Call Of Galaxy Index du Forum
Call Of Galaxy
Forum de RP/jeu de gestion de science-fiction, avec des gâteaux
 
Call Of Galaxy Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: [DIVERS] Mini-récits et chansons ::
Aller à la page: <  1, 2, 317, 18, 19
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Call Of Galaxy Index du Forum -> La Taverne -> Temple des légendes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Daramos



Inscrit le: 09 Jan 2011
Messages: 11 785

MessagePosté le: Mer 15 Avr - 21:08 (2015)    Sujet du message: [DIVERS] Mini-récits et chansons Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revue du message précédent :

Un ensemble d'appart qui cramen en ville, en automne... hehe...


Bon, sinon, l'ennui c'est que la chute est supposee porter sur le fait que le narrateur sombre dans la folie...
Revenir en haut
Sverkos
Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2010
Messages: 29 879
Localisation: Devant l'ordi
Emploi: Forumeur
Loisirs: Forums

MessagePosté le: Mer 15 Avr - 22:18 (2015)    Sujet du message: [DIVERS] Mini-récits et chansons Répondre en citant

C'est clairement pas l'impression donnée.
_____________________
Revenir en haut
Daramos
Club Dorothée

Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2011
Messages: 11 785
Localisation: Dans ton col.
Emploi: écrivain en devenir *tousse*
Loisirs: CoG :sisi:

MessagePosté le: Mar 5 Mai - 16:29 (2015)    Sujet du message: [DIVERS] Mini-récits et chansons Répondre en citant

Voici quand même la version corrigée:


                                                                Feu de Toussaint    




Me voilà face au feu. Il brûle bien. Il n'a plus besoin de mon aide pour grandir et se nourrit très bien tout seul maintenant. Je n'ai plus rien à faire ; j'ai déjà tout fait brûler.


Non, en fait, il me reste ces quelques pages et ce stylo. J'ai choisi de ne pas les brûler, finalement.


Je me demande... Je me demande ce qui a provoqué ce brasier... Je cherche... L'étincelle.


Le feu crépite. Une planche craque. Elle se casse en deux bouts de bois enflammés.


Est-ce que c'est le divorce ?


Ma sœur était restée avec ma mère et je ne pouvais pas laisser mon père tout seul. Il a voulu déménager, trouver un nouveau boulot, je suppose. J'ai dû changer de collège. J'avais quinze ans, à l'époque... Mais non, des tas de couples se séparent, et ça met rarement le feu à des vies. L'étincelle n'est pas là.


Une parcelle d'herbe à côté du bûcher vient de prendre feu. Quelques touffes flambent.


L'herbe ? C'est ça, ça doit être ça.


Je ne me plaisais pas, à ce collège. J'avais peu d'amis. Le groupe des « gens cools » ne s'intéressait pas à moi. Et ils fumaient tous. Moi, j'étais le gars timide et prudent qui touchait pas à la drogue. Alors, lors d'une soirée, je me suis incrusté dans le groupe et j'ai demandé un joint à l'un d'entre eux. Ils m'ont regardé avec de grands yeux, comme si c'était inconcevable que moi, le nouveau, touche à de l'herbe. On m'a donné de quoi fumer, et j'ai tiré. Je n'aimais pas ça, à ce moment, mais j'ai tiré quand même. Eux, ils me regardaient, sans rien dire au début, puis ils ont tous commencé à se marrer. Ils me chariaient. Mais finalement, je faisais partie de la troupe. Je les faisais bien rire. Il paraît que je disais pas mal de conneries quand j'étais déchiré. Enfin, j'étais devenu le clown du groupe. Mais non, des tas de jeunes ont fumé de l'herbe, ça n'a pas fait flamber leur vie pour autant. Enfin, pas à tous.


Le feu se propage dans le gazon. L'herbe brûle, les flammes lèchent les brins voisins.


J'aurais dû arrêter. En rester là. Voire, revenir en arrière. Mais j'y avais pris goût, quelques soirées ne me suffisaient plus. J'ai contacté des gens. J'ai fumé de plus en plus. Mais je restais le clown, ça non plus ne me suffisait plus. Alors, une soirée pendant laquelle personne ne voulait amener de joints, à causes de la surveillance des parents pour certains, et pour d'autres le désir de ne plus toucher à cette saloperie... Je suis arrivé en héros avec un sachet d'herbe. Ils étaient émerveillés, pour la plupart. Certains m'avaient regardé avec cet air désapprobateur de grand frère aîné. J'ai trouvé ça hypocrite, au début. En tout cas, les autres m'en ont demandé plus, pour d'autres fois. Ils avaient l'argent. Ici, c'était respectable de vendre, alors je leur ai vendu. J'ai eu de plus en plus de contacts, de plus en plus de bénéfices. J'étais devenu dealer. Le dealer de la classe. Puis de l'école. Mais l'étincelle n'était pas là. Il y a plein de gens qui vendent, non ? Et ça ne fait pas cramer leur vie, si ? Quoique... Enfin, pas tous quand même ?


C'est pas vrai ? Hein, c'est pas vrai ?


Le tas d'herbe flambe plutôt bien, maintenant.


J'ai grandi. Mon commerce aussi. Je connaissais des types qui me procuraient de la marchandise, d'autres qui taxaient en échange de certains « services ». C'étaient souvent des Chinois. J'ai jamais fréquenté autant de ces salopards de Chinois auparavant. Salopards...


Pardon, je suis pas raciste. Mais ils étaient tous de purs et vrais salopards.


Ils vendaient de la drogue. A force de les fréquenter et de grandir, j'ai fini par vendre d'autres choses que de l'herbe ; des saloperies qui se vendaient mieux. Mais à ça, je n'y ai pas trop touché moi-même. Heureusement, je n'ose pas imaginer dans quel état je serai maintenant, sinon. Il y avait des gars qui travaillaient pour moi, aussi. Je connaissais des types importants... Je suppose, sinon j'en serai pas arrivé là. Merde... Saloperie... Pourquoi j'ai grandi ? Pourquoi je suis pas resté un petit dealer de bac à sable ? C'est comme ça qu'on dit, non ? Hein ? Saloperie...


Non... Ils crament pas tous, les gens qui choisissent cette vie. C'est clair, leur vie change... Mais elle crame pas.


En face, dans le brasier, une énorme flamme s'élève. Pas de crépitement autour d'elle, pas de bois qui casse, qui s'écroule. Juste une grande flamme qui monte en léchant une poutre, sans bruit. Une vague de chaleur plus forte encore s'échappe du feu.


C'est ça.


L'étincelle, je l'ai trouvée. C'était elle.


Elle s'appelait Mallory. Je n'avais jamais rencontré quelqu'un avec ce nom auparavant. C'était bien la preuve qu'elle était spéciale. Non ?


Elle aussi, je l'ai rencontrée à une soirée. J'y étais allé pour m'amuser, pas pour le business. Je n'avais même plus besoin de me déplacer pour ça.


Je n'étais même pas bourré quand je suis allé la voir. J'avais bien changé, tiens, en quatre ans.


On a discuté, tranquillement. J'avais de la chance ; elle n'avait pas de copain et les deux amies avec qui elle était venue ont rapidement dû partir à cause d'une d'entre elle qui se sentait mal à force de faire des mélanges d'alcools. En pleine nuit, on a fini par sortir en ville. On était à peine éméchés ; on avait bien plus parlé que bu. Evidemment, je l'ai raccompagnée chez elle, et elle m'a donné son numéro. Je n'avais jamais passé une aussi belle soirée de toute ma vie. Pourtant, quand j'ai dû la laisser, je suis allé boire. Je ne me sentais pas bien. Elle était géniale, c'est le premier mot qui me venait à l'esprit...


C'est clair ; elle était vraiment merveilleuse... Des cheveux châtains magnifiques, un petit sourire joyeux qu'elle arborait tout le temps, et bien sûr, elle avait d'autres "avantages"... Mais surtout, ses yeux était magnifiques, de beaux yeux bruns, on avait l'impression de plonger dedans quand on les regardait.


Est-ce que c'est juste moi, ou on remarque particulièrement les yeux quand on est amoureux?


Mais ce n'était pas une de ces filles qu'on croise à chaque bar, le genre jolie avec une belle poitrine, qui n'a rien dans le crâne et qui compte sur les centaines de mecs à ses pieds dès qu'elle a un souci, ne fut-ce que calculer combien coûtent deux verres de tequila, puis faire débourser la somme en question, pour ensuite laisser sa victime en plan. Non, cette fille... Elle était gentille, intelligente. Elle avait une voix superbe aussi, toute mignonne. Et son rire... Son rire était le plus drôle, quand elle racontait une idiotie. En tout cas, à discuter avec elle tout ce temps, j'étais sûr d'une chose: elle n'aimerait pas trop savoir comment je gagnais ma vie.


Je suis rentré chez moi et je me suis écroulé dans mon lit. C'était épuisant de penser à ce genre de choses. Bon, j'avais pas mal bu, aussi. Je crois que je n'avais pas encore réalisé que j'étais amoureux.


Je l'ai revu, en me demandant toujours ce que je devais faire. J'ai diminué le rythme de mes transactions, je m'impliquait de moins en moins. Ca ne plaisait pas à mes salopards de « contacts. »


Je ne faisais même pas exprès, hein ! Même pas ! Mais je sortais de plus en plus, avec Mallory. Elle m'a même présenté des amis, et des amies. Je m'entendais bien avec eux. Ils sont devenus mes amis et amies à moi aussi. Des vrais amis, cette fois. Pas des blaireaux qui se marrent en écoutant les conneries qu'on dit quand on est déchiré, ni des dealers, ni des toxicos. Je ne leur ai rien dis de tout ça, évidemment.


Par contre, malgré toutes les jolies filles qui m'ont été présentées, je n'ai touché à aucune d'entre elles. J'étais fidèle à Mallory, même quand on n'était pas encore en couple. Ca me fait au moins une qualité.


Et oui, on a fini par se mettre ensemble. Elle m'aimait aussi, c'est elle qui me l'a dit la première. Je me suis senti un peu con, à ce moment-là, mais ça a été. Je me suis rattrapé. Je l'ai aimé comme elle m'aimait, je l'ai embrassée, je suis resté à ses côtés les trois ans qui ont suivis, je l'ai couverte de cadeaux...


Elle s'est demandée d'où venaient les cadeaux à un moment, et je lui ai dit que je faisais du trading. C'est la première fois que je lui ai menti.


Je crois que ça va s'écrouler. Le feu dévore tout. Absolument tout. Il ne restera que des cendres.


A ce moment-là, j'ai vraiment décidé d'arrêter.


Certains « amis » du milieu, qui se doutaient de se qui se passait, m'ont prévenu : si je m'en vais, je risque d'avoir des problèmes : je m'étais trop impliqué. Moi qui essayais de me faire tout petit, depuis... Et bien non, on ne peut pas revenir en arrière. Ces enfoirés... Je suis sûr qu'ils ne disaient pas ça pour moi ; ils avaient seulement peur du bruit que ça ferait, ils avaient peur pour leur argent, leurs « investissements », la réputation du gang, si on peut appeler ça comme ça.


Mais comme je l'ai dit : c'était trop tard. Ma décision était prise.


Je me suis pris un nouveau téléphone, je suis parti en laissant juste un message à quelques personnes, histoire de leur dire que j'arrêtais mais que je ne dirai rien, que je ne ferai pas d'histoire. Je leur ai même donné les contacts de mes anciens clients pour qu'ils rattrapent le coup, à ces connards.


Enfoirés de connards !


Et j'ai emménagé avec Mallory, dans une autre ville, ou habitaient la plupart de ses amis. Elle était tellement heureuse ! Je n'ai jamais fait pire erreur de toute ma putain de vie. Ma putain de vie.


Putain de vie de merde !
Vous savez ce qui s'est passé après ? Vous savez ? Ha ! Vous allez adorer !


Même si je ne suis pas arrivé à arrêter de fumer, et que j'ai continué en cachette, Mallory n'a rien vu, ou rien dit, et on a vécu ensemble tranquillement. On s'est même mariés! Quelques mois plus tard, à 24 ans, on était mariés ! Je passais mon temps libre avec elle, avec mes nouvelles connaissances, ou alors j'écrivais. Je me suis mis à écrire, oui. Je n'ai jamais rien publié, mais bon... Et j'ai postulé, plusieurs fois, et j'ai fini par trouver un boulot bien payé. Le marketing n'était pas passionnant, mais je savais faire. Responsable du merchandising, quand même ! Dans une boite d'électronique... C'était pas rien ! J'avais bien fais de continuer mes études...


Et elle, elle travaillait dans une parfumerie. Ca me faisait bien rire.


J'ai appelé la parfumerie. Ils savent pas ou elle est. Personne ne le sait. J'ai appelé tout le monde. Elle était à l'intérieur. Elle y est toujours, en fait... J'en suis sûr. Ca fait une heure que je l'appelle, elle et tous les autres.


Ca fait une heure que je suis là et les pompiers sont toujours pas là. Pourquoi ne sont-ils pas là ? Pourquoi ils sont pas là, ces salopards ? C'est eux, c'est ça ? Ils ont été payés par ces salopards de Chinois ? C'est ça... Tous des salopards...


Je suis sûr que c'est eux. Ils ont fait cramer notre appartement. Ils m'ont retrouvé et ils ont fait cramer mon appartement. Tout le bâtiment, en fait.


Je suis dans le petit jardin, en face. On est en pleines vacances d'Automne, j'imagine que les autres locataires sont en voyage avec leurs gosses. Ils sont loin, ces salopards.


Ca y est, ça s'écroule, j'entends tout qui craque, qui résonne de partout ; dans les murs, dans mon crâne.


Tout craque dans ma tête.


Il faut que je m'en aille. Dès que j'arriverai à bouger, je vais m'en aller, avant de me faire écraser. Ou brûler. Ou que ces salopards ne soient trop loin. Ils sont rapides, lâches et rapides. Ils ne règlent jamais leurs problèmes avec des face à face, bah non ! Ces salopards... C'est pas mieux de foutre le feu puis de disparaître ? Non, c'est pas mieux ? Vous m'avez pas répondu une seule fois depuis le début, c'est pas mieux, dites ?


Foutre le feu et disparaître, comme une étincelle. Je cherchais l'étincelle,... Mais en fait, il y en a plein.


Tous ces salopards...


Plein de ces salopards à chercher, et à faire disparaître.


Bonne idée. Brillante idée. Foutre le feu, puis disparaître. Et finalement, je disparaîtrai pour de bon. Pas un simple changement d'adresse cette fois. Ca ne marche pas, ça.


Foutre le feu, puis disparaître, je vais foutre le feu, puis disparaître... Je vais faire ça. Je vais leur en donner du boulot, à ces salopards de pompiers...

_____________________
"Le temps, c'est d'l'argent!"
Revenir en haut
Aruko
Club Dorothée

Hors ligne

Inscrit le: 23 Oct 2010
Messages: 12 251
Localisation: Quelque part au milieu de nul part

MessagePosté le: Dim 10 Mai - 11:44 (2015)    Sujet du message: [DIVERS] Mini-récits et chansons Répondre en citant

Sous un grand ciel gris, dans une grande plaine poudreuse, sans chemins, sans gazon, sans un chardon, sans une ortie, je rencontrai plusieurs hommes qui marchaient courbés.
Chacun d’eux portait sur son dos une énorme Chimère, aussi lourde qu’un sac de farine ou de charbon, ou le fourniment d’un fantassin romain.
Mais la monstrueuse bête n’était pas un poids inerte ; au contraire, elle enveloppait et opprimait l’homme de ses muscles élastiques et puissants ; elle s’agrafait avec ses deux vastes griffes à la poitrine de sa monture ; et sa tête fabuleuse surmontait le front de l’homme, comme un de ces casques horribles par lesquels les anciens guerriers espéraient ajouter à la terreur de l’ennemi.
Je questionnai l’un de ces hommes, et je lui demandai où ils allaient ainsi. Il me répondit qu’il n’en savait rien, ni lui, ni les autres ; mais qu’évidemment ils allaient quelque part, puisqu’ils étaient poussés par un invincible besoin de marcher.
Chose curieuse à noter : aucun de ces voyageurs n’avait l’air irrité contre la bête féroce suspendue à son cou et collée à son dos ; on eût dit qu’il la considérait comme faisant partie de lui-même. Tous ces visages fatigués et sérieux ne témoignaient d’aucun désespoir ; sous la coupole spleenétique du ciel, les pieds plongés dans la poussière d’un sol aussi désolé que ce ciel, ils cheminaient avec la physionomie résignée de ceux qui sont condamnés à espérer toujours.
Et le cortége passa à côté de moi et s’enfonça dans l’atmosphère de l’horizon, à l’endroit où la surface arrondie de la planète se dérobe à la curiosité du regard humain.
Et pendant quelques instants je m’obstinai à vouloir comprendre ce mystère ; mais bientôt l’irrésistible Indifférence s’abattit sur moi, et j’en fus plus lourdement accablé qu’ils ne l’étaient eux-mêmes par leurs écrasantes Chimères.
Charles Baudelaire, Petits poèmes en prose, 1869
Revenir en haut
Aruko
Club Dorothée

Hors ligne

Inscrit le: 23 Oct 2010
Messages: 12 251
Localisation: Quelque part au milieu de nul part

MessagePosté le: Jeu 16 Juil - 12:04 (2015)    Sujet du message: [DIVERS] Mini-récits et chansons Répondre en citant

Un soir le père de Lisa lui raconte une histoire et ils font la prière ensemble. À la fin, la petite Lisa dit.. Seigneur, s’il vous plaît, protégez papa, maman et mamie. Et au revoir papy! son père lui demande Mais Lisa, pourquoi tu dis ça à papy? Elle répond, Je ne sais pas! Le lendemain, son grand-père est mort dans son sommeil. Toute la famille étaient convaincus que ce n’était pas qu'une simple coïncidence. 

Quelques mois plus tard, le père met sa fille, Lisa au lit et font la prière du soir ensemble. la petite rajoute.. Seigneur, s’il te plaît, protège maman et papa. Et au revoir mamie! Dans cette nuit là, sa grand-mère décèdes d'une crise cardiaque. Son père commence vraiment à avoir peur et se dit.. Ma petite fille doit avoir des pouvoirs surnaturels! 


Dans les semaines qui suivent, c'est l’heure pour la prière du soir. Lisa finit sa prière avec.. Seigneur, s’il te plaît, protège maman. Et au revoir papa! Un frisson remonte et son cœur s’emballe. très vite il va au lit, mais ne trouve pas le sommeil. Très tôt le matin, il se lève et prend sa voiture et conduit lentement jusqu'à son lieu de travail. Il été extrêmement prudent pendant toute la journée. Il évite même son déjeuner habituel, préférant une simple soupe, peur de s’étouffer. Il n'a qu'un seul objectif c'est de survivre à cette journée. Il ne rentre pas à la fin de la journée de travail, il reste dans le bureau, à regarder l’horloge tourner anxieusement. Il lui a semblé être une éternité, enfin il est minuit. Il rentre rassuré.

On arrivent à la maison sa femme l’accueil, troublée. “Mais chéri ! Tu n’as jamais rentré aussi tard. Que s’est-il passé? Tu sais, je ne veux pas en parler. Je suis sure d’une chose.. c’était la pire journée de ma vie! Sa femme étonnée, elle répond.. Tu penses que ta journée a été dure? Tu n’as aucune idée de ce qui s’est passé ce matin! Le facteur a été retrouvé mort devant la maison.  
Revenir en haut
Sverkos
Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2010
Messages: 29 879
Localisation: Devant l'ordi
Emploi: Forumeur
Loisirs: Forums

MessagePosté le: Jeu 16 Juil - 14:37 (2015)    Sujet du message: [DIVERS] Mini-récits et chansons Répondre en citant

Elle est énorme la chute
_____________________
Revenir en haut
Sidrass
Club Dorothée

Hors ligne

Inscrit le: 09 Avr 2014
Messages: 5 914
Localisation: Sur ce forum, si tu lis ce message
Emploi: Inconnu au bataillon
Loisirs: Juger les gens

MessagePosté le: Jeu 16 Juil - 16:29 (2015)    Sujet du message: [DIVERS] Mini-récits et chansons Répondre en citant

J'ai pas compris ce qui est drôle
_____________________
J'aurais bien mis un joli drapeau, mais le mien est moche
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
LolKid
Grands

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2014
Messages: 9 579
Localisation: Le Poitou-Charentes
Emploi: Étudiant
Loisirs: Hanter les forums

MessagePosté le: Jeu 16 Juil - 16:39 (2015)    Sujet du message: [DIVERS] Mini-récits et chansons Répondre en citant

Suis Sid toi

Suicide toi























_____________________
Revenir en haut
Sidrass
Club Dorothée

Hors ligne

Inscrit le: 09 Avr 2014
Messages: 5 914
Localisation: Sur ce forum, si tu lis ce message
Emploi: Inconnu au bataillon
Loisirs: Juger les gens

MessagePosté le: Jeu 16 Juil - 16:40 (2015)    Sujet du message: [DIVERS] Mini-récits et chansons Répondre en citant

Juste, juste, tg
_____________________
J'aurais bien mis un joli drapeau, mais le mien est moche
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Sidrass
Club Dorothée

Hors ligne

Inscrit le: 09 Avr 2014
Messages: 5 914
Localisation: Sur ce forum, si tu lis ce message
Emploi: Inconnu au bataillon
Loisirs: Juger les gens

MessagePosté le: Jeu 6 Aoû - 01:21 (2015)    Sujet du message: [DIVERS] Mini-récits et chansons Répondre en citant

Moi je suis au Nord, donc j'ai le Sudoku.
_____________________
J'aurais bien mis un joli drapeau, mais le mien est moche
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Sverkos
Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2010
Messages: 29 879
Localisation: Devant l'ordi
Emploi: Forumeur
Loisirs: Forums

MessagePosté le: Jeu 6 Aoû - 10:30 (2015)    Sujet du message: [DIVERS] Mini-récits et chansons Répondre en citant

Nul.
_____________________
Revenir en haut
Don-Pancho
Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2010
Messages: 7 169
Localisation: Quelqu'un a une carte?
Loisirs: il fait beau non?

MessagePosté le: Sam 23 Sep - 13:04 (2017)    Sujet du message: [DIVERS] Mini-récits et chansons Répondre en citant

Texte de blabla, posté sur la VL:


"Laurent Delagrange: Bienvenu a un jour un destin, ce soir, Moi V II.

Né dans l'hopital chateau sur Gogolia, fils de Moi V et d'une mère dont personne n'a jamais entendu parler car on ne l'a jamais vu a la télé ou dans les journaux ou même dans la rue. Il eu une enfance normale pour tout gogolien, il apprit donc dès ses 15 ans a marcher et a parler. Il entra a l'école un peu plus tard où il se perfectionna dans le dessin de maison en 2d et la pâte a modeler playvo. Après un premier diplôme en art vers ses 51 ans, il partit dans une grande école de politique sur gogolia où il fut diplomer après avoir réussir a faire s'assoir un chien, devant ce succès qui fit sa renommé a l'époque, il fut envoyer au parlement par son père où il fut un des plus grand orateur notamment pour sa lecture du livre 3 de "Lisons pousser le gazon" version longue.

Un peu après la mort de son père il fut désigner pour être dirigeant, il continua le travail de son père a chercher où se trouvait "Ici", il continua aussi la tradition d'acheter tout les vaisseaux Panzalien mis hors service, ce qui fait que sans le savoir où même s'en rendre compte il était a la tête de la plus grande flotte galactique, cependant du aux bonnes relation global qu'il entretenait avec tout le monde il n'eu jamais a s'en servir, excepter lors de sa seule déclaration de guerre officiel, ce fut lors de la PGG contre les Zintorgiens, pour montrer a la galaxie que "Nous aussi qu'on en veux !", cette guerre dura environs 15min avec la bataille de l'ISS Santa Cruz, où il eu un combat de regard qu'il perdit assez vite, mettant fin a la guerre puis il partit manger une glace; les experts de l'époque le féllicitaire d'avoir réussi a perdre une guerre sans subir de perte.

Il continua son règne en suivant toujours la même politique et le code la gentillesse écrit par Gogol le Grand avant la guerre du yaout de dix sept cent douze, il écrivit aussi sa biographie "La vie d'une poire a la tête d'une pomme" et la deuxième partie "Comment construire une étagère" qui connurent un certains succès dans les hauts octogones Gogoliennes.
Il a aussi beaucoup fait pour l'EAU, restant fidèle a l'organisé même pendant les heures les plus sombres où ils n'étaient plus que 3 aux réunions, met il fit tout pour que cela continue, en organisant des partie de monopoly et des distribution de glace. Il était particulièrement fier du succès de son équipes au Jeux Olympiques Galactiques qui réussit a obtenir une médaille, ce qui constituait un record. Rien ne laissait présager cette fatal crise cardiaque parvenu pendant une réunion de l'EAU.

C'était un jour, un destin, Moi V II où un barbapapa dans un monde de loup"



Et un texte de moi, posté sur la VL:


"*Pendant ce temps, deux personnages encapuchonnés discutaient dans un lieu sombre et mystérieux rempli de brume.*

???: Alors, tout est prêt?

???: Tout est prêt. Tout est en place. "Il" est là, et "il" est d'accord.

???: Crois-tu que tu-sais-qui est au courant?

???: Aucune chance. Nous fondrons sur eux comme l'aigle sur sa proie. Notre plan est magnifiquement préparé.

???: Attendons simplement notre heure, et nous...

Steve: Stop. On arrête. TOUT DE SUITE.

???: ?

Steve: Les gars, soyons sérieux. ça commence à bien faire les types qui ont des points d'interrogations comme noms et qui disent des trucs que personne ne comprend dans leur coin avec des airs de conspirateurs. Et puis, c'est quoi ça: "il", "tu sais qui"? Vous savez pas appeler les gens par leur prénom?!

???: Mais nous...

Steve: ça suffit! Maintenant, vous rentrez chez vous et vous passez le reste de votre vie de manière constructive. Pas en faisant des p'tits complots par-ci par-là. Ok?

???: Mais... Notre plan...

Steve: Changement de scénario. Voilà le plan: A partir de maintenant vous vous appelez Fred et Gilbert et vous travaillez dans une chouette épicerie. Compris?

???:

Steve: Et par pitié, enlevez ces capuches!"



Il y a pas mal de petits textes de ce genre qui traînent dans la VL, postés par divers membres et qui sont en quelque sorte hors du jeu, ne s'adressant à personne en particulier, ne constituant ni devs ni rien, mais étant sympatoches tout de même. Je propose qu'à l'avenir, en plus de les poster sur la VL, nous les postions ici, ainsi ils ne se perdraient pas dans la masse de messages.
_____________________
Il faut sortir de sa prison, pas décorer sa cellule
Revenir en haut
BlablaPaige
Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 25 Fév 2010
Messages: 15 366
Localisation: Actuellement je te marche dessus
Emploi: Archéologue en Cogologie
Loisirs: Collectionner les reliques

MessagePosté le: Sam 23 Sep - 14:41 (2017)    Sujet du message: [DIVERS] Mini-récits et chansons Répondre en citant

Oh la vache j'ai fais de ces fautes Mais en les relisants je me rappel de ces deux textes
_____________________
Gogoliens: Si le yoplait a tourné, ça va crotter
Zintorgiens: Rien ne vaut une bonne tasse de MAB avec son Hot Goule
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Don-Pancho
Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2010
Messages: 7 169
Localisation: Quelqu'un a une carte?
Loisirs: il fait beau non?

MessagePosté le: Dim 26 Nov - 15:32 (2017)    Sujet du message: [DIVERS] Mini-récits et chansons Répondre en citant

C'est pas grand-chose, mais je le poste ici, tant qu'à faire. Il s'agit d'un début de récit que j'avais prévu de faire il y a déjà un bout de temps (il y a un ou deux ans je crois), qui était en fait une préquelle à SVF 1: Elle devait raconter l'ascension spatiale des fromageologues, pas très longtemps après leur prise de pouvoir sur Terre, puis la rencontre avec les Brochentachtreusses et l'étrange guerre qui s'ensuivit, donnant naissance à SVF. Je ne suis jamais allé plus loin que ces quatre paragraphes.







Il avait plu toute la nuit, mais les dernières gouttes se faisaient déjà rares au matin, lorsque Jean-Claude Francoeurdacier - de son nom d'empereur Jean-Claude V - se leva. Il était de bonne humeur et lissa sa belle barbe brune, tout souriant, en allant se placer debout face à la fenêtre de sa chambre. C'était le grand jour. Il observa, pensif, le paysage de Groyeria (anciennement Besançon), la capitale de la Terre, s'étendre en contrebas.

S'arrachant soudain au spectacle de sa ville, il se dirigea vers sa penderie et revêtit bien vite sa tenue blanc et or d'empereur de l'empire Fromageologue. Cet empire qui, depuis cinquante-trois ans déjà, avait pris le contrôle de la Terre entière, s'étendant sur tous les continents et sur à peu près toutes les îles. Elle avait également pris le contrôle, après de terribles et violentes transactions financières, de la Base Terrienne Lunaire (la BTL), ce qui n'était guère un exploit après avoir pris le contrôle de la planète.

Se contemplant avec satisfaction dans la glace, Jean-Claude V se dit qu'il était temps d'aller prononcer son discours tant attendu devant le peuple, qui devait l'attendre devant le balcon. L'empereur réajusta sa cape, son col et son nez, chaussa ses pantoufles jaunes bordées d'hermine et ouvrit grand la porte du balcon, juste à gauche de celle de sa penderie. Une grande clameur se fit aussitôt entendre.

Devant son balcon, s'étendant sur la grande place de l'Emmental qu'entourait son palais, se pressaient des milliers de personnes venues entendre le discours historique que devait prononcer l'empereur.
_____________________
Il faut sortir de sa prison, pas décorer sa cellule
Revenir en haut
Sverkos
Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2010
Messages: 29 879
Localisation: Devant l'ordi
Emploi: Forumeur
Loisirs: Forums

MessagePosté le: Dim 26 Nov - 18:17 (2017)    Sujet du message: [DIVERS] Mini-récits et chansons Répondre en citant

D'où Besançon devient la capitale mondiale
_____________________
Revenir en haut
Don-Pancho
Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2010
Messages: 7 169
Localisation: Quelqu'un a une carte?
Loisirs: il fait beau non?

MessagePosté le: Dim 26 Nov - 21:48 (2017)    Sujet du message: [DIVERS] Mini-récits et chansons Répondre en citant

Ah, ça! Les aléas de l'Histoire.
_____________________
Il faut sortir de sa prison, pas décorer sa cellule
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:52 (2018)    Sujet du message: [DIVERS] Mini-récits et chansons

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Call Of Galaxy Index du Forum -> La Taverne -> Temple des légendes Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 317, 18, 19
Page 19 sur 19

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
WorkStation[fusion] © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com