination pour prendre le contrôle des Affaires Galactiques et vous protéger bien humblement. »

Zourmos, empereur panzalien.


Les Zintorgiens, en guise de réponse, firent un raid sur Neo-Korkuzan, la capitale Goragnienne, l'endommageant partiellement.



[PGG] Création de l'Alliance [-2]:


Les Zintorgiens et les Azirs étant tous les deux visés par le Cartel, il firent tout naturellement front commun. Les Yourks rejoignirent leur camp peu après que Zourmos ait proféré des menaces à l'égard du peuple Yourk. Cependant, durant la guerre, les Yourks s'illustrèrent pour leurs multiples changements de camps durant la guerre, comme vous le verrez…
Les Hommes-insectes, affaiblis par la récente invasion des Goragniens sur leurs planètes, étaient trop occupés à reconstruire pour s'engager dans cette guerre devenue galactique. Les Parkans restèrent longtemps hésitants, Shadka disant qu'elle offrirait ses services au plus offrant. Josturi 20e proposa d'officialiser cette alliance, tout comme l'avaient fait les Goragniens et Panzaliens. Ce fut donc la création de la Quadruple Alliance, devenue ensuite pour simplifier l'Alliance tout court.
Les Blorks, le petit peuple qui n'aimait pas les Yourks, entra aussi officiellement dans l'Alliance, mais s'illustra par la suite par son absence totale de la guerre.

Les Goragniens, au sein du Cartel, effectuèrent quelques modifications de leur constitution. L'impérialisme fut officiellement aboli, mais Yarelle, à la base de la réforme, garda tout de même le pouvoir. L'empire Goragnien changea de nom et fut baptisé Les Territoires Goragniens.



[PGG] Bataille de Claisen [-2]:


Ce fut au tour des Panzaliens d’attaquer : ils déplacèrent leurs flottes sur la capitale Yourke, Claisen. Les Yourks étant inférieurs en nombre et en technologie, ils ne purent que se défendre comme il pouvaient en demandant de l'aide de la part de leurs alliés. Les Blorks (contre tout attente) arrivèrent en premier pour contenir les vaisseaux panzaliens. Mais la flotte Blorke était petite, et ce fut par l'intervention des Zintorgiens que Claisen fut sauvée. Les Zintorgiens avaient sorti leur arme de destruction massive : le Carveau, gigantesque vaisseau cubique amélioré spécialement pour la PGG.
Cependant, des attaques Panzaliennes eurent lieu sur d'autres planètes Yourkes. Les Yourks, en tant que moyen empire, durent prononcer un cessez-le-feu. Zourmos accepta et tenta de convaincre les Yourks du côté du Cartel. Et il y parvint : Zesk, l’empereur Yourk, signa un traité de paix avec Zourmos, s'attirant les foudres des autres membres de l'Alliance. Ce fut le premier changement de camp des Yourks pendant la guerre: Ils passèrent au Cartel.

« (...) Je tiens d'ailleurs à dire que je suis désolé d'avoir attaqué les Yourks, mais leur jugement fut si assombri par les Zintorgiens qu'ils furent poussés à nous attaquer, et nous dûmes nous défendre. (...) »

Extrait d'un discours de Zourmos.


Plusieurs débats et discours de la part des dirigeants des deux camps eurent lieu peu après. Chacun accusait l'autre de vouloir dominer la galaxie, chaque camp pointant du doigt les affaires sales de l'autre et se présentant comme le bienfaiteur qui libérerait la galaxie. Tout le monde déformait les paroles de ses adversaires à son avantage. Verbalement non plus, la guerre n’avait pas de règles.
Lors des débats télévisés, on raconte que Pépéroni D.A. fut acheté pour être partial. Mais comme il avait été acheté par les deux camps, il se montra lèche-bottes avec le Cartel tout comme avec l'Alliance.

S'ensuivit une période de sabotages et de raids qui firent mal aux deux camps sans qu’aucun ne prenne l'avantage.



[PGG] Attaque de Gredin [-2]:


Les représailles à l'égard du changement de camp des Yourks ne se firent pas attendre. Les Zintorgiens attaquèrent Gredin, une planète Yourke, qui fut aussitôt défendue par les Panzaliens et les Goragniens. Les Zintorgiens y envoyèrent le Carveau, ce qui donna du fil à retordre aux forces Carteliennes.

La flotte Azirre vint aussi appuyer les forces Zintorgiennes. Cependant, craignant de compromettre le Carveau dans un combat n'en vaillant pas la peine, les forces de l'Alliance s'en allèrent. Au même moment, d'autres attaques sur l'empire Yourk avaient eu lieu, si bien qu'ils avaient perdu plusieurs planètes.
Cette bataille plongea Zesk dans le doute. Il ne savait plus à qui s'allier. Le peuple Yourk lui-même n'était plus stable, et Zesk dut combattre un début de rébellion dans son empire. Au terme de ces tergiversations, l'empire Yourk se déclara officiellement neutre.

Les autres peuples plus petits regardaient le conflit avec inquiétude. Tous s'armaient. L'empire des Hommes-Insectes se faisait tout petit, se souvenant encore de l'agression Goragnienne qu'ils avaient subi en début de guerre. Les Auchs procédaient à des tests de vaisseaux, et les Fromageologues, neutres, voyaient la situation comme annonciatrice de temps de crise pour leur économie. Les Gogoliens, eux, ne comprenaient pas tellement ce qui se passait. Moi V II, leur empereur, dirigeait l'empire comme son père, ni mieux ni pire. Les marchands d'armes, assaillis par tous les peuples craignant la guerre, s'enrichissaient comme jamais.



[PGG] Représailles du Cartel [-2]:


Peu après l'annonce de neutralité des Yourks, la situation s'inversa: Les forces du Cartel attaquèrent l'empire Yourk, lui causant pas mal de dégâts. Les Panzaliens versèrent des nanorobots destructeurs sur les planètes Yourkes, avant s’enfoncer le clou en les attaquant de manières plus classique avec les Goragniens.
L'Alliance décida d'intervenir et mobilisèrent leurs troupes pour défendre les Yourks (ça faisait une bonne pub sans doute). Les Azirs et Zintorgiens se chargèrent de détruire les nanorobots, d'abord sans succès lorsque les Azirs tentèrent de les stopper via l’utilisation d’aimants, jusqu’à ce que les Zintorgiens réussissent à les griller en les électrocutant. Puis les flottes de l’Alliance s'opposèrent à celles du Cartel. Finalement, les forces du Cartel se retirèrent, et celles de l’Alliance firent de même.

Malgré tout, l'empire Yourk avait subi de lourds dégâts et nombre de ses planètes furent ravagées par combats. Parmi ces dernières, ils avaient perdu leur planète-mère, Pollux. Affaiblis, il se mirent à reconstruire, prenant pour capitale de substitution leur seconde planète qu’ils renommèrent Pollux-2. L’empire de Zezk 1er payait un lourd tribut à ce début de guerre…



[PGG] Période d'escarmouches [-2]:


Durant les semaines qui suivirent l'attaque de Pollux, les deux camps s'accordèrent une pause pour reconstruire. Des deux côtés, on mobilisa des soldats, on construisit des vaisseaux, on établit des fortifications, on se fournit en métaux et matières premières parmi les empires commerçants…
Les recherches militaires continuaient de plus belle. Les Azirs, par exemple, développèrent les Loups Dorés, soldats agiles dans une armure à la pointe de la technologie, pendant que les Yourks, malgré leur affaiblissement lors des récentes attaques, poursuivaient des recherches sur leur version du soldat d'élite, appelés VOLKOM. Mais la palme du super-soldat d’infanterie revenait toujours aux soldats Omega Goragniens, véritables machines à tuer génétiquement modifiées, dopées, gigantesques et bourrines. Les Zintorgiens collaborèrent avec les Azirs afin d'améliorer et produire l'armure des Loups Dorés. Les Parkans, eux, se faisaient tout discrets. Chacun essayait aussi de redorer son image auprès de la communauté galactique. Le Cartel, par exemple, organisa un dîner de gala en faveur des nécessiteux.

Mais la guerre se poursuivait toujours. Plusieurs escarmouches et raids eurent lieu entre les Azirs et les Goragniens. Une séance de l'EAU fut demandée par Androx Blaze (le première depuis des lustres), mais elle fut stérile : tout le monde vint en hollogramme, les membres du Cartel et de l'Alliance ne s'adressèrent pas la parole, se contentant de distribuer des prospectus aux plus petits peuples, qui ne demandaient qu'à avoir des garanties de non-agression. Des d'attaques Zintorgo-Aziro-Parkannes eurent lieu sur des planètes Goragniennes, car oui, les Parkans, toujours menés militairement par le général Trachy, s'étaient décidés à entrer dans la fête.

Cela se poursuivit pendant des semaines. L'Alliance comme le Cartel se grignotaient des petits parts de territoires. Au même moment, la diplomatie Yourke était aussi agitée: s'annonçant soudain membre du Cartel, l'empire Yourk se ravisa quelques heures plus tard pour se proclamer de l'Alliance. Les membres des deux camps, perplexes, ne leur cherchèrent pas noise. Seule Shadka profita de l'occasion pour faire sa première action militaire de la guerre: Elle envoya quelques soldats parkans sur les planètes endommagées Yourkes pour les protéger (alors que quelques temps plus tôt, ils étaient en guerre). Ironiquement, des attaques du Cartel eurent lieu sur ces planètes-là peu après, précisément à cause de leur présence, et de nouvelles escarmouches entre les forces de l'Alliance et du Cartel eurent lieu. Le combat se déplaça bientôt en direction de l'empire Parkan, où tous les belligérants accoururent. Les Panzaliens eurent recours aux nanorobots : ceux-ci s'infiltraient dans les vaisseaux Azirs, Parkans et Zintorgiens et en prenaient le contrôle, dans le but de les faire s'écraser sur les planètes ou les uns contre les autres. Les Azirs parvinrent à trouver la solution en lançant eux-mêmes une longueur d'onde pour contrôler ces robots. Le contrôle ne durait qu'un instant avant que les panzaliens les reprennent mais c'était suffisant pour demander aux nanorobots de s'autodétruire.

Cela mit fit aux affrontements chez les Parkans, mais des escarmouches sporadiques continuèrent pendant des semaines. Les cinq principaux belligérants continuaient à s’affaiblir mutuellement tout en poursuivant la recherche et le production militaire.



[PGG] Exclusions de l’EAU et guerre totale:


Puis arriva la première véritable action de la Police Clone pendant la guerre. Depuis le début du conflit, ils n'étaient intervenus dans aucune bataille. Comment auraient-ils pu se ranger d’un côté ou de l’autre, eux qui représentaient un organisme groupant tous les états ?

Cependant, désespérant de ne rien pouvoir faire, les fonctionnaires de l’EAU firent des recherches administratives et une relirent du code de l'EAU pour essayer de trouver une règle pouvant servir à stopper les affrontements. Ils y parvinrent, et peu après, la Police Clone fit l'annonce suivante, aussi inattendue que maladroite:

"Au nom de tous les empires de l'EAU, j'annonce la chose suivante: Les empires Panzalien, Azir, Goragnien, Zintorgien, Parkan, Yourk et Blork sont officiellement bannis de l'EAU pour non-respect du code de l'EAU. De plus, rapport à la règle 8 du code, il est du devoir des autres empires de l'EAU de les exterminer, j'ai dit."

Secrétaire général de l'EAU


Évidemment, cela ne se passa pas comme cela. Le code de l'EAU, déjà bien bancal, fut contesté par le Cartel comme par l'Alliance , qui n’allaient évidemment pas se laisser gentiment exterminer, tournant au ridicule la Police Clone et l'accusant de mal interpréter les règles du code, ce en quoi ils n’avaient pas tort. Les empires de l'Alliance (Zintorgiens, Azirs, Yourks, Parkans, Blorks) et les empires du Cartel (Panzaliens et Goragniens) furent tout de même bannis de l'EAU. Cela occasionna des troubles énormes dans la galaxie. Les petits peuples, tendus et vivant dans la psychose depuis le début de la guerre, n'y tinrent plus: puisque les plus puissants états de l’EAU ne respectaient pas son règlement, pourquoi ne pas faire de même ? Basculant à leur tour dans la folie, ils profitèrent du délire général pour se déclarer la guerre, prétextant soutenir le Cartel ou l’Alliance pour régler de vieilles rancunes entre eux. La quasi-totalité de la galaxie fut par conséquent expulsée de l'EAU. "Quasi" parce que les Gogoliens et les Auchs y restèrent, les uns ne comprenant pas ce qui se passait et les autres n'ayant pas envie de se mouiller dans une guerre.

Les peuples plus modestes ne se contentèrent donc plus d’observer anxieusement le conflit, subissant parfois pillages et massacres. Ils basculèrent de plain-pied dans la guerre, et la Première Guerre Galactique devint donc, cette fois, réellement galactique.

Le Cartel et l'Alliance continuèrent le conflit, avec de moins en moins de sang-froid. Même au niveau de l'image, les gros empires faisaient des bourdes: Ainsi, Zourmos envoya ses forces pacifier une partie des guerres entre petits peuples dans sa branche galactique. Geste bien aimable, mais qui fut entaché par la grosse colère qu’il piqua sur un plateau-télé quelques heures plus tard, tuant le présentateur qu'il jugeait trop pro-Alliance, ainsi que la caméraman, en proférant des propos violents.



[PGG] Duel entre Shadka et Zourmos [-2]:


À la suite d'une joute verbale par radio, Zourmos provoqua Shadka en duel spatial. Shadka, de par son tempérament de pirate susceptible, accepta, revêtit une armure et partit pour le lieu de l'affrontement, près du centre galactique. Le combat commença, diffusé par les télévisions: Zourmos était à bord d'un chasseur mono-place à la pointe de la technologie panzalienne, entièrement construit en nanorobots, et Shadka était à l'intérieur de son armure de combat spatiale. Le combat tourna rapidement à l'avantage de Zourmos, car chacune des attaques de Shadka était sans effet sur la carrosserie changeante du vaisseau. Shadka se faisait de plus en plus endommager, jusqu'à ce que l'arbitre sonne la fin du premier round.
Les Panzaliens furent très mécontents, n'ayant jamais convenu un combat par rounds avec les Parkans. Ils partirent donc. Le résultat du duel fut match nul, au grand dam des téléspectateurs galactiques, déçus.



[PGG] Trêve [-2]:


Une trêve tendue suivit le duel: chacun préparait ses défenses et améliorait son arme de destruction massive. Les Azirs, par exemple, étaient toujours en train de reconstruire leur vaisseau-canon à gaz et les Goragniens renforçaient leur Forteresse Omega, plus forte que jamais. Les deux camps tentèrent aussi de courtiser d'éventuels nouveaux alliés, notamment les Auchs, à qui les Yourks proposèrent par exemple une aide militaire. Tout cela sans succès : tout le monde était soit trop occupé à se taper dessus, soit trop prudent pour s'engager dans un camp officiellement.
Les débuts de diplomatie entre Yourks et Auchs eurent cependant un effet inattendu: alliés pour un temps, ils attaquèrent ensemble les Assias, qui capitulèrent, mettant fin à la sempiternelle guerre entre eux et les Yourks.



[PGG] Retour de l'AP [-2]:


L'Alliance Pirate jugea le moment opportun pour faire son grand retour. Ils lancèrent une vague d'attaques contre les convois de petits peuples déjà éprouvés par la guerre, avec succès. Le Cartel réagit plus vite que l'Alliance: Zourmos, grâce à ses espions mis sur l'affaire, apprit que le nouveau chef des pirates était un étrange individu se faisant appeler « le Rapace ». Les Panzaliens envoyèrent des vaisseaux chercher le Rapace dans la 6ème branche galactique, connue pour être une branche paumée remplie de peuples pauvres peu puissants, où le Rapace se terrait, selon les informations collectées par les espions Panzaliens.

Entretemps, une attaque contre le Carveau eut lieu: Les Goragniens et Panzaliens voyaient bien que cette machine de guerre Zintorgienne devait être détruite s’ils voulaient avoir un avantage sur cette guerre. Ils ne parvinrent qu'à l'abîmer, après une rude bataille ou les flottes de l'Alliance furent durement éprouvées.

Pendant ce temps, après quelques semaines d'intrusion, les Panzaliens commencèrent à être mal-aimés par la population de la 6e branche, les jugeant trop arrivistes, trop propres et trop envahissants. De plus, Zourmos reçut un message du Rapace lui offrant un rendez-vous (sous forme hollographique) sur une planète isolée, afin de savoir ce qu'il lui voulait. Zourmos l'y rejoignit, non sans avoir donné des ordres pour mater les « rebelles » de la sixième branche. Zourmos proposa au Rapace une alliance entre l'AP et le Cartel, lui promettant les restes de l'empire Zintorgien après la fin de la guerre. Au même moment, Shadka arriva, elle aussi en hollogramme, pour parlementer avec le Rapace. Shadka sachant plus parler aux pirates que Zourmos, ce fut elle qui convainquit le Rapace de joindre l'AP à son camp. Peu après, les attaques de pirates sur l'Alliance cessèrent, sans s'arrêter chez le Cartel ou les autres peuples.

En guise de représailles, Zourmos lança une vague de massacres et de destructions de planètes dans la 6ème branche. Les gens de la 6ème branche, mal équipés mais ayant un sacré caractère, levèrent des flottes de fortune et parvinrent à repousser les Panzaliens qui décrochèrent, se disant sans doute qu’il ne valait pas la peine de s’investir militairement contre une bande de pauvres.



[PGG] Changement de camp des Parkans et mort de Trachy[-2]:


Au même moment, un virus mutagène se propagea sur une planète parkanne, amené selon certaines sources par un vieux vaisseau à la dérive. Aucun remède ne se révéla efficace, car le virus mutait toutes les demi-heures, faisant de nombreux morts. Acculée, Shadka dut se résoudre à faire appel aux Panzaliens, qui possédaient une technologie à base de lasers pour détruire ces virus. Les Panzaliens débarquèrent donc sur la planète pour aider les Parkans. Peu après le début de l'action des Panzaliens, les Azirs arrivèrent eux aussi, porteurs d'un gaz anti-évolutif qui empêcha le virus de muter. L'antidote contre cette dernière évolution du virus se révéla être l'arrache-gosier, boisson préférée des parkans. Tout le monde fut donc vite guéri.
Cependant, Shadka avait une dette envers Zourmos, qui était venu sauver son peuple… L'accord secret qu'ils avaient passé en échange des mini-lasers guérisseurs des panzaliens devint public: Les Parkans quittèrent officiellement l'Alliance pour se rallier au Cartel.

Les représailles ne se firent pas attendre, mais elles ne vinrent pas de l'Alliance comme on pourrait s'y attendre: Ce furent les pirates qui recommencèrent leurs attaques sur les parkans. En effet, Shadka avait négocié avec Le Rapace une alliance avec l'Alliance, et elle venait de la quitter. Désorientée, tout comme l'avaient été les Yourks devant le même dilemme, elle se confia à Trachy, son général et mari. Trachy, en tant qu'ancien pirate (bien que considéré comme un traître par ses anciens amis, dont le Rapace) décida de proposer un duel au Rapace. Si Trachy gagnait, celui-ci s'engageait sur l'honneur à ne plus toucher à l'empire Parkan. Si le Rapace gagnait, il se ferait livrer des armes parkannes de qualité. Une aubaine pour des pirates qui ne possédaient souvent que des armes de piètre qualité. Le Rapace accepta.

Le duel eut lieu sur Parka, capitale Parkanne. Pépéroni D.A. en personne vint voir le duel, qui se révéla aussi court que brutal. Après une passe d’armes à la hache et au pistolet, Trachy mourut, une balle dans le coeur, sous l'oeil dévasté de Shadka. Le Rapace s'empressa de prendre ses armes et de disparaître, conscient que s’il restait, il risquait de se faire étriper par les Parkans. On ne le revit plus jamais.

Shadka, ses enfants et tout le peuple Parkan furent en deuil pendant plusieurs jours.



[PGG] Massacres et escarmouches [-2 à-1]:


L'Alliance n'était pas active militairement depuis quelques semaines, se préparant à un affrontement plus brutal que tous sentaient venir prochainement. Le Cartel, en revanche profitait de l’accalmie du front pour régler ses comptes avec les peuples de la 6ème branche, avec bombes, missiles, armes chimiques, etc. La « rébellion » des peuples de la 6ème branche était en effet vue par le Cartel comme une agression. Face aux critiques, ils affirmèrent qu'ils ne faisaient que se défendre.

Mais les petits peuples n'étaient pas dupes. Plusieurs d'entre eux rejoignirent à nouveau l'EAU, cessant les hostilités entre eux, dans le but de former une alliance solidaire afin de se protéger de la destruction et des souffrances engendrées par l'Alliance et le Cartel. Ces derniers ne réagirent pas à cette action.

Après quelques semaines, la situation se calma quelque peu: l'AP redisparut (un conflit interne apparemment) et cessa de harceler la galaxie, et le Cartel cessa ses massacres sur la 6ème branche, décidant d'accorder aux peuples de cette branche, je cite, leur « non-gérance ». Cependant, ils étaient toujours présents physiquement, là-bas, ne massacrant plus les planètes mais agissant comme une force d’occupation. Les habitants, excédés et désirant par-dessus tout être enfin tranquilles, chassèrent les Carteliens. Zourmos, en colère, détruisit et ravagea encore des planètes, n’écoutant pas Blaze qui tentait de le tempérer en lui demandant de porter son attention sur l'Alliance plutôt que sur cette branche qui les défiait.



[PGG] Attaque de Zurme [-1]:


L’accalmie prit brusquement fin avec l’attaque de Zurme, planète panzalienne. Etonnamment, ce ne fut pas l’Alliance qui fut impliquée, mais une myriade de petits empires, les mêmes qui avaient rejoint l'EAU, un peu plus haut. Leur nombre et leur volonté compensa leur infériorité technologique face aux flottes du Cartel, et ils laissèrent Zurme en ruine avant de battre en retraite.
Le Cartel mit cette attaque sur le compte de la 6ème branche (encore). Ils refirent une expédition punitive, les Goragniens déversant du phazor et intoxiquant les planètes, les Panzaliens les ravageant et les détruisant de manière plus classique. Le quart des planètes de la 6ème branche était stérilisé… Et cela fait un nombre immense de planètes et de peuples détruits, croyez-moi.

« (...) et parce qu'ils ont attaqué le symbole de la justice et du droit panzalien, les peuples de la sixième branche sont donc des Forces du Mal! je requiers, au nom de l'ordre et de l'égalité, de la vertu et de l'honneur, que tous les peuples originaires de la sixième branche soient exterminés, et traqués, et éliminés, pour le bien du reste de la Galaxie »

Extrait du discours de Zourmos lors des massacres de la 6ème branche


Les forces de l'Alliance décidèrent que c'était l'occasion d'attaquer les forces du Cartel. La flotte Zintorgienne et une partie de la flotte Azirre surgirent dans la 6ème branche, aidés par les habitants de celle-ci, contre les vaisseaux Goragniens et Panzaliens. Au même moment, la flotte des petits empires (toujours pas inquiétée) attaquait une autre planète panzalienne, pendant que le reste de l'armée Azirre attaquait elle aussi des planètes panzaliennes de moindre importance, profitant du fait que la flotte de Zourmos soit dans la 6ème branche. Les Parkans, honorant leur nouvelle alliance, attaquèrent une planète Azirre.

Ce fut le désordre le plus total. Après des combats chaotiques qui durèrent quelques heures, les deux camps battirent en retraite pour arrêter les frais et se réorganiser.



[PGG] Chantier d’Utopia et scission de l'empire Parkan [-1]:


Le Cartel avait depuis des mois commencé un gigantesque projet: La construction de la cité d'Utopia. C'était une grande cité majestueuse, fortifiée, à l'architecture ambitieuse (pompeuse diraient certains), construite dans le plus grand secret.



Utopia, selon une modélisation d'époque. A gauche: palais Panzalien,
en bas: palais Parkan, à droite: entrée des bunkers Goragniens.


L'idée était de créer une cité utopique qui serait plus tard la capitale du Cartel, lorsque celui-ci dominerait toute la galaxie. Des rumeurs couraient parmi les ouvriers du chantier secret, affirmant que le vrai chef du Cartel, auquel Zourmos et Blaze obéiraient, se trouvait dans une salle au centre d'Utopia.

Pendant les finitions d'Utopia, l'Alliance reconstruisait de son coté, achevant les réparations de Ziria, la capitale Azirre, réparant le Carveau et préparant leurs flottes régulières. Profitant de ce temps, les Zintorgiens décidèrent de tirer dans l'espace l'E31CE3, technologie de leur invention qui, sans entrer dans les détails, rendait détectables tous les vaisseaux de la Voie Lactée, rendant obsolètes les systèmes d'occultation mis au point jusque-là.

Au même moment, l’empire Parkan était perturbé par les rumeurs faisant part de la défaillance mentale de l’impératrice Shadka. Perturbée par la mort de son mari et les divers changements de camp, elle semblait être devenue à moitié folle. C'est son fils Grakün, encore adolescent, qui prit le pouvoir chez les parkans, se renommant Trachy II. Fendra, sa sœur, n'était pas en accord avec son frère devenu empereur, préférant l’Alliance au Cartel. Les choses se gâtèrent rapidement entre le frère et sa sœur, si bien qu’en quelques jours l'empire se scinda en deux, la partie de Fendra pour l'Alliance et la partie de Trachy II pour le Cartel. Fendra décida d’essayer de réunifier son peuple par la force, financée par Josturi 20e. Ses premières attaques furent repoussées par les Carteliens venus protéger leur allié.



[PGG] Bataille de Zintorge [-1]:


Le Cartel décida qu’il était temps de frapper un grand coup. Les Panzaliens et les Goragniens décidèrent donc de lancer une attaque massive sur Zintorge, capitale Zintorgienne. Le Carveau fut évidemment en première ligne pour la défense de planète… Il dut faire face aux flottes Panzaliennes et Goragniennes et au PAZ, grand et puissant vaisseau développé par le Cartel spécialement pour cette bataille.
La stratégie utilisée pour cette bataille fut extrêmement brute: Tout le monde comptait sur sa pure puissance de feu pour vaincre l'autre. Les Zintorgiens parvinrent au bout d'un pénible combat à repousser les forces Carteliennes, et l'USS Exeter, vaisseau Zintorgien, dut se sacrifier pour détruire le PAZ, qui n'avait cessé de pilonner Zintorge au cours de la bataille. Les Carteliens battirent en retraite, leurs flottes ayant essuyé beaucoup de pertes. Mais Zintorge en avait payé le prix: La planète était sérieusement atteinte, recouverte d'un nuage de poussière, et les Zintorgiens déplorèrent plusieurs milliards de morts dans les cités de leur capitale ce jour-là. De plus, le Carveau avait été rudement éprouvé au cours de la bataille.

Comme on peut le voir, le Cartel et l'Alliance n'arrivaient pas à se départager, et ce depuis le début de la guerre. Le reste de la Voie Lactée commençant à s’y habituer, le chaos qui l’agitait se calma quelque peu, les guerres entre petits peuples étant moins violentes, quand elles ne prenaient pas simplement fin par un traité de paix. Quelques nouveaux petits peuples émergèrent malgré la guerre ambiante: C'est le cas de l'empire Drax par exemple – un peuple d’hommes-dragons violets affectionnant les chapeaux chinois noirs – qui sympathisèrent avec les Auchs, eux aussi en marge de la guerre. De plus, les attaques pirates de l'AP, qui n’était plus que l’ombre de lui-même, s'amenuisèrent, soulageant ainsi nombre de peuples.

Mais la guerre n'était pas finie, le Cartel organisa des raids sur des petits peuples pro-Alliance, afin d'apeurer tous ceux qui soutiendraient l'Alliance. L'Alliance répliqua en
lançant une campagne de représailles: plusieurs planètes de peuples pro-Carteliens furent ravagées.
Devant ce danger de plus en plus pesant sur les peuples faibles, beaucoup de citoyens VoieLactiens partirent se réfugier dans des colonies de fortune sur la galaxie Zaphyra, désertée des gros empires depuis le début de la guerre.

Il est aussi à noter qu'un Passif apparut dans la salle de l'EAU au beau milieu de cette période, venu prendre des nouvelles de la Voie Lactée: après avoir parlé avec Moi V II, Kiven et les quelques autres dirigeants de peuples appartenant encore à l’EAU et avoir appris que les VoieLactiens étaient plus violents que jamais, le Passif, déçu, repartit dans la lointaine galaxie où s'était réfugié son peuple.



[PGG] Bataille de Parka [-1]:


Fendra, la fille pro-Alliance de Shadka, décida d'enfin lancer l'attaque de la capitale parkanne détenue par son frère pro-Cartel Trachy II, avec l’aide des Yourks et des Azirs. Ces derniers envoyèrent un faux message d'alerte aux Panzaliens défendant Parka, de manière à ce qu'ils partent plus loin affronter un ennemi imaginaire. Les forces de Fendra, aidées par celles des Yourks, en profitèrent pour attaquer Parka. Les Panzaliens ne tardèrent pas à revenir vers Parka, se faisant bientôt prendre à revers par des vaisseaux Azirs. Des renforts Panzaliens vinrent corser la chose, pendant qu'au sol Fendra et ses partisans combattaient les pro-Trachy II avec l'infanterie Yourke et Azirre. Après l'arrivée de renforts Zintorgiens, la situation tourna à l’avantage de l’Alliance, et les Azirs décidèrent d’enfoncer le clou en sortant leur joker: le vaisseau-canon au Z-OM. Il surgit soudain des rangs Azirs et tira son projectile ramollissant au milieu de la bataille...Les vaisseaux panzaliens se ramollirent et tombèrent sur la planète. Plusieurs dizaines de vaisseaux Zintorgiens et Azirs aussi, car, bien qu'ils aient été recouverts d'une huile anti-gaz-Z-OM, certains avaient été mal huilés et furent ramollis tout de même.



Boum, piou piou piou ! (ceci n’est pas une image d’archive, mais ça vous mettra dans l’ambiance)


Les Panzaliens, voyant que la situation leur échappait, lancèrent depuis leur flotte la plus proche du système une onde mortelle de leur invention sur Parka. Les vaisseaux de l'Alliance détectèrent l'onde trente minutes avant son arrivée et évacuèrent en catastrophe la planète Parka, parvenant à évacuer environ 40 % de la population (dont Fendra et Trachy II plus tard libérés sur des planètes parkannes). L’onde frappa la planète peu après leur départ.

La bataille de Parka terminée, il était temps de faire le point sur la situation, tant pour l’Alliance que pour le Cartel. La bataille de Parka, bien qu’elle n’ait surtout concerné à la base que les parkans, avait finalement eu de lourdes conséquences sur les effectifs des plus gros empires. Leurs flottes étaient en grande partie détruites (deux tiers pour les panzaliens). Zourmos proposa une armistice à l'Alliance.



[PGG] Armistice [-1]:


Zourmos partit sur une planète isolée avec Freeza et Josturi 20e afin de discuter les conditions de l'armistice. La discussion tourna bien évidemment rapidement à la dispute et ils ne purent se mettre d'accord sur les termes de l'armistice qu’au bout de longues heures. Ils aboutirent finalement à cette version:


Armistice Cartel-Alliance

1- Tous les états belligérants s'entendent à ne plus s'agresser ou tenter d'intervenir dans les affaires de ses ennemis, tant que ce traité est respecté.

2- Tous les états belligérants s'engagent à ne plus développer d'armes nouvelles dans les 25 années qui suivront.

3- Tous les états belligérants s'engagent à cesser toute propagande, quelle qu'elle soit.



Freeza. Zezk, Josturi 20e signèrent, ainsi que Zourmos qui représentait le Cartel entier. Trachy II et Fendra, qui gouvernaient toujours chacun une moitié du peuple Parkan après la perte de Parka, signèrent aussi.

Ce fut donc la… paix. Fragile et éphémère chacun en était conscient. Le Cartel proposa des axes commerciaux avec l'Alliance, qui, méfiante, refusa (sauf Zezk, l'empereur Yourk). Zourmos, vexé (ou alors feignant de l’être) par le manque de confiance de Freeza et Josturi 20e, mit en état d'alerte les défenses de la Fédération Panzalienne.

Les Yourks semblèrent être les seuls à croire à cette paix: Zezk commença à commercer, soulagé de la fin des hostilités, avec les Drax et les Auchs (ces derniers toujours commandés par Kiven), contents eux aussi de pouvoir développer leur économie. On raconte qu'ils colonisèrent même à eux trois une planète « multi-impériale », afin de renforcer leurs liens. Mais tout n'était pas rose pour eux non plus. Les Yourks avaient perdu beaucoup d'hommes dans cette guerre (le capitaine Keyes, disparu dans la 6ème branche, entre autres) et leurs planètes avaient souffert pendant la guerre. Ils durent donc reconstruire. Mais ils étaient globalement confiants dans l’avenir.

Le Cartel et l'Alliance, eux, étaient loin de cette ambiance de saine camaraderie. Le Cartel ouvrit ses portes au petits peuples souhaitant s'y intégrer officiellement. Le nombre de peuples du Cartel passa donc de 3 (Panzaliens, Goragniens et Parkans) à 28. De plus le Cartel comme l'Alliance commencèrent à reconstruire leurs flottes, compensant leurs pertes militaires. Les deux camps commencèrent également à développer de nouvelles armes, malgré le deuxième point du traité. Les espions de chaque camp rapportèrent le fait à l'autre, si bien qu'après quelques jours, il fut de notoriété publique que l'armistice avait été violé. La guerre de propagande continuait, chaque camp voulant ruiner la réputation de l'autre. A ce petit jeu-là, les Carteliens se révélèrent plus habiles que ceux de l'Alliance, qui perdaient en popularité parmi les empires les soutenant.

Dans l'empire Parkan coupé en deux, les deux moitiés se faisaient une guerre continue et indécise, brisant l’armistice. La relation entre Trachy II et Fedra ne s’était pas améliorée. Pour finir, les deux décidèrent de régler ça à l'occasion du duel que Josturi 20e proposa bientôt à Zourmos: Si Josturi 20e gagnait, la moitié de Fendra allait à Trachy, et inversement. Mais Zourmos refusa le duel, et les Fendriens et Trachiens continuèrent à s'entredéchirer.



[PGG] Bataille de Neo-Korkuzan, mort de Josturi 20e et de d’Androx Blaze [-1]:


Le Cartel finit par en avoir assez d'attendre l'assaut massif qu'ils prévoyaient de la part de l'Alliance. Comme l'Alliance ne faisait rien, ils décidèrent de préparer leurs flottes pour lancer l'attaque décisive de la guerre, l'armistice étant déjà obsolète. Bien que de multiples petits empires et la moité des Parkans soient dans la Cartel, c'était toujours les Panzaliens et les Goragniens qui commandaient, dirigés par Zourmos et Blaze (Yarelle était la vraie dirigeante des Goragniens, mais Blaze étant le général, c'était lui qui s'occupait de la guerre). Les rumeurs circulant sur le « véritable » chef du Cartel devinrent plus précises, on parla d'un individu mystérieux s'auto-nommant « noble esprit ». Blaze et Zourmos ne firent aucun commentaire.
Les armées Panzaliennes et Goragniennes se rassemblèrent à Utopia. L'Alliance eut vent des déplacements de troupes chez le Cartel et prépara son armée pour donner l'assaut sur Neo-Korkuzan. Androx Blaze s'apprêta à livrer la bataille depuis la Forteresse Omega, la station armée attendant depuis le début de la guerre l'assaut de la capitale Goragnienne. Chose étrange, Josturi 20e lança avant la bataille un appel à toute la galaxie:

« Je lance un appel à tous les peuples Voie Lactiens: Venez régler tous vos comptes le même jour au même endroit. A Neo-Korduzan aura lieu la plus grande bataille de l'histoire! »

Josturi 20e, se rendant responsable de la future mort de millions de personnes


Le signal de l'assaut était donné. Les milliers de petits empires rameutés par Josturi 20e se dirigèrent eux aussi vers la capitale Goragnienne pour régler leurs différends. L'une des plus grosses batailles de la PGG allait pouvoir avoir lieu.

Les armées Zintorgiennes et les flottes Azirres (parmi lesquelles Josturi 20e, dans une armure de Loup Doré) ainsi que le fleuron de la flotte de l’Alliance, le Carveau, arrivèrent sur Neo-korkuzan où les attendaient de pied ferme les Panzaliens et les Goragniens. Le combat s'engagea.
Peu après les premiers échanges de tirs arrivèrent les flottes des petits empires, engageant le combat au-dessus des flottes du Cartel et de l’Alliance pour éviter d’être prises entre deux feux. Le ciel de la planète devint noir de vaisseaux : les milliers de machines couvraient la capitale Goragnienne de leur ombre. L’écran formé par ces flottes empêchait les renforts Carteliens de prendre à revers les flottes de l'Alliance, qui combattaient comme ils le pouvaient les flottes et défenses sol-air défendant Neo-Korkuzan.

Eut alors lieu le choc des titans: Le Carveau, tirant et déversant des centaines de vaisseaux sur la planète, se retrouva face à son rival, la forteresse Omega, où se trouvait Androx Blaze, dirigeant les opérations. Au même moment, la flotte Yourke arriva en orbite de la planète, venant se rajouter à la bataille générale qui avait lieu… Les dizaines d'épaves des vaisseaux touchés et détruits tombaient déjà en nombre sur la surface de la planète Goragnienne. Le Carveau, encaissant des tirs de toutes parts, déversait tout son arsenal sur ses ennemis. La progression des troupes de l'Alliance était lente, car les défenses Neo-Korkusiennes étaient particulièrement poussées et les défenseurs Carteliens particulièrement agressifs et motivés. Josturi 20e combattait toujours, dans son armure de Loup Doré modifiée: elle avait deux mystérieuses petites bosses aux poignets. Les autres Loups Dorés passaient d'ailleurs un sale quart d'heure, car les défenses goragniennes les prenaient souvent pour cibles.

Josturi décida de s'attaquer en personne à la forteresse Omega: après être parvenu à se frayer un chemin au milieu de la bataille titanesque jusqu'à un canon principal de la forteresse, il entra dedans pour pénétrer à l'intérieur de la forteresse et se frayer un chemin grâce aux armes de pointe couplées à l'armure, progressant à l'intérieur de la gigantesque machine Goragnienne comme un ver dans une pomme, détruisant murs et cloisons au milieu du personnel surpris de la forteresse.

Sur la planète, les forces de l'Alliance commencèrent à sortir leurs coups bas: Les Azirs versèrent dans les trous creusés par les tirs Zintorgiens des bombes bactériologiques, répandant une épidémie fulgurantes dans la population Goragnienne en dessous. Il s'agissait en fait du même virus ayant ravagé une planète parkanne peu de temps auparavant, que les scientifiques Azirs avaient recueilli. Les Panzaliens parvinrent à neutraliser le virus quelques minutes plus tard à peine, car eux aussi l'avaient étudié et étaient parvenus à trouver une onde détruisant les gènes de cette maladie. Au-dessus, les épaves continuaient à joncher le sol, gênant parfois les défenses au sol des Carteliens. Pendant que les petits empires continuaient à se battre, les vaisseaux Panzaliens et Goragniens continuaient eux aussi à détruire les vaisseaux Zintorgiens, Azirs et Yourks, et vice-versa, sans se faire le moindre cadeau.

Pendant ce temps, dans la forteresse Omega, Josturi 20e était en mauvaise posture: les Goragniens avaient fini par l'intercepter, et son armure endommagée risquait d'exploser d'une seconde à l'autre de par l’instabilité énergétique que ses dégâts lui faisaient subir. L’empereur Azir, seul au milieu de la gigantesque machine, décida alors d’en finir et se fit exploser.

L'onde de choc causa de sérieux dégâts à la forteresse, mais il y avait plus grave encore: les capsules aux poignets de Josturi contenaient du gaz Z-OM amélioré et très concentré. La forteresse fut ramollie en grande partie et commença à s'affaisser sur elle-même. Aussitôt après, le général en chef Azir prit le commandement des Azirs. L’empereur était mort, mais on n’avait pas encore le temps de se lamenter. Les vaisseaux de l'Alliance firent une charge incisive dans les rangs Carteliens. Des Loups Dorés plantèrent aussi à divers endroits de la surface de la planète des machines génératrices de tremblements de terres, amochant encore plus les constructions et structures Goragniennes.

Dans la forteresse Omega, qui n'était plus qu'à 50 % opérationnelle, Androx Blaze devait faire son choix. Dehors, les vaisseaux des différentes factions tombaient comme des mouches, et l'Alliance progressait toujours. Blaze commanda à la forteresse en ruine de foncer sur les vaisseaux de l'Alliance. Ceux-ci, voyant le coup venir, s'esquivèrent en partie, effarés. Blaze lança alors l'autodestruction de la forteresse, qui éclata dans une gigantesque gerbe de flammes accompagnée d'une magistrale onde de choc détruisant tout aux alentours. La flotte de l'Alliance, Carveau compris, quitta la planète en ruine. Les quelques rares vaisseaux survivants des petits empires décidèrent aussi de s'en aller, effrayées par tant de destruction.

Androx Blaze périt avec sa forteresse.



[PGG] Calme avant la tempête [-1]:


L'ambiance d'après la bataille fut lourde. Très lourde. Les deux camps avaient payé un lourd tribut à l’affrontement, sans compter la mort de chaque côté d'un dirigeant majeur, Josturi 20e pour l'Alliance et Androx Blaze pour le Cartel. Yarelle, après la mort de son mari dont la machine à clones avait été détruite dans la forteresse, dut prendre en main les affaires militaires de son empire, tout en éduquant Baba, fils de Serris, l’autre femme d’Androx Blaze, pressenti pour reprendre le pouvoir. Chez les Azirs, le général en chef prit la suite des opérations en attendant de trouver un successeur. En effet, Josturi 20e était sans enfants et sans héritier de la famille: la dynastie Josturi se termina donc avec lui. Ce fut le duc militariste Tarkos qui fut élu empereur quelques jours plus tard. Ses idées très soldatesques n'auraient pas passé si la situation n'aurait pas été aussi extrême…

Les petits empires employés comme bouclier humain avaient eux aussi pour beaucoup perdu la quasi-totalité de leurs flottes, et ne cachèrent pas leur colère à l'égard de l'Alliance.
Tout le monde sentait que le dénouement était proche, et qu'il n'était pas temps de traîner. Il fallait faire des réparations rapides et ensuite frapper fort, et frapper bien: Les deux camps étant affaiblis, c'était maintenant le moment décisif où tout allait se jouer.



[PGG] Assaut final [-1]:


L'Alliance décida de frapper la cité utopique du Cartel, symbole de leurs projets et de leur idéologie: Utopia. On ne sait pas comment les Alliés étaient parvenus à apprendre son existence et à la localiser, mais toujours est-il qu'ils dirigèrent leurs flottes réparées en hâte en direction de la cité, où se rameutèrent également les dernières forces du Cartel. Toutes les dernières troupes de cette guerre étaient là… Wyres Panzaliens, essaims Goragniens, Loups Dorés Azirs, Carveau Zintorgien, SDO Yourks, etc.

Le dernier combat de la Première Guerre Galactique s'engagea, violent, bestial. Après quelques minutes de combat et de bombardement sur le bouclier d'Utopia, coup de tonnerre pour l’Alliance: Le Carveau fut détruit, compressé par un bouclier énergétique modifié, mis en place par les Panzaliens. Le Carveau, poids lourd de la flotte de l’Alliance, rejoignit la forteresse Omega dans la tombe des vaisseaux-mastodontes déchus et implosa. Au même moment, le bouclier Utopien fut détruit, et les troupes de l’Alliance débarquèrent, effarées par la destruction du Carveau dans le ciel. La bataille terrestre s'engagea, pendant qu'au-dessus les vaisseaux des différentes factions, mal coordonnés et enivrés par la bataille, se battaient et d’écrasaient les uns contre les autres, trop nombreuses sur un espace aérien trop exigu. Les flottes spatiales remontèrent donc en orbite. Sur Utopia, les troupes Azirres, Yourkes et Zintorgiennes continuaient à saccager la cité, dans laquelle se trouvait Zourmos en personne. Ce dernier, voyant que la destruction du fleuron de la flotte de l'Alliance n'avait pas suffi à les déstabiliser, décida d'employer l'arme de destruction massive que les Panzaliens avaient développée en secret durant tout ce temps: la bombe Ia-Tonne. Celle-ci devait être lancée depuis une planète plus éloignée, afin d'annihiler Zintorge, finir de déstabiliser les Alliés et déclarer enfin la victoire sur cette guerre.



Cataclysme [0] :


Utopia n'était plus qu'un champ de ruines. Zourmos et Serris dirigeaient leurs troupes terrestres au milieu des décombres. Les Goragniens générèrent une pluie de phazor au-dessus de la cité. L'infanterie Alliée était acculée, et la victoire du Cartel proche: la bombe Ia-Tonne venait d'être lancée.

Alors se produisit la catastrophe. Une erreur, une simple erreur de calcul fit dévier la trajectoire de la bombe de plus de 4 parsecs : elle allait s'écraser dans le centre galactique, provoquant ainsi une onde de destruction gigantesque qui ravagerait toute la galaxie, en plus de supprimer toute forme de vie à cent parsecs autour du centre.
Dès qu’il sut ce qui allait arriver, Zourmos tenta de s'enfuir et de prévenir Yarelle, mais son vaisseau fut touché lorsqu'il tenta de quitter Utopia et alla s'écraser contre un débris du Carveau.

Le cataclysme se produisit. D'abord, le coeur galactique implosa, aspirant les systèmes alentours. Puis il explosa, comme dans une gigantesque pulsation, générant des ondes destructrices parfois génératrices de radioactivité, ondes qui ravagèrent la galaxie, provoquant catastrophes naturelles à foison, détruisant des dizaines d'empires et tuant des milliards de créatures, irradiant d'immenses zones et les rendant invivables pour des décennies.

La guerre était terminée.





Troisième Âge
[0 à 735]








-En cours de rédaction. Mais ne soyez pas pressés!-








Quatrième Âge
[735 à 1414]








Introduction


Le Quatrième Âge s'étend depuis la défaite du Commodore à la fin de la Seconde Guerre Galactique, et se finit avec le Second Cataclysme provoqué par ce même Commodore, qui obligea les populations galactiques à se réfugier dans l'Atome Stellaire pour les 10 000 ans qui allaient suivre.





– Ce qui se passe entre le début du Quatrième Âge et ce qui suit ne sera probablement jamais détaillé. Référez-vous à la version condensée. -






Prémices de la Guerre des Golgothes [ ???]:


La Guerre des Golgothes s’inscrit dans la suite d’évènements qui aboutit à la Deuxième Guerre Andromédienne. Toute cette période est réputée pour avoir été une des plus compliquées à comprendre et à consigner pour les historiens, car les informations permettant de la comprendre arrivaient au compte-gouttes et les diverses révélations survenues au cours de cette affaire changeaient sans cesse la lecture qu’on en faisait.



Historien à qui ses collègues viennent de demander de résumer la Seconde Guerre Andromédienne.


Heureusement, on dispose désormais du recul nécessaire pour tout raconter dans l’ordre en bonne et due forme. Alors commençons.

Toute l’affaire commença en dehors de la Voie Lactée, sur la première moitié de la galaxie d’Andromède. Vers le début du Premier Âge, souvenez-vous, les Brochentachtreusse avaient testé une de leurs armes, la bombe AMDCG, sur la galaxie voisine de la Voie Lactée : Andromède. La moitié de cette galaxie avait alors disparu, et tout le monde, VoieLactéens comme Andromédiens, en avait déduit qu’elle avait été détruite, ce qui avait conduit un peu plus tard à l’affrontement entre VoieLactéens et Andromédiens que l’on baptisa Guerre d’Andromède, ou encore Bataille d’Andromède. Or, il n’en était rien : la première moitié d’Andromède avait en réalité été déplacée dans un univers parallèle.
La galaxie d’Andromède était une galaxie de magiciens, par opposition à la Voie Lactée où la magie a longtemps été considérée comme une légende. Sans doute est-ce une réaction entre l’énergie énorme de la bombe AMDCG et la magie imprégnant cette galaxie qui produisit le déplacement interdimensionnel de la moitié d’Andromède.
Les Andromédiens de cette moitié, stupéfaits, ne comprenaient pas ce qui leur était arrivé. De leur point de vue, c’était l’autre moitié de leur galaxie qui avait disparu, de même que la Voie Lactée et les autres galaxies, remplacées par d’autres. Ils n’avaient aucun moyen de savoir que c’était une bombe Brochentachtreusse qui avait provoqué leur déplacement dans un autre univers.
Cet univers dans lequel ils étaient, que l’on baptisa plus tard « dimension Andromédienne », était à la fois semblable et différent au nôtre. Semblable car il était constitué d’un espace vide rempli de galaxies, comme chez nous, mais différent car les galaxies qui l’habitaient n’étaient pas les mêmes que chez nous : il n’y avait pas d’équivalent à la Voie Lactée ou à Andromède dans la dimension Andromédienne, comme c’était le cas pour la dimension sombre, par exemple. D’autre part, une autre différence de taille existait entre cet univers et le nôtre : le temps s’y écoulait beaucoup plus lentement que chez nous. Des milliers d’années chez nous équivalaient à seulement une vingtaine d’années dans la dimension Andromédienne.

Quelques heures après que les Andromédiens aient échoué dans leur dimension, Josturi 3e et Habran arrivèrent à leur tour. Josturi 3e, l’empereur du peuple VoieLactéen des Azirs au moment de la Bataille d’Andromède, et Habran, chef despote des Andromédiens. Pour eux, il s’était écoulé des semaines, pas seulement deux ou trois heures, des semaines pendant lesquelles les VoieLactéens et les Andromédiens restés dans notre dimension étaient entrés en guerre. C’est au beau milieu des combats de la Guerre d’Andromède que Josturi 3e, à bord de son vaisseau individuel, avait décidé de foncer sur l’aura magique protectrice de Habran, tel un kamikaze. Les deux dirigeants avaient disparu dans un éclair, et, chez nous, on les avait déclarés morts. Cependant, tout comme la première moitié d’Andromède, ils avaient été simplement transportés dans la dimension Andromédienne. Ils cessèrent alors de se battre, hébétés. Pour eux, deux choses incompréhensibles venaient d’avoir lieu : tous les combats et les systèmes stellaires autour d’eux avaient disparu, et la moitié d’Androméde censée être détruite venait de réapparaître, un peu plus loin. Eux non plus ne comprirent pas tout de suite qu’ils venaient de changer de dimension.

Josturi 3e fut le premier à réagir. Reprenant en main les commandes de son vaisseau, il laissa Habran planté là et se dirigea vers les étoiles de la première moitié d’Andromède. Il voulait comprendre ce qui c’était passé. Il fallut quelques semaines à Josturi avant de comprendre qu'il se trouvait dans la moitié d'Andromède bombardée par les Brochentachtreusse et que le temps ne s'écoulait pas uniformément dans les deux univers. Les Andromédiens accueillirent l'ex-empereur Azir parmi eux et, en discutant avec lui, comprirent eux aussi ce qui s’était passé. Plusieurs années s’écoulèrent, et Josturi s'intégra parfaitement à la communauté Andromédienne, devenant un personnage important parmi eux.

Au cours de ces années, les Andromédiens se découvrirent des envies colonisatrices. En quelques décennies, ils colonisèrent deux autres inhabitées galaxies, conscients que leur demi-galaxie allait d'effondrer tôt ou tard, déséquilibrée par l’absence de son autre moitié. Au cours de ces années, un autre VoieLactéen arriva aussi de façon accidentelle dans la dimension Andromédienne: Kahlaf, un Ezka venu de la dimension des Ezkas. On ne sait pas comment Kahlaf arriva dans cette dimension. Après un certain temps où il apprit avec un certain talent la magie Andromédienne, il fit part de son désir de retourner dans sa dimension. L’affaire était difficile, car la magie interdimensionelle demeurait balbutiante pour les Andromédiens, et donc pleine de risques. Les mages Andromédiens tentèrent quand même l’aventure, mais manquèrent leur but : Kahlaf fut envoyé dans notre dimension à nous, et pas dans la sienne. L’Ezka fut au début bien embêté de ne pas se retrouver dans le bon univers, mais se débrouilla bien vite pour gagner la galaxie la plus proche qu’il trouva, en l’occurrence Aziria, la galaxie qui avait été colonisée il y avait des siècles par des Azir ayant émigré de la Voie Lactée. Là, il trouva une planète vierge et viable et entreprit de vivre en robinson, employant son temps libre à essayer d’utiliser ses connaissances en magie pour reprendre contact avec la dimension Andromédienne. Il devait être plus facile de communiquer entre dimensions que d’y déplacer des corps, se dit-il.

Le système politique Andromédien changea. Ils avaient été pendant des années dirigés de façon dictatoriale par leur ancien chef Habran, mais instaurèrent désormais un système plus démocratique avec à sa tête le Conseil des Cinq, dont faisaient entre autres partie Josturi 3e et Kahlaf, avant son départ.
Et Habran ? Tout comme Josturi, il était venu rejoindre la moitié de galaxie d’Andromède, retrouvant ses anciens sujets. Mais il resta dans l’ombre, caché. Il gardait une haine farouche envers les Voie Lactéens, et n’était pas vraiment enchanté d’être dans un univers parallèle où il ne pouvait plus se venger d’eux. Il rêvait de soulever les Andromédiens de la dimension Andromédienne et de lever une nouvelle armée, pour revenir dans notre dimension et régler ses comptes avec les VoieLactéens. Mais pour revenir dans la dimension où se trouvait la Voie Lactée, le moyen le plus sûr, si on ne voulait pas risquer de se tromper bêtement de dimension comme ça avait été le cas pour Kahlaf, était un très vieil artefact Andromédien, crée par un des rares mages ayant étudié la magie interdimensionelle. Cet artefact était un imposant médaillon en métal bleu permettant, entre autres, d'ouvrir des portails entre dimensions. Problème : ce médaillon, connu sous le sobre nom de « médaillon bleu », se trouvait dans la moitié d'Andromède restée dans notre dimension. Pour s’en servir, il ne restait dont qu’une solution : parvenir à se trouver un allié dans la dimension VoieLactéenne qui serait disposé à chercher et trouver ce médaillon bleu. Heureusement pour Habran, il était bien plus facile pour la magie andromédienne de communiquer entre les univers que d’y déplacer des corps. Il suffirait donc de trouver quelqu’un de facilement manipulable et s’en servir comme pantin.
Habran se lança donc dans l’étude de la magie interdimensionelle. Magicien doué, il parvint en quelques années à peine à maîtriser suffisamment ce type de magie pour pouvoir communiquer audiblement avec des personnes vivant dans la dimension VoieLactéenne, faisant sans doute peur à de braves gens pensant entendre des voix de fantômes… Au bout d’un moment, perfectionnant toujours plus sa technique, il décrocha le jackpot : il trouva quelqu’un qui était non seulement disposé à l’aider, mais qui pouvait mettre facilement la main sur le médaillon bleu, quelqu’un dont nous reparlerons plus bas. Il ne restait plus à Habran qu’à regagner le pouvoir dans la dimension Andromédienne. Faisant appel à la fidélité de plusieurs de ses anciens généraux, il rassembla rapidement une partie des Andromédiens à sa cause : nombre d’entre eux le craignaient encore, et beaucoup estimaient comme lui que les VoieLactéens méritaient d’être punis pour leurs méfaits. En face, le Conseil des Cinq s’opposa à son pouvoir, affirmant qu’une nouvelle guerre avec la Voie Lactée, pour peu que l’on parvienne à retourner dans la dimension où elle se trouvait, n’était pas souhaitable. La guerre entre les deux factions d’Andromédiens éclata. Josturi 3e et Habran s'affrontèrent à nouveau lors d'une nouvelle bataille, et un phénomène similaire à celui advenu des années auparavant se produisit: Habran créa à nouveau un globe de magie autour de lui, et Josturi fonça dessus comme autrefois. Mais cette fois, seul Josturi changea de dimension, revenant dans notre dimension à nous.

Avant de raconter ce qui leur arriva, il va falloir parler du deuxième lieu concerné par toute cette affaire : la galaxie d’Aziria.

Cette galaxie, colonisée par les Azirs durant le Deuxième Âge, avait depuis longtemps rompu tout pont avec la Voie Lactée. Alors que les Azirs restés en Voie Lactée étaient devenus des apatrides sans nation éparpillés un peu partout, les Azirs d'Aziria vivaient dans une paix relative dans un grand état fédéral dirigé par un roi. Au cours des années, ils avaient fait des découvertes scientifiques intéressantes, comme le « saut Gamarr », une technologie encore balbutiante permettant de se déplacer sur de grandes distances en appliquant les lois de la physique quantique à des grands objets tels des vaisseaux. C'était une alternative prometteuse au moteur gémellaire et au moteur à failles.
En ce qui concerne l’attitude à adopter par rapport à la Voie Lactée, le mot d’ordre des autorités était clair : moins on se mêle aux VoieLactiens, mieux on se porte. Cette attitude, qui avait évité aux Aziriens, par exemple, d’être mêlés de près ou de loin aux deux premières guerres galactiques de la Voie Lactée, finit par atteindre des extrêmes. Et c'est là qu'on doit s'intéresser à un individu en particulier: Jerod Dovasine.



Seule photo connue de Dovasine.


Dovasine était le fils d'un modeste Azirien vivant dans une des métropoles d'Aziria. Le père de Dovasine, dont on ignore le nom, élevait seul son fils. Son erreur fut d'être un passionné d'histoire, et tout spécialement de l'histoire VoieLactéenne. Or, le roi d'Aziria en place à cette époque-là était un tyran. Il avait poussé l'attitude de renfermement par rapport à la Voie Lactée à l'extrême: toute allusion à la Voie Lactée était interdite, sous peine de mort. La police Azirienne découvrit un jour que le malheureux père de Dovasine faisait des recherches clandestines à propos de l'histoire de la Voie Lactée. Le jour même, il fut exécuté et laissé mort à son domicile. Le petit Dovasine fut traumatisé à vie lorsqu'il rentra chez lui ce soir-là. Il devint par la suite un délinquant de rue et nourrit une haine farouche envers le gouvernement Azirien. Il rêvait de renverser toute cette vieille monarchie.

Jeune adulte, Jerod Dovasine fréquenta divers cercles extrémistes, devenant un délinquant connu des services de police. Il finit par intégrer une société clandestine dont le vrai nom demeurait secret, mais qui étaient connus sous le patronyme de « boussoliens », en référence à leur emblème représentant une boussole mais aussi à un étrange outil de technologie inconnue que recevaient les tous les nouveaux adhérents : un appareil en forme de boussole sans aiguilles permettant de communiquer à distance. Le chef de cette organisation était un autre Azirien nommé Sterzo, riche trafiquant d'art et amateur de musique classique. Son visage était masqué lors des réunions des boussoliens, de sorte que personne ne connaissait alors son identité réelle.
Ce Sterzo était un amateur d’art donc. Il collectionnait également en toute illégalité de vieilles pièces archéologiques. Or, il se trouva que par le plus grand des hasards, c’était dans sa collection privée qu’avait échoué le « médaillon bleu » que Habran convoitait. Ce médaillon, sans doute volé par un soldat VoieLactéen lors de la Bataille d’Andromède, était passé de main en main pendant des centaines d’années avant d’atterrir chez Sterzo. Comme le lecteur l’a sans doute deviné, c’était effectivement avec Sterzo que Habran, le mage Andromédien encore coincé dans sa dimension, était parvenu à communiquer. Habran et Sterzo s’étaient rapidement entendus : en échange de l’utilisation du médaillon, Habran avait promis à Sterzo de l’aider à prendre le pouvoir sur la galaxie d’Aziria. Mais Habran, malgré sa soif de vengeance, était prudent. Il demanda à Sterzo de lui dégotter une force militaire pouvant lui servir d’appui lors du futur affrontement avec la Voie Lactée. Cela était à priori une tâche impossible pour Sterzo, simple chef d’un groupe extrémiste clandestin. Mais l’Azir était plein de ressources.

Sterzo avait entendu parler d’une horde d’êtres belliqueux errant de galaxie en galaxie : les Golgothes. Les Golgothes étaient une race de petits parasites vivant à l’intérieur d’hôtes vivants ou dans des corps robotiques spécialement conçus pour eux. Tous ensemble, ils étaient une force armée brute qui pouvait bel et bien occasionner quelques soucis aux VoieLactéens… Toute l’affaire, pour Sterzo, était de les localiser, les approcher sans se faire tuer, et les convaincre d’attaquer la Voie Lactée. Les trois tâches étaient difficiles, pour ne pas dire impossibles, mais Sterzo y parvint pourtant, avec sans doute un coup de main à distance de la part d’Habran. Les Golgothes l’écoutèrent, et acceptèrent d’attaquer la Voie Lactée, galaxie à laquelle ils n’avaient pas encore goûté, en échange de la technologie Azirienne du Saut Gamarr, qui leur permettrait d’arriver dans la Voie Lactée d’un coup et par surprise, sans être détectés dans le gémellaire ni être trahis par des portails. Sterzo accepta le marché, négligeant de leur préciser que le Saut Gamarr n’était pas encore parfaitement au point et qu’il était possible que jusqu’à 20% de la flotte Golgothe disparaisse lors de chaque saut, ses particules étalées sur des années-lumière…

Pendant ce temps, dans la dimension Andromédienne, Habran et ses partisants entraient en conflit armé avec le Conseil des Cinq. Comme nous l’avons vu, Josturi 3e et Habran se retrouvèrent encore une fois sur le champ de bataille et se foncèrent dessus. Josturi 3e (et seulement lui) se retrouva à nouveau projeté à travers les dimensions et atterrit dans la nôtre. Il se retrouva alors en plein espace, à l’ancien emplacement de la seconde moitié d’Andromède, désormais effondrée, avec d’un côté la Voie Lactée, au loin, et de l’autre Aziria. Cette dernière étant un peu plus proche, Josturi 3e décida d’y chercher refuge.

Arrivé sur Aziria, Josturi 3e, désorienté par la présence dans cette galaxie de membres de sa race, signala sa présence et raconta aux Aziriens ce qu'il avait vécu. Il se fit traiter de fou, mais parvint aussi à convaincre une partie des Aziriens de la véracité de ses propos. Il jeta un tel trouble dans la galaxie que le roi Tariam, vieil Azirien ayant succédé au tyran qui avait fait assassiner le père de Dovasine, décréta un mandat d'arrêt sur Josturi pour incitation à l’émeute. Josturi dut s'enfuir. La suite de son parcours est un peu floue : on ne sait pas où il alla (bien qu'il restât à Aziria), mais il finir par échouer chez Sterzo. En effet, Sterzo était connu pour aider les fugitifs riches à disparaître dans la nature pour une modique somme d'argent. Arrivant chez lui, Josturi 3e découvrit la présence du Médaillon Bleu dans sa collection, duquel il avait sans doute entendu parler pendant ses années chez les Andromédiens. Comprenant le danger que ce médaillon représentait s’il tombait entre les mains de Habran ou de ses alliés, il le vola et s’enfuit de la demeure de Sterzo. Poursuivi par ses hommes de main, Josturi parvint à les semer et à s’écraser sur une planète Azirienne vierge.

Pendant ce temps, la flotte Golgothe s’était déjà mise en mouvement, approchant de la Voie Lactée. Ils furent repérés durant leur trajet par des radars Aziriens. Le roi Tariam et la plupart des Aziriens furent d’avis que ce n’était pas leurs oignons. Un des agents radars, un Azir du nom de Wando, n’était pas de cet avis : il remua ciel et terre pour qu’on envoie quelqu’un prévenir les VoieLactéens qu’une horde de parasites agressifs se dirigeait vers eux. Devant le refus mou de l’administration de donner suite à sa demande, Wando, n’écoutant que son courage, décida de partir lui-même pour la Voie Lactée.
Seulement voilà, Dovasine eut vent de son départ. En tant que boussolien, il avait été mis au courant par Sterzo de leur arrangement avec Habran et savait donc qu’il n’était pas dans leur intérêt que les VoieLactéens aient une chance de gagner la guerre future, surtout maintenant que Josturi avait volé le médaillon et devait absolument être retrouvé. Il ne fallait pas que Wando parvienne à prévenir les VoieLactéens. Montant à son tour dans un vaisseau volé, Dovasine suivit de près Wando. Tous deux furent visés par les canons Aziriens voulant les empêcher de partir, mais ils parvinrent tous deux, bien qu’endommagés, à quitter la galaxie.

Wando et Dovasine arrivèrent sur la Voie Lactée. Wando voulut rencontrer un empereur VoieLactien, au hasard, et le hasard le fit venir auprès de l'empereur Panzalien d’alors, Panzak. Mais Dovasine, qui était parvenu à le retrouver sans se faire voir, empoisonna le dernier repas de Wando avant son entrevue avec Panzak (au lieu de, disons, simplement lui tirer dans le dos). Wando ressentit les effets du poison peu avant son entrevue et parla avec difficulté à Panzak avant de s'écrouler. Il lui fit comprendre que des « nuées » allaient attaquer la Voie Lactée. Panzak transmit aussitôt un message aux autres dirigeants, pour les en informer, tout en plaçant Wando, tombé dans le coma, dans un de ses hôpitaux. Dovasine n'était pas resté inactif. Il décida d'usurper l’identité de Wando, et, tant qu'à faire, utiliser les VoieLactiens pour retrouver Josturi. Il choisit lui aussi un empire au hasard, arrivant dans l'empire Yourk. Il se fit volontairement capturer par l'armée Yourke en arrivant trop près d'une planète sans l'autorisation nécessaire et dit aux militaires l'ayant capturé qu'il voulait parler à leur dirigeante, la présidente Isia.
Une fois en sa présence, Dovasine se présenta sous le nom de Wando. Il demanda à Isia de parler aux dirigeants des plus grands empires à la prochaine séance de la Nouvelle EAU, formée récemment. Cela lui fut accordé: Panzak avait justement convoqué les dirigeants à la salle de l'EAU: Lyve, la Yourke qui dirigeait les Auchs, Klof l'empereur Orion, Moi V II, l'empereur Gogolien, Volcanor, un des dirigeants du jeune peuple Pyronien, l'impératrice Netrix Thérèse, les représentants Eléëas, et d’autres encore. Panzak raconta aux autres dirigeants l’arrivée chez lui d’un mystérieux Azir : le malheureux Wando, toujours dans le coma. Lorsqu’ils entendirent parler de ces mystérieuses « nuées » qui menaçaient la galaxie, les différents dirigeants furent dubitatifs, ne sachant pas trop quoi faire face à une information aussi vague. Isia arriva alors, accompagnée de Dovasine. Elle le présenta sous le nom qu'il lui avait donné: Wando. Les autres dirigeants furent tout de suite à l’écoute de cet individu qui, tout comme celui qui s’était effondré chez Panzak, était un Azir. Dovasine en profita pour mentir sans vergogne à l'assemblée présente, déformant complètement la vérité, donnant un faux nom au vrai Wando, etc... Voici un extrait de son discours:

« (...) Il y a quelques mois, sur Aziria, un homme est arrivé, sorti de nulle part, et a troublé notre peuple. Cet Azir prétendait être un Josturi. Un Josturi! La dynastie des Josturi s'est pourtant éteinte, comme vous le savez, lors de la première guerre galactique. Mais lui maintint qu'il était Josturi, et qu'il avait vécu des choses incroyables. Beaucoup ne le crurent pas. Mais beaucoup le crurent. Le trouble jeté sur notre population a été tel que ce prétendu Josturi est devenu l'ennemi numéro 1 du royaume Azirien, et qu'il est recherché partout là-bas. Depuis, il se cache.
Mais il y a plus grave. Des rumeurs courent… Josturi aurait levé un ennemi contre vous. Un ennemi redoutable : les nuées dont parlait l'Azir qui a essayé de prévenir l'empereur Panzalien ici présent. La Voie Lactée est une place stratégique dans ce coin d'univers, et elle est donc convoitée. L'Azir qui a été empoisonné se nomme Jake Tomphsan. Lui et moi, nous faisons partie des rares Azirs qui voulions vous prévenir de ce danger imminent. L'état de Tomphsan prouve que l'ennemi est plus proche que ce qu'on croyait. Il faut vous préparer à mener une guerre tout en traquant Josturi afin de l'éliminer. Je ne sais pas quels ennemis il a jetés contre vous, mais ils seront là un jour, messieurs. »


Tout le monde avala le mensonge. Les dirigeants mirent leurs nations sur le pied de guerre et annoncèrent à leurs peuples la nouvelle. Pendant ce temps, à l’EAU, on parla de mettre en place une armée commune pour faire face à ce genre d’adversaire extra-galactique. Cela restait un projet pour le moment, mais on mit déjà en commun quelques technologies pouvant servir à la mise sur pied de cette éventuelle armée de l’EAU, qui n’est pas sans rappeler la Police Clone.



Une modélisation des premiers vaisseaux
de l’armée commune de l’EAU


Dovasine, toujours sous le nom de Wando, demanda à ce qu'on lui fournisse un vaisseau et des hommes pour partir chercher Josturi 3e sur Aziria. Les Panzaliens organisèrent les grandes lignes de l'expédition en fournissant le vaisseau (le Virospé, vaisseau au design ultra-retro et aux performances excellentes). Plusieurs peuples fournirent quant à eux la crème de leurs soldats faire partie de cette expédition, qui compta deux Panzaliens, un Orion, deux Yourks, une Pyrionienne, un Auch et un Eléëas. Tous furent placés sous le commandement de Dovasine. Le Virospé partit en direction du portail intergalactique VoieLactéen et arriva à Aziria, en se faisant le plus petit et discret possible.
Au même moment, les peuples de l'EAU s'affairaient en prévision de la guerre à venir. Ils ne savaient encore rien de leur ennemi, mais se préparaient à tout. Histoire de se faire la main, les Panzaliens et les Auchs aidèrent les Eléëas à contrer une rébellion interne. À l’EAU, un nouveau président fut élu en la personne de Davru, politicien Panzalien.

Pendant ce temps, Wando (le vrai) se réveilla dans sa chambre d'hôpital. Apprenant les derniers évènements par un inspecteur venu l'interroger, il sembla pris de panique et bafouilla à l'inspecteur panzalien qui le surveillait de prendre garde à Dovasine avant de prendre l'arme de l'inspecteur et de se suicider. Le poison employé par Dovasine était en effet une mixture faisant perdre la raison, et Wando, bien qu’ayant lutté vaillamment contre ses effets, avait fini par y succomber…
Inutile de dire que les Panzaliens ne comprirent rien au charabia qu'avait crié Wando avant de mourir. Cependant, le « attention à Dovasine » proféré par Wando fut transmis aux autres dirigeants de l'EAU, au cas où on entendrait à nouveau ce nom, pour avoir la possibilité de mettre ça au clair un jour.

Pendant ce temps, sur Aziria, l'expédition dirigée par Dovasine avait déjà commencé sa traque. Afin de justifier la présence d'un vaisseau VoieLactéen sur Aziria sans se faire tirer dessus, Ledonyz (une des deux envoyés panzaliens) eut l'idée de faire passer le Virospé pour un vaisseau diplomatique, pour ensuite pouvoir se balader sur Aziria en toute sécurité. On cacha Dovasine dans le vaisseau (il était recherché sur Aziria, ne l'oublions pas) et les autres membres de l'expédition allèrent se présenter à la capitale Azirienne, où ils furent reçus assez froidement par le roi Tariam, vieillard moins extrémiste que son père mais qui gardait une certaine méfiance envers les VoieLactéens. Les Aziriens autour d'eux étaient tout étonnés, voyant pour la première fois de leur vie une espèce intelligente non-Azirre.
Tariam refusa au début l’aide qu’ils leur proposaient pour trouver Josturi. Mais, après réflexion, il décida de les envoyer poursuivre Dovasine. Il leur dit que s’ils voulaient prouver leurs intentions pacifiques, il fallait qu'ils aident les Aziriens à retrouver Dovasine, criminel notoire Azirien. Il ne se doutait évidemment pas que c’était Dovasine lui-même qui dirigeait l’équipage qui se présentait devant lui. Les membres de l'expédition acceptèrent, voyant là un bonne couverture: tout en cherchant Josturi, ils pourraient dire à Tariam qu'ils cherchaient ce Dovasine qui ne représentait rien pour eux. Dovasine fut évidemment agité lorsqu'il apprit la nouvelle, une fois les membres de l'expédition revenus dans le vaisseau, mais garda son sang-froid.
Le Virospé repartit, avec pour cap une des planques de Sterzo, avec qui Dovasine voulait entrer en contact car il avait eu vent de rumeurs indiquant un bref passage de Josturi 3e chez Sterzo, nom connu parmi la pègre Azirienne. Il ne savait pas que Sterzo et le chef des boussoliens étaient une seule et même personne.
Au même moment, le roi Tariam décida d'entrer en contact avec les VoieLactiens, stimulé par sa rencontre avec les membres de l'expédition. En voici une copie:

"Bonjour, nous cherchons à savoir si vous êtes mêlé de près ou de loin à une flotte énorme étant passée en périphérie de notre galaxie et se dirigeant vers vous. Merci de répondre au plus vite et de nous oublier ensuite.
PS: Avons bien reçu la visite de vos diplomates pour renouer le contact. Diplomates peu présentables et trop armés à notre goût. Les avons envoyés en mission pour prouver leurs intentions.

Non-cordialement,
Tariam 3e, roi d'Aziria."


La réponse VoieLactienne ne tarda pas:

"N'avons envoyé à Aziria que le Virospé et son équipage. La flotte dont vous parlez nous inquiète au plus haut point, prière de nous renseigner sur les forces en présence du mieux que vous pourrez.

Cordialement,
Davru, Président de l'EAU"


Tariam ne put apporter de précisions, ne cherchant pas non plus à étudier de plus près la flotte des Golgothes. Les VoieLactiens passèrent des préparatifs militaires à l'ébullition militariste la plus totale. Partout on construisit des armes et on prépara les armées à repousser l'envahisseur.

L'expédition dirigée par Dovasine, pendant ce temps, avait commencé son enquête. Dovasine était arrivé chez Sterzo et l’interrogea. Sterzo, qui avait intérêt à retrouver Josturi pour récupérer son fameux médaillon, donna à Dovasine et aux autres membres de l'expédition les renseignements qu'il leur fallait: Josturi avait disparu sur une planète vierge.
Le Virospé partit pour la planète en question. Les membres de l'expédition localisèrent et trouvèrent l'épave du vaisseau de Josturi 3e, vide. En menaçant des pirates spatiaux Aziriens se trouvant à proximité, ils purent savoir que Josturi avait été pris en otage par un groupuscule de pirates qui le détenait sur la planète Souboin, dans l'espoir que les pro-Josturi Aziriens payent sa rançon. Le Virospé repartit pour Souboin. Dovasine était de plus en plus nerveux au fur et à mesure que son but se rapprochait. Il restait en contact avec ses amis Boussoliens grâce à sa boussole sans aiguilles. C'est grâce à cela qu'il était au courant, lorsque les membres de l'expédition ne l'observaient pas, de l'avancée des Golgothes.

Ceux-ci passèrent à l’action, étant suffisamment près des planètes VoieLactéennes pour effectuer leur saut Gamarr et arriver dans la galaxie. Ils firent donc leur apparition, aussi soudaine qu’attendue, en Voie Lactée.



[Guerre des Golgothes] Premier assaut Golgothe et déclaration de guerre Azirienne [...]:


La guerre était annoncée et l'ennemi tant attendu venait d'arriver. Les VoieLactéens ne paniquèrent pas et gardèrent la tête froide. L'arrivée des Golgothes ressemblait presque à un rendez-vous.

« Je suis Davru, actuel président des Empires Alliés Unis. Une attaque massive semble commencer chez l'empire Buitonier, attaque que nous prévoyions depuis fort longtemps. Ainsi, en ma qualité de président de l'EAU, je désire faire appel à l'ost: Tous les êtres civilisés qui désireront aider à l'armée de l'EAU pourront le faire savoir à leurs gouvernements. J’appelle aussi les vaisseaux civils, économiques ou diplomatiques, tous les appareils capables d'aider à tenir contre l'ennemi, à venir grossir nos rangs et à fondre sur l'empire Buitonier. J'en appelle à notre sens de l'union et du dévouement, pour contrer ces êtres aux volontés colonisatrices et impérialistes! »

Discours de Davru au début de la guerre.


Les Golgothes conquirent très rapidement une quinzaine de planètes. Ils étaient très peu diplomates et agressifs, mais épargnèrent étrangement les civils. Ceux-ci vivaient une occupation et n'étaient pas brutalisés outre mesure, ni eux ni leurs planètes. Seules les installations et unités militaires étaient visées. On sut plus tard que cela venait d'un ordre de Habran, le mage Andromédien, qui avait dit à Sterzo qu'il voulait se venger des VoieLactiens lui-même : que les Golgothes détruisent les unités militaires lui était égal, mais les civils étaient pour lui.
Les VoieLactéens recueillirent rapidement le plus d’informations qu’ils le pouvaient sur les Golgothes. Parasites vivants dans des exosquelettes robotiques ou biologiques, se déplaçant dans des aéronefs sphériques ou des gros vaisseaux en ferraille, ils étaient gouvernés à distance par ce qu’ils appelaient entre eux « l’Overmind », véritable « cerveau » de tout le peuple Golgothe. On ne le vit pas physiquement pendant toute cette guerre, contrairement à l'Overlord, autre personnage important parmi les Golgothes, qui se présentait sur les champs de bataille sous la forme d'une énorme chauve-souris mécanique.

Les membres de l'EAU, réfléchissant calmement au moyen le plus efficace et rapide de se débarrasser des Golgothes, ne réagirent pas très vite. Seuls les Panzaliens envoyèrent une sonde militaire de leur fabrication attaquer une planète occupée par les Golgothes. La sonde fut détruite par ces derniers après leur avoir infligé quelques pertes. Ce qu’ils ne savaient pas, c’est qu’elle contenait des nanorobots… Ces nanorobots avaient pour mission de prendre le contrôle de quelques Golgothes et de les amener auprès des VoieLactiens, où ils seraient étudiés. Avant que les VoieLactiens ne mettent leurs plans à exécution (les Auchs parlaient notamment de verser de l'acide sur les exosquelettes mécaniques des Golgothes afin de les figer), une deuxième armée Golgothe arriva elle aussi à l'autre bout de la galaxie. Il y avait maintenant deux fronts. Les membres de l'EAU se réveillèrent alors quelque peu. Lyve, la dirigeante Auch, demanda une mise en commun de tous les renseignements sur les Golgothes, et Davru, le président de l'EAU, décréta qu'il était nécessaire d'exterminer toute forme de vie sur les planètes occupées par les Golgothes. Lyve s'y opposa, désirant sauver les civils toujours bien vivants qui s’y trouvaient.

La première vraie bataille eut lieu sur Rhoda, une planète stérile colonisée par la deuxième armée Golgothe, mais sans autre trace de vie, ce qui permettait de l’attaquer sans vexer ni Davru ni Lyve. Le combat entre les VoieLactiens (Auchs. Panzaliens et Orions en l'occurrence) et l'armée ennemie s'engagea sans sommation. Au même moment, l'Incursio, vaisseau Panzalien, fut envoyé attaquer à lui tout seul une autre planète Golgothe isolée, car il était équipé des nouveaux armements anti-planétaires panzaliens (comprenez un armement qui ravage/détruit/massacre une planète entière). L'essai fut « concluant »: La planète en question fut détruite. Sur Rhoda, la bataille tourna à la confusion la plus totale. Tout le monde utilisait des armements de plus en plus divers et la bataille devenait très confuse. Cela tourna même à la bataille géante de pistolets à eau lorsque les VoieLactiens (principalement les Auchs) et les Golgothes tentèrent mutuellement de se provoquer des courts-circuits en jouant sur la conductivité du liquide. Les deux armées s'usaient et se harcelaient sans arrêt, jusqu'à l'arrivée de l'Overlord sur le champ de bataille: l'énorme chauve-souris mécanique arriva et diffusa aussitôt des ondes sonores horriblement stridentes qui déstabilisèrent la cohésion des troupes VoieLactiennes. L'Overlord fut rapidement la cible de nombreux vaisseaux VoieLactiens et fut contraint de s'éclipser aussi vite qu'il était venu.
Histoire d’enfoncer le clou, une autre flotte de l'EAU, essentiellement Panzalienne celle-là, attaqua une autre planète occupée par la première armée de Golgothes. Ceux-ci battirent en retraite, et l'Overmind envoya aux VoieLactiens une demande de cesser le combat, en prenant les populations des planètes occupées en otage. Ce fut là la première défaite des Golgothes. Les VoieLactiens se moquèrent bien de ce chantage et refusèrent le cessez-le-feu, mais l'Overmind ne mit curieusement pas ses menaces à exécution: les populations n'eurent rien. En raison, toujours, de la pression de Habran à ce sujet.

Les VoieLactéens décidèrent d’envoyer une flotte sur Aziria, non pas dans le but de l’attaquer mais pour demander posément au roi Tariam des renseignements précis sur les Golgothes. La flotte arriva sur Aziria et se posta à proximité de la capitale Azirienne. Le roi accepta de mauvaise grâce de répondre à leurs questions et, montant dans un vaisseau escorté par une flotte de vaisseaux dorés Aziriens, il arriva face à la flotte VoieLactéenne. Il leur dit alors tout ce qu’il savait sur l’affaire, c’est-à-dire quelques éléments pour la plupart erronés sur Josturi 3e et Dovasine. Or, se glissant parmi les deux flottes se faisant face, un petit vaisseau piloté par un agent envoyé par les Boussoliens profita de la présence de toutes ces forces militaires pour tenter de provoquer un combat entre elles : affaiblir les VoieLactéens tout comme les forces royalistes Aziriennes était dans leur intérêt. Le petit vaisseau tira sur le vaisseau du Roi Tariam depuis les rangs VoieLactéens, provoquant une riposte de la part des forces Aziriennes. Cela aurait pu basculer dans un bain de sang, mais les VoieLactéens avaient reçu des consignes strictes et s’enfuirent dès les premiers échanges de tirs, refusant le combat. Arrivés sur la Voie Lactée, ils sécurisèrent le portail galactique.
Tariam n’aimait pas les VoieLactéens mais n’était pas non plus stupide. Il ne déclara donc pas la guerre aux VoieLactéens mais chercha plutôt à connaître la provenance du missile qui avait frappé son vaisseau, sans succès.

Pendant ce temps, sur Souboin, l'expédition dirigée par Dovasine s'apprêtait à récupérer Josturi dans le cargo où, selon leurs informations, il se trouvait. Leur vaisseau camouflà à proximité, ils s’inflitrèrent dans le port maritime où se trouvait attaché le cargo et s’y introduisirent. Mais alors qu’ils n’avaient fait que commencer leur fouille du navire, ce dernier se mit soudain en mouvement, faisant mine de quitter le port. Alors que Dovasine paniquait et que les autres membres de l'expédition tiraient un peu partout dans le navire et cherchaient Josturi en tuant de nombreux marins qui n'avaient rien demandé, Ledonyz, la pilote panzalienne, ne fit pas dans la dentelle: restée aux commandes du Virospé, elle se montra au grand jour et bloqua la sortie du port. Plusieurs vaisseaux-policiers Aziriens arrivèrent alors pour lui demander de dégager le passage, mais Ledonyz ne leur donna pas de réponse et leur tira dessus. Profitant de cette diversion, Dovasine continua à fouiller le cargo et finit par trouver Josturi 3e, inconcient, dans une des cales du navire. N’ayant plus besoin des VoieLactéens, Dovasine s’empara de Josturi et tenta de leur fausser compagnie. Mais c’était sans compter sur le Virospé qui vint le cueillir, lui et les autres membres de l’expédition qui quittèrent la planète en laissant derrière eux un port en flammes.
Dovasine paniquait complètement à bord, cherchant un moyen de s'enfuir avec Josturi sans éveiller de soupçons. Mais c’était trop tard: dans le ciel, un autre immense vaisseau était apparu. Il s'agissait d'un Aurore de la période Comodorienne. Mais il n'était pas commandé par des forces panzaliennes, non, il était sous le contrôle de l'Ordo Gladii, organisation secrète panzalienne pro-Commodore à laquelle appartenaient Soklakle et Ledonyz, les deux envoyés panzaliens à bord du Virospé. L'Aurore détruisit les quelques vaisseaux Aziriens qui tentaient de poursuivre le Virospé en orbite de la planète. Dovasine décida de jouer le tout pour le tout. Il utilisa une des fonctions de sa boussole qui « éteignit » l’alimentation électrique du Virospé, le plongeant dans le noir. Il appela également à l’aide ses amis Boussoliens, qui arrivèrent peu après pour tenter de s'emparer du Virospé avant l'Aurore. Mais l'Aurore était un vaisseau trop grand et puissant pour eux. Ils « poursuivirent » le Virospé tracté par l'Aurore, sans parvenir à l’atteindre. Dovasine, profitant de la confusion générale régnant à bord du Virospé, s'était réfugié dans une des pièces du vaisseau et en avait bloqué l'entrée, le tout avec Josturi sur les épaules. Une fois à l'intérieur, il ouvrit la coque du vaisseau à l'aide d'un petit explosif spécial contenu dans sa boussole, après s'être préalablement mis, lui et Josturi, dans un sac étanche. L’explosif perça la coque, l'air de la pièce fut aspiré vers l'extérieur, et Josturi et Dovasine avec. Une fois à l’extérieur, il se laissa cueillir par un des vaisseaux Boussoliens qui firent ensuite mine d’abandonner la poursuite. Les membres de l'Ordo Gladii s’emparèrent du Virospé, mais eurent donc la méchante surprise de ne pas y trouver Josturi et Dovasine. Quant aux autres membres de l'expédition, déboussolés, ils furent simplement mis dans des chambres sans autre explication (sauf, bien sûr, Ledonyz et Soklakle).

Au même moment, les Boussoliens attaquèrent aussi des planètes Aziriennes avec des copies de vaisseaux VoieLactiens. Cela accentua encore les tensions entre les deux galaxies. Tariam ne savait que faire… Lorsqu'il apprit que l'expédition de Dovasine avait elle aussi une planète Azirienne (Souboin), c'en fut trop pour lui: il déclara la guerre.

Quant à l’Ordo Gladii, il était fâché. Très fâché. Ils envoyèrent le message suivant aux forces de l'EAU se trouvant encore au portail, qui le relayèrent au roi Tariam, qui était en plein préparatifs de guerre:

"Récupérez coûte que coûte l'Azir dénommé Wando (nda: c’est-à-dire Dovasine) et l'Azir dénommé Josturi. Chaque jour passé sans leur récupération verra l'annihilation par l'Ordo Gladii d'une planète de cette inutile et stupide galaxie d’Aziria. En gage de notre bonne foi, vous n'avez qu'à dire adieu à Souboin. Lorsque le prisonnier sera récupéré, déplacez la flotte de l'EAU loin du portail galactique, où ne devront se trouver que le vaisseau diplomatique de l'EAU avec les deux azirs susnommés. Si l'EAU attaque les azirs, nous nous verrons forcés d'annihiler les forces belligérantes pour les plier à notre volonté "


L’Ordo Gladii était puissant : Souboin fut détruite. Le roi Tariam, atterré par le message de l'Ordo Gladii, n'eut d'autre choix que de faire encore plus rechercher Josturi. Il ne le trouva pas. Les VoieLactéens offrirent leur aide à Tariam pour retrouver Josturi et Dovasine, mais Tariam, excédé, les rejeta. Un jour passa, et une autre planète Azirienne fut détruite par l'Aurore.
Quant à Dovasine et les Boussoliens, ils eurent une autre mauvaise surprise: Josturi 3e, fouillé à son réveil, n'avait pas le médaillon. Il affirma l'avoir perdu.

À bord de l'Aurore, l’équipage était divisé. Le capitaine du vaisseau, dont on ignore le nom, avait provoqué des mécontents en décidant de détruire des planètes Aziriennes, dont Ledonyz et Soklakle, qui commencèrent à préparer un plan d'évasion pour les membres de l'expédition. Ils parvinrent finalement à les faire enfuir à bord d'un d’une des capsules d’évacuation contenues dans l'Aurore. Le capitaine de l’Aurore n’y attacha pas d’importance, considérant les membres de l’expédition comme des poids morts.

Sur la VoieLactée, les Golgothes commençaient à construire des fortifications sur les planètes conquises, parfois en utilisant les populations soumises comme main d'œuvre. Ils se montraient tenaces et coriaces comme des insectes: Ils prenaient de plus en plus de planètes (essentiellement des planètes de petits peuples ou des planètes stériles, faciles à envahir) et n'en cédaient pas facilement. Cependant, ils étaient souvent obligés de fuir leurs conquêtes, car les forces de l'EAU avaient la fâcheuse manie de détruire des planètes entières pour annihiler les quelques Golgothes se trouvant dessus, et pas seulement des planètes stériles comme ce fut le cas pour le premier essai Panzalien. Il y eut bien quelques voix écologistes qui s'élevèrent contre ces pratiques, mais elles furent sans effet. Les Golgothes eux-mêmes s'étonnaient de l'inexistence d'éthique chez les VoieLactéens, et se préparèrent à une contre-attaque, avec l’aide d’un nouvel allié.

En effet, Sterzo n’était pas resté à se tourner les pouces en attendant que Dovasine mette la main sur Josturi et le médaillon. Son avenir dépendait de la défaite des VoieLactéens, et il s’était mis à la recherche d’une autre force armée pouvant servir, comme les Golgothes, de force d’appui dans la guerre prochaine. Il s’était alors intéressé à la galaxie de Zaphyra, où les VoieLactéens s’étaient jadis entretués pour le peu d’Energium qui y restait. Il avait entendu parler de vieilles légendes faisant état de grands êtres étranges habitant cette galaxie, les Inergiques. Ces immenses humanoïdes ressemblant à des silhouettes lumineuses avaient été oubliés de tous, mais Sterzo, décidément plein de ressources, avait décidé d’essayer de les trouver et de s’en faire des alliés. Comme pour les Golgothes, on ignore totalement comment il y parvint, ni par quel argument ou chantage il réussit à les faire obéir, mais il réussit à en rassembler une armée. Voyant bien que l’attaque des Golgothes pataugeait, il les contacta pour les informer de ces nouveaux renforts.
D’autre part, en envoyant certains agents Boussoliens sur les ruines de Souboin, Sterzo parvint à mettre la main sur le Médaillon Bleu, retrouvé dans les restes du cargo dans lequel Josturi s’était retrouvé. Il informa Habran de la bonne nouvelle. Les deux alliés avaient de quoi se réjouir : au milieu du chaos ambiant, ils étaient les seuls à avoir toutes les cartes en main pour frapper fort. Leurs plans étaient à nouveau sur de bons rails.

En Voie Lactée, on ne chômait pas non plus : les Orions organisèrent le projet « Herse », dont le but était de créer une chaîne de planètes fortifiées pour stopper les avancées des deux armées Golgothes. Les autres membres de l'EAU adhérèrent au projet, qui fut rapidement mis en place.

Au même moment, dans la dimension Andromédienne, les choses tournaient au vinaigre : les partisans de Habran prenaient peu à peu pris l'avantage dans la guerre qui les opposait au Conseil des Cinq. Le tout s'était déroulé en quelques jours seulement pour eux. Heureusement, une bonne nouvelle vint ragaillardir un peu le Conseil : Kahlaf, le mage Ezka perdu sur Aziria, avait réussi après des années d’essais à communiquer avec eux depuis la dimension VoieLactéenne. L’Ezka, vivant toujours en ermite sur Aziria et ayant observé avec inquiétude les derniers évènements ayant agité la galaxie, mis au courant le Conseil des Cinq de tout ce qu’il avait vu et entendu. Le Conseil avait eu vent par ses espions que Habran avait des complices dans la dimension VoieLactéenne et qu’un certain groupe de « Boussoliens » travaillait activement à le faire revenir pour faire la guerre à la Voie Lactée. Il fut donc tout heureux d’avoir aussi un agent dans la dimension VoieLactéenne en la personne de Kahlaf. Ce dernier reçut l’ordre de tout faire pour enrayer les troubles d’Aziria et pour retrouver Josturi et l’agent Boussolien qui l’avait enlevé, c’est-à-dire Dovasine. Kahlaf quitta Aziria et arriva sur la Voie Lactée, commençant son enquête chez Panzak, qui le reçut dans la même salle où Wando s'était écroulé des mois plus tôt. Kahlaf demanda à Panzak l'enregistrement de l'entrevue avec Wando. Panzak accepta, désireux de comprendre un peu plus cette histoire de fous. Après le visionnage, Kahlaf, satisfait de ce qu’il en déduisit, partit de chez Panzak, ne lui glissant qu’un mystérieux « Et donc Wando est mort… » avant de partir, ce qui faisait une belle jambe pour le dirigeant Panzalien pour qui Wando était Dovasine.

Sur Aziria, la situation politique était très instable. Le roi Tariam était de plus en plus contesté et jugé responsable de tous les malheurs qui s'abattaient sur la galaxie depuis quelques semaines, tant et si bien qu’il fut victime d’un coup d’état : Huisor, un militariste fondamentalement anti Voie Lactée, prit le pouvoir. Tariam fut emprisonné, et Huisor devint empereur d'Aziria. Il rassembla aussitôt une grande armée qu'il comptait faire partir sur la Voie Lactée, à l'aide du Saut Gamarr. Après tout, l’état de guerre avait été déclaré entre Aziria et la Voie Lactée, même si, dans les faits, aucun véritable affrontement entre les deux factions n’avait eu lieu.



[Guerre des Golgothes] Bataille des Trois Armées [...]:


Sur la Voie Lactée, les Golgothes reçurent enfin les renforts espérés. Une armée d’Inergiques – d’une centaine à un millier, selon les sources – arriva auprès d’eux, se postant en ordre de bataille dans l’espace. Confiants, les Golgothes et leurs nouveaux alliés rassemblèrent une bonne partie de leurs troupes en un seul endroit, en prévision d’un assaut futur. Ayant eu vent de ces mouvements de troupes, les VoieLactéens décidèrent de faire de même et rassemblèrent leurs flottes avant d’aller à la rencontre de leurs ennemis. Ils ne s’attendaient pas à la présence des Inergiques – qu’ils ne reconnurent d’ailleurs pas tout de suite – qui happaient leurs vaisseaux trop vite et trop violemment pour qu’on les distingue clairement. Les identifiant après quelques douloureuses minutes, les VoieLactéens concentrèrent leurs efforts dessus. Lorsqu’un Inergique était assez criblé de tirs pour « mourir », il devenait instable et explosait, emportant souvent des vaisseaux Golgothes et VoieLactéens dans sa mort. Les Golgothes étaient peu rassurés par le comportement de leurs alliés, rendus incontrôlables depuis la mort de quelques-uns des leurs. Le Victori, gros vaisseau Panzalien, menait particulièrement la vie dure aux Inergiques, si bien que ces derniers se regroupèrent tous autour du vaisseau Panzalien et commencèrent à le malmener. Le Victori sortit alors sa botte secrète: il utilisa une technologie panzalienne interdimensionelle pour envoyer tous les Inergiques dans un autre univers. On ignore lequel, et savoir si ces Inergiques ont survécu reste un mystère. Toujours était-il que, par cette habile manœuvre, les forces VoieLactéennes venaient de nettoyer le champ de bataille de la présence des Inergiques. Ils purent donc se concentrer à nouveau sur les Golgothes, qui avaient de plus en plus le dessous. L’Overmind décida alors de tenter de scinder les troupes de l’EAU en envoyant une horde Golgothe attaquer la planète Orionne Noclip. Comme il l’escomptait, les armées Orionnes quittèrent les troupes de l’EAU en pleine bataille pour courir défendre leur planète, bientôt rejoints par une division Auch. Ils forcèrent rapidement les Golgothes à reculer, mais ceux-ci continuaient à faire pas mal de dégâts au sol et tenaient ferme.
Ce fut le moment que choisit Huisor, le nouveau chef des Aziriens, pour débarquer avec sa flotte militaire sur la Voie Lactée. Ironie du sort, l’EAU venait précisément d’envoyer sur Aziria une flotte réduite dans le but de parlementer avec le roi Tariam et annuler la déclaration de guerre qu’il avait prononcée : cette délégation et l’armée de Huisor s’étaient croisées.
Avisant la grande bataille qui avait lieu entre les Golgothes et les VoieLactéens, Huisor décida de s’y inviter. Débarquant de nulle part, les vaisseaux Aziriens se mirent à tirer sur les Golgothes et les VoieLactéens, sans distinction. C’est la présence de cette armée Azirienne, en plus de l’armée de l’EAU et l’armée Golgothe, qui donna à cette bataille le nom de bataille des trois armées.

Sur Noclip, la planète Orionne, les Golgothes étaient malmenés et perdaient du terrain face aux Orions et Auchs, tout en faisant pas mal de dégâts au sol, répandant des gaz toxiques sur la planète.

Au même moment, sur Aziria, la délégation de l'EAU prit contact avec les autorités Aziriennes, apprenant alors que le roi Tariam était en prison et que le belliqueux Huisor avait pris le pouvoir. Ne sachant trop quoi faire face à cette situation, ils décidèrent de prendre l’initiative d’essayer d’arrêter le mystérieux vaisseau destructeur de planètes qui sévissait depuis deux jours. Apprenant que ce dernier était précisément en train de ravager sa troisième planète, la petite flotte de l’EAU, qui était venue armée, décida de partir l’arrêter. Arrivant face à au mystérieux vaisseau, ils se rendirent vite compte qu’ils n’étaient pas de taille pour l’affronter, même en supériorité numérique, et durent s’enfuir. Mais cela leur permit au moins de l’identifier : il s’agissait de l’Aurore, de l’Ordo Gladii.

Kahlaf, quant à lui, était revenu sur Aziria après son entrevue avec Panzak. Conscient qu’avoir Husio sur le trône d’Aziria n’était pas bon pour enrayer la guerre, il décida de faire évader Tariam. Ce dernier était un vieux grincheux, mais il n’était au moins pas aussi extrémiste que Huisor. L’évasion réussit, et Tariam, une fois libre, vit bien qu’il n’aurait pas meilleure occasion de reconquérir le pouvoir : les troupes de Huisor étaient toujours en Voie Lactée. Tariam n’eut dont pas trop de mal à faire capituler les quelques troupes de son rival restées sur Aziria. Lors des rares et rapides combats qu’il y eut alors entre les pro-Tariam et les pro-Huisor, les ex-membres de l’expédition de Dovasine (qui s’étaient évadés de l’Aurore un jour plus tôt) firent leur réapparition en combattant aux côtés des forces de Tariam, dans le but de prouver leur bonne volonté. Ils n’étaient qu’une demi-douzaine dans un vaisseau, mais leur action était avant tout symbolique et visait surtout à favoriser les futures discussions de paix entre Aziria et la Voie Lactée. Tariam, perplexe, les remercia. Se désolidarisant des troupes Aziriennes qui combattaient toujours sur Aziria, il déclara obsolète la déclaration de guerre entre Aziria et la Voie Lactée.

En Voie Lactée, la bataille des trois armées battait son plein. Aziriens, Golgothes et VoieLactéens se tapaient toujours joyeusement dessus. Les Golgothes furent les premiers à décrocher, battant en retraite lorsque leur parvint la nouvelle décourageante que leurs troupes envoyées sur la planète Orionne de Noclip avaient été battues. Ils laissèrent seuls les Aziriens de Huisor et les troupes de l’EAU. C’est à ce moment-là que les Aziriens furent informés par leur arrière-garde que Tariam était en train de reprendre le pouvoir sur Aziria. Les troupes de Huisor, paniquées, quittèrent alors les lieux pour retourner sur leur galaxie. Il ne resta plus là que les VoieLactiens, au milieu d'un immense champ d'épaves de vaisseaux flottant dans l'espace...



[Guerre des Golgothes] Bataille d’Azolwn [...]:


Alors que les Auchs aidaient les Orions à purifier l’air de Noclip, l’empereur Panzalien Panzak, sachant que le sort de la guerre était encore incertain, gardait un œil sur les évènements d’Aziria. La nouvelle de la reprise du pouvoir de Tariam, qui ne l’avait perdu que quelques heures, était plutôt bonne, mais il était surtout préoccupé par l’Aurore et l’Ordo Gladii. Tant que cette troupe de – disons-le – terroristes continuerait à détruire des planètes Aziriennes, il serait difficile de faire la paix avec Aziria. Panzak décida donc de mettre le paquet et d’envoyer le fleuron de sa flotte, l’énorme et mythique Antlosius, sur Aziria, pour affronter l’Aurore. Les préparatifs de ce futur affrontement furent lancés.

Sur Aziria, quelqu’un d’autre s’inquiétait aussi de l’Ordo Gladii : Sterzo. Il avait en son pouvoir Josturi 3e, que Dovasine lui avait livré. Or, Josturi ne lui servait plus à rien, maintenant qu’il avait à nouveau en sa possession le Médaillon Bleu, et il n’aimait par ailleurs pas voir l’Aurore traîner sur Aziria, détruisant une planète par jour (trois, au moment des faits). Il décida donc de livrer Dovasine et Josturi à l’Ordo Gladii, histoire qu’ils se calment et partent se faire pendre ailleurs. N’ayant aucun scrupule à livrer son homme de main, il le déposa, lui et Josturi, sur la surface calcinée de la dernière planète ravagée par l’Aurore. Les membres de l’Ordo Gladii s’empressèrent de les récupérer, et Sterzo s’empressa de rentrer chez lui.
L’Ordo Gladii interrogea sur l’heure Josturi, le menaçant de torture s’il ne disait pas tout. Josturi, plus las qu’apeuré en raison de la fatigue accumulée, leur livra quelques bribes de vérité, leur parlant d’Andromède et de Dovasine. Ces bribes étaient des éléments tout nouveaux pour l’Ordo Gladii, qui, tout comme le reste des VoieLactéens, pensait toujours que Dovasine s’appelait Wando et, surtout, ne savait encore rien de la dimension Andromédienne. Ils s’empressèrent d’aller interroger Dovasine, prostré dans sa cellule, très amer d’avoir été livré par ses chefs. Mais, alors qu’ils allaient commencer un interrogatoire musclé, une mutinerie éclata dans l’Aurore : Ledonyz et Soklakle, ex-membres de l’expédition de Dovasine, soulevèrent l’équipage contre le capitaine, qu’ils tuèrent dans la cabine de pilotage. Ils avaient en effet décidé de se rallier finalement à l’empire Panzalien, jugeant que toutes ces destructions de planètes ne mèneraient à rien de bon.

L’Aurore avait donc retourné sa veste et se dirigea vers la capitale Azirienne pour aider Tariam à reprendre son trône, chose que le vieux roi était déjà en passe de réussir sans trop de problème : les derniers partisans de Huisor ne tenaient plus que les hauts quartiers de la capitale et son armée n’était pas encore revenue de la bataille des trois armées. Tariam accepta le changement de camp de l’Aurore sans trop poser de questions.

L’armée de Tariam et l’Aurore restèrent en orbite de la capitale Azirienne, Azolwn, attendant le retour des forces de Huisor pour reprendre le pouvoir une fois pour toutes. Cependant, jaillissant du portail intergalactique, ce furent une flottille de vaisseaux VoieLactéens Eléëas qui arrivèrent en premier. Le gouvernement Eléëas avait en effet décidé de demander refuge aux Aziriens, inquiet par la tournure que pouvaient prendre la guerre des Golgothes en Voie Lactée. La flottille avait pour mission de demander aux autorités Aziriennes de leur laisser installer des structures d’accueil sur une de leurs planètes vierges, en prévision d’un futur afflux de réfugiés. Tariam leur dit que ce n’était pas le moment pour discuter de ça.

Alors que l’attente du retour des troupes de Huisor se prolongeait, dans l’Aurore, les Panzaliens ayant pris le commandement profitèrent de ce répit pour reprendre l’interrogation de Dovasine, alors que Josturi 3e était laissé tranquille dans une pièce éloignée. Ce n’étaient pas des anges. Ils torturèrent l’Azir avec des nanorobots, ne tirant que des mensonges de la part du Boussolien. Dovasine passa à deux doigts de la mort sous les mauvais traitements qu’il recevait, tant et si bien que l’équipage de l’Aurore décida de poursuivre son interrogation en le plongeant dans une réalité virtuelle, où ils pourraient le cuisiner sans risquer de tuer son corps physique.
C’est alors qu’à l’extérieur, les forces Huisoriennes arrivèrent. Le combat s’engagea sans sommation, brutal. Dans l’Aurore, on continua à essayer de tirer quelque chose de Dovasine, dont l’esprit commençait à être sérieusement dérangé, alors que le combat se poursuivait à l’extérieur. Les Huisoriens, constatant la présence de l’Aurore, décidèrent de s’en débarasser d’entrée et firent feu avec tous leurs puissants canons sur le vaisseau Panzalien. L’Aurore, surpris de se voir ainsi pris comme cible exclusive, dut aller se poster à l’arrière des troupes de Tariam pour réparer les avaries qui venaient de lui être infligées. Les forces de Tariam engagèrent alors le combat. La flotte de Huisor, encore fatiguée de la bataille des trois armées, avait le dessous face aux forces de Tariam, mais décida bien vite d’utiliser un petit joujou qu’ils avaient à l’origine réservé pour les VoieLactéens, une technologie inconnue qui se présenta sous la forme d’un oursin métallique de quelques mètres de diamètre, lâché au milieu des vaisseaux de Tariam. Une fois leur petit cadeau livré, les troupes de Huisor effectuèrent un rapide mouvement de recul. L’oursin éclata. Les vaisseaux se trouvant trop près implosèrent, les vaisseaux se trouvant un peu plus loin devinrent hors service, flottant dans l'espace sans répondre aux commandes des pilotes. Le vaisseau personnel de Tariam, dans lequel se trouvait le vieux roi ainsi que Kahlaf, était de ceux-là. L’Aurore s’approcha alors au milieu des vaisseaux inertes et aborda le vaisseau de Tariam, recueillant le roi et Kahlaf avant de retourner à l’arrière : les troupes de Huisor approchaient déjà, tirant au milieu des vaisseaux sans défense.
Alors que Kahlaf et Tariam s’étonnaient de retrouver Josturi dans les entrailles de l’Aurore, le vaisseau se mit en ordre de bataille, ayant désormais toute la flotte de Huisor face à lui. Il avait beau être un grand vaisseau d’une énorme puissance de feu, il n’allait pas en mener large face à la flotte Huisorienne toute entière. C’est alors qu’au milieu de cette situation critique, l’Antlosius, l’énorme croiseur envoyé par Panzak pour affronter l’Aurore, arriva sur les lieux. Au courant du changement de camp de l’équipage de l’Aurore, il ne lui tira pas dessus, mais se plaça à ses côtés, canons armés visant les troupes Huisoriennes, ébahies. Huisor lui-même, présent dans un des croiseurs de sa flotte, décida de se reprendre et de sonner la charge. La flotte Huisorienne fonça vers l’Aurore et l’Antlosius, qui détruisirent leurs vaisseaux les uns après les autres, jusqu’à ce que le peu qui en restait se rende.

La capitale était désormais reprise, et Tariam remis sur le trône, grâce à l’aide des VoieLactéens.



[Guerre des Golgothes] Reddition des Golgothes [...]:


La bataille d’Azolwn avait coûté cher à l’Aurore, très endommagé, mais encore plus à Tariam, qui avait perdu le gros de sa flotte : malgré les missions de sauvetage qui permirent de sauver la plus grande partie des équipages présents dans les vaisseaux en panne, il fut impossible de réparer ces derniers, dont les circuits avaient été totalement grillés par le mystérieux oursin métallique des Huisoriens.

Dans l’Aurore, l’interrogatoire de Dovasine se poursuivait. Ce dernier finit par céder. Les Panzaliens de l’Aurore eurent droit à un résumé de toute la vie de Dovasine, de la mort de son père à son engagement chez les Boussoliens, en passant par les intrigues entre le mystérieux chef de ces derniers et les Andromédiens. C’est alors qu’au milieu de son délire, Dovasine eut un éclair de lucidité. Rassemblant les pièces du puzzle, il comprit soudain que le chez des Boussoliens et Sterzo n’étaient qu’une seule et même personne. Poussant un dernier rire fou, Dovasine fut exécuté par l’équipage de l’Aurore, qui en avait assez entendu.

Sur la Voie Lactée, la défaite des Golgothes à la bataille des trois armées avait remis les VoieLactéens d’aplomb. Davru, le président de l’EAU, poursuivait les réformes de celle-ci dans une optique militariste. Panzak, lui, construisit des camps de réfugiés dans l’optique de l’évacuation future des civils présents sur les planètes occupées par les Golgothes. Les Orions poursuivaient la mise en place de la « Herse », équipant militairement la ceinture de planètes en question.

Une autre intrigue n'ayant rien à voir avec tout le reste eut lieu: certains groupuscules VoieLactéens désiraient mettre Zaphyros, qui était en prison, sur le trône Panzalien à la place de Panzak. Ils firent donc évader Zaphyros, qui demeura pour le moment dans l’ombre.

C’est alors qu’un vaisseau émissaire Golgothe demanda à parler aux VoieLactéens. L’Overmind, qui n’avait plus trop de nouvelles de Sterzo et qui essayait tant bien que mal de rassembler son armée dispersée, demanda à négocier la paix. Après des pourparlers laborieux et tendus, il n'obtint qu'un cessez-le-feu de 30 jours.

30 jours, c’était plus qu’il n’en fallait aux Golgothes pour faire leurs bagages. Décidant de lâcher Sterzo qui les avait négligés, ils repartirent aussi brusquement qu'ils étaient arrivés, laissant les planètes occupées libres.

Les VoieLactéens, partagés entre la joie de la fin de la guerre et la crainte d'un coup fourré, restèrent prudents et s'assurèrent que les Golgothes avaient bien disparu avant de pousser un soupir de soulagement. Soupir qui fut de bien courte durée lorsque les dirigeants VoieLactéens reçurent le compte-rendu de l'interrogatoire de Dovasine et apprirent que, selon toute vraisemblance, une armée Andromédienne arriverait un jour ou l’autre.



Prémices de la deuxième guerre Andromédienne [...]:


L'annonce de la venue prochaine des Andromédiens fut suivie d'une nouvelle effervescence guerrière. On reconstruisit les flottes, on consolida la Herse, on recruta des soldats.
Les Orions nommèrent un certain Beh'Telor commandant de la Herse. Au même moment, les Yourks, sortis d’une crise sanitaire qui les avait occupés pendant toute la guerre des Golgothes, reprirent contact avec la communauté galactique. Il en fut de même avec les Goragniens qui sortirent de leur isolement: Javiola, leur dirigeante, reprit contact avec les autres dirigeants de la galaxie. Certains empires envoyèrent des émissaires pour cette reprise de contact. Cela ne se passa pas toujours très bien: l'émissaire Orion repartit furieux après que Gaël l'ait appelé « gentil Orion tout moche ». L'affaire alla jusqu'au tribunal galactique, où Gaël fut accusée de racisme. Elle fut rapidement acquittée, car on n'avait pas de temps à perdre avec ces bêtises alors qu’une nouvelle guerre était annoncée. Les Goragniens, via Javiola et Gaël, commencèrent au milieu de ce climat inquiet à prêcher leur nouvelle religion, le Ghidorisme.

Sur Aziria, le roi Tariam dit sa reconnaissance aux VoieLactéens pour l'avoir aidé à reprendre le trône. Cela dit, il n'avait plus de flotte et ne pouvait donc pas apporter immédiatement un soutien militaire à la Voie Lactée. Kitite, un Auch ex-membre de l’expédition de Dovasine, promit que les Auchs enverraient des matières premières aux Aziriens afin de les aider à reconstruire leur armée. Malgré cela, il était évident que les Aziriens ne pourraient pas combattre avant quelque temps…

Dans la Voie Lactée, le président de l'EAU, Davru, ordonna de conclure une alliance avec Tariam et avec Josturi 3e.

« L'heure est grave: Des Andromédiens, répartis sur plusieurs galaxies dans une autre dimension, vont bientôt attaquer la Voie Lactée. (...) On m'a donné les ordres suivants: tout d'abord, un pacte avec Josturi Trois, pour qu'il nous aide à affaiblir les Andromédiens de l'intérieur en jouant de ses relations là-bas. De deux, une alliance avec Tariam pour que les Aziriens nous aident: Le but des Andromédiens, après l'extermination de la Voie Lactée, est le domination des Aziriens par Sterzo (...)»

Extrait du discours de Djerok


Comme dit plus haut, Tariam n'était pas contre aider les VoieLactéens, mais n'avait plus de flotte. Quant à Josturi, il refusa l’alliance qu’on lui proposait. « Je ne suis pas votre sbire », disait-il. Il se méfiait des dirigeants VoieLactéens, persuadé que s’ils le pouvaient, ils tueraient non seulement les forces d’Habran mais aussi le peuple Andromédien et le Conseil des Cinq, sans distinction. Josturi 3e ne voulait pas que ses amis Andromédiens risquent quelque chose, et ne crut pas dans les belles paroles qu’on lui faisait.

L'Antlosius quitta Aziria, laissant là Tariam et Kahlaf et emportant avec lui les membres de l'expédition n'ayant pas encore rejoint la Voie Lactée, ainsi que Josturi 3e.
Ce dernier était officiellement hôte des panzaliens et résida bientôt chez Panzak lui-même, mais était dans les faits un prisonnier dans une cage dorée. On se méfiait de lui, et on voulait avant tout qu'il se montre coopératif pour qu'on puisse trouver la dimension Andromédienne et y annihiler les Andromédiens. Plus Josturi 3e donnerait d'informations et plus les technologies interdimensionnelles seraient susceptibles de trouver la dimension Andromédienne rapidement. Mais Josturi ne se montrait pas coopératif pour un sou. La seule chose qu’il désirait pour le moment était revenir dans la dimension Andromédienne pour y aider le Conseil des Cinq dans sa guerre contre les partisans de Habran. Les panzaliens comptaient bien lui faire changer d'avis un jour ou l'autre et débutèrent la conception d'un vaisseau spécialement conçu pour explorer les différentes dimensions. Le vaisseau en question était l'Icarus, ancien vaisseau Panzalien rescapé des glaces, qu'ils s'étaient mis à modifier. Au même moment, Kosif, le fils de Panzak, naquit.

Il convient de noter qu'au milieu de cette effervescence générale apparut aussi deux petits peuplse tout juste arrivés à l'ère spatiale: le peuple Chauvesourien et le peuple Rovien. Malgré les préparatifs de guerre, quelques-uns des plus gros empires trouvèrent le temps de les visiter (les Eléëas notamment, ainsi que les Goragniens (par le biais de Javiola)).

Dans l'ombre, Zaphyros, récemment libéré de sa prison, se préparait à renverser Panzak. Mais avant tout, il désirait pouvoir se montrer publiquement sans crainte d’être poursuivi par les polices panzaliennes. Se rendant chez Panzak, il exerça sur lui un chantage dont on ignore la nature, et obtint d’être gracié et de prendre le commandement de l'Icarus, le vaisseau que les Panzaliens préparaient pour tenter de trouver la dimension Andromédienne.

Sterzo continuait à tramer dans l’ombre. Toujours en contact avec Habran, il préparait l'arrivée des Habraniens en Voie Lactée. Il savait que les flottes les plus puissantes de la Voie Lactée seraient sur le pied de guerre… Il eut donc l'idée de commencer à lancer de faux messages codés à intervalles réguliers dans la galaxie pour attirer les armées VoieLactéennes du mauvais côté. Se faisant passer pour des soi-disant fuites des communications entre Sterzo et Habran (alors qu'ils ne communiquaient pas par radio), ces messages affirmaient que les Andromédiens arriveraient tous en masse par un portail s'ouvrant dans un système stellaire Yourk. Les VoieLactéens décodèrent les messages et tombèrent complètement dans le panneau. Seule Javiola flaira le piège, mais elle ne fut pas écoutée.
Les Yourks, toujours commandés par Isia, se mirent sur le pied de guerre et fournirent toutes les informations sur le système en question aux autres membres de l'EAU. Les tacticiens et empereurs de l'EAU se mirent tous à élaborer différentes stratégies pour annihiler le plus efficacement possible les Andromédiens autour de la faille qui s'ouvrirait dans le système Yourk.

Le plan de Sterzo était simple: Une fois toutes les armées de la Voie Lactée massées autour de l'endroit où ils s’attendaient à voir arriver les Andromédiens, les armées Habraniennes pourraient fondre sur les systèmes stellaires sans défense (en dehors des défenses planétaires). Grâce au Médaillon Bleu et aux instructions de Habran, il pouvait ouvrir de nombreux portails interdimensionnels un peu partout dans la galaxie, pour déborder les VoieLactéens.

Sur Aziria, Kahlaf avait pris congé de Tariam. En effet, toujours en contact avec le Conseil des Cinq, il avait reçu l'ordre de faire évader Josturi 3e de chez les Panzaliens. Leur plan était le suivant: Une fois Josturi évadé, ce dernier et Kahlaf devraient prendre contact avec certains Fromageologues. En effet, les Fromageologues avaient été les VoieLactéens les plus intéressés par la magie après la bataille d'Andromède, au Premier Âge, raison pour laquelle le Conseil pensa qu’ils pouvaient être des alliés potentiels. Avec l'aide des Azirs VoieLactéens qui seraient rassemblés par Josturi 3e, des usines secrètes Fromageologues devraient alors construire une flotte anti-magie afin d'aider les VoieLactéens dans la guerre qui s’annonçait imminente. En effet, dans la dimension Andromédienne, le front s’était stabilisé et un cessez-le-feu avait été proclamé. Les Habraniens tenaient la majorité des territoires et pensaient le Conseil des Cinq assez affaibli pour aller guerroyer en Voie Lactée sans rien craindre de leur part.

Sur la Voie Lactée, les Panzaliens n’obtenaient rien de Josturi 3e. Ce dernier refusait de les aider tant que les Panzaliens n'auraient pas renoncé à la possibilité d’utiliser leurs armes de destruction massive sur les galaxies Andromédiennes. Les Panzaliens quant à eux, refusaient d'exclure cette possibilité tant que Josturi n'aurait pas accepté de les aider. C'est au milieu de tout cela qu'arriva Kahlaf. Avec l’aide d’un hologramme de Josturi et d’un peu de poudre aux yeux verbale, Kahlaf parvint à faire évader Josturi 3e. Inutile de dire que Panzak était furieux et fit activement rechercher Kahlaf et Josturi.
Mais les Panzaliens n'avaient pas que cela à faire. En effet, toujours en prévision de la guerre à venir, ils avaient pris contact avec les Zintorgiens, toujours dans leur dimension de secours, afin de les mettre au courant de la situation et les inciter à utiliser leur technologie contre les Andromédiens. Freeza, l'empereur Zintorgien, accepta bien sûr, car il voyait les choses très simplement: Les Andromédiens étaient des ennemis à exterminer et Josturi était un traître qu'il fallait exécuter. Javiola, quant à elle, proposa de faire la paix avec les Andromédiens et d’accuser les Aziriens d’être à l’origine de la bombe AMCDG pour que ce soit eux qui se fassent attaquer. L'idée eut ses partisans mais ne fut jamais mise en pratique.

Sur Aziria, les premiers cargos de matières premières Auchs étaient arrivés à la capitale, Azowln. Tariam en fut reconnaissant, mais était néanmoins inquiet : les Eléëas et plusieurs autres nations VoieLactéennes avaient colonisé quelques planètes vierges dans Aziria, afin d'en faire d'éventuels camps de réfugiés en prévision de la guerre. Les partis politiques conservateurs Aziriens reprochèrent à Tariam son laxisme en la matière.

En Voie Lactée, Josturi et Kahlaf mirent le plan du Conseil des Cinq à exécution. Un nouveau président Fromageologue fut nommé après la fin du mandat du précédent, Lord Fromaginus 3e. Ce dernier partit en exil, rêvant de reprendre le pouvoir plutôt que de se contenter de sa retraite d’ancien président. Son successeur, Karl Aguirre, était de mèche avec Josturi 3e et Kahlaf et promit de les aider à construire une flotte anti-magie.
Lord Fromaginus 3e, l'ancien dirigeant, se rendit auprès de Panzak pour se plaindre de Karl Aguirre en l'accusant de comploter avec des Andromédiens (ce qui se trouvait être d’une certaine façon la vérité). Aguirre fut aussitôt vu comme suspect par l'EAU et on le mit sur écoute. On surprit alors des discussions entre Karl et Kahlaf. Kahlaf intimait à Karl Aguirre l'ordre de ne pas parler du projet de la flotte anti-magie à l'EAU pour l'instant, car il se méfiait des empires trop bourrins qui la composaient, en particulier les Panzaliens. Kahlaf se montra également critique sur les réformes militaires que faisait Aguirre. Tout cela ne manqua pas de transformer ce dernier en suspect numéro 1 pour l'EAU. Fromaginus 3e devait se frotter les mains : avec l'aide de l'EAU, il pourrait reprendre le pouvoir facilement.

Pendant ce temps, l'Icarus, commandé par Zaphyros, avait commencé à explorer différentes dimensions dans l'espoir de trouver celle des Andromédiens. Javiola, de son coté, avait aussi développé on ne sait qu'elle technologie interdimensionelle et faisait la même chose. Les deux firent chou blanc, ne trouvant pas la dimension Andromédienne. Panzak commença de son côté la création d'une unité de soldats d'élite Panzaliens, les gardes Aquila, en recrutant plusieurs jeunes guerriers de sa race pour les entraîner.

Soudain, Sterzo décida qu'il était temps de passer à la vitesse supérieure. Il diffusa un autre message soi-disant secret dans la galaxie:

« Ganymède à Sterzo_
Attaque imminente. Nos troupes sont prêtes. »


Ce fut le branle-bas le combat général. Toutes les plus puissantes flottes se mobilisèrent et se placèrent près du système Yourk où allaient soi-disant arriver les flottes Andromédiennes. Un petit portail s'ouvrit effectivement, juste le temps de laisser passer une petite boule noire avant de se refermer. La petite boule noire attira la flotte à lui comme par un magnétisme. Les différents vaisseaux ne furent pas détruits pour autant, mais eurent toutes les peines du monde à se dépêtrer du pouvoir attracteur de la boule.
Au même moment, des milliers de portails interdimensionnels s'ouvraient ailleurs dans la Voie Lactée, laissant passer des flots d'Andromédiens. Au milieu d’eux, Habran arriva enfin dans la galaxie dont il avait juré de se venger.



[Seconde Guerre Andromédienne] Première vague de batailles [???]:


La gigantesque flotte de l'EAU se ressaisit et parvint à échapper au magnétisme de la boule, mais cela avait laissé le temps aux hordes d'Habraniens de déferler sur la galaxie, envahissant et ravageant des planètes Eléëas, Panzaliennes, Orionnes… La planète du studio de Pépéroni D.A. fut elle aussi ravagée, mais ce dernier trouva moyen de s’enfuir et se réfugia sur la capitale gogolienne, d’où il diffusa ses futurs JT.

Les forces Habraniennes se présentèrent sous la forme de flottes de nefs sphériques. En effet, l'arrivée de Josturi 3e dans la dimension Andromédienne avait eu pas mal d'effets collatéraux sur la culture des Andromédiens, et la création de vaisseaux en était une. Lors de la première guerre d'Andromède, les Andromédiens combattaient uniquement dans des bulles magiques. C'était donc une surprise pour les VoieLactiens de les voir dans des vaisseaux en dur…
L'avancée des Andromédiens était foudroyante, mais elle se ralentit fortement lorsque les VoieLactéens reprirent leurs esprits et commencèrent à riposter. Finalement, le front se stabilisa et les premiers échanges verbaux entre VoieLactéens et Habraniens eurent lieu. Il s'agissait essentiellement d'insultes ou de discours ayant la même intention. Habran, se faisant entendre de vive voix pour la première fois, débitait aux VoieLactéens des discours pleins de poison visant à semer la zizanie parmi eux. Les VoieLactiens, ignorant encore l'existence du Conseil des Cinq et pensant que c'étaient tous les Andromédiens qui leur en voulaient, menacèrent les Habraniens de l’annihilation totale de leur faction. En marge de ces joutes verbales, le front se stabilisa, dessinant les positions de départ de la guerre qui allait suivre. Les Andromédiens, tout comme les Golgothes avant eux, avaient envahi de préférence les planètes de petits empires, mais aussi quelques planètes vierges et inhabitées.

Sur une de ces planètes se produisit un évènement étonnant, évènement qui ne fut connu que bien plus tard. La planète en question se trouvait être l’emplacement des antiques ruines du QG de l’Ordre des Chasseurs de Mages. Ce QG avait été détruit des centaines d’années plus tôt lors de la guerre de l'UR et abritait toutes sortes de reliques, dont le Globe, sphère blanche et lumineuse renfermant tous les secrets d’un des Cinq Empires Originels, les Coolizianes. Les Habraniens n'ont jamais manifesté d'attrait pour l'archéologie, mais le Globe se trouvait dans une pièce qui, suite à la dégradation du bâtiment, se trouvait à ciel ouvert. La sphère lumineuse était donc bien visible, et attisa la curiosité des Andromédiens sur place. Il y eut alors mutinerie : conscients que cette étrange sphère devait être importante, des agents doubles du Conseil des Cinq infiltrés parmi les rangs Habraniens se retournèrent contre eux et les empêchèrent de s’emparer du Globe. Après un combat qui ne laissa que peu de survivants et qui abîma d’autant plus les ruines, les agents du Conseil eurent le dessus et rapportèrent le Globe dans la dimension Andromédienne auprès du Conseil des Cinq. Les généraux Habraniens ne comprirent pas pourquoi une de leurs divisions venait de disparaître sans plus donner de nouvelles.

Les Zintorgiens, pendant ce temps, avaient décidé de passer à l’action, pressés par les Panzaliens, déclenchant une opération qui changea le sort de la guerre. Ils décidèrent d’envoyer une de leurs puissantes bombes AMD dans la dimension Andromédienne. Pour ce faire, plus malins que l’Icarus ou Javiola qui cherchaient toujours sans la trouver ladite dimension, ils envoyèrent leur bombe au travers d’un des portails interdimensionnels employés par les Habraniens. La bombe était trop petite pour être remarquée par ces derniers, et passa sans encombre le portail. Dans la dimension Andromédienne, une bonne partie de la vaste flotte Habranienne attendait encore, au milieu de l'espace vide, pour passer par les multiples portails que leur ouvrait Sterzo grâce au Médaillon Bleu. La bombe explosa et annihila la quasi-totalité de la flotte Habranienne qui se trouvait du coté Andromédien des portails…



L’efficacité Zintorgienne.




[Seconde Guerre Andromédienne] Entrée en jeu du Conseil des Cinq [???] :


Voilà qui ébranla sérieusement Habran et réjouit le Conseil des Cinq. Ce dernier était maintenant sûr de reprendre le dessus dans la guerre qui l'opposait aux Habraniens dans la dimension Andromédienne. Habran, quant à lui, ne disposait plus que des troupes présentes sur la Voie Lactée : il devait impérativement conquérir cette dernière pour reprendre le pouvoir dans sa dimension. D’autre part, le Conseil des Cinq venait également de recevoir le Globe Cooliziane. Ils ne savaient pas encore ce qu’il était, mais les connaissances précieuses qu’il renfermait allait les aider d’une manière qu’ils n’imaginaient même pas.

Il est peu probable que les Zintorgiens aient eu conscience de tout cela en envoyant leur bombe. Pour eux, il s'agissait de mettre une raclée à leurs ennemis héréditaires, c'est tout.

Habran se dit qu’il ne devait plus se priver d’aucun moyen s’il voulait avoir une chance de gagner. Il décida d’utiliser un rituel d’invocation qui, depuis des millénaires, avait été interdit au sein de la galaxie d’Andromède, un rituel que même lui, du temps de sa gloire, n’aurait pas osé mettre en place. Il nous est difficile de nous le représenter, tant la culture Andromédienne nous est peu connue, mais les Andromédiens avaient une longue Histoire, et au cours de cette histoire, ce rituel avait déjà été utilisé, selon les sources, par deux fois, et toujours avec des conséquences dévastatrices, proches de ce que donnèrent les deux Cataclysmes sur notre Voie Lactée. Il s’agissait de l’invocation de trois grands serpents – ou dragons, selon les sources – capables de se mouvoir dans l’espace et de dévorer des mondes. Des créatures de cauchemar que les Andromédiens avaient appris à craindre.
Mais Habran n’avait plus rien à perdre. De toutes manières, même si les serpents échappaient à son contrôle, ce serait la Voie Lactée qui en supporterait les conséquences, et cela lui convenait bien. Il commença donc le rituel, qui employa plusieurs centaines de ses sbires, formant de grands cercles sur plusieurs planètes occupées par les Habraniens, ce qui n’échappa pas à l’œil des espions VoieLactéens.

Dans la dimension de secours des Zintorgiens, Freeza avait fait mettre en marche toutes les usines d'armement et de production de vaisseaux. Il préparait également une grosse commande pour les Panzaliens: la reconstruction du Tsar. Un gros vaisseau puissant de jadis.

Un nouvel élément donna l’avantage aux VoieLactéens : Zaphyros, à bord de l'Icarus, trouva enfin la dimension des Andromédiens. Il préconisa alors l'utilisation d'armes de destruction massive sur les Andromédiens. L'initiative fut acceptée par tous les VoieLactéens. On affréta des vaisseaux équipés de toutes les armes apocalyptiques possibles dans le but de les envoyer dans la dimension Andromédienne. Face à cette menace, Habran décida de mettre la pression sur les VoieLactéens en faisant pour la première fois allusion au rituel qu’il mettait en place, cherchant à établir un équilibre de la terreur entre les deux camps.

"Nous avons en notre pouvoir un arme capable de rayer votre galaxie de la carte. Nous savons que vous avez des armes de puissance égale capables de rayer NOS galaxies de nos cartes...Nous voici donc à égalité. Utilisez vos armes de destruction massive et nous le ferons également, sans remords."
Habran


Ce message refroidit les pulsions Brochentachtreussiennes des VoieLactiens. Zaphyros fut chargé d’envoyer une réponse dans la dimension Andromédienne, accompagné dans son vaisseau de Javiola:

« Ici Zaphyros, le commandant de l'Icarus. Je désirerais négocier au nom de la voie lactée une trêve. nous voulons croire en la paix. »

A sa grande surprise, il reçut deux réponses:

Message 1 : « Jamais! Vous mourrez! »

Message 2: « Bien sûr, nous n'avons jamais été pour cette guerre.»


La première venait des Habraniens, et la seconde du Conseil des Cinq. Les deux camps envoyèrent une flotte auprès de l'Icarus. Les Habraniens tirèrent sur les nefs argentées du Conseil des Cinq, mais durent s'enfuir, car l'Icarus les défendit. Aussitôt, Triam, un des membres du Conseil des Cinq à ne pas confondre avec le roi Azirien Tariam, entra en contact avec l’Icarus. Triam fit rapidement savoir aux VoieLactéens que le Conseil des Cinq n'était pas pour la guerre, mais pour la paix. Javiola, proposant d’établir des relations diplomatiques durables entre le Conseil et l’EAU, s’attira la sympathie de Triam, qui accepta d’avoir une rencontre plus approfondie à ce sujet plus tard, afin d’établir éventuellement une ambassade chez les Goragniens. Zaphyros, en revanche, lui déplut par son ton tranchant : il demanda à Triam de l’informer de toutes les positions militaires Andromédiennes, en échange de quoi il épargnerait les peuples dirigés par le Conseil des Cinq lors de leur prochaine attaque. Zaphyros, comme une bonne partie des VoieLactéens, ne voyait dans le Conseil des Cinq qu'un groupe de rebelles minoritaires, alors qu'ils étaient en réalité une puissante faction regroupant désormais plus de la moitié des Andromédiens. Triam réagit comme Josturi 3e avant lui et répondit qu'il refusait de lui donner des informations si c’était pour ensuite être à sa merci.

Zaphyros, insatisfait, revint dans la Voie Lactée. Cependant, il avait eu des idées pendant le trajet et proposa à son état-major de mettre en place un piratage des nefs Habraniennes en se basant sur les données d'une de leurs épaves, afin d'immobiliser les flottes ennemies.
Dans la Voie Lactée, les Habraniens harcelaient sans cesse les positions VoieLactéennes, tout en poursuivant leur rituel d’invocation, long et compliqué. Les VoieLactéens ne leur laissaient pas de répit non plus. Même les Chauvesouriens, le petit empire apparu depuis peu, envoyaient leurs quelques troupes au front. Les Habraniens avaient entre autres pris Zurme, l'une des capitales Panzaliennes. Les Panzaliens la leur reprirent au bout d'une longue bataille qui endommagea durement la planète.
Au même instant, toujours chez les Panzaliens, l'amiral Djerok discutait de génétique avec les Auchs, dans le but non avoué de cloner le Commodore, pour le remettre sur le trône. Leur petit arrangement allait donner naissance à Kausif, futur dirigeant Panzalien qui allait prendre la place du petit Kosif, fils de Panzak. Le fait que Djerok veuille cloner le Commodore fait sans doute de lui un membre de l’Ordo Gladii, mais ce ne fut jamais prouvé.
Les Orions avaient eux aussi des problèmes, car en plus de la guerre ils durent faire face à des bêtes qu'ils ne croyaient présentes que dans leurs légendes : les « Forduins », de sortes de grands reptiles. Kolf, le dirigeant Orion, parvint à tourner la chose à son avantage en convaincant les Forduins de les aider dans la guerre Andromédienne. Les phéniciens sortirent eux aussi de leur « létargie » et, au beau milieu de la guerre qui agitait la galaxie, annoncèrent que leur nouveau dirigeant était le vainqueur de leur dernière guerre civile, un certain Casimir Zoutine.

Une deuxième rencontre avec le Conseil des Cinq eut lieu assez rapidement. À nouveau, Zaphyros fut du voyage, toujours dans l'Icarus. Zaphyros, voulant mettre son idée de piratage en pratique, demanda à Triam de lui fournir une épave de nef Andromédienne. Celui-ci hésita, ne faisant toujours pas confiance aux Panzaliens. Il demanda à Zaphyros d’avoir Panzak comme interlocuteur. De plus, Triam demanda à ce que les Zintorgiens soient informés que le Conseil des Cinq n'était pas dans le camp à abattre. Zaphyros repartit dans notre dimension, en disant à Triam qu'il ne promettait rien quant à ses demandes: Panzak quittait rarement l'Antlosius.

Dans la Voie Lactée, justement, Josturi 3e et Kahlaf poursuivaient leur projet de flotte anti-magie dans les usines secrètes de Karl Aguirre. Cela avançait doucement, car cela faisait longtemps que les Fromageologues n'étaient plus un grand empire avec beaucoup de ressources. Cependant, leurs connaissances en anti-magie conservées dans des archives centenaires restaient précieuses aux yeux du Conseil des Cinq. Josturi rassembla une grande partie des Azirs VoieLactéens éparpillés dans la galaxie, rassemblés via des appels se transmettant de bouche à oreille, pour venir aider les Fromageologues dans la construction de cette flotte secrète. Triam, lors de ses communications avec Javiola et Zaphyros, n'avait toujours pas parlé avec eux de ce projet, ne leur faisant toujours pas assez confiance.

Toute communication avec Aziria avait été négligée depuis l'arrivée des Habraniens. Aussi, les diplomates VoieLactéens présents sur Aziria s'en inquiétèrent et partirent pour la Voie Lactée avec l'accord de Tariam, le roi d'Aziria, qui reconstruisait toujours sa flotte.

Pendant ce temps, Panzak se rendit de mauvaise grâce dans la dimension Andromédienne pour parler avec Triam. Ce dernier fut direct et demanda à Panzak de renoncer à tout vœu de destruction de galaxie dans la dimension Andromédienne. Panzak refusa, affirmant que cela reviendrait à abandonner la guerre. Il dit encore à Triam que la guerre contre les Habraniens allait tôt ou tard s'exporter dans la dimension Andromédienne et qu'il fallait que le Conseil des Cinq s'allie aux VoieLactéens. Il mentionna aussi que cette guerre ne pouvait se finir que par l'annihilation d'une des deux factions, mais que les rangs du Conseil ne seraient pas inquiétés. Triam prit mal la chose et lui expliqua que la guerre contre les Habraniens ne s’exporterait pas de la Voie Lactée à la dimension Andromédienne, mais que c’était l’inverse qui s’était produit. L'erreur d'Habran avait été d'attaquer la Voie Lactée alors qu'il n'avait pas fini de vaincre le Conseil des Cinq dans sa propre dimension. À présent, c'était le Conseil qui avait le dessus dans la dimension Andromédienne et était en passe de gagner la guerre qui l'opposait aux derniers Habraniens n'étant pas allés dans la Voie Lactée et n'ayant pas été détruits par la bombe Zintorgienne. Panzak lui aussi se mit en colère, lui rappelant que les Panzaliens avaient souffert au cours de leur histoire et qu'il ne se priverait pas d’utiliser des armes de destruction massive si cela pouvait sauver des vies Panzaliennes et VoieLactéennes. Il refit sa proposition: épargner les non-Habraniens et ne pas utiliser d'armes de destruction massive lors de l'attaque, en échange de quoi le Conseil des Cinq s'engageait à s'allier enfin officiellement avec l'EAU. Javiola (qui était de nouveau arrivée sans que personne ne s'en aperçoive) appuya la proposition de Panzak. Panzak proposa même à Triam de venir visiter la Voie Lactée pour voir les dommages que les Habraniens avaient fait aux VoieLactéens. Triam fit savoir qu'il avait quantité d'observateurs dans la Voie Lactée. En effet, entre les espions qui avaient récupéré le Globe et Kahlaf, Josturi 3e et Karl Aguirre qui construisaient la flotte anti-magie, on ne peut pas dire que le Conseil des Cinq ait été absent de notre dimension. Hésitant toujours à accorder sa confiance aux VoieLactéens, Triam consentit à avoir une autre entrevue avec eux, mais avec tous les dirigeants importants cette fois, y compris Freeza, de façon à aboutir à quelque chose.

Panzak et Javiola retournèrent dans la Voie Lactée. Les Habraniens continuaient à harceler les VoieLactéens, utilisant parfois de la magie ayant des effets psychologiques (amnésie, déprime). Mais ils faisaient eux aussi face à des contre-attaques violentes sur les planètes qu’ils avaient pris. Certains VoieLactéens usèrent eux aussi de la psychologie: les Panzaliens capturaient et torturaient parfois des Andromédiens avant d'exposer leur corps mutilés aux yeux de leurs compagnons d’armes, afin de les démoraliser. Le violent amiral Djerok fut lui aussi « lâché » par les Panzaliens afin de poursuivre ce genre d'opérations démoralisatrices. Les Habraniens lancèrent de nouvelles attaques plus violentes que d'habitude en guise de représailles mais se montraient totalement réfractaires à la torture, qui était considérée comme une abomination dans leur culture. En revanche, ils détruisaient volontiers des bibliothèques et archives VoieLactiennes, méprisant la culture de leurs ennemis.

Les Habraniens décidèrent également d’agir sur Aziria. Un mage Habranien arriva sur Azolwn, la capitale Azirienne, et jeta un sort d’envoûtement sur Tariam, qui devint du jour au lendemain une marionnette Habranienne hostile aux VoieLactéens. Tariam ordonna à ses troupes de chasser les VoieLactéens réfugiés à Aziria. Certaines colonies VoieLactéenes refusèrent de partir et résistèrent à ces expulsions forcées. Tariam eut alors l'intention de faire l'usage de la force contre les VoieLactiens. Il voulut aussi bloquer le portail inter-galactique afin d'empêcher tout renfort VoieLactéen d’arriver, mais le portail ne tarda pas à être déplacé par les VoieLactiens présents sur Aziria qui se préparaient déjà à une déclaration de guerre. Or, certains Aziriens allèrent à la rencontre des VoieLactéens et leur expliquèrent que le roi Tariam avait brutalement changé. Kilik, un Panzalien responsable des VoieLactéens présents sur Aziria, leur fit savoir que des espions VoieLactéens étaient déjà sur la capitale Azirienne, Azowln, et prévoyaient de faire sauter Tariam et son palais s’il allait trop loin. Cela effraya le politicien venu voir Kilik et celui-ci tenta de s'enfuir, avant de s'évanouir sous le coup d'une jaunisse émotive.

Sur la Voie Lactée, Karl Aguirre continuait à mettre en place le projet de flotte anti-magie. Cependant, voilà que l'amiral Panzalien Djerok fit cette annonce à la communauté internationale:

« Nous disposons de preuves que le président Fromageologue Karl Aguirre dispose de liens étroits avec les Andromédiens. L'empereur Panzak m'ayant donné carte blanche, nous déclarons la guerre au gouvernement Fromageologue, afin de remettre sur le trône Lord Fromaginus troisième du nom. »

Djerok, amiral Panzalien.


Karl Aguirre, estomaqué, protesta et demanda à voir les preuves en question. On refusa, lui promettant de ne les lui montrer que lors de son procès. Kahlaf et Josturi 3e étaient eux aussi bouche bée, ne s'attendant pas à une déclaration de guerre. Les vaisseaux Panzaliens de Djerok attaquèrent les planètes Fromageologues, ne tirant que sur les constructions militaires (Lord Fromaginus 3e voulait reprendre son trône, pas voir son peuple massacré). Habran, de son coté, ne comprenait rien à ces évènements, mais il décida de les utiliser à son profit et envoya une petite flotte Andromédienne aider les Panzaliens à tirer sur les Fromageologues avant de repartir aussitôt, afin d’accentuer la confusion. Il fut rapidement vexé en voyant que tout le monde avait ignoré sa petite manœuvre.
Karl ne put rien faire et fut capturé par les Panzaliens. Lord Fromaginus 3e, tout content, reprit son trône.

Dans la dimension Andromédienne, les combats entre Habraniens et forces du Conseil des Cinq prirent fin : les derniers partisans de Habran s’étaient rendus. Triam en fut soulagé, mais il était toujours inquiet pour la situation de Karl Aguirre sur la Voie Lactée. Il décida qu’il était urgent de révéler enfin l'existence du projet de flotte anti-magie afin de réchauffer les relations avec les VoieLactéens et sauver la vie d’Aguirre. L’entrevue fut donc avancée.



[Seconde Guerre Andromédienne] Verrouillage de la dimension Andromédienne [---] :


Les empereurs arrivèrent les uns après les autres. D'abord Panzak, accompagné de ses gardes Aquilas, puis Javiola, suivis de Casimir Zoutine et Kolf, les empereurs Phénicien et Orion. Ensuite arriva Josturi 3e, arborant un sourire mesquin en voyant Panzak. Triam exigea à Panzak que Karl Aguirre soit ramené sain et sauf jusqu'au lieu de réunion. Panzak, perdant patience, dit à Triam que s’il ne prouvait pas que lui et son Conseil pouvaient être utiles aux VoieLactéens, l'EAU n'hésiterait plus à les attaquer, coinçant le Conseil des Cinq entre deux fronts. Triam répliqua à Panzak que si lui ne collaborait pas, ce seraient les VoieLactéens qui seraient coincés entre quatre fronts (Aziriens, Habraniens, Conseil des Cinq et flotte anti-magie, faites le compte). Agacé mais ayant décidé de faire un geste, Panzak consentit à aller faire chercher Karl Aguirre et à l'amener sur place. Karl fut jeté dans la salle ligoté et quelque peu tabassé… C'était au tour de Panzak d'arborer un sourire mesquin. Au même moment arriva Kahlaf. Ce dernier avait été retardé car il était à nouveau retourné sur Aziria pour désamorcer la crise qui se jouait là-bas, en libérant Tariam de l'ensorcellement dont il était victime. Tariam avait aussitôt fait ses excuses aux VoieLactiens et cessé de les persécuter dans sa galaxie. Puis ce fut au tour de Freeza d’entrer (sous forme d'hologramme). Comme on était à peu près au complet (bien que les dirigeants Yourks, Auchs, Eléëas, etc. ne soient pas là), Triam décida de jeter cartes sur table et d'enfin raconter ce qu'il savait aux VoieLactiens en vue d'une alliance, bien qu'il trouvât ces derniers particulièrement insupportables. Il exposa donc la situation dans les grandes lignes, révélant la victoire du Conseil des Cinq sur les Habraniens, qui étaient désormais acculés dans la Voie Lactée. Ils donnèrent également de nouveaux détails sur les intentions de Habran : ayant soif de vengeance, celui-ci voulait, selon eux, s'emparer de la Voie Lactée pour y attendre le retour des Brochentachtreusses, partis dans le futur il y avait de cela des centaines d’années. Ce dernier point ne fut jamais trouvé.
Triam livra aussi une une autre information, erronée celle-là, amenée par les espions du Conseil : le rituel qui se déroulait sur les planètes occupées par les Habraniens avait selon lui pour but de mettre hors service les technologies VoieLactéennes. Les VoieLactéens, trouvant cette possibilité grotesque, ne s’en inquiétèrent pas. Triam annonça enfin que les autres membres du Conseil des Cinq ne voulaient pas envoyer des troupes dans la dimension VoieLactéenne, mais qu'ils souhaitaient tout de même les aider. Il révéla alors l'existence du projet de flotte anti-magie qui avait été interrompu avec la chute de Karl Aguirre. Il proposa aux VoieLactiens d'accepter cette aide. Après le discours de Triam, Freeza conclut simplement que les Habraniens étaient un peuple à exterminer, Javiola s'interrogea sur le fait que la magie des Andromédiens marche alors qu'elle n'était plus sensée exister depuis la destruction du Torarium et Panzak éclata d'un rire amer en disant que puisque Triam l'avait fait attendre depuis des jours pour lui dire que le Conseil ne les aiderait pas militairement, il n'avait plus qu'à partir. Tout en partant, il prit soin de s'emparer à nouveau de Karl Aguirre et de dire à Josturi 3e qu'il le broierait de ses mains à la première occasion (bref, il était en colère). La réunion fut donc un échec total.

Panzak fit tuer Karl Aguirre quelques heures seulement après son retour sur la Voie Lactée et mit définitivement Lord Fromaginus 3e sur le trône. Fromaginus reçut la tête d'Aguirre en cadeau de la part des Panzaliens.

Dès que Triam et le reste du Conseil des Cinq furent au courant des derniers évènements, ils mirent en place leur plan B. Puisque les VoieLactéens se montraient agressifs, ils décidèrent d'évacuer tous leurs « agents » de la dimension VoieLactienne (Josturi 3e, Kahlaf, les Fromageologues et Azirs membres du projet abandonné de flotte anti-magie), dans le but de les mettre hors de portée des rancunes VoieLactéennes ou Habraniennes. Après l'évacuation-éclair qui ne dura que quelques heures, le Conseil des Cinq décida qu’il était temps de se mettre hors de portée des VoieLactéens, en les empêchant de revenir dans leur dimension. Cela aurait été une idée impossible à mettre en œuvre quelques jours plus tôt, mais un élément rendait cela possible : le Globe Cooliziane, étudié par les savants Andromédiens depuis son arrivée chez eux, dont ils avaient réussi à percer partiellement le secret de lecture. Grâce aux connaissances insoupçonnées du Globe, les Andromédiens acquérirent une science interdimensionelle bien supérieure à leur magie – plus besoin de Médaillon Bleu par exemple – et découvrirent le moyen de « fermer » leur dimension, presque entièrement. Ils se ménagèrent en effet un dernier portail interdimensionnel avec notre dimension, un petit portail se trouvant dur une planète vierge. Ce portail était le dernier et unique moyen de voyager entre les deux univers parallèles.

Ce furent Zaphyros et Javiola qui se rendirent compte les premiers du verrouillage de la dimension Andromédienne. À bord de l'Icarus, Zaphyros souhaitait reprendre contact avec le Conseil des Cinq, désobéissant ainsi à Panzak, car il trouvait son attitude peu diplomate. L'Icarus « glissa » sur la dimension Andromédienne et passa dans la suivante, où Kahlaf les attendait… Ce dernier avait été laissé dans cette dimension-là par le Conseil des Cinq afin d'espionner les VoieLactiens qui tenteraient de venir dans la dimension Andromédienne. Kahlaf fut surpris: Il s'attendait à trouver un Panzak furieux, et pas un Zaphyros intrigué. Il accepta de parler avec Zaphyros et Javiola: les deux étaient plus sympathiques au Conseil des Cinq que Panzak ou encore Freeza. Zaphyros révéla à Kahlaf sa situation par rapport à Panzak: il lui raconta son histoire, comment il avait été libéré de prison, et comment il projetait d'enlever le fils de Panzak, Kosif, afin de l'éduquer selon les principes qu'il pensait justes avant de le remettre sur le trône (Zaphyros lui-même ne désirait pas le pouvoir). Zaphyros avait déjà préparé tout un équipage dans l'Icarus prêt à être pourchassé pendant des années dans la galaxie. Kahlaf comprit que le renversement de Panzak serait bénéfique pour les Andromédiens et demanda ce que Zaphyros attendait de lui. Ce dernier lui dit qu'il aurait aimé que le Conseil des Cinq lui envoie quelques mages pour l’aider à renverser Panzak, toujours protégé par ses gardes Aquila. Le tout serait mis en place après la fin de la guerre. L'accord entre Kahlaf et Zaphyros fut donc conclu: le Conseil pourrait toujours envoyer quelques-uns de ses agents par le petit portail interdimensionnel qu'ils s'étaient mis de côté.
Zaphyros n'était pas le seul à comploter: L'amiral Djerok, de son côté, était parvenu à cloner le Commodore. Ce clone allait plus tard devenir Kausif, l'usurpateur de Kosif.



[Seconde Guerre Andromédienne] Dernière offensive, mort de Habran [---]:


Dans la Voie Lactée, la guerre se poursuivait. Les VoieLactéens étaient agités par une partie de l’opinion publique fondamentalement anti-Andromédienne, exigeant l'annihilation de toute forme de vie Andromédienne ou magique. Aussi, l'EAU décida de lancer une attaque massive sur les Habraniens. Goragniens, Panzaliens, Auchs, Orions, tous partirent en guerre, décidés à en finir. Les Habraniens décidèrent de faire de même et lancèrent eux aussi une offensive. Des batailles éclatèrent donc un peu partout.

Habran lui-même, se son coté, perdait toute vision stratégique, abandonné qu’il était de tous ses appuis. Il n’avait plus personne dans la dimension Andromédienne, vers laquelle il ne pouvait d’ailleurs plus se replier puisque le Conseil des Cinq l’avait verrouillée. Sur Aziria, Sterzo ne répondait plus à ses appels, voyant que la situation de Habran se dégradait. Acculé et guidé désormais par sa seule soif de vengeance, Habran comptait sur le rituel aux trois serpents pour lâcher ces derniers dans la Voie Lactée et la ravager. Pour sauver sa vie à lui, il comptait sur sa botte secrète : le Médaillon Bleu. Ce dernier ne possédait pas seulement le pouvoir d’ouvrir des portails interdimensionnels mais également celui de contrôler les esprits des créatures magiques. Il pouvait donc, en théorie, contrôler les Trois Serpents.
Pour le moment, seul Habran et quelques proches étaient au courant de ses plans. Mais il allait y avoir des fuites…
Pendant la bataille, Javiola et Panzak se disputèrent, affaiblissant la coordination des troupes de l'EAU, malgré les remarques de Kolf, le dirigeant Orion, qui essaya de les raisonner. Panzak cessa les disputes en voyant que les Goragniens étaient particulièrement efficaces au combat.

Sur Aziria, le roi Tariam, mis au courant des derniers évènements, décida de préparer son armée nouvellement construite et de venir sur la Voie Lactée pour aider les forces de l'EAU. Son aide n’allait pas être de trop : sur la Voie Lactée, les forces de l’EAU avaient affaire à des soldats Habraniens qui n’avaient plus rien à perdre, et les pertes étaient énormes des deux côtés, malgré l’arrivée du Tsar, l’énorme vaisseau nouvellement reconstruit par les Zintorgiens et commandé par l’amiral Djerok. Ce dernier captura des Andromédiens pour les torturer pour qu’ils leur révèlent l’endroit où se terrait Habran. Les malheureux n’avaient cependant que de faux renseignements à livrer : seuls les proches de Habran, les mêmes qui étaient au courant de ses réels projets, savaient où il se trouvait.
Très vite, Sterzo ne fut plus le seul à trahir Habran. Une Andromédienne décida elle aussi de changer de camp en apprenant quel rituel d’invocation Habran était en train d’effectuer, rituel qui allait se finir d’ici quelques heures seulement. Comme elle était féministe, elle alla révéler tout cela, ainsi que l'emplacement réel de la cachette d'Habran, à Javiola. Elle l’informa d’un détail d’importance : le Médaillon Bleu permettait de contrôler les créatures invoquées… Javiola décida d'aller sur le champ voir Habran pour le tuer et prendre le médaillon.

Habran se cachait dans une station-vaisseau à proximité d'un système Gluck ces sympathiques petites créatures sans histoire. Javiola y arriva, à l'aide des coordonnées données par l'Andromédienne, alors que le Tsar, lui, ravageait un autre système où Habran ne se trouvait pas.
Il y avait un troisième larron sur le coup: Kahlaf (toujours et encore lui), envoyé pour éliminer Habran. Le Conseil des Cinq, malgré sa promesse de ne plus aider les VoieLactéens, n'avait décidément pas encore dit son dernier mot… Kahlaf avait déjà infiltré la station-vaisseau d'Habran lorsqu'il vit, éberlué, Javiola arriver comme une fleur à la station. Décidant de l'aider après l'avoir reconnue, il lança un enchantement sur Habran pour qu'il voie Javiola sous l'apparence de l'Andromédienne l'ayant récemment trahi. Habran, croyant voir une Andromédienne repentie lui revenant, ne se méfia pas.



Habran, en tenue de soirée.


Javiola pénétra donc sans problème dans la station. Habran lui parla de choses et d'autres en la conduisant dans son salon et, ultime erreur, lui montra le Médaillon Bleu entreposé dans un coffret. Là, Kahlaf surgit de l'ombre et assomma Habran avec une bouteille de champagne en demandant à Javiola ce qu'elle faisait là. Cette dernière, équipée de modules décuplant sa force, s'empara du médaillon et décapita Habran avant d'exploser un mur et de s'enfuir, poursuivie par Kahlaf, paniqué, qui tentait de lui dire que le médaillon était dangereux…
L'alerte dans la station-vaisseau fut donnée. Javiola attrapa Kahlaf sauta dans la nef dans laquelle elle était venue. Une flotte Goragnienne apparut alors pour couvrir Kahlaf et Javiola. La bataille qui s'engagea ne manqua pas d'attirer bientôt d'attirer une flotte Auch dirigée par Lyve: les Auchs se mirent eux aussi à attaquer la station d'Habran. Cependant, la bataille fut de courte durée: les proches d'Habran venaient de constater la mort de leur chef. Paniqués, ils se battirent entre eux, et, dans le combat, touchèrent au bouton d'auto-destruction de la station. Cette dernière explosa, projetant la nef de Javiola sur la planète Glucke qui se trouvait à proximité. La nef tomba dans la mer, au large d’une côte.

Javiola et Kahlaf sortirent du vaisseau et remontèrent à la surface sous l'oeil étonné de paisibles pêcheurs Glucks qui les recueillirent. Les Auchs atterrirent eux aussi sur la planète pour voir si Javiola et Kahlaf allaient bien… Kahlaf, conscient que le rituel d’invocation toucherait dans quelques instant à sa fin, demanda aux Auchs d'envoyer des plongeurs dans l'épave de leur nef, car Javiola y avait oublié le fameux Médaillon Bleu… Ce dernier avait en réalité déjà été gobé par un poisson.

Ailleurs dans la Voie Lactée, les Andromédiens perdirent du terrain partout: la nouvelle de la mort de Habran se répandit comme une trainée de poudre et déstabilisa les Habraniens. Certains généraux Andromédiens changèrent de camp et cessèrent les hostilités avec les VoieLactéens. D'autres flottes restèrent fidèles à Habran jusqu’au bout, mais se firent rapidement massacrer de par leur sous-nombre. Finalement, le gros des Habraniens cessa le combat et tentade dialoguer avec les VoieLactéens.

Dans le système Gluck, on se bousculait au portillon: Les Panzaliens (Djerok) et les Orions arrivèrent sur place, et aidèrent les Goragniens et Auchs à anéantir les derniers survivants de la station-vaisseau.

C’est alors que le rituel d’invocation toucha à sa fin.

Apparaissant dans le même système Gluck, près de l’endroit où se trouvaient les restes de la station de Habran, trois gigantesques foeutus de reptiles – un jaune, un bleu et un noir, selon les témoins – se formèrent au milieu du vide spatial, occasionnant un cessez-le-feu stupéfait de la part des VoieLactéens. Ils se mirent alors à grandir démesurément et à prendre leur forme définitive de grands reptiles irréels. Les VoieLactéens, fidèles à eux-mêmes, se mirent à tirer sur les trois monstres de toute la puissance de leurs armes. À ce moment-là, une flotte Habranienne arriva sur place : il s’agissait de renforts que les proches de Habran avaient eu le temps d’appeler avant que la station ne soit détruite. Voyant matérialisées devant eux les créatures de cauchemar dont la sinistre réputation était connue de tout Andromédien, ils repartirent aussitôt pour sauver leur vie, et prévenir leurs compagnons d’armes. La nouvelle de l'arrivée des Trois Serpents se répandit parmi les Andromédiens aussi vite que celle de la mort de Habran. Les Habraniens qui ne s'étaient pas rendus s'enfuirent dans l'espace pour se cacher où ils le pouvaient.

Les Trois Serpents, insensibles aux tirs qui pleuvaient sur eux, ouvrirent leur yeux et leurs gueules, des frissons malsains agitant leurs écailles à mesure que leur forme définitive était atteinte.

Sur la planète Glucke, où Kahlaf et Javiola séchaient sur une plage Glucke, un évènement totalement incongru allait pourtant mettre fin à tout ça. Un pêcheur Gluck peu sensible au chaos qui se jouait dans le ciel de sa planète, venait de pêcher par hasard le poisson qui venait de gober le Médaillon Bleu. Sortant l’artefact de la gueule de sa prise et le trouvant sans doute joli, il le mit autour du cou. En orbite, les Trois Serpents qui avaient atteint une taille astronomique venaient d’achever de se former et s’apprêtaient à réduire les flottes VoieLactéennes en miettes, mais sentirent soudain sur leurs esprits l’influence du Médaillon. Quittant le champ de bataille et se penchant docilement sur la planète, le regard voilé de blanc, ils fixèrent le Gluck qui ne comprenait rien à ce qui se passait, distinguant mal ces trois énormes silhouettes qui bouchaient une grande partie de son ciel bleu. Les créatures attendaient ses ordres.

La flotte de l'EAU s'apprêtait à descendre elle aussi sur la planète. La flotte Goragnienne leur barra le passage, en leur disant qu'il ne fallait pas toucher à ces gentils dragons. Le pêcheur Gluck tenta d'enlever le Médaillon, mais ce dernier, de par le sort qui le liait aux Trois Serpents, refusait de quitter son cou. Sous les yeux des flottes VoieLactéennes, le Gluck alla tranquillement chez un ami forgeron. Kahlaf, qui suivait la scène, comprit trop tard les intentions du paisible Gluck : alors qu’il courait vers ce dernier pour lui dire d’arrêter, son ami forgeron avait empoigné son marteau et brisé le Médaillon Bleu en mille morceaux.

Contrairement à ce que craignait Kahlaf, cela ne libéra pas les Serpents de l’influence du Gluck. Cela fit bien mieux : les Trois Serpents disparurent de la réalité.

C'est à ce moment qu'arriva la flotte d'Aziria pour aider les VoieLactéens. Tariam arriva lui aussi près de la planète Glucke, au moment au Djerok donnait l'ordre de stériliser la planète pour éviter toute feinte de la part des dragons. Cela rappela à Tariam de mauvais souvenirs à propos de l’Aurore, et il s’interposa entre le Tsar de Djerok et la planète Glucke, comme l'avaient fait les Goragniens, les Auchs et les Orions qui étaient eux aussi contre la destruction de la planète. Djerok laissa tomber l'affaire. Toutes les flottes de l'EAU quittèrent la planète Glucke qui fut laissé tranquille et qui resta le joyeux havre de paix qu'elle avait toujours été.



[Seconde Guerre Andromédienne] Fin des hostilités [---] :


« Ici le président de l'EAU, Davru. Je demande aux chefs d'états membres de l'EAU ainsi qu'à nos alliés de se rendre à la station d'Aldébaran afin d'y parler des futures négociations de paix. Je propose d'obtenir des Andromédiens de leur dimension un accord pour ne plus jamais tenter de revenir dans la nôtre, en échange de quoi nous leur livrerons nos prisonniers de guerre. »


La guerre était finie, et les armées de l’EAU rentrèrent au bercail. À une exception près : le Tsar. Commandé par le violent Djerok, il n'arborait désormais aucun pavillon. Djerok comptait bien massacrer tous les Habraniens qu'il réussirait à trouver, et ce malgré leur reddition. Panzak, face aux accusations des Habraniens qui se plaignaient d'être encore attaqués, répliqua qu'il ignorait jusqu'à l'existence du Tsar quelques heures auparavant. En effet, c'était Djerok seul qui avait manœuvré la commande du Tsar auprès des Zintorgiens.
Cela eut des conséquences fâcheuses: Certains généraux Andromédiens étaient en effet venus négocier une paix auprès de l'EAU. Apprenant le massacre des leurs par le Tsar, ils quittèrent furieux la salle, en crachant sur Davru et le roi Tariam au passage. Davru ordonna donc aussitôt que les hostilités reprennent: les Andromédiens furent à nouveau poursuivis partout dans la galaxie. Mais Davru, moins extrémiste qu’il s’en donnait l’air, leur avait secrètement ouvert une porte de sortie: À l'aide de Zaphyros et de son Icarus qui était en communication avec Kahlaf et donc le Conseil des Cinq, il regroupé tous les Andromédiens qu'il trouvait dans un système stellaire tenu secret, et donc à l’abri de la soif de sang de Djerok. De là, Kahlaf les récupéra et les fit passer par le dernier portail entre la dimension VoieLactienne et la dimension Andromédienne, de manière à les faire rentrer chez eux.

Cette évacuation prit plusieurs semaines, mais réussit : tous les Habraniens qui avaient survécu à la guerre et à Djarok. Une fois dans la dimension Andromédienne, les Habraniens furent jugés par le Conseil des Cinq et écopèrent de peines allant de l'acquittement jusqu'à la prison à perpétuité.

Tariam, ne se sentant plus très utile, rentra sur Aziria, en bons termes avec la Voie Lactée. Au même moment, les dirigeants de l'EAU furent invités à un grand show télévisé où ils expliquèrent à leurs peuples que les Andromédiens étaient maintenant sans doute définitivement partis et que c'était très bien comme ça. Seul Panzak et Moi V II, le dirigeant gogolien, semblaient mécontents, affirmant qu’ils auraient préféré que tous les Andromédiens périssent, le premier pour garder son extrémisme de facade, et le second parce qu’il voulait sans doute se faire remarquer. Kolf, l'empereur Orion, soutint que Habran était un manipulateur et qu’exterminer les Andromédiens n'était pas une bonne solution. Quoi qu'il en soit, ces discours n’avaient plus vocation à aboutir à des actes réels : la guerre était finie.



Rien de tel qu’un peu de réflexion au retour du champ de bataille.


On peut parler d'une victoire de la Voie Lactée et du Conseil des Cinq sur Habran, le grand perdant de l’affaire. Tout cela fut officialisé par le dernier message des Habraniens auprès de la communauté internationale.

"Communauté internationale, au vu des récents évènements, de la mort de notre ancien leader Habran et de la dislocation de nos forces armées, nous, Andromédiens Habraniens, reconnaissons notre défaite.
Nous signons donc la reddition, devant les forces VoieLactéennes, Aziriennes, ainsi que devant les forces Andromédiennes du Conseil des Cinq. La plupart d'entre nous avons été rapatriés et attendons un jugement de la part du Conseil des Cinq. Nous avons également préparé, dans la soute du Torfuari qu'on a utilisé pour vous transmettre ce message, des cadeaux pour les empires VoieLactéens s'étant montrés honorables au combat, respectant les adversaires que nous sommes.

Adieu."


La deuxième guerre Andromédienne se termina donc ainsi, sans grande bataille apocalyptique ni duel de gros vaisseaux, ce qui frustra énormément les militaires de tout poil dans la galaxie. On ne revit plus jamais Josturi 3e, qui finit ses jours dans la dimension Andromédienne, ni Sterzo, qui se fit tranquillement oublier.

Tariam, en bons termes avec la Voie Lactée, allait finir une vieillesse paisible dans une Aziria pacifiée.

Les Andromédiens firent une ultime action avant de refermer le chapitre. Toujours en possession du Globe Cooliziane, dont ils n’avaient rien dit aux VoieLactéens, ils eurent la sagesse de ne pas le garder parmi eux. Les connaissances qu’il renfermait étaient trop vastes, trop précieuses… Craignant d’un jour s’entretuer pour sa possession, les membres du Conseil des Cinq décidèrent de le renvoyer en Voie Lactée, dans la boîte postale de la salle de l’EAU.

Un petit drone contenant le Globe fut chargé du transport, mais une avarie le fit dévier de sa route et il alla se perdre dans l’espace, ne s’écrasant sur une planète que de nombreuses années plus tard.







– Ce qui se passe entre ceci et la fin du Quatrième Âge ne sera probablement jamais détaillé. Référez-vous à la version condensée. -




___



Cinquième Âge
[1414 à 12 046]







Introduction:


Aussi connu comme « Ère de l’Atome », le Cinquième Âge regroupe les 10 632 ans qui s’écoulèrent entre le second Cataclysme et la fin de l’Atome stellaire, pendant lesquels l’essentiel de la population de la Voie Lactée se résumait à la population de cette gigantesque arche spatiale close et auto-suffisante : l’Atome.



Ère de l’Atome [1414 à 12 046]:


Rexyzot maintenait les populations dans l’ignorance et l’isolement, de sorte qu'il n’y eut aucun évènement remarquable durant cette très large période de temps si ce n’est des intrigues internes sans incidence majeur sur l'Atome Stellaire. Les peuples de l’Atome oublièrent rapidement tout de leur passé et leur horizon se limitait aux murs en métal de l’Atome.

À l’extérieur de l’Atome, dans un espace hostile rempli de radiations, la vie évolua rapidement pour s’adapter à la situation, ce qui donna naissances aux «Kalirs », de grandes créatures spatiales aggressives résistant aux radiations et se regroupant par ruches. Au fil des millénaires, les radiations se dissipèrent peu à peu, dégageant de plus en plus de zones viables.



Chute de l’Atome [12 046]:


L’Atome Stellaire tirait son énergie du soleil de son système stellaire. Mais voilà que cette étoile fit un caprice, réduisant exceptionnellement son activité solaire sur une période assez longue pour compromettre la capacité énergétique de l’Atome. Le Commodore décida de compenser ce manque en investissant moins d’énergie dans ses boucliers : après tout, rien n’était venu troubler la tranquillité de l’Atome depuis des millénaires et les radiations n’étaient plus très dangereuses depuis des lustres.

Mal lui en prit : une horde de Kalirs agressifs et sans doute en quête de nouveaux territoires choisit ce moment précis pour attaquer l’Atome stellaire. Formant une boule de leurs corps solides, ils percutèrent le bouclier de l’Atome, l’affaiblissant localement. Avant qu’il ne puisse être refermé, quelques centaines de Kalirs parvinrent à passer le bouclier avant que l’alarme ne soit donnée. Rien ne pouvait s’opposer à eux si ce n’était une force de défense manquant cruellement d’expérience et surtout occupée à la défense des civils. En quelques minutes, le sort de l’Atome était scellé : les Kalirs avaient mis à mal de multiples générateurs de boucliers, de sorte que nombre de leurs semblables envahirent à leur tour l’Atome.

Le Commodore, dans son corps fait de nanorobots, pensa pouvoir gérer seul la situation. Son orgueil le perdit : malgré la technologie de pointe qui le constituait, il mourut, tué par les Kalirs.

La population de l’Atome, paniquée face à cette menace inconnue, quitta en catastrophe l’Atome stellaire, chaque peuple se regroupant en flottes distinctes partant tenter de survivre chacune de son côté. Les VoieLactéens allaient à nouveau s’approprier de leur galaxie…


Sixième Âge
[12 046 à nos jours]






Introduction:


Le Sixième Âge s'étend depuis la destruction de l'Atome Stellaire, qui permit aux peuples VoieLactéens de se réapproprier leur galaxie et leur Histoire, jusqu'à nos jours.



Recolonisation de la Voie Lactée [12 046 à 12 077]:


Les différents peuples échappés de l'Atome se dispersèrent au quatre coins de la Voie Lactée, et se mirent en mission de reconstruire leurs différentes nations: la plupart des VoieLactéens s'étaient en effet regroupés par races. On redécouvrit peu à peu le passé, remettant en doute la divinité que le Commodore s'était attribuée pendant les derniers 10 000 ans et redécouvrant d'anciennes reliques, ruines et documents historiques. Steve, le gardien de la galaxie, fut d'ailleurs réveillé du sommeil dans lequel le second Cataclysme l'avait plongé grâce à une relique ancienne découverte sur l'Antlosius, énorme vaisseau antique. Il se mit alors en mission de remettre de la vie sur les planètes VoieLactéennes, ravagées par les radiations, recréant une biodiversité précieuse que la seule terraformation n'aurait pas permis d'atteindre.
Petit à petit, les nations reprirent du poil de la bête, bien que leurs effectifs et l'étendue de leurs empires reste loin de ce qu'elle était à une certaine époque.



Le Fromage de la Désolation [12 077]:


Alors que les peuples VoieLactéens vaquaient à leurs occupations, un évènement incongru arriva, environ 30 ans après la chute de l'Atome. Dans le ciel étoilé, de nombreux observateurs de tardèrent pas à voir un morceau de fromage, flottant dans l’espace dans le plus grand des calmes. Ce phénomène cosmique aurait pu être simplement comique, mais le Fromage, au fil des jours, grandissait de plus en plus en taille, générant des mouvements de panique dans la Voie Lactée. Les scientifiques envoyés l’étudier constatèrent qu’il était indestructible et semblait ignorer la matière, avalant objets et malheureux curieux lorsqu’il se mettait à gonfler.

La situation était critique : l’énorme morceau de Fromage flottant au-dessus de la Voie Lactée grossissait de plus en plus, et menaçait d’avaler bientôt des centaines de systèmes, occasionnant non seulement la mort de millions de VoieLactéens mais également la dislocation de la galaxie entière, dont une bonne portion se serait retrouvée bloquée dans la matière du Fromage pendant que le reste continuait à tourner.

Finalement, des individus venus d’un univers parallèle débarquèrent et donnèrent l’explication du phénomène. Dans leur univers à eux, appelé la dimension 70, un scientifique peu consciencieux avait usé de technologies interdimentionnelles pour tenter de produire un hologramme touchable. L’expérience dégénéra, et le Fromage se mit à exister sur trois plans : la dimension 70 pour sa masse (ce qui généra un intense trou noir à l’emplacement de l’hologramme), notre dimension pour ses propriétés visuelles et tactiles, et un « multivers » pour son odeur. Ce multivers, sorte d’espace entre les univers composé d’une cascade de mini-univers instables et souvent éphémères, fut baptisé par les scientifiques « soupe ».
La dimension 70 était proche de la nôtre : elle avait elle aussi une Voie Lactée, un Steve, et les équivalents des peuples VoieLactéens du Premier Âge. Les autorités et scientifiques des deux Voies Lactées unirent leurs efforts pour trouver un moyen de détruire le Fromage. Cela n’était possible qu’en détruisant ou désactivant la console génératrice de l’hologramme, elle aussi existant sur trois plans, comme le Fromage. À l’aide d’une équipe réduite composée de soldats venus des deux dimensions, on parvint à le faire, détruisant d’abord la console présente dans notre dimension, désactivant celle de la dimension 70, et éliminant celle présente dans la « Soupe ». Le Fromage disparut.

Suite aux réjouissances qui célébrèrent la disparition de la menace, la Voie Lactée de la dimension 70 et la nôtre conclurent une alliance, établissant une ligne de communication entre elles si, à l’avenir, un évènement semblable venait à se produire. De plus, la collaboration entre peuples VoieLactéens que cet événement avait produite encouragea ces derniers à renforcer leurs liens diplomatiques, scientifiques et culturels, ce qui fut concrétisé avec la re-création de l’EAU, qui n’avait pas encore été remise en place depuis la fin de l’Atome.



La Boule de Noël [12 078]:


Un autre évènement d’ordre cosmique se produisit moins d’une année plus tard, et, cette fois, il fut si subtil que la plupart des VoieLactéens ne le remarquèrent pas. De manière inexplicable, la Voie Lactée se retrouva enfermé dans une bulle où le temps s’écoulait des millions de fois moins vite que dans le reste de l’univers. Les autres galaxies, devenues invisibles dans le ciel, vivaient dans un temps qui, par rapport au nôtre, était très accéléré. L’espace-temps de la Voie Lactée n’était relié au reste de l’Univers qu’en deux points de la galaxie, ce qui garantissait son existence spatiale au milieu des autres galaxies (il était possible de sortir de la bulle en se téléportant) mais n’empêchait pas le décalage temporel.

Steve avertit secrètement les dirigeants de la Voie Lactée des multiples menace que cela faisait peser sur la galaxie : accumulation des radiations extérieures qui, normalement, s’étalaient sur des millions d’années, dislocation de la galaxie sur le très long terme, et, à moyen terme, invasion des peuples de l’Univers entier lorsque celui-ci toucherait à sa fin et que la « bulle » de la Voie Lactée deviendrait le seul lieu de vie viable.

Grâce à des éminents scientifiques VoieLactéens, dont Panza Rick, savant panzalien fou ayant aidé également à l’élimination du Fromage, ou encore Joner Tannhäuser, mari d’une physicienne qui avait prédit la possibilité de phénomènes cosmiques de ce genre, on mit en place une solution. On coupa d’abord les derniers « liens » qui reliaient la Voie Lactée au reste de l’Univers, l’isolant totalement de l’espace-temps qui l’entourait : la « boule de Noël » avait maintenant disparu de la vue des autres galaxies. Puis ce fut au tour de Steve d’entrer en jeu : usant de ses pouvoirs de Gardien de Galaxie, il parvint à déplacer celle-ci et à la « recoller » à l’endroit de l’espace et du temps où le phénomène de la bulle s’était produit. Il dut user de toute son énergie pour ce faire, mais la galaxie était désormais à sa place, les galaxies dans le ciel était réapparues, et le temps s’écoulait normalement.

Une conséquence inattendue s’était néanmoins produite : lorsque la galaxie était encore dans sa bulle, elle était une boule noire inerte et parfaitement immobile pour les autres galaxies, galaxies qui sont en mouvement. Or, une petite galaxie, au fil des millions d’années, était entrée en collision avec la « Boule de Noël », s’étalant à sa surface. Une bonne portion de cette galaxie avait été prise avec le reste de la Voie Lactée au moment où on l’avait isolée du reste de l’Univers, et fut ramenée avec notre galaxie dans le « présent ». Les VoieLactéens découvrirent donc, surpris, une nouvelle bande d’étoiles étrangères en bordure d’une des branches de la galaxie.


Vous Désirez [12 084]:


Quelques années plus tard, deux explorateurs Parkans recherchant de nouvelles planètes à coloniser pour leur nation découvrirent une étrange planète, entièrement lisse et beige, sans vie végétale ou animale, mais avec une atmosphère et une température parfaitement viables. Les deux éclaireurs se rendirent rapidement compte que la matière beige et tiède qui recouvrait l’entièreté de ladite planète était polymorphe: pendant leur sommeil, elle avait pris la forme de lieux où les deux parkans avaient désiré se trouver, la veille au soir (à savoir une maison de campagne et une bibliothèque).

Les parkans, membres de l'EAU, trouvèrent cela bien étrange et demandèrent à l'AIR, l'organisme scientifique international établi par l'EAU, de venir voir ce que c'était que cette histoire. La planète fut baptisée "Vous Désirez" par les scientifiques, qui l'étudièrent.

Il fut rapidement établi que la matière polymorphe se trouvant sur la planète était de nature nanorobotique, et relevait d'une technologie très avancée d'origine inconnue. Cette matière fut baptisée "morphéite", et il se trouvait qu'à mesure que les jours passaient, le temps nécessaire à la morphéite pour prendre la forme des désirs des personnes se réduisait.

Un incident gêna cependant le travail des scientifiques. Le prince Parkan, en mal de liquidités, vendit la planète à une compagnie de divertissement, la MacRivex & Associés. L'AIR protesta, et l'Auchistan opéra un blocus sur le système empêchant les promoteurs de ladite compagnie de divertissement d'approcher Vous Désirez. Le but de cette compagnie était clair: user des propriétés incroyables de Vous Désirez pour en faire le parc d'attraction ultime, afin d'en tirer profit. Un procès s'engagea, ardu et musclé, et MacRivex & Associés fut au final débouté par le Tribunal Galactique, encaissant tout de même un dédommagement au passage.

Pendant ce temps, on en appris plus sur la planète. Découvrant des stations en véritable matière (et non en morphéite) se trouvant sous la couche de matière beige, on les explora, et la planète révéla ses secrets: autrefois appelée Erden, elle était le fruit de la collaboration de deux Empires Originels, ces premières nations spatiales en Voie Lactée ayant vécu dans des époques éloignées et ayant bénéficié de technologies ahurissantes. Les deux Empires avaient voulu créer le lieu de divertissement ultime et avaient développé la morphéite, l'étalant sur la surface autrefois stérile de la planète. Cependant, après avoir ouvert leur création au public, il s’avéra que beaucoup de visiteurs, grisés de voir tous leurs désirs prendre forme devant eux, devenaient fous et perdaient le sens des réalités. Rapidement, certains visiteurs devinrent dangereux, devenant violents dès lors que leurs désirs entraient en contradiction avec ceux d'un autre visiteurs passant trop près. Des combats eurent lieu, et l'on déplora des centaines de morts: les meurtriers pouvaient en effet faire apparaître des vagues de morphéite rocheuse et les faire s'écraser sur leurs adversaires ou transformer le sol en tapis de piques.

L'armée intervint, et la planète fut évacuée, puis condamnée.

Apprenant tout ça grâce à la fouille des antiques bâtiments d'accueil de visiteurs ainsi qu'au témoignage de prototypes d'androïdes en morphéite, les scientifiques de l'AIR se félicitèrent de ne pas avoir reproduit l'erreur des Empires Originels en barrant la route à MacRivex & Associés.

On décida de se débarrasser de la morphéite en faisant surchauffer les nanorobots la composant, après avoir prélevé les vestiges archéologiques d'intérêt. Vous Désirez ne fut donc plus couverte que d'une couche de métal inerte.


Retour des Ezkas [12 084]:


Peu de temps après, de vieilles connaissances reparurent en Voie Lactée: les Ezkas.

Ces humanoïdes bleus habitant un univers parallèle rempli d'eau verte dans laquelle gravitent des planètes creuses n'avaient pas été vus depuis le Deuxième Âge, à l'époque où ils avaient eux-mêmes fermé les portails interdimensionnels qui les avaient mis en contact avec la Voie Lactée. Cependant, leur nouvelle venue, des milliers d'années plus tard, n'avait pas de motifs diplomatiques: les Ezkas qui arrivèrent dans notre dimension étaient des réfugiés.

La situation était la suivante: la magie n'existant plus en Voie Lactée mais ayant toujours cours dans la dimension Ezka, il vint à l'idée de l'amie d'un Ezka maudit par un sorcier de rouvrir un portail vers la dimension 1 pour que son malheureux compagnon, une fois arrivé en Voie Lactée, ne soit plus sujet à la malédiction. Cette amie, la scientifique Nastasia Iglima, ouvrit donc un portail dans notre dimension et y fit passer son protégé, le prince déchu Nezru Vek. Elle avait cherché au hasard un endroit dans notre univers qui soit simplement viable, avec de l'air respirable et une température accueillante. Cela tomba sur Karvely, planète du Xylvanion. Rapidement, Nezru Vek ne fut plus le seul dans sa situation à profiter de cette chance de salut et des milliers de réfugiés Ezkas fuyant des malédictions magiques arrivèrent dans le Xylvanion qui, bien que surpris, décidèrent de les accepter parmi eux. Ces Ezkas, dont le nombre fut bientôt grossi par des réfugiés politiques fuyant les exactions de l'empereur Ezka Darest IV, furent rapidement des millions. Ils se mirent à bâtir une ville à eux sur Karvely, Eskar-sous-pluie, et reçurent bientôt la citoyenneté Xylvanienne sous le nom d'Ezkariens.


Disparition de l'Atome Stellaire [12 084]:


Dans la même année, Steve, le Gardien de la Voie Lactée, finit la tâche qui avait été la sienne depuis son réveil après la chute de l'Atome Stellaire: réimplanter la vie sur toutes les planètes rendues stériles par le Second Cataclysme. Une fois ceci fait, il passa à l'étape suivante: débarrasser la galaxie des la menace que représentaient les Kalirs, ces gigantesques poulpes spatiaux qui avaient proliféré suite au Second Cataclysme et qui interdisaient l'accès de bien des systèmes stellaires aux habitants de la Voie Lactée. Cependant, ne pouvant se résoudre à faire mourir ces bêtes qui après tout n'étaient pas responsables de leur présence, Steve décida de ne pas les tuer mais de réduire leur taille à moins de deux mètres de long, afin qu'elles ne représentent plus aucun danger.

Dans toute la galaxie, les Kalirs furent donc réduits en taille. Sautant sur l'aubaine, les Panzaliens décidèrent de rameuter les scientifiques de l'AIR pour aller explorer un lieu crucial dans l'Histoire galactique que l'abondance de kalirs avait pour le moment rendu inaccessible: les restes de l'Atome Stellaire.

Plusieurs équipes de plusieurs nations de l'EAU se rendirent donc sur place, explorant divers endroits du système Stellaire chaotique où se dressait jadis l'Atome Stellaire, escortés par l'une des flottes panzaliennes.

Cependant, un évènement inexplicable survint. Tout le système stellaire disparut soudain des radars, emportant avec lui les scientifiques étant partis l'explorer. Les restes disloqués de la flotte panzalienne flottaient dans l'espace vide.

On rechercha activement les scientifiques et le système stellaire disparu. Quelle technologie avait donc pu déplacer un système entier? Malheureusement, on ne trouva rien, et des scientifiques spécialisés dans la recherche entre univers parallèles venus de la dimension 70 pour aider à localiser l'Atome Stellaire ne trouvèrent rien non plus.


L'affaire du Duc Irsvil [12 084]:


Lorsque les Ezkas avaient à nouveau refait surface, la communauté galactique fut quelque peu troublée d'entendre à nouveau parler de magie, surtout après les milliers d'années écoulés depuis sa disparition en Voie Lactée. Mais cela prit une nouvelle tournure lors du tristement célèbre banquet de l'empereur Darest IV.

Voici les faits: alors que les Ezkas réfugiés s'installaient pacifiquement dans le Xylvanion, les autorités officielles Ezkas, représentées par l'empereur Ezka Darest IV, se manifestèrent, faisant pénétrer une flotte en Voie Lactée via des portails. Ils exigèrent du Xylvanion qu'il livre ses réfugiés, ce dernier refusa, et la délégation impériale repartit de fort mauvaise humeur. Cependant, quelques jours plus tard, l'empereur se manifesta à nouveau d'une manière étrange: il déclara qu'il était prêt à laisser les réfugiés vivre libres si seulement les VoieLactéens permettaient qu'il exécuté chez eux un très dangereux sorcier Ezka très récemment capturé: le Duc Irsvil.

Les VoieLactéens acceptèrent. Les serviteurs de l'empereur amenèrent donc le Duc, un individu redouté à la réputation sulfureuse qui avait vécu la majeure partie de sa vie dans le secret, dans la Voie Lactée, à bord d'un vaisseau à eux. Le Duc fut décapité, mais pas avant d'avoir proféré des menaces à l'encontre de l'empereur Ezka Darest IV. Son corps fut enterré dans un caveau situé sur une planète stérile, fournie par le Xylvanion.

Pour fêter ce nouveau départ diplomatique, l'empereur Darest IV proposa d'organiser un banquet dans le BEAU avec les VoieLactéens.
Le banquet eut lieu une quinzaine de jours plus tard. Tout se déroula bien jusqu'à l'arrivée de l'empereur, qui parut dans un portail interdimensionnel ouvert pompeusement pour l'occasion sur une estrade dressée dans la salle. Arrivant pour la première fois en personne dans la Voie Lactée, l'empereur observa les dignitaires VoieLactéens présents devant lui et eut juste le temps de dire qu'il ne se sentait pas très bien avant de s'affaisser et de vieillir de plusieurs siècles en quelques secondes, devenant un squelette desséché venant rouler aux pieds des VoieLactéens.

Aussitôt, la voix du Duc Irsvil retentit dans la salle, sortant de nulle part: il proclama que sa vengeance avait été accomplie, et qu'il était venu en Voie Lactée pour y faire régner l'ordre. Dans le mouvement de panique qui suivit, les lumières s'éteignirent un instant, et lorsqu'elles se rallumèrent, un dirigeant VoieLactéen Ginoush était mort à terre, décapité.
Le BEAU fut évactué. On découvrit quelques minutes plus tard dans un placard le corps d'un chanteur membre de la délégation Ezka – la première à fuir à l'écoute de la voix du redouté Duc Irsvil revenu d'entre les morts. Tout laissait à penser que le Duc Irsvil, ressuscité de la tombe, venait de faire de la magie et s'apprêtait à l'utiliser encore pour accomplir de sombres desseins: l'affaire du Duc Irsvil était lancée.

La magie n'existait pourtant plus en Voie Lactée depuis des millénaires. Ce retour d'une chose oubliée, mystérieuse, dérangeante et potentiellement omnipotente fut très mal pris, surtout par les Zintorgiens. Les meilleurs enquêteurs VoieLactéens furent mis sur l'affaire et inspectèrent les lieux du crime. Mais le Duc frappa à nouveau avant qu'ils ne puissent trouver quelque chose de significatif: dans le palais impérial de l'empire Spartice, en plein jour, le Duc envoûta l'empereur Spartice Joe le Boce et le transforma en eau avec un petit sourire, avant de disparaître, invitant les Voielactéens à se soumettre à son autorité s'ils ne voulaient pas être détruits par lui.

Les enquêteurs de l'EAU, cependant, bien que semblant inutiles au grand public, accumulaient petit à petit des indices après ces deux apparitions du Duc, aidés par un agent de terrain qui enquêtait sur les lieux du crime. Ainsi, par exemple, ils avaient vu sur le Duc ainsi que sur les lieux de sa tombe vide un médaillon Ezka contenant un symbole triangulaire ésotérique: selon l'Ezkarien Nezru Vek, il s'agissait d'un symbole Ezka associé aux évènements importants dans l'Histoire: il était lié aux lieux où ces évènements se produiraient. En transposant le symbole sur une carte de la Voie Lactée et en l'ajustant aux deux derniers lieux d'action du Duc, il était possible de supposer où il frapperait en troisième et quatrième lieu: l'empire Bingfish et, à nouveau, le BEAU. De plus, il était devenu évident que le Duc Irsvil bénéficiait d'une complicité VoieLactéenne, sans quoi il n'aurait jamais pu infiltrer le BEAU.

La troisième manifestation du Duc confirma ces suppositions. Grimpant encore dans l'échelle de l'horreur, le Duc, qui avait promis une pluie de feu sur ses ennemis, fit incendier la capitale de l'empire Bingfish: une nuit de pluie, la ville s'enflamma. Les Bingfishs, préalablement prévenus par les enquêteurs de l'EAU, purent heureusement limiter le nombre de morts en organisant une évacuation immédiate de la population, mais on déplora malgré tout la mort de plusieurs centaines de citoyens dans les flammes et la fumée.

La communauté internationale était de plus en plus agitée. Des appels à la démission jaillirent à l'encontre de l'inspecteur Cartiel, chef des enquêteurs de l'EAU, et plusieurs grosses nations menacèrent de représailles les plus petites si elles commettaient l'erreur de se soumettre au Duc. Malgré l'aide internationale qui se manifesta pour les Bingfishs suite à l'incendie de leur capitale, des tensions et des divisions commençaient à fragiliser l'EAU et la communauté galactique en général, accentuées par le fait que l'on arrêta ci et là des hauts placés corrompus ayant visiblement commencé à pactiser avec le Duc Irsvil en secret, suscitant le courroux de leurs gouvernements.

Parallèlement, les Ezkariens – les Ezkas réfugiés dans le Xylvanion sur la planète Karvely, souvenez-vous – continuaient à construire leur ville dans un climat pas très serein: certains citoyens du Xylvanion, de plus en plus nombreux, exigeaient en effet leur départ après les crimes du Duc Irsvil, manifestant en bordure des terrains leur étant attribués, mais tenus à distance par les autorités Xylvaniennes. Ne se laissant pas démonter, Nastasia Iglima, la scientifique Ezka ayant ouvert les portails, décida d'en ouvrir de nouveaux en raison de l'afflux de réfugiés qui ne cessait pas. Décidant de s'adjoindre l'aide des scientifiques de l'AIR pour perfectionner ses portails interdimensionnels, elle se rendit au BEAU où, grâce à l'aide de physicien Rutabaga Reynald, elle put concevoir des dispositifs d'ouverture de portails perfectionnés. Elle se rendit ensuite sur Miridem, une autre planète du Xylvanion, afin d'y ouvrir de nouveaux portails et démarrer là un deuxième point d'accueil de réfugiés. Peu après, elle eut une nouvelle idée, qu'elle mit tout de suite en pratique: tout d'abord elle ouvrit un portail menant de Miridem à son bureau, situé dans la dimension Ezka. Puis, entrant dans ce dernier, elle y posa sur le sol un autre dispositif d'ouverture de portails et ouvrit un second portail allant de son bureau à Karvely, là où se trouvaient la plupart des Ezkariens. Grâce à ce système de "double-portail", il lui était désormais possible de se transporter très vite entre deux point de la Voie Lactée.

Dans le même temps, on s'attendait à une prochaine manifestation du Duc. Mais les enquêteurs savaient désormais où il frapperait son dernier coup: au BEAU, à nouveau. Mais comment frapperaient-il? Là était toute la question. Rapidement, cependant, le roi fromageologue Carnetisu organisa une séance de l'EAU, dans le but de demander à la communauté galactique de garder son calme et d'unir les efforts de ses services de renseignements pour trouver et arrêter le Duc et ses complices. Ce jour-là, la salle de l'EAU ne fut remplie qu'à moitié, une bonne partie des membres de l'EAU craignant trop une action du Duc pour venir.

Et c'est là que le Duc se manifesta. Son plan était simple: grâce à un système de double-portails interdimensionnels semblable à celui découvert par Nastasia Iglima, il allait faire entrer dans le BEAU, directement à l'intérieur du bâtiment, des centaines de mercenaires grimés à ses couleurs, recrutés par ses complices un peu partout dans la galaxie. Et c'est ce qu'il fit. Quelques minutes après le début de la séance de l'EAU, alors que Carnetisu parlait encore, des portails s'ouvrirent dans la salle et déversèrent des dizaines de soldats frappés du symbole du Duc, prenant de court les services de sécurité. Ils prirent en otage les dirigeants, diplomates et représentants présents dans la salle ainsi que les équipes de journalistes qui étaient présentes là en vue du communiqué de presse qui devait être fait après la séance. Les soldats du Duc les obligèrent à diffuser des images, de sorte que la galaxie entière eut bientôt sur ses écrans des images de la prise d'otages. C'est alors que le Duc Irsvil lui-même fit son apparition, sortant devant les caméras par un nouveau portail, triomphant et sûr de lui. Étant arrivé dans le hall de la salle de l'EAU, il invita la caméra à le suivre vers cette dernière. Mais alors qu'il pénétrait dans la salle où se trouvaient tenus en respect les différents dirigeants et diplomates VoieLactéens, il s'affaissa soudain et se changea en flaque beige dans laquelle flottait une petite boule métallique.

Ici, il convient de revenir un peu en arrière. Le visionnage des caméras de sécurité de la salle du banquet du BEAU avaient permis d'établir une chose: le dirigeant Ginoush décapité peu après la mort de Darest IV alors que les lumières avaient été éteintes l'avait été par un être polymorphe. En effet, au milieu de la foule en panique quittant la salle après avoir entendu la voix du Duc Irsvil se vanter de la mort de l'empereur Ezka se trouvait un chanteur Ezka, celui-là même dont on allait retrouver le cadavre dans le placard quelques minutes plus tard. Sur les images prises par les caméras thermiques, on apercevait le chanteur Ezka s'arrêter, haletant, à la porte de la salle du banquet, laissant passer le flot de fuyard. Puis, lorsque les lumières s'éteignirent, il se transforma en masse informe, glissa sur le sol, enveloppa le cou du malheureux Conseiller Ginoush qui tenait de quitter la salle et le décapita. Puis la masse informe glissa sur le sol, sortit près de la porte de la salle et redevint un chanteur Ezka alors que les lumières se rallumaient. Il y avait donc un être polymorphe dans l'affaire. De tels êtres n'existant pas, il fallait chercher du côté des nanorobots. Or, ces nanorobots devaient être extrêmement performants pour pouvoir imiter quelqu'un de vivant, et il n'y avait que deux civilisations capables d'une telle chose: les Panzaliens et les antiques Coolizianes, dont on avait pu apercevoir le savoir-faire lors de la découverte de la planète Vous Désirez.
L'hypothèse de l'androïde en nanorobots permettait aussi d'expliquer l'envoûtement de l'empereur Spartice et sa transformation en eau: le véritable empereur Spartice avait pu être simplement tué discrètement par les complices du Duc avant d'être remplacé par un androïde polymorphe mimant un envoûtement avant de se transformer en eau. Et c'est justement la boule métallique aperçue dans cette eau avant que le tout ne tombe dans une bouche d'égout qui avait mis la puce à l'oreille des enquêteurs: des protoypes d'êtres nanorbotiques en morphéite comportant une unité centrale sphérique avaient été découverts sur la planète Vous Désirez. Stocké pour le moment chez l'empereur Freeza – qui avait participé aux découvertes archéologiques de Vous Désirez pendant ses vacances – un ce des prototypes fut livré aux enquêteurs de l'EAU. Les scientifiques Azurans présents parmi ces derniers firent alors des merveilles: se basant sur un principe qu'ils avaient découvert pendant l'exploration de Vous Désirez, à laquelle ils avaient aussi participé, ils élaborèrent un dispositif capable de désactiver ces êtres en morphéite: dès qu'ils passaient la porte d'une pièce équipée de ce dispositif, ils perdaient toute forme, redevenant une flaque beige dans laquelle flottait la boule de contrôle.

C'est ce dispositif qu'ils avait installé, à tout hasard, dans la salle de l'EAU. Le Duc Irsvil présent devant les caméras pendant la prise d'otages était un faux – le véritable Duc préférant tirer les ficelles de son affaire sans se mettre en première ligne – et il devint donc une flaque devant l'oeil étonné des spectateurs VoieLactéens.

Pendant l'instant de flottement qui suivit ce curieux spectacle, un des hommes d'Irsvil se mit tout à coup à tirer sur ses collègues, ordonnant aux dirigeants et représentants présents dans la salle de se coucher derrière les sièges et les tables. Il s'agissait en réalité de l'agent de terrain de Cartiel, celui qui avait enquêté pour les enquêteurs de l'EAU sur les lieux où le Duc commettait ses méfaits. Il avait infiltré les rangs des mercenaires d'Irsvil et tentait maintenant le tout pour le tout, seul contre des dizaines de soldats. Il n'aurait pas tenu longtemps si une nouvelle surprise ne l'aurait pas sauvé: de nouveaux portails s'ouvrirent en l'air, au-dessus des têtes des dirigeants et diplomates VoieLactéens tenus en respect par les hommes d'Irsvil: des soldats Ezkas en habit bleu en sortirent, armes au poing, et sur un cri de guerre, attaquèrent les soldats du Duc. Il s'agissait de la Compagnie Bleue, troupe de mercenaires Ezkas exilée en Voie Lactée qui était arrivée depuis peu dans le Xylvanion. C'est Nastasia Iglima, la scientifique Ezka responsable des portails d'entrée de réfugiés qui les avait envoyés, utilisant le système de doubles-portails dès qu'elle avait détecté dans ses machines une activité interdimensionnelle à l'emplacement du BEAU, devinant que le Duc l'avait attaqué.

La Compagnie Bleue, prenant de surprise les hommes d'Irsvil, ne resta pas longtemps seule: rapidement, des soldats Zintorgiens arrivèrent aussi, téléportés dans le BEAU et combattant les mercenaires d'Irsvil aux côtés de leurs collègues Ezkas et sécurisèrent rapidement la salle de l'EAU, sans qu'aucun des représentants VoieLactéens ne soit blessé. Rapidement, d'autres forces de l'EAU furent dépêchées sur place, et l'on vit même arriver en renfort des forces de la République Technocratique des Peuples Alliés (RTPA), peuple VoieLactéen qui n'était pourtant pas affilié à l'EAU.

Les mercenaires d'Irsvil n'en menèrent rapidement pas large. Dans la salle de l'EAU, un des dirigeants s'enfuit en catimini dans les couloirs: Joz Rando, empereur Spartice ayant succédé à Joe le Boce après la mort de ce dernier lors de la deuxième manifestation du Duc. Il tenait à sa main une tablette, dont on découvrit plus tard qu'elle servait à ouvrir des doubles-portails: c'était lui le complice du Duc Irsvil, qui l'avait aidé à assassiner l'ancien empereur Spartice pour qu'il puisse prendre sa place. C'était lui qui avait commandé l'ouverture des doubles-portails ayant permis aux mercenaires engagés aux quatre coins de la Voie Lactée de prendre en otage les dirigeants de l'EAU. Autre point intéressant de sa biographie, il était auparavant un scientifique de l'AIR ayant participé à l'exploration de Vous Désirez aux côtés du chef d'expédition Greg Grégoire, avant d'endosser ses nouvelles fonctions d'empereur. Avant de partir discrètement de la salle de l'EAU, il avait ordonné via sa tablette l'ouverture de nouveaux doubles-portails, permettant à de nouveaux mercenaires d'arriver de manière un peu chaotique en divers points du BEAU.

Joz Rando s'enfuit dans les couloirs déserts où retentissaient les bruits de la fusillade entre mercenaires et soldats de l'EAU. Il arriva dans la salle du banquet, déserte, et, se pensant plus ou moins tranquille, tenta d'ouvrir un double-portail pour s'enfuir. Cependant, son ouverture irréfléchie de multiples portails dans le BEAU pour que de nouveaux mercenaires retiennent les soldats de l'EAU et la Compagnie Bleue avait épuisé les batteries des dispositifs d'ouverture de portails, et il devait maintenant attendre qu'elles récupèrent avant de pouvoir filer à l'anglaise.

C'est alors qu'arriva dans la salle un Ezka mal rasé et épuisé: le Duc Irsvil en personne. Caché derrière une double cloison dans les anciens locaux de Joz Rando, il habitait dans le BEAU depuis l'assassinat de Darest, nourri par un autre être polymorphe en morphéite prenant la forme d'un agent de maintenance, chargé de le nourrir. Sentant que tout tournait mal et que ses mercenaires n'auraient pas le dessus, le Duc ordonna à Joz Rando d'ouvrir un portail pour qu'ils s'enfuient. C'est alors qu'arriva dans la salle Nezru Vek, chef des Ezkariens du Xylvanion qui portait conseil aux enquêteurs de l'EAU depuis plusieurs jours, bien décidé à en découvre avec le Duc, qui salissait la réputation des Ezkas en Voie Lactée, portant préjudice aux réfugiés Ezkas.

Joz parvint soudain à ce moment précis à ouvrir un double-portail, mais alors qu'il bondissait dedans, Nezru Vek parvint à sauter et l'attraper par les pieds. Joz Rando tomba en travers du portail, qui se referma, lui coupant les jambes. À cet instant arriva encore une quatrième personne: l'agent de terrain de Cartiel. S'avisant que le Duc Irsvil était armé, il lui fit sauter l'arme des mains d'un tir bien placé et le tint à sa merci.

L'agent décida alors de faire le point à haute voix, devant le Duc impuissant. Il lui expliqua ses déductions, qui étaient aussi celles des enquêteurs de l'EAU. Il n'y avait pas de magie. Le Duc était surtout connu dans la dimension Ezka par sa réputation, il ne se montrait jamais publiquement. Peut-être même n'avait-il jamais été sorcier. Recherché pour ses crimes, quittant la dimension Ezka pour avoir la paix, il était entré en contact d'une manière ou d'une autre avec Joz Rando, scientifique ambitieux qui venait de participer à l'expédition de Vous Désirez en ayant volé trois prototypes d'androïdes en morphéite datant de l'Âge Originel, profitant de son savoir faire en matière d'Intelligence Artificielle pour modifier leurs boules de contrôle, de manière à rendre les androïdes contrôlables à distance. Les deux hommes lièrent leurs intérêts: mettant sa technologie volée au service du Duc afin de faire croire à de la magie, Joz Rando recevrait en échange le trône Spartice. Alors ils mirent leur plan en route.

Le Duc fut remplacé par un androïde en morphéite lors de son exécution par les autorités Ezkas. Son faux cadavre, polymorphe, n'eut aucun mal à s'échapper de sa tombe et à la laisser vide. Peu avant le banquet, Joz Rando profita du fait qu'il avait des locaux à sa disposition dans le BEAU, dans la section dédiée aux scientifiques de l'AIR, pour y cacher le Duc derrière une double-cloison. Ensuite, il commanda à un androïde en morphéite de tuer discrètement l'un des membres de la délégation Ezka, un des chanteurs traditionnels, afin de cacher son corps dans un placard et prendre sa forme.

C'était à partir de ce faut chanteur qui jaillit la voix du Duc après la mort de Darest IV, l'androïde en morphéite servant de haut-parleur. La mort de Darest IV n'avait elle aussi rien de magique: on se rendit compte par la suite que la dynastie des Darest était composée du même individu depuis quatre générations, un dandy imbu de lui-même qui avait demandé à des sorciers de lui donner la jeunesse éternelle. Lorsqu'il recommençait à vieillir quelque peu, il demandait à ses sorciers de lui refaire un traitement de jeunesse et de changer légèrement son visage: il se faisait ensuite passer pour son fils, le nouveau Darest.
Ce traitement, donc peu de personnes étaient au courant, ne donnait pas la jeunesse éternelle à son esprit: il était uniquement esthétique. Darest était donc devenu complètement gâteux, de sorte qu'il n'avait plus toute sa tête lorsqu'il décida de venir en Voie Lactée. Le Duc savait ce qui allait alors se passer: dans une dimension privée de magie comme la nôtre, les sorts de jeunesse éternelle ne marcheraient plus, et Darest allait se prendre dessus les siècles qu'il avait en retard, vieillissant en accéléré. Ce n'était donc pas de la magie mais bien l'absence de magie qui avait eu raison de l'empereur Ezka…

Le reste (le meurtre du Ginoush, la transformation en EAU de l'empereur Spartice) s'expliquait par l'utilisation d'êtres en morphéite. La pluie de feu sur la capitale Bingfish avait été provoquée grâce à l'aspersion d'un liquide inflammable sur la ville via des drones mis à disposition par des Bingfishs hauts placés corrompus. Quant aux portails ouverts dans l'EAU pour laisser entrer les mercenaires d'Irsvil, il n'y avait rien de magique là-dedans. Et désormais, Irsvil était à la merci de l'EAU, sans plus aucun tour dans son sac pour s'enfuir.

Tout ce discours, capté en douce par un des journalistes présents dans l'EAU au milieu de toute cette confusion, fut diffusé publiquement dans la galaxie. Ce déballage, associé à l'action de la Compagnie Bleue, fit basculer l'opinion publique sur les Ezkas. Alors que l'on arrêtait le Duc Irsvil (et Joz Rando, retrouvé sans ses jambes dans sa chambre de la capitale Spartice), l'EAU se félicitait de mettre fin aux agissements terroristes de ces deux gaillards.

Quelques jours plus tard, les deux furent condamnés à perpétuité par le Tribunal de l'EAU. Un peu plus tard, après la guerre civile ayant suivi la mort de Darest IV c'était plus ou moins finie, et l'autorité en place était désormais la Confédération Ezka. Ils envoyèrent un représentant à l'EAU, régularisant la situation des Ezkas réfugiés dans le Xylvanion, les déclarant binationaux.



___



_____________________
Il faut sortir de sa prison, pas décorer sa cellule
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:39 (2018)    Sujet du message: Histoire de la Voie Lactée

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Call Of Galaxy Index du Forum -> Encyclopédie À Peu Près Complète de COG -> EAPPCCOG -> Voie Lactée Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
WorkStation[fusion] © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com