Call Of Galaxy Index du Forum
Call Of Galaxy
Forum de RP/jeu de gestion de science-fiction, avec des gâteaux
 
Call Of Galaxy Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: [FIC] Koh Vel Kewyke ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Call Of Galaxy Index du Forum -> Temple -> Temple des légendes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Arbiter
Grands

Hors ligne

Inscrit le: 07 Mar 2010
Messages: 13 447
Localisation: Tatooine
Emploi: Cultivateur d'humidité

MessagePosté le: Mer 20 Mar - 09:46 (2013)    Sujet du message: [FIC] Koh Vel Kewyke Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Prologue
 
 
 
Une forme étrange se démarqua des ombres que Keyw observait. L'objet spectral commença à rayonner d'une lueur mauve, de plus en plus intensément. Keyw, ne bougea pas d'un poil, mais lorsqu'il chercha son arme, il se rendit compte qu'elle avait disparu, tout comme son armure. Lorsqu'il vit apparaître deux points plus lumineux encore que le reste du spectre, il ne put que soutenir son regard et attendre. Dès qu'il essayait de bouger pour se mettre en posture défensive, il n'y parvenait pas. Il était ici, sans savoir pourquoi ni comment, prisonnier dans un étau psychologique qui annihilait toute volonté en lui. Le spectre continua son avancée inexorable vers le Yourk, qui parvint tout de même à lâcher avec curiosité, et non avec peur :
- Qui es-tu ?

- Si tu n'as pas réponse à cette question, murmura une voix dans sa tête, alors tu n'es pas digne de me parler ainsi.

Le son de la voix semblait provenir de sa tête, et non de cette sorte de forme de vie énergétique. Keyw resta stupéfait. Il ne se souvenait pas avoir déjà rencontré une chose aussi étrange.

- Pardon ?

- Tu as parfaitement compris.

- Mais... comment trouver des réponses ?

Le Yourk ne voyait aucune logique à poser cette question, mais la curiosité lui dictait inexplicablement quoi faire, ce qu'il n'appréciait guère.

- Tu n'as pas besoin de réponses, tu les as en toi.

- Quoi ?

L'être ne répondit pas. La vue de Keyw lui donna soudain l'impression d'abandonner son corps, se rétrécissant, et créant un effet de distance croissante. Puis sa vue laissa alors place à un sombre vide tandis qu'il entendait au loin les cris de guerres de mille guerriers à la charge, et d'intenses explosions. L'une d'elles retentit très proche, trop proche, déversant un torrent de flammes et une pluie de débris sur le Yourk.


Chapitre Premier
 
 
Keyw ouvrit les yeux en sursaut. Il se tenait assis en tailleur dans ses quartiers personnels, sur une chaise gravitationnelle maintenue en suspension par les câbles invisibles qui exerçaient leur habituelle pression antigravitationnelle. C'est là qu'il se rendit compte que ce qu'il avait vu n'était pas réel. Ou du moins, pas encore. Les Yourks étaient tous télépathes, certains plus réceptifs que d'autres, et une petite minorité avait le cerveau si richement développé qu'ils étaient capables de voir partiellement ce qui pourrait arriver plus tard ; une très grande partie d'entre eux devenait des Saja, comme lui. Bien sûr, il s'agissait d'un fait extrêmement rare, surtout pour un initié comme Keyw. Mais il n'était pas uniquement question d'un titre ou d'une quelconque expérience : les visions des Saja étaient dues à une mise en garde de leur subconscient, qui semblait en savoir bien plus que l'être en lui-même. C'était à peu près comme un espion qui savait tout alors que l'on ne disposait que de nos connaissances, à ceci près que cet espion était de notre côté.
Il se leva se sa chaise et posa son corps jeune sur le sol en magnifiques pierres lisses. Il était vêtu de ce que les Yourks appelaient une Hyva, ces sortes de bures traditionnelles aux draperies pendantes sur les bras, la taille et les jambes, à la couleur beige et blanche. Il avait également une capuche, mais il ne se voilait presque jamais le visage ; aussi la laissait-il tomber dans le dos pour rendre son habit plus complexe encore. Son sabre doré était accroché avec son fourreau dans le dos au niveau de la taille, à l'horizontale, le pommeau vers la droite.

Mais il avait autre chose à faire que de surveiller son apparence vestimentaire ; sa seule conscience serait suffisante pour aller faire part de cette vision à Yuwa. Yuwa Kowyah était également une Saja, elle était même une personnalité très importante : elle faisait partie des trois gouverneurs Saja qui régissaient la République Armourosséenne toute entière. Elle était également son enseignante. Il la savait très compréhensible, particulièrement altruiste et sereine. Il était fier d'apprendre d'elle, mais ne s'en vantait pas, ou du moins, essayait de ne pas s'en vanter.

Lorsqu'il eut parcouru la cour intérieure principale, où circulaient de nombreux Saja, avec ou sans armure, puis arpenté un dédale de couloirs luxueux, il se retrouva au sommet de la tour, entre trois portes. Toutes menaient dans les quartiers d'un des trois gouverneurs, mais il n'en cherchait qu'une seule. Il se plaça alors devant la porte, les systèmes de sécurité l'identifiant, et une voix dans l'interphone -celle de Yuwa- lui commanda d'entrer.

- Professeur ? dit Keyw en s'avançant dans la pièce qui ne manquait pas de beauté.

- Keyw, qu'est-ce qui t'amène ?

Elle se montra alors, au centre de la pièce, vêtue de son habituelle armure dorée et ornée de draperies décoratives, sabre dans le dos.

- Aurais-tu des questions ? reprit-elle.

- Pas vraiment. Je méditais, et...

- Je vois, tu as encore laissé tes craintes prendre le dessus ?

- Je n'ai rien pu faire. Je ne contrôlais rien. C'est comme si... on me montrait quelque chose.

- Un signe ? Tu penses à cela, j'imagine ?

- Oui, professeur Kowyah.

- Je t'ai déjà dit de faire attention, lorsque tu es en introspection. Tu penses beaucoup trop.

Elle s'adressait à lui avec un calme désarmant. Elle aurait pu combattre quelqu'un avec ses mots !

- Penser n'est pas un défaut, ajouta-t-elle. Mais évite de trop penser lorsque tu médites.

Keyw hocha la tête, il n'avait rien à redire sur ces conseils. Elle lui fit signe de s'asseoir sur un siège tandis qu'elle en prenait un autre à côté. Il ne se fit pas prier, et se contenta d'y prendre place en tailleur. Son enseignante le jaugea un moment et reprit la parole :

- Et... cette vision ? Qu'as-tu vu ?

- Je ne suis pas vraiment sûr, en fait. Il faisait sombre, une forme s'est distinguée en s'éclairant, elle brillait en mauve. J'ai tenté de bouger, mais je n'y parvenais pas. Alors ce qui me contrôlait, quoi que ce soit, lui a demandé son identité. Puis cette chose a rétorqué que je n'avais pas besoin de la lui demander.

Yuwa passa sa main aux longs doigts griffus sur son menton pourvu du poil noir qui la caractérisait.

- Et ensuite ?

- Ensuite, j'ai eu le sentiment d'abandonner mon corps, puis je me suis retrouvé je ne sais où, incapable de voir quoi que ce soit, entendant les cris et le fracas d'un champ de bataille.

- Intéressant...

- Cela signifie quelque chose ?

- Eh bien je serais incapable de te dire qu'est-ce que cette forme lumineuse représentait... mais le champ de bataille signifie soit de l'appréhension, ou chose moins probable, des temps de guerre qui se présenteront d'ici peu... mais même si je reste sceptique quant à la seconde interprétation, je pense qu'il ne vaut mieux pas la négliger.

Elle se leva et marcha vers une fenêtre à la forme arrondie, observant les formes du palais sénatorial qui se dessinaient non loin, avec la multitude de bâtiments qui se dressaient majestueusement, entre lesquels circulaient de très nombreux vaisseaux civils en tous genres. Le ciel brillait de son bleu cyan d'une beauté divine, rayé de nuages aux formes diverses, mais arborant toujours leur couleur blanche éclatante.

- Il faudra que je réfléchisse à cela. As-tu d'autres questions, Keyw ?

- Non, professeur. Si vous me le permettez, je vais me retirer.

- Je ne te retiens pas. Passe une bonne journée.

- Vous aussi.

Sur ces mots, il marcha vers la sortie, et entendit le son apaisant du coulissement de la porte. Il ne se retourna pas.


Chapitre Deux
 
 
- Allez, bande de kew'eke ! Magnez-vous un peu le sawo de grimper !

Le Seyt'y Venen Vayo Kowaal aboyait ses ordres en permanence, sans jamais cesser d'y glisser des insultes aux recrues. Le Kewyk Sujwo Anhys fatiguait depuis plus d'une heure, mais tenait bon. Il savait ce qu'advenait des lâches, les kew'eke. Il se contentait d'essayer de grimper le mur du terrain d'entraînement, du moins pour le moment. Il s'occuperait de sa dignité plus tard.
En revanche, ensuite, il avait bien l'intention de s'occuper personnellement de cet odieux sawosev. Personne n'avait le droit de le traiter de lâche, et il était déterminé à le lui faire comprendre. Sans doute un bon coup de pied dans le sawo aurait raison de lui. Il espérait tout de même que les conséquences ne seraient pas disproportionnées.

Il atteint enfin le sommet du mur, où pas moins de cinq cent mètres de ligne droite l'attendaient. Il ne se fit pas prier et se mit à courir avec énergie et légèreté, à la fois silencieux et véloce. C'était une qualité que ses supérieurs avaient vite remarqué, et qui lui avaient valu une place chez les Awyme très rapidement. Mais la promotion était encore loin : il ne cessait d'être accusé d'insubordination malgré ses qualités physiques ; et ce qui allait suivre serait probablement un exemple de sa nature rebelle. Il commença à ralentir, et se gifla intérieurement pour cette faiblesse, puis dans un suprême effort parvint à parcourir les cent derniers mètres. Tandis qu'il reprenait haleine, Kowaal vint se tenir devant lui, redressé de toute sa taille.

- Encore quelque chose à ajouter, raclure ?

Cette fois, il ne pouvait considérer son acte prémédité, car il n'avait pas prévu de provocation de sa part ; d'une force venue d'il ne savait où, il décrocha un violent uppercut sur son officier supérieur, qui surpris, chancela en arrière. Lorsque Sujwo se rua sur lui pour l'achever, le Seyt'y Venen lui asséna un coup de coude sur sa mâchoire. Il n'interrompit toutefois pas sa course, et se déroula un échange de coup de poings et de pieds, Sujwo usant de ses connaissances de l'art direct du Jewkeso, et Kowaal se servant des fourbes techniques de l'Yvwesa. Les coups étaient soit bloqués, soit esquivés, que ce soit de la recrue ou de l'officier. Ce dernier arborait un sourire d'admiration, et un attroupement s'était formé autour d'eux ; il avait l'impression de faire un combat d'entraînement, sauf qu'il serait probablement mis aux arrêts pour une durée indéterminée. Il s'en fichait, il avait déjà été en cellule suffisamment longtemps pour en connaître tous les détails, et y retourner ne lui faisait ni chaud, ni froid.

Le combat se conclut soudainement, par un coup bien placé de Kowaal et une manœuvre qui le paralysa pendant assez longtemps pour le plaquer au sol et le neutraliser. Sujwo rugit de haine tandis que son supérieur l'immobilisait.

- Magnifique, je n'ai plus vu quelqu'un d'aussi combatif depuis des mois !

- Épargnez-moi vos sarcasmes, tonna le Kewyk.

- Je crois que nous ne nous sommes pas compris ; vous vous méprenez sur mon cas.

- Je crois que je sais très bien ce que vous êtes : rien qu'un maudit osvo de...

- Je ne crois pas. Depuis combien de temps êtes-vous ici ?

Il relâcha sa prise de soumission sur son subordonné, et le laissa se relever. Celui-ci lui jeta un regard imprégné de haine.

- Assez longtemps pour haïr les officiers méprisables qui sont censés régir ce corps.

Kowaal éclata d'un rire qui ne lui parut pas moqueur, mais plus sincère.

- Je dois dire que je vous aime bien. Bienvenue chez les Awyme. Bien, vous pouvez disposer. Ceux qui ne sont pas encore arrivés ont déjà échoué.

En effet, au moins une trentaine d'Awyme était désormais à ses côtés, et cet ordre s'adressait à tous. Sujwo regarda la piste de course, et ne vit aucun retardataire. Puis il comprit : si les Awyme étaient des soldats d'élite, ils n'en étaient pas moins des têtes brûlées qui vivaient dans un climat de guerre en permanence. A leurs yeux, la guerre était tout. Cependant, leurs règles étaient très, très différentes de l'armée régulière. Plutôt que de le mettre aux arrêts, Kowaal en avait profité pour le tester. Il approuvait cette attitude, et se dit finalement que si on l'avait envoyé ici, c'était pour une raison bien évidente.


Chapitre Trois
 
 
Farza. Une bien pauvre planète, à tel point que l'eau elle-même manquait à la surface. Seules des oasis dans les vastes étendues désertiques permettaient aux rares formes animales de subsister. La Sixième Branche était le ramassis des peuples les plus barbares de la galaxie. Arriérés, primitifs...
Et c'était bien le principal motif qui justifiait l'existence de la Milice de la Sixième Branche. Oowya contemplait le triste paysage aride où s'était implanté ce que l'on aurait pu qualifier de village : une accumulation de bâtiments dont le bois fut probablement acquis par les longs courriers qu'effectuaient une grande partie des contrebandiers. La plaie de la galaxie. L'amas des mondes où les criminels venaient se réfugier, et où autrefois, la justice n'était que la loi du plus fort. En ces jours, la Milice avait pour but de changer ceci, afin de faire de la Sixième Branche un secteur civilisé et développé.

Cette ville Farzienne, dénommée Energium Hill, était l'un des seuls lieux contenant un spatioport assez grand pour y faire atterrir un bon nombre de vaisseaux. Oowya avait déjà eu vent d'un célèbre officier, et héros de guerre de l'ancienne Nation Spatiale Yourke, qui s'était retrouvé sur cet amas terreux lors de la Première Guerre Galactique. Cela remontait à plus d'un millénaire, et l'histoire subsistait autant que cette ville. L'une des nombreuses différences était qu'une Milicienne déterminé se trouvait ici, bien décidée à surpasser les actes héroïques de l'officier d'un autre temps. Elle userait de tous les moyens nécessaires, aussi radicaux soient-ils, pour ramener l'ordre et permettre la création d'un régime juste. Et à ce qui se disait, les rares gouverneurs justes se trouvaient à Energium Hill, Carretera et Brière Town. Peu de choses avaient changé, depuis mille ans. Le vent transformait su sable en poussière par endroits, le vaste désert s'étendait à perte de vue autour de la ville, les chasseurs de primes et mercenaires rôdaient ; seul la mairie était bondée de la poignée de soldats que commandait le gouverneur Alish, vêtus d'uniformes blancs, ornés de ceinturons bleus et d'insignes argentés ou dorés.

Ces soldats de différentes espèces étaient bien différents de Oowya. La Yourke était Zaphyrienne, vêtue des armures argentées caractéristiques de la Milice, un sabre rangé dans un fourreau au dos qui faisait partie intégrante du plastron. L'armure ne visait pas vraiment à la rendre colossale, au contraire : elle épousait parfaitement les formes de son corps, de sa fine couche de métal lisse et raffiné. Elle ne servait qu'à protéger de dégâts mineurs, mais sa légèreté, aussi étonnante soit-elle pour un métal, lui permettait de mettre son principal atout à profit : l'agilité.

Lorsqu'elle entra dans la mairie, les soldats la regardèrent, certains étonnés, d'autres lui lançant un regard voulant plus dire casse-toi que bienvenue. Elle ne les regardait même pas ; elle avait les yeux rivés devant elle, vers sa destination. Elle ne daigna même pas croiser le regard du Yourk Kilopréen qui lui fit un clin d'œil de ses yeux oranges. Deux gardes lui barrèrent la route : l'un était Panzalien, l'autre Azir. Elle cacha sa surprise lorsqu'elle vit l'Azir ; ces êtres se faisaient rares depuis très longtemps, bien avant sa naissance. Mais après tout, la Sixième Branche était pleine de surprises, tant elle était isolée du reste. Elle commençait à s'y faire.

- Halte, lâcha le Panzalien d'un ton autoritaire. Avez-vous pris rendez-vous ?

- J'ai contacté votre gouverneur il y a peu, répliqua-t-elle. Il m'attend.

- Les armes ne sont pas autorisées dans cette enceinte.

- Je suis un paladin de la Milice de la Sixième Branche. Ces sabres sont une nécessité et non pas de simples armes.

- Aucune exception ; remettez-nous vos armes ou sortez. Je ne veux pas en venir à la violence, mais nous n'hésiterons pas.

Oowya soupira et sortit son sabre, seule arme qu'elle détenait, de son fourreau dorsal. Elle le présenta aux gardes.

- Prenez-en soin. C'est bien plus qu'une arme à mes yeux.

L'Azir laissa échapper un rire et saisit l'arme blanche.

- Vous pouvez entrer, annonça-t-il.

Lorsqu'elle passa la porte du bureau du gouverneur, elle ne fut pas étonnée de voir que l'homme était bien entouré. Des riches, très probablement, vêtus de manière élégante, s'entretenaient avec le maire humain. Elle constata un Auch, un autre humain et un Goragnien dont elle ne parvint pas à identifier l'ethnie. Le maire semblait conclure l'audience, de manière assez brusque.

- Tout ce que je peux vous affirmer, c'est que je peux vous fournir un soutien militaire actuellement. J'ai mes propres problèmes, ne l'oubliez pas.

Il était manifestement irrité, et d'un geste il congédia ses hôtes. Il remarqua alors la Yourke et effaça la lassitude qui se lisait sur son visage.

- Oh, vous voilà ! Je commençais à penser que vous ne viendriez plus.

- Je n'ai qu'une parole.

- Mais où sont mes bonnes manières... je suis le gouverneur Alish, administrateur officiel d'Energium Hill. Et comment s'appelle donc cette charmante demoiselle ?

Oui, cela arrivait. Les différentes espèces humanoïdes se ressemblaient parfois suffisamment pour susciter une attirance. Les Yourks et les humains se ressemblaient, mais pourtant, il avaient nombre de différences ; une attirance humano-Yourke était très rare. Et elle se rendit compte que malgré la pauvreté de cette planète, il y avait beaucoup de rareté immatérielle.

- Paladin-Milicienne Oowya.

- Ah, oui ! J'avais oublié, pardonnez-moi. J'étais perdu dans vos yeux.

- Restons sérieux, gouverneur. J'ai une mission à remplir, et je viens solliciter votre aide.

Le gouverneur rit un petit moment, puis reprit un air sérieux, regardant la Yourke dans les yeux. Ses iris étaient verts clair, et sa longue et noire chevelure tombait sur ses épaules. Elle était sûre qu'une humaine l'eût trouvé séduisant, mais pas elle.

- En quoi la Milice a-t-elle besoin d'aide ici ?

- Comme vous le savez probablement, nous visons à calmer la situation sur Farza. Mais pour cela, nous avons besoin de la collaboration de ses habitants.

- Et avez-vous des suggestions ?

- Une suggestion simple et claire. J'organise une rencontre avec les gouverneurs de Brière Town et Carretera, vous vous mettez d'accord sur une possible alliance. A vous trois, vous pourrez former une armée suffisamment puissante et organisée pour conquérir au moins la région du Centre.

Alish sembla surpris des dires de la Yourke, et s'insurgea :

- Attendez une minute, en quoi cela aidera la population ? On ne dirait pas, comme ça, mais je suis un homme de principe. J'agis pour le peuple.

- Pourquoi pensez-vous que je me tourne vers vous, gouverneur ? J'ai confiance en vos idéaux, et je suis prêt à laisser le destin d'un nouveau régime démocratique entre vos mains et celles des deux autres gouverneurs.

Alish se gratta le menton, l'air pensif.

- Très bien, dit-il. Je veux bien vous faire confiance. Mais à quoi servira ce subterfuge ?

- Une fois les provinces conquises, vous nommerez des représentants et formerez une cour gouvernementale afin de préserver la démocratie Farzienne. L'anarchie a bien trop duré, gouverneur. Je suppose que vous êtes de mon avis, n'est-ce pas ?

- En effet. Mais les bons gouverneurs, ça ne court pas les rues. La plupart sont des dictateurs cupides.

- Je doute que leurs sous-fifres sur-exploités restent de leur côté quand l'opportunité de la liberté se présentera à eux. Je vous contacterai bientôt, avec une heure et un lieu. Bonne journée, gouverneur.

Oowya porta un poing à son torse en guise de salutation, tourna les talons et laissa le gouverneur à ses pensées. Lorsqu'elle sortit, un garde, l'Azir qu'elle croisa plut tôt, lui remit son arme, puis elle partit, de son côté, réfléchir à sa stratégie.


Chapitre Quatre


L'obscurité revint. Rapidement, Keyw eut une sensation de déjà-vu. Il marcha, sans bien comprendre pourquoi. Puis deux lueurs mauves, des yeux, se mirent à émettre des points vacillants. Mauves... cette couleur lui était bien familière, mais il ne parvenait pas à l'associer avec quoi que ce soit... puis de la pénombre émergea la même forme spectrale qu'il avait également déjà aperçue.

- Ne laisse pas tes peurs te dominer, lâcha l'étrange fantôme.

Alors, sans fournir davantage d'explication, il illumina tout le décor comme l'eût fait une étoile... et Keyw ne put masquer sa surprise. Regardant autour de lui, la lumière révélait un paysage luxuriant, plein de végétation ; un ciel bleu magnifique faisait ressortir les millions de formes de vie de ce décor à l'origine inexpliqué. Où était-il ? Comment était-il arrivé ici ? Des questions commençaient à se former dans son esprit.

- Où suis-je ?

- Tu le sauras bien assez tôt.

Il se tourna vers la lueur, qui ne l'aveuglait bizarrement pas, et aperçut deux formes noires se dessinant dans cette lumière infinie. Les formes de deux personnes se dessinaient : l'une, Yourke, et féminine à en juger de ses formes, et l'autre, probablement un autre Yourk, aux formes colossales qui témoignaient de la présence d'une armure sur son dos. Puis en une fraction de seconde, tout disparut...

Keyw émergea en sursaut. Toujours sur sa chaise de méditation, il comprit alors : les visions n'avaient de suite que lorsqu'elles signifiaient quelque chose. Ces deux personnes, ce décor, il les verrait, et il en avait la certitude. Il se leva et sortit de sa chambre, avant de traverser de nouveau les nombreux couloirs élégants de la Tour Saja. Beaucoup considéraient les fonds investis dans ce lieu comme du pur gaspillage, et le jeune Yourk pouvait le comprendre. Mais après tout, cette tour était un lieu sacré fondé il y avait plusieurs siècles, voire un millénaire, et si elle existait encore, c'était parce qu'elle valait la peine d'exister. Il s'arrêta devant une porte et patienta une dizaine de secondes, environ, avant qu'une voix féminine émettre à l'interphone :

- Keyw ? Qu'est-ce que tu fais là ?

- Lewya, je voudrais te parler. A moins que je dérange.

En guise de réponse, la porte s'ouvrit, et révéla Lewya dans l'entrée. Elle portait elle aussi la Hyva des Saja. La sienne était noire, comme l'était son poil. Elle avait les yeux noirs, aussi, ce qui était très rare au sein de leur espèce. Sur son poil se démarquaient certaines parties, un peu plus claires que le reste. Elle referma la porte derrière Keyw lorsqu'il entra, et posa son regard sur lui.

- Ça va ? Tu sembles soucieux.

- Ecoute, ne le dis à personne, je veux que ça reste confidentiel...

- Qu'est-ce qu'il y a ?

La Kilopréenne fit une moue inquiète. Keyw, lui, était incertain : lui-même n'était pas vraiment sûr de ce qui lui était arrivé.

- Tu te souviens de ce qu'on nous a dit au sujet du Sano Wete ? dit-il. Tu sais, les...

- Visions ?

Même si elle semblait avoir compris où Keyw voulait en venir, elle paraissait aussi ne rien comprendre, tout comme lui.

- Keyw, dis-moi ce qui se passe.

- Donne-moi ta main, et je te montrerai.

Lewya hésita un instant, puis tendit la main à Keyw, qui l'attrapa doucement... puis au gré du Yourk, les deux Saja se retrouvèrent dans le même paysage luxuriant qu'il avait vu plus tôt. Lewya ne masquait pas sa surprise. Elle était stupéfaite et regardait partout autour d'elle. Mais Keyw était surpris, aussi. Cette fois-ci les détails ne manquaient pas : il vit plusieurs sortes de reptiles, dotés d'ailes, passer au dessus d'eux, des oiseaux grouillaient dans les arbres de la jungle autour d'eux, tout comme les innombrables formes de vie totalement inconnues à ses yeux.

- Qu'est-ce que ça signifie ? demanda Lewya.

Le Zaphyran regarda vers un côté, où il vit, une nouvelle fois, les silhouettes des deux Yourks qu'il avait aperçues dans son rêve... mais une troisième silhouette apparaissait, et il reconnut les contours de la Hyva de Lewya. Celle-ci regardait, elle aussi, et en fut d'autant plus abasourdie.

- Tu as vu ça ?

- Je sais que tu t'intéresses aux mondes inexplorés. Alors je me disais que tu aurais peut-être réponse à une question : quelle est cette planète ?

- Aucune idée...

Ils revinrent soudain dans la chambre de Lewya, et Keyw eut une sensation de mal au crâne qui se dissipa rapidement. La Yourke lui adressait un regard plein de questions.

- Qu'est-ce que ça veut dire ?

- Je ne sais pas encore.

- Mais tu as bien vu, j'y étais. Keyw, si c'est bien une intervention du Sano Wete...

- C'en est une. Je ne sais pas comment... mais je sais que c'est le Sano Wete.

- Alors je suppose que tu vas encore partir ?

- Oui. Repartir, retrouver ce monde. Il le faut.

- Pourquoi ?

- Les dieux l'ont voulu.

Lewya agrippa le bras de Keyw et croisa son regard.

- Alors je viens avec toi, lâcha-t-elle.

Il soutint son regard et esquissa un léger sourire avant d'incliner la tête pour acquiescer.

- Soit. Prend ton awym, Lewya. Nous partons maintenant.


Chapitre Cinq


C'était visiblement trop beau pour être vrai. Sujwo, assis par-terre dans cette petite pièce sombre qui lui servait de cellule, ruminait sa frustration alors retrouvée, non sans le regret de son action stupide. Peut-être les règles étaient différentes chez les Awyme, mais il avait été stupide de penser qu'elles l'eûrent été à ce point. Il avait agressé un Seyt'y Venen, un officier supérieur, et il en payait désormais le prix. Si Kowaal avait eu une réaction des plus aimables, Sujwo y voyait désormais de la moquerie tandis qu'il avait dû songer à ce qui attendait le Kewyk.
_____________________
Rekyt se Kalaa : Rekalyn sahe, Dyheryt e Azorah.


Dernière édition par Arbiter le Lun 18 Mai - 21:27 (2015); édité 20 fois
Revenir en haut
Daramos
Elu

Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2011
Messages: 11 776
Localisation: Dans ton col.
Emploi: écrivain en devenir *tousse*
Loisirs: CoG :sisi:

MessagePosté le: Mer 20 Mar - 11:44 (2013)    Sujet du message: [FIC] Koh Vel Kewyke Répondre en citant

Pour l'instant tout ce que j'ai a dire c'est que ru sembles aimer la couleur mauve
_____________________
"Le temps, c'est d'l'argent!"
Revenir en haut
Arbiter
Grands

Hors ligne

Inscrit le: 07 Mar 2010
Messages: 13 447
Localisation: Tatooine
Emploi: Cultivateur d'humidité

MessagePosté le: Mer 20 Mar - 13:56 (2013)    Sujet du message: [FIC] Koh Vel Kewyke Répondre en citant

J'ai actualisé.
_____________________
Rekyt se Kalaa : Rekalyn sahe, Dyheryt e Azorah.
Revenir en haut
Daramos
Elu

Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2011
Messages: 11 776
Localisation: Dans ton col.
Emploi: écrivain en devenir *tousse*
Loisirs: CoG :sisi:

MessagePosté le: Mer 20 Mar - 14:01 (2013)    Sujet du message: [FIC] Koh Vel Kewyke Répondre en citant

C'est pas mal du tout pour un début. En espérant que tu n'abandonneras pas
_____________________
"Le temps, c'est d'l'argent!"
Revenir en haut
Arbiter
Grands

Hors ligne

Inscrit le: 07 Mar 2010
Messages: 13 447
Localisation: Tatooine
Emploi: Cultivateur d'humidité

MessagePosté le: Mer 20 Mar - 14:04 (2013)    Sujet du message: [FIC] Koh Vel Kewyke Répondre en citant

J'espère que je garderai l'inspiration surtout.
_____________________
Rekyt se Kalaa : Rekalyn sahe, Dyheryt e Azorah.
Revenir en haut
Sverkos
Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2010
Messages: 29 662
Localisation: Devant l'ordi
Emploi: Forumeur
Loisirs: Forums

MessagePosté le: Mer 20 Mar - 15:39 (2013)    Sujet du message: [FIC] Koh Vel Kewyke Répondre en citant

C'est bien écrit, continue
_____________________
Revenir en haut
Don-Pancho
Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2010
Messages: 6 971
Localisation: Quelqu'un a une carte?
Loisirs: il fait beau non?

MessagePosté le: Jeu 21 Mar - 16:09 (2013)    Sujet du message: [FIC] Koh Vel Kewyke Répondre en citant

Ce n'est que le début pour l'instant, mais j'attends de voir.
_____________________
Il faut sortir de sa prison, pas décorer sa cellule
Revenir en haut
Arbiter
Grands

Hors ligne

Inscrit le: 07 Mar 2010
Messages: 13 447
Localisation: Tatooine
Emploi: Cultivateur d'humidité

MessagePosté le: Sam 23 Mar - 14:54 (2013)    Sujet du message: [FIC] Koh Vel Kewyke Répondre en citant

Début de suite, je n'ai pas trop de temps devant moi pour le moment.
_____________________
Rekyt se Kalaa : Rekalyn sahe, Dyheryt e Azorah.
Revenir en haut
Sverkos
Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2010
Messages: 29 662
Localisation: Devant l'ordi
Emploi: Forumeur
Loisirs: Forums

MessagePosté le: Sam 23 Mar - 14:55 (2013)    Sujet du message: [FIC] Koh Vel Kewyke Répondre en citant

Tu devrais mettre un index ou une astérisque pour indiquer la traduction habituelle des mots purement Yourks.
_____________________
Revenir en haut
Arbiter
Grands

Hors ligne

Inscrit le: 07 Mar 2010
Messages: 13 447
Localisation: Tatooine
Emploi: Cultivateur d'humidité

MessagePosté le: Sam 23 Mar - 15:00 (2013)    Sujet du message: [FIC] Koh Vel Kewyke Répondre en citant

Faudrait que j'y pense en effet.
_____________________
Rekyt se Kalaa : Rekalyn sahe, Dyheryt e Azorah.
Revenir en haut
Arbiter
Grands

Hors ligne

Inscrit le: 07 Mar 2010
Messages: 13 447
Localisation: Tatooine
Emploi: Cultivateur d'humidité

MessagePosté le: Lun 25 Mar - 10:17 (2013)    Sujet du message: [FIC] Koh Vel Kewyke Répondre en citant

J'ai fini le second passage. En gros pour l'instant c'est surtout la "mise en scène" et l'entrée des personnages. Bien que j'improvise, je dois l'admettre.
_____________________
Rekyt se Kalaa : Rekalyn sahe, Dyheryt e Azorah.
Revenir en haut
Sverkos
Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2010
Messages: 29 662
Localisation: Devant l'ordi
Emploi: Forumeur
Loisirs: Forums

MessagePosté le: Lun 25 Mar - 19:20 (2013)    Sujet du message: [FIC] Koh Vel Kewyke Répondre en citant

Continue, j'ai hâte de voir de l'action
_____________________
Revenir en haut
Arbiter
Grands

Hors ligne

Inscrit le: 07 Mar 2010
Messages: 13 447
Localisation: Tatooine
Emploi: Cultivateur d'humidité

MessagePosté le: Mar 16 Avr - 15:01 (2013)    Sujet du message: [FIC] Koh Vel Kewyke Répondre en citant

Actualisation.
_____________________
Rekyt se Kalaa : Rekalyn sahe, Dyheryt e Azorah.
Revenir en haut
Sverkos
Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2010
Messages: 29 662
Localisation: Devant l'ordi
Emploi: Forumeur
Loisirs: Forums

MessagePosté le: Mar 16 Avr - 15:59 (2013)    Sujet du message: [FIC] Koh Vel Kewyke Répondre en citant

Bien bien bien, hâte d'y trouver de la véritable action
_____________________
Revenir en haut
Don-Pancho
Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2010
Messages: 6 971
Localisation: Quelqu'un a une carte?
Loisirs: il fait beau non?

MessagePosté le: Mar 16 Avr - 16:34 (2013)    Sujet du message: [FIC] Koh Vel Kewyke Répondre en citant

L'histoire commence à se mettre en place! Si je voulais chipoter, je dirais qu'il y a deux ou trois fautes d'orthographe ou de syntaxe, mais moi aussi je fais de belles coquilles parfois...

ah, et aussi: FARZAAAA!

_____________________
Il faut sortir de sa prison, pas décorer sa cellule
Revenir en haut
Sverkos
Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2010
Messages: 29 662
Localisation: Devant l'ordi
Emploi: Forumeur
Loisirs: Forums

MessagePosté le: Mar 16 Avr - 16:34 (2013)    Sujet du message: [FIC] Koh Vel Kewyke Répondre en citant

Fail image Pancho
_____________________
Revenir en haut
Don-Pancho
Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2010
Messages: 6 971
Localisation: Quelqu'un a une carte?
Loisirs: il fait beau non?

MessagePosté le: Mar 16 Avr - 16:41 (2013)    Sujet du message: [FIC] Koh Vel Kewyke Répondre en citant

Non, j'ai défailé.
_____________________
Il faut sortir de sa prison, pas décorer sa cellule
Revenir en haut
Sverkos
Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2010
Messages: 29 662
Localisation: Devant l'ordi
Emploi: Forumeur
Loisirs: Forums

MessagePosté le: Mar 16 Avr - 16:53 (2013)    Sujet du message: [FIC] Koh Vel Kewyke Répondre en citant

Que de bons souvenirs
_____________________
Revenir en haut
Arbiter
Grands

Hors ligne

Inscrit le: 07 Mar 2010
Messages: 13 447
Localisation: Tatooine
Emploi: Cultivateur d'humidité

MessagePosté le: Mar 16 Avr - 20:23 (2013)    Sujet du message: [FIC] Koh Vel Kewyke Répondre en citant

C'tait l'bon temps !
_____________________
Rekyt se Kalaa : Rekalyn sahe, Dyheryt e Azorah.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:34 (2017)    Sujet du message: [FIC] Koh Vel Kewyke

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Call Of Galaxy Index du Forum -> Temple -> Temple des légendes Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
WorkStation[fusion] © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com